Comment démarrer et faire la conversation ? (Pro/Perso)

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Psychologie de l'argent 14 Commentaires

Certaines personnes ont un talent naturel pour la conversation, même avec des gens qu’elles rencontrent pour la première fois. Elles sont à l’aise, la discussion est fluide, le courant passe. Pour d’autres, l’exercice n’est pas aussi évident. Il arrive que l’on se retrouve à discuter avec de nouvelles connaissances sans trouver quoi dire et que l’on paraisse un peu idiot. Et bien sûr, cette sensation désagréable fait que l’on redoute de plus en plus ces situations et qu’on cherche à les éviter.

Pourtant, savoir faire la conversation est un outil puissant, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Toute relation et toute collaboration démarrent par une discussion anodine et on ne sait jamais où on va rencontrer de nouveaux clients, associés ou employeurs potentiels. C’est pour ça qu’il est important de maitriser l’art de la conversation.

Si vous êtes plutôt du genre direct, orienté sur l’action et la réalisation de vos objectifs, vous pensez peut-être que l’échange de banalités est une perte de temps. Mais il faut voir la conversation comme un moyen de connaître et de se faire connaître. Pour pouvoir faire votre travail, il faut d’abord avoir un travail et donc convaincre un recruteur. À compétences égales, demandez-vous qui obtiendra le poste ? La personne qui a su créer un lien ou celle qui est restée fermée et, peut-être malgré elle, a semblé désintéressée ? Et il en va de même pour un client ou un collaborateur. Mettez-vous à la place du client que vous démarchez : préféreriez-vous travailler avec la personne qui a montré de l’intérêt pour vous ou avec celle qui, aussi compétente soit-elle, s’est maintenue à distance ?

Je vous vois venir ! “Oui Michael mais, sincèrement, ce genre de conversation est toujours superficielle. On sent bien que les gens n’en ont rien à cirer, c’est fake ! Si c’est pour me faire perdre mon temps, non merci !” À ça je réponds : ne soyez pas fake ! Montrez un véritable intérêt. J’y reviendrai un peu plus loin dans l’article, mais il me semble important d’éclaircir ce point dès maintenant : quand je parle de l’art de la conversation, je ne suis pas en train de vous dire d’harceler votre interlocuteur de questions ni de faire semblant. Vous n’êtes pas de la police et le but n’est pas de mettre la personne en face mal à l’aise en lui posant de but en blanc des questions personnelles. Il s’agit au contraire de savoir écouter et échanger. Vous ne devez pas monopoliser la conversation, vous devez créer les conditions qui favoriseront un véritable échange. Il ne s’agit donc pas non plus d’échanger des banalités (“Dis donc, qu’est-ce qu’il pleut en ce moment !”). Vous devez trouver le moyen de lancer une conversation anodine qui ouvre la porte à un véritable échange. Souvenez-vous que vous cherchez à engager la conversation, pas à remplir les silences.

Si vous vous reconnaissez dans les cas que j’ai décrits, voici quelques conseils simples et pratiques pour ne plus jamais vous trouver dans cette situation.

 

1. Soyez intéressé par les autres

Le livre de référence de Dale Carnegie “How to win friends and influence people” aborde longuement ce point. Pour créer un lien et discuter avec les autres, la première chose est d’être intéressé par l’autre de manière sincère. Si vous essayer d’imiter ou que vous forcez votre intérêt, votre langage corporel va traduire ce que vous ressentez et la conversation risque de ne pas être satisfaisante. Vous verrez certainement votre interlocuteur partir chercher un verre à ce moment là.

Soyez vraiment intéressé pour rencontrer et discuter avec les autres. Il m’est arrivé de me rendre à une conférence dans mon domaine professionnel où j’étais assez mal luné et où je ne voulais pas vraiment parler : devinez quoi, personne n’est venu me parler.

Les traits physiques qui montrent une envie de discuter sont simples : posture droite, sourire, bras légèrement ouverts et debout.

Ce qui intéresse le plus les gens, c’est eux-mêmes (dans des proportions variables). Il y a des gens qui ne demandent qu’à parler d’eux-mêmes et une seule question suffit pour démarrer une longue conversation. Généralement, c’est un peu plus difficile mais montrer un véritable intérêt reste la base pour démarrer et maintenir une conversation.

2. Démarrez avec la fin en tête

Cet excellent conseil de Stephen Covey est applicable à une conversation. Pourquoi allez-vous discuter ? Est-ce que vous souhaitez faire connaissance ? Séduire ? Passer le temps ? Trouver un nouveau boulot ?

Selon votre objectif, vous allez identifier et préparer à l’avance les sujets de conversation possibles, sur lesquels vous pourrez vous appuyer pour relancer la conversation si la discussion vient à s’essouffler et que vous êtes à court d’idées.

Vous allez aussi préparer votre stratégie de sortie en quelque sorte. Que ce soit lors d’une séance de networking avec d’autres participants à une conférence ou lors d’un rendez-vous galant, sachez arrêter une conversation qui ne va pas dans la direction que vous souhaitez ! C’est aussi le but de la conversation : voir si votre interlocuteur est sur la même longueur d’ondes. Si ce n’est pas le cas et qu’il ne vous est pas particulièrement sympathique, rien ne vous oblige à discuter pendant des heures. Vous vous sentirez plus à l’aise pour démarrer la conversation en sachant que vous n’êtes pas condamné à discuter si les choses ne se déroulent pas comme vous le souhaitez.

3. Ne soyez pas ennuyeux

Voici le type de personne qui fait fuir tout le monde : celui que vous connaissez à peine et qui vous parle de ses problèmes. En total violation du point N°1 ! C’est le meilleur moyen pour paraître ennuyeux à souhait et mettre votre interlocuteur mal à l’aise. C’est vrai que certaines personnes sont douées pour raconter leurs problèmes sous la forme d’anecdotes amusantes qui captent l’attention de tout le monde. Attention toutefois à ne pas tomber dans l’excès et à ne pas transformer la conversation en one-man show. Votre but, c’est d’échanger.

Votre attitude physique et ce que vous ressentez ne doit pas sentir l’ennui non plus. En ce sens, profitez de la dynamique de la situation pour vous lancer. Le moment idéal pour démarrer une conversation, c’est juste après un événement commun (la fin d’une présentation, d’une chanson, la fin d’une précédente discussion…), tant que vous êtes dans la dynamique. Laissez passer 10 minutes en attendant dans votre coin et vous verrez à quel point il est difficile de relancer la machine.

4. Évitez les sujets qui fâchent

Parfois utiles pour filtrer les personnes d’affinités opposées, ce n’est souvent pas une bonne idée d’amener ces sujets dès le début : le voile à l’école, le président de la République, le dernier discours du pape…

Politique et religion sont à éviter sauf si vous souhaitez provoquer une réaction forte.

De même, des questions anodines peuvent vraiment blesser votre interlocuteur, faites preuve d’empathie. Vous abordez une femme seule ? Éviter de demander si elle a des enfants. Votre interlocuteur a des difficultés financières ? N’exposez pas votre réussite !

Ne faites pas remarquer les choses qui vous paraissent étranges ou peu conventionnelles.

De même, faire des remarques désobligeantes sur votre hôte ou sur l’accueil n’est pas un très bon moyen de créer une conversation. Il est parfois intéressant de faire une remarque subtile qui ne soit pas acerbe mais c’est à manipuler avec précaution : “À sa place, moi aussi je serais nerveux !”.

5. Ne posez pas de questions fermées

  • “Tu habites près d’ici ?”
  • “Non”
  • “Tu habites dans cette ville ?”
  • “Oui”
  • “Et tu es content d’y vivre ?”
  • “Oui”

Au bout de la quatrième, il est probable que votre interlocuteur ait envie d’aller se chercher un verre (avec un alcool fort).

Si votre interlocuteur n’est pas d’humeur pour discuter, ce type de question ne va faire que lui confirmer qu’il n’est pas d’humeur à discuter. Il sera plus entraînant d’avoir quelqu’un qui vous pousse délicatement à fournir des réponses intéressantes.

Une question toute simple mais efficace, c’est : “À quoi vous vous consacrez en dehors du travail ?”. C’est une question ouverte qui permet à la personne en face de vous d’orienter la conversation vers le centre d’intérêt de son choix. Rien de mieux pour la mettre à l’aise et en savoir plus sans être intrusif ou rentre-dedans. Soyez attentif à sa réponse pour pouvoir rebondir derrière et poursuivre la conversation.

6. Parlez de quelque chose de commun

Si la météo et l’actualité sont des roues de secours dont il faut éviter d’abuser, vous pouvez démarrer une conversation en parlant de ce qui vous amène ici : votre présence commune ici, votre appartenance à une entreprise, une confédération, ou une association, vos liens par rapport à l’hôte et aux autres personnes présentes…

Ainsi, si vous assistez à une conférence, vous pouvez demander “Qu’as-tu pensé de l’intervenant de ce matin ?” ou “Comment tu es arrivé dans le métier ?”. Si vous participez à une réunion de travail avec des collègues d’autres départements, vous pouvez demander “Sur quoi tu bosses en ce moment ?”.

7. Créez quelque chose de commun

Si vous n’avez pas de point commun évident avec votre interlocuteur, l’ensemble de vos questions/discussions doit vous servir à créer un lien. Vous découvrirez peut-être que vous avez une connaissance commune (“Oui, c’est cette fille avec laquelle nous étions au lycée”) ou que vos chemins se sont déjà croisés (“Nous avions travaillé dans la même société sans le savoir”).

Pourquoi est-ce important ? Déjà parce que c’est le seul moyen de pérenniser une relation et même de se souvenir d’une personne. Mais aussi parce qu’avec un lien, il est beaucoup plus facile de passer à autre chose de moins formel et de continuer à faire progresser la conversation.

8. Soyez interactif

Voici quelques questions pour lancer/relancer une conversation. À partir de chacune de ces questions, il sera possible de rebondir vers une autre question. Si vous sentez votre interlocuteur intéressé, continuez à lui poser des questions sur le sujet mais, sinon, ne soyez pas maladroit et changez de sujet !

Domaine personnel

Votre boisson préférée ?

Plat préféré ?

Un talent naturel ?

Que feriez-vous si vous aviez 1 million d’euros ?

Vous êtes plutôt livre ou cinéma ?

Quel est votre moment préféré de la journée ? de la semaine ?

La dernière fois où vous vous êtes senti comme un champion ?

Hé, il parait que nous sommes tous à 7 personnes maximum les uns des autres !

Connaissez-vous Esprit Riche ? 🙂

Domaine professionnel

Comment avez-vous trouvé cette présentation ?

Pourquoi êtes-vous venu assister à cet événement ?

Que faites-vous dans la vie ?

Le projet le plus intéressant sur lequel vous avez travaillé ?

A quoi ressemblera le marché dans 5 ans ?

Hé, il parait que nous sommes tous à 7 personnes maximum les uns des autres !

Connaissez-vous Esprit Riche ? 🙂

Si vous voyez que votre interlocuteur essaie désespérément de lancer la conversation, aidez-le ! Une dose d’humour est toujours bien pour détendre l’atmosphère. D’une manière générale, si vous pensez que la personne est coincée sur le chemin, allez la chercher 🙂

Si vous avez l’impression que votre interlocuteur pose une question sans conviction, c’est certainement qu’il a besoin d’aide. Vous pouvez jouer sur ça en lui disant :

  • “Oh, je suis sûr que tu as une meilleure question que ça.”
  • “Toujours difficile de lancer une conversation dans ce contexte, n’est-ce pas ?”
  • “Moi aussi je trouve ça plus facile sur internet.”

Votre défi

Si vous êtes d’un naturel timide ou que ce genre de situation sociale vous met mal à l’aise, prenez la chose comme un défi.

Appliquez le processus en 3 étapes :

  • démarrer la conversation avec votre objectif en tête,
  • trouver un point commun,
  • entretenir ou terminer la conversation.

Proposez-vous de nouer une discussion avec 3 personnes (par exemple) et dites-vous qu’après ça, vous aurez bien mérité de retourner vous asseoir dans votre coin si vous le souhaitez toujours (ou d’aller vous chercher un petit cocktail, si vous êtes à une fête) !

Atelier gratuit vidéo : Investir dans l'immobilier Rentable

Inscrivez-vous pour recevoir un atelier de formation en vidéo gratuit pour apprendre à investir dans l'immobilier, trouver des biens rentables et savoir faire une bonne affaire !

Commentaires 14

  1. “How to win friends and influence people” est un livre de Dale Carnegie et non de Napoleon Hill 😉 Bon article, effectivement faire la conversation est un art qui s’avère bien inutile dans bien des domaines ! Cheers

  2. Post
    Author
  3. Bonjour Michael,

    Votre article est très rafraichissant par son ton et intéressant par les principes exposés, que l’on retrouve dans le livre de Dale Carnegie “Comment se faire des amis” ainsi que dans le livre de Stephen R Covey. Même si pour beaucoup de personnes, ça paraît être du bon sens, une telle piqûre de rappel ne fait pas de mal.

    Merci pour votre blog plein de bons conseils riches.

    Samuel

  4. Vous avez vraiment la touche pour la conversation et je vais mettre vos conseils à l’essai dans mes prochaines conversations. Je cherche la manière correcte de terminer un échange enrichissant. C’est à dire qui doit laisser le dernier mot sans laisser croire à l’autre qu’il le laisse en plan? Est-ce le rôle de l’initiateur de l’échange ou bien celui de son interlocuteur? Merci et au plaisir de vous lire.

  5. “comment se faire des amis” est un livre extraordinaire! Et je pense que vous devez fréquenter des personnes de qualité, cher Samuel, car de mon côté je n’ai pas l’impression que tout ceci soit du bon sens pour grand monde, même chez des personnes de bonne famille.Je ne peux plus parler avec une personne sans avoir une petite pensée pour ce livre. Certaine personne peuvent parler de leur vie pendant de longues minutes sans se soucier de votre prénom. A lire sans plus attendre!

  6. Bonjour Mickaël,
    J’aime beaucoup cet article altruiste. Il est vrai que cela ne parait pas avoir de sens pour tout le monde, l’intérêt de l’autre. Mais à défaut de vouloir détendre l’atmosphère et de créer du lien, certains peuvent parler de leurs problèmes et de leur vie, lors de leur première rencontre, sans se soucier de la personne à qui elles se confient. Avec même la bonté d’une sainte, la personne peut vite paraître barbante et égoïste finalement. Besoin vital de s’entourer les personnes bienveillantes et pleine de positivité pour notre bien-être à tous, mais vos exemples de question peuvent nous permettre de remettre la main sur la conversation et de la diriger vers d’autres sujets moins ennuyeux. Merci pour ce beau partage.

  7. Pingback: Comment Réussir Sa Prise De Contact Par Une Vente? – Meme

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.