Vivre de la bourse

Quel capital faut-il placer pour vivre de la bourse ?

Michael Ferrari Comment créer son indépendance financière, Comment investir en bourse, Revenus alternatifs et passifs, Vivre de ses dividendes 1 Commentaire seulement !

L’objectif de cet article est de vous expliquer comment calculer le capital nécessaire pour vivre de la bourse.

Vivre de la bourse s’entend vivre de ses dividendes et non trader et compter sur des plus-values. Ici nous nous focaliserons donc uniquement sur l’encaissement de dividendes.

Comment anticiper l’évolution de votre rente ?

Un dividende est une partie des bénéfices que l’entreprise reverse à ses actionnaires. Il n’est pas garanti, d’où déjà une première précaution : la rente que nous toucherons ne sera pas garantie.

Ensuite, les calculs dépendent de quelques paramètres importants :

  • Le niveau de l’inflation
  • La rentabilité du capital placé
  • La fiscalité
  • La situation personnelle (à savoir célibataire ou en couple notamment)

Chaque modification d’un de ces paramètres change le résultat. Tout cela évolue dans le temps. Par exemple avec des taux directeurs très bas, la rentabilité du capital placé est plus faible. De la même manière avec une fiscalité plus légère, le capital à placer est moindre.

Vous devez donc surveiller ces paramètres pour anticiper l’évolution de votre rente.

 

Comment démarrer en bourse ?

J’ai commencé à me créer une rente de ce type en 2005 car la bourse possède un avantage ultime sur le reste : son côté virtuel. Tout se gère depuis un ordinateur, en quelques clics.

Bien entendu, ce n’est pas pour cela que la mise en place d’une telle rente est facile. Pour rappel, l’investissement en bourse permet de développer son indépendance financière en utilisant l’argent dont on dispose. En cela, il se distingue de l’immobilier, qui permet d’investir et de se créer du cashflow en utilisant l’argent de la banque. L’investissement boursier est donc un bon moyen de faire travailler son argent pour se créer des revenus alternatifs et passifs. Mais il nécessite d’avoir du capital à placer. Ensuite, il nécessite de faire les bons choix dans la sélection des supports.

Je n’aborderai pas ces points ici car ce n’est pas le but mais ils sont déterminants. Vous avez de quoi lire sur ce blog et une playlist sur ma chaîne consacrée à la question : Comment vivre de ses dividendes ?

 

Quelle est la démarche à suivre ?

Il faut faire la démarche à l’envers. Concrètement, il faudra partir du résultat recherché, afin de définir les moyens pour l’atteindre. Nous l’avons vu, il y a des précautions à prendre afin d’évaluer les différentes hypothèses. Comme il faut bien prendre une hypothèse pour pouvoir faire des projections, le calcul n’est pas une vérité absolue. Mais il permet en tout cas, d’arriver à un montant, pas forcément mathématique ou précis, mais qui fera office de repère.

 

Complément de revenu ou vivre de la bourse ?

On peut prendre la question sous 2 angles :

Combien faut-il pour gagner 500 € par mois ?

Combien faut-il pour vivre de la bourse ?

Je fais la distinction entre les 2 car, dans le premier cas, ce sera évidemment un complément de revenu : la fiscalité applicable sera alors la tranche marginale d’imposition (car les dividendes vont s’ajouter aux autres revenus).

Ici, il est donc délicat de répondre un chiffre précis car cela dépendra de l’imposition qui sera appliquée aux dividendes.

Une personne dans une tranche à 14% aura à réunir un capital plus petit qu’une personne imposée à 30% (PFU – prélèvement forfaitaire unique).

Dans le second cas, on part du principe que c’est la principale source de revenu.

Aujourd’hui avec un prélèvement forfaitaire unique de 30%, nous avons la fiscalité à prendre en compte dans la majorité des cas. Comme toujours des cas spécifiques existent mais faisons simple.

 

Combien placer pour vivre de la bourse ?

Dans cette démarche inversée, vous devez tenir compte de la fiscalité et commencer par calculer le montant brut à générer pour obtenir les revenus net souhaités.

Ensuite, pour la deuxième étape, tout repose sur l’hypothèse de rendement. Afin de vous projeter, partons sur une base de rendement brut de 6 %. Ce n’est pas élevé, mais les rendements ayant diminué, avoir 6% de rentabilité brute est un bon résultat aujourd’hui. En faisant le rapport entre votre objectif et le taux de rendement à 0,06, vous obtenez le capital à placer.

 

Il ne reste donc plus qu’à déterminer le montant de la rente souhaitée.

Prenons 2 exemples :

500 € par mois (revenu complémentaire)

1500 € par mois (revenu principal)

De prime abord, 1 500 € n’est pas une somme extraordinaire. Cependant, il s’agit d’une somme relativement intéressante si on la compare à la situation de la plupart des Français, par exemple au montant moyen de la retraite en France, qui est de 1 150 € net. Le SMIC en France est quant à lui fixé à 1 200 € net. Ce qui vous autorise une marge intéressante avec un revenu boursier mensuel de 1 500 €. Bien évidemment, il y a toujours la possibilité de pouvoir générer plus. Tout dépendra, entre autres, de votre objectif, du rendement de votre portefeuille, du capital placé, des effets de la fiscalité, etc.

 

Pour avoir 500 € nets, il faut donc générer 715 € qui seront imposés à 30%. Et pour générer 715 € avec une rentabilité de 6%, il faut un capital d’environ 140 000 €.

Pour avoir 1500 € nets, il faut donc générer 2200 € qui seront imposés à 30%. Et pour générer 2200 € avec une rentabilité de 6%, il faut un capital d’environ 450 000 €.

Cette somme paraît énorme, mais vous permettra de générer un revenu supérieur à ce qu’ont la plupart des Français quand ils arrivent à la retraite, alors qu’ils ont cotisé pendant plus de 40 ans.

Certes, la retraite est a priori plutôt stable, alors qu’en investissant dans des entreprises cotées en bourse, vous générez des revenus variables. Mais le dividende constitue quand même une partie relativement stable des revenus boursiers.

Maintenant que nous connaissons le montant à placer, nous allons pouvoir déterminer l’effort d’épargne qu’il représente, ainsi que la durée nécessaire pour l’atteindre.

 

Comment réunir cette somme ?

L’investissement immobilier peut constituer un formidable accélérateur. L’idée est d’acquérir un bien immobilier, de le rénover puis de le revendre, pour générer ainsi une plus-value intéressante, que vous pourrez investir sur les marchés boursiers.

La seconde méthode, accessible à n’importe quel investisseur, c’est d’investir en bourse à la force de votre épargne mensuelle. Prenez comme référence un capital de départ de 10 000 € et ajoutez à cela une épargne de 1 250 € par mois pendant 15 ans pour réunir le capital nécessaire pour vivre de la bourse au bout de 15 ans. Bien évidemment, vous pouvez adapter ce schéma selon votre objectif de rendement et votre situation personnelle : épargner plus longtemps (20 à 25 ans),  viser moins, essayer d’obtenir de meilleurs rendements, etc.

Je me dois ici de faire un avertissement : l’investissement en bourse n’est pas fait pour tout le monde. Ce type de placement financier requiert d’avoir l’état d’esprit, l’envie de se creuser la tête et l’énergie pour développer des compétences. Investir en bourse implique également la prise de risques. L’éventuelle perte de capital n’est pas à négliger et c’est pourquoi la règle nº1, c’est de ne placer en bourse que de l’argent dont vous n’avez pas besoin. Même si le type d’approche que je mets en place limite les risques de moins-value puisque c’est une approche de bon père de famille et à moyen/long terme (les marchés ont tendance à monter sur le moyen/long terme).

 

Que se passe-t-il avec une plus petite somme ?

Si vous ne pouvez pas dans l’immédiat placer 1 250 € par mois en bourse, rien ne dit que vous n’y parviendrez pas dans quelques années. L’important, c’est la direction que vous prenez. En passant à l’action et en développant votre intelligence financière, vous pourrez vous créer des revenus alternatifs et passifs, et peut-être même au-delà de ce que vous pouviez imaginer quand vous avez démarré.

Mais pour le fun, voyons ce qu’il se passe avec une épargne moindre. Prenons la même hypothèse : vous avez réuni un petit capital de départ de 10 000 €. En épargnant 150 € par mois pendant 15 ans à 6 % de rentabilité, vous aurez placé 68 000 € sur les marchés financiers. C’est déjà un beau capital, mais on reste loin du cas précédent, notamment en raison de…

 

L’effet boule de neige  des intérêts composés

Ce capital va en effet générer des intérêts qui, durant toute la durée du placement, vont eux-mêmes générer des intérêts. Il s’agit de l’effet boule de neige qui correspond aux intérêts composés. D’une manière générale, cet effet boule de neige est exponentiel.

Voilà, vous savez tout ! Maintenant, à vous de jouer ! Si vous avez besoin d’être accompagné, je peux vous former et vous aider à mettre en place un portefeuille liberté financière. Retrouvez aussi tous les mois ma lettre mensuelle Dividendes et Opportunités, où j’indique les meilleurs sociétés offrant un dividende solide ainsi que les meilleures opportunités de plus-value à moyen/long terme.

 

Regardez-la vidéo et dites-moi ce que vous en pensez !

Lien vers la vidéo YouTube (nouvelles vidéos régulièrement)

Retrouvez mes formations ici :

Je réussis mon investissement locatif
Portefeuille liberté financiere
I M M O B I L I E R :
Et si d’ici 3 mois vous aviez un appartement rentable ? Tout est ici. J'ai acquis 40 biens immobiliers rentables via cette méthode.
B O U R S E :
Encaissez des dividendes et faites enfin travailler dur votre argent. Pour en savoir plus, c'est par ici. J'encaisse 1 500 € de dividendes en moyenne chaque mois avec cette approche.
Retrouvez-moi sur Instagram et mes conseils en vidéo sur YouTube.
Instagram   Youtube

Commentaires 1

  1. “vous avez réuni un petit capital de départ de 10 000 €. En épargnant 150 € par mois pendant 15 ans à 6 % de rentabilité, vous aurez placé 68 000 € sur les marchés financiers. C’est déjà un beau capital, mais on reste loin du cas précédent, notamment en raison de…”

    Je ne comprends pas comment vous atterrissez sur 68 000 ? Pourriez vous expliquer svp ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.