Stratégies pour devenir rentier en 10 ans 2/2

Michael Ferrari Finances personnelles, Gérer et épargner, Revue de presse 36 Commentaires

Voici la suite la première partie de la chronique du livre Stratégies pour devenir rentier en dix ans.

Cependant, il existe d’autres moyens d’investir : l’immobilier.

L’investissement locatif est le support préféré des français mais il supporte des frais importants : 7 % à 12 % à l’achat, de l’entretien, des taxes voire des frais de gestion. Au final, ce sont environ 3 mois de loyer qui disparaissent chaque année.

De plus, la législation est largement favorable au locataire (la marché français n’est pas convoité par les investisseurs étrangers) et les montants sont si importants qu’il est difficile pour tout un chacun de diversifier ses investissements. Bref, l’immobilier locatif possède de nombreux attraits et des défauts certains. La question est plutôt de savoir si c’est le bon moment pour investir pour vous.

Les autres solutions d’investissement locatif sont les parkings (Investir en place de parking) et les locaux commerciaux : l’investissement locatif n’est pas la pièce maitresse de la rente car les conditions actuelles ne sont pas favorables.

A côté de l’immobilier physique, il existe des supports dits « côtés ».

L’un des premiers, ce sont les REIT ou SIIC en bon français (SICAFI en Belgique, FBI aux Pays-bas). Ce statut particulier défini que la société n’est pas imposée sur ses bénéfices mais qu’elle doit en contrepartie distribuer à ses actionnaires 80 à 95 % de son résultat. C’est donc un excellent support pour obtenir du rendement. On trouve évidemment des SIIC dans tous les secteurs d’activité (hôtellerie, bureaux, entrepôts industriels, immobilier résidentiel…)

Le risque principal, c’est le défaut de paiements des locataires et l’exposition du marché (l’immobilier commercial est réputé stable mais moins rentable) et l’endettement du SIIC. Pour viser une rente régulière, il faut privilégier des sociétés faiblement endettées.

Faut-il pour autant allouer toute la partie de notre portefeuille aux SIIC ? Non. Ce sont des foncières imposées sensibles aux changements de législation fiscales et exposées aux crises financières. Limitez donc votre exposition à 15 % de votre patrimoine.

L’autre grande catégorie c’est l’immobilier non côté : les SCPI. Elles se distinguent des SIIC car elles ne sont pas cotées en bourse. Fiscalement, les revenus perçus ne seront donc pas des dividendes mais des revenus fonciers. L’autre point important c’est la liquidité : acheter ou vendre nécessite de passer un ordre mensuel qui supporte des frais importants à l’achat (environ 10 %). Le bon point : il est possible de s’endetter pour acheter des parts.

Les SCPI ne sont pas corrélées au marchés des actions : elles permettent donc de mieux diversifier notre patrimoine.

Acheter ou louer sa résidence principale ?

Tout dépend des conditions. Rester locataire n’empêche en rien de devenir rentier. (Votre résidence principale n’est pas un actif) Le principal problème, c’est qu’acheter déséquilibre trop souvent notre portefeuille. La recommandation, c’est d’acheter lorsque le bien est vendu à moins de 200 fois son loyer. Ex : un bien loué 1000 € / mois ne devrait pas être acheté plus de 200 000 € -c’est quasiment impossible en ce moment…

Obligations et monétaires

Pour investir en obligations, privilégiez l’assurance vie comme support. Etant donné que le fond euros possède une performance qui décline avec le temps, ce ne doit pas être le seul vecteur d’investissement cependant c’est un support très commode. Si l’on reprend les 600 000 € de capital à placer dont 20% en obligations ou fonds euros, cela nous donne 120 000 € à placer.

Il est déconseillé d’acheter en direct des obligations d’état (Bon du Trésor français) car les frais sont bien trop élevés : autant passer par le fond euros de votre assurance vie.

Si vous voulez investir en obligations, préférez les trackers qui sont performants et dont les frais sont réduits.

Pour le reste de votre partie allouée en monétaire, la performance n’est pas importante : il s’agit surtout d’assurer vos arrières. Ainsi ne courrez pas après les offres promotionnelles des super-livrets car c’est une perte de temps.

Fiscalité, transmission et imposition

L’optimisation fiscale n’est pas abordée car c’est un point à la fois délicat mais aussi marginal. Cependant, d’une manière générale la défiscalisation n’est pas un objectif : elle profite surtout aux intermédiaires ( FCPI, SOFICA, Scellier…) et impose de nombreuses contraintes.

Ce qui est facilement faisable, c’est de choisir des enveloppes fiscales telles que le PEA et l’assurance vie et d’optimiser le statut juridique de votre entreprise (si vous en avez une).

Pour transmettre votre patrimoine l’assurance vie est un outil clé, la SCI sera elle utile pour l’immobilier.

Pour éviter d’être imposé durant la constitution de votre patrimoine (ceci est à adapter selon votre taux d’imposition marginale), privilégiez des produits qui ne distribuent pas de dividendes (Assurance vie, trackers…)

Conclusion

J’ai bien aimé le livre même si la stratégie décrite se concentre sur placer de l’argent, on peut opposer que si l’on sait gagner autant d’argent, on saura le placer habillement. Néanmoins, il décrit comment cela est possible de manière argumentée. Sans vouloir devenir riche, le livre décrit donc comment créer sa propre rente en suivant une allocation d’actif proche de modèles éprouvés comme celui de Swensen. Ma plus grosse inquiétude est plutôt du côté structurel de notre société : avec les montagnes de dettes, l’inflation menace d’exploser et cela mettrait à plat tout approche de rente basée sur des produits financiers. Hormis ce risque, l’approche est mesurée, même si les hypothèses de départ sont peu réalistes, et simple à mettre en oeuvre.

Si vous souhaitez, d’une manière ou d’une autre, générer une rente ce livre répondra à vos attentes !

Pour :

  • des chiffres précis
  • une argumentation construite
  • des principes universels
  • prise en compte de la fiscalité

Contre :

  • approche assez technique sans prise en compte de la psychologie
  • « encore un livre pour devenir riche par quelqu’un qui ne l’est pas »
  • l’hypothèse principale est très optimiste

Acheter : Stratégies pour devenir rentier en dix ans.

Commentaires 36

  1. « encore un livre pour devenir riche par quelqu’un qui ne l’est pas »: on pourrait dire « pas encore » et laisser une chance à l’auteur de nous faire la preuve de sa stratégie par l’exemple 🙂

    C’est très appréciable que toutes les argumentations soient complétées par des chiffres. C’est assez rare pour être souligné.

    On peut évidemment discuter de la plausibilité des chiffres, et c’est bien normal : il est difficile de trouver des chiffres applicables à tout le monde.

    C’est d’ailleurs pour ça que le détail des calculs est intéressant : si les chiffres proposés ne me conviennent pas, je les remplace par les miens et je vois quel résultat j’obtiens !

    Merci d’avoir partagé ton avis sur ce livre et sur cette stratégie !

  2. Pingback: Stratégies pour devenir rentier en 10 ans 1/2 | Devenir riche à votre manière

  3. J’ai bien aimé la conclusion de l’article.
    Avec l’auteur du livre, fabrice ou philippe je ne sais pas car il existe 2 prénoms, nous ne sommes pas dans la même stratégie de base. Pour grandir financièrement, il se sent plus à l’aise dans les actions et n’est pas fan de l’immo physique. Moi c’est le contraire…
    Il essentiel dans un investissement de connaître et de se sentir à l’aise sur son support. C’est un point essntiet pour tout investisseur.

  4. « J’ai bien aimé le livre même si la stratégie décrite se concentre sur placer de l’argent, on peut opposer que si l’on sait gagner autant d’argent, on saura le placer habillement.  »

    C’est ce que je croyais aussi, mais des discussions avec des personnes aisées ou des conseillers en gestion de patrimoine m’ont montré tout le contraire.

    Le dentiste, médecin ou chef d’entreprises qui gagnent vraiment de l’argent, n’a souvent aucune idée de comment le placer. Tout simplement car il a pas le temps (ni souvent l’envie) de s’en préoccuper.

    Ils se consacrent au développement de leur entreprise et négligent totalement l’aspect placements.

    On se retrouve avec des situations ubuesques : 100 000 € sur un compte-courant, ou 800 000 € investis uniquement en fonds Euros pour leur retraite !

    Ces personnes aisées ne le sont pas encore assez pour avoir accès aux vrais services de banque privée des banques et sont à la merci des faux conseillers en gestion de patrimoine qui vendent de la défiscalisation ou des produits très chargés en frais.

    C’est ce constat qui qui m’a amené à proposer une offre coaching financier sur mon site.

    « Ma plus grosse inquiétude est plutôt du côté structurel de notre société : avec les montagnes de dettes, l’inflation menace d’exploser et cela mettrait à plat tout approche de rente basée sur des produits financiers. »

    C’est juste et c’est pour cela qu’une partie du patrimoine doit être investi dans des actifs qui suivent l’inflation : l’immobilier au travers des SCPI, SIIC ou éventuellement immobilier physique ; actions des secteurs de l’énergie et des biens de consommations non durable et diversification géographique sur des pays dont la devise (Franc Suisse) s’appréciera en cas de dépréciation de l’euro.

  5. J’ai attendu la deuxième partie pour faire un commentaire, je voulais juger sur la totalité.

    Merci Michael pour ce long résumé qui présente bien le livre.

    Je trouve que cette présentation ne donne pas du tout envie d’acheter ce livre.

    Car on a juste l’impression que c’est quasi impossible d’atteindre l’objectif de devenir rentier en dix ans (ou alors le titre est mal choisi) :

    Si je résume à la trash :

    – il faut économiser 2000 € par mois sur tes revenus ET avoir un capital de 150K au départ. Déjà ça segmente pas mal. Si on considère qu’il faut a peu près 2000 e de revenus pour vivre bien sans être trop dépensier ni trop à la rue en France, ça veut dire qu’il faut avoir au moins 4000 € / mois net de revenus. Même en independant ça courre pas les rues non plus. J’ai pas trouvé les chiffres précis mais ce site donne déjà une idée de la répartition des revenus en france : http://www.france-inflation.com/revenu_moy03.php

    Si je rajoute la condition d’un patrimoine mini de 150K pour commencer .. ben wouahou. on parle de qui ?
    si à un certain âge on arrive à ça mais bon là on parle plus de devenir rentier dans 10 ans, mais de préparer sa retraite.

    Je pense que les gens qui sont à ce niveau là n’ont pas besoin d’acheter ce livre.
    soit ils se fichent de devenir rentiers parce qu’ils ont un boulot passionnant où ils s’éclatent et gagnent bien leur vie.. soit ils le sont déjà ou en train de le devenir. Quand tu gagnes 4000 € net par mois, tu as accès à des placements, stratégies d’investissements etc dont ta boulangère ne connais même pas l’existence.

    Donc le rêve de devenir rentier, désolé de dire ça comme ça, mais c’est un peu pour les « pauvres ».

    – l’immobilier c’est mort et tu vas y laisser pas mal de ta poche avant de rentrer un jour peut-être dans un cash flow positif.

    – la bourse c’est quand même un peu le bordel et compliqué.

    Donc autant appeler ce livre, « stratégies d’investissement pépères sur le long terme ».. mais pas « devenir rentier en 10 ans ». C’est encore une surpromesse pour vendre un bouquin qui ne donne somme toute que des conseils classiques (diversifiez vos investissements par ex.. combien de fois on l’a entendu celle là ?)

    Bref, tout ce que ça me semble apporter comme conclusion : t’es mal barré pour devenir rentier.

    Arf, heureusement qu’on va devenir riches grâce à nos blogs hein ? 😉

    1. assez d’accord avec le commentaire mais je pense que tu as manque quelque chose de fondamental. La cliente de ce site est plutot proche de la boulangere que des medecins, avocat ou chez d’entreprise type PME.
      Je suis pour ma part salarie pour le moment et les revenus de mon foyer explose 4K net-net donc c’est pas rare. Mais tu as raison mes conseillers sont plutot des professionnel du patrimoine que des « traders wanna-be ».

      Sinon je confirme l’immobilier est encore le plus facile pour partir de rien et arriver a plus.

  6. « Quand tu gagnes 4000 € net par mois, tu as accès à des placements, stratégies d’investissements etc dont ta boulangère ne connais même pas l’existence. »

    Tu te trompes. 🙂

    Pour le reste, justement l’objet du livre est de présenter une approche globale d’investissement (voir les commentaires sur Amazon et le sommaire) pour que ce soit accessible à tout à chacun en terme de compréhension. C’est là son originalité.

    Sur les 2000 € / mois, j’ai déjà répondu dans le précédent sujet. Quand tu les feras grâce à ton blog, tu seras heureux de savoir comment les placer intelligemment dans une optique de rente.

    Après, nous sommes quand même sur le blog « Esprit riche », il faut un peu d’ambition…

    1. Ok donc la boulangère à accès à ce type de placement alors ? 😉

      Plaisanterie mis à part, je veux bien croire que les médecins, avocats, ingénieurs, gros salaires ne soient pas tous des as de la stratégie financière ou qu’ils n’aient pas accès aux bons conseillers. D’où l’intérêt de ton livre peut-être… pour eux .

      Ok, je ne suis pas dans la cible, donc ton livre ne me concerne pas.

      Et en même temps quand tu dis dans un tes commentaires précédents que tu as vu des situations ou le type à 100 Ke en compte courant ou 800 en assurance vie, moi ça me laisse un peu de marbre… on est d’accord que c’est pas optimisé comme stratégie. mais franchement quand j’aurais ce genre de problème, je pense que j’en aurais rien à faire d’optimiser mes placements à 6% au lieu de 4,5%..
      Pour dire les choses autrement, j’en aurais rien à faire de devenir rentier, puisque je serais pété de tunes..a un moment l’argent ça va bien aussi. faut s’arrêter dans faire une obsession du toujours plus. Quand t’as de quoi vivre et nourrir ta famille, pourquoi aurais tu besoin d’un hélicoptère ou d’une maison secondaire à Nice ? Je fais un raccourci mais c’est ce genre de comportement d’accumulation personnelle et de cupidité frénétique qui conduit à des crises financières (je vous laisse faire le pont).. L’argent est un bon serviteur mais un mauvais maître (je vous laisse aussi trouver l’auteur, c’est pas Van Damme)

      Donc encore une fois le bon titre/promesse ce n’est pas « devenir rentier dans 10 ans » mais « stratégies d’investissements mesurées pour développer et préserver son patrimoine »

      Je vais plutôt acheter ton bouquin qui s’appelle « comment gagner 4000 € de revenus nets par mois » 😉

      Aujourd’hui je sais déjà comment placer dans une optique de rente, le pb c’est que j’ai pas les revenus qu’il faut. Ah ah. J’ai du faire les choses à l’envers.

      A tout ceux qui rétorquent aussi que 4000 € net c’est pas énorme aussi et qui me rajoutent le conjoint dans l’histoire, j’ai envie de dire
      – que premièrement, le conjoint c’est une autre personne donc il/elle doit gagner aussi 4000 € net de salaire pour toucher 2000 € de rente quand il aura atteint ses 600K de patrimoine. Hé oui parce que sinon le couple vit avec 2000 euros de rente ou alors le conjoint continue à travailler quand l’autre est rentier. On fait moins les malins là hein ? 😉
      – que deuxièmement, faut sortir un peu les gars : avec 4000 € de revenus net vous faites parties de privilégiés, de la franche la plus riche de la population. Si si. Ce sont les statistiques qui ont raison pas votre entourage proche, ne regardez pas tous Liiliane Bettencourt en bavant..

      1. Jon,

        Si l’argent ne fais pas le bonheur, pourquoi écrits-tu un blog avec comme objectif affiché de gagner de l’argent avec et où tu expliques que tu détestes ton travail, mais que tu le fais pour payer tes factures ?

        On sent dans tes propos un mélange d’envie et de rancœur vis à vis des personnes plus « fortunées ».

        Je n’ai pas honte de le dire, passé les premières années, je ne me suis plus épanoui dans mon travail. Me mettre en freelance m’a aidé à le rendre « supportable », mais je n’y prend pas grand plaisir.

        Ma stratégie est donc d’atteindre l’indépendance financière totale pour m’en libérer. D’autre préférerons se reconvertir totalement, d’autres accepterons un boulot déplaisant en échange de vacances, d’autres « subiront » leur job toute leur vie mais feront passer la pilule en pensant à leurs enfants, etc. A chacun sa stratégie et les moyens qu’ils se donnent. 🙂

        Concernant le titre du livre, que je ne trouve pas approprié non plus, l’auteur n’en est pas maitre. C’est une décision plus ou moins conjointe avec l’éditeur.

        Un livre rapporte assez peu d’argent d’ailleurs, puisque les droits d’auteurs représentent seulement 10% du prix du livre. A moins de faire un best seller c’est impossible de s’enrichir vraiment avec un livre. Par contre, ça donne une légitimité et une notoriété.

        Sur ce, bonne continuation.

        1. Je n’ai jamais pas dit que l’argent ne fait pas le bonheur, juste qu’à un certain moment, il ne sert plus à rien d’en avoir toujours plus. Ne déforme pas mes propos. Si j’avais 800 K sur mon assurance vie, je ferais pas un blog sur le sujet. Je profiterais de mon fric.

          Ce n’est pas mon blog (t’as vu la gueule du blog ?) qui va me faire gagner de l’argent. Là on amuse la galerie.

          oui, comme tous les « pauvres » qui galèrent, j’envie les gens plus riches et j’ai envie de me sortir de la rate race.. ou plutôt de m’en sortir tout simplement. Je n’ai pas de rancoeur contre ceux qui gagnent bien leur vie ou sont rentiers. Tant mieux pour eux et j’espère pouvoir rejoindre le club un jour. comme toi non ?
          Ce que je trouve déplacé c’est « le conseil facile » .. et la vente de chimères. personnellement, je n’irais jamais dire ma boulangère qui se lève à 5 h du mat, a 3 enfants et gagne mal sa vie etc etc.. qu’elle va arriver à être rentière si elle lit mon bouquin ou mon blog et si elle se bouge un peu le cul.

          Comme toi, j’ai envie d’acquérir mon indépendance financière, j’y travaille. Malheureusement, je ne gagne pas 4000 E par mois, ni n’ai de patrimoine de départ, ni de super compétences à revendre en freelance ou de système magique .. bref c’est pas gagné d’avance.. je fais avec les moyens du bord et dans des conditions pas idéales. Je n’ai pas honte de le dire non plus. La galère ça forge le caractère.

          ok pour le titre c’est un peu ce dont je me doutais.
          oui je savais bien qu’on gagnait pas d’argent avec un livre.
          ceci dit je te souhaite d’en faire un best seller.

          je l’achèterais quand je serais à 4000 € de revenus net par mois 😉

          Ah putain, j’ai bien fait mon troll là sur ce post.
          Michael tu peux me blacklister si tu veux, je t’en voudrais pas 😉

        2. Je comprends. Mais je n’ai jamais dit que mon livre (et par extension « mon » approche) avait une portée universelle et qu’il se destinait à tout à chacun. Mais c’est vrai que le titre mal choisi peut le faire croire.

          Par contre, j’affirme qu’économiser régulièrement 2 k€ par mois n’est pas impossible.

          Concernant vos projets, j’ai une image : il faut lancer des cannes à pêches. Vous avez une canne à pêche sites web, une canne à pêche investissement, une canne à pêche job, etc. Vous pouvez améliorer le rendement de la canne à pêche « job » en faisant une formation diplomante, en passant freelance (si c’est possible), en changeant de job… C’est en multipliant les cannes à pêches que l’on augmente ses chances. Les débuts sont tjs laborieux, mais à un moment donné un cercle vertueux s’enclenche.

          Bon courage.

        3. Philippe,

          Ne serait-il pas plus interessant de passer du temps à chercher un travail dans lequel tu t’épanouis plutôt que de chercher à se liberer d’un travail que l’on n’aime pas en mettant de coté pendant 10ans se que l’on depensera ensuite pendant X années.

          C’est peut être ca finalement, sortir de la rat race? S’épanouir dans son travail?

        4. C’est une vraie question et je me la pose souvent. 🙂

          Avec un travail déplaisant la question ne se pose pas.

          Mais avec un job ni déplaisant, ni épanouissant, on peut hésiter.

          Cela dit tout va si vite… Changement hiérarchique, fusion-acquisition, déménagement du lieu de travail, conditions de travail, etc. Les métiers changent. Avant un conseiller bancaire était vraiment un conseiller bancaire. Aujourd’hui c’est un commercial avec des chiffres à faire. Sans parler des changements technologiques (ex : les enseignes Vidéos futurs qui ferment car le DVD est concurrencé par le VOD, les magasins de photographies concurrencé par les appareils photos numériques)… Rien ne semble acquis.

          Le job épanouissant, près de chez soit, n’est-il pas une chimère de Mai 1968 ?

          Je ne sais pas. 🙂

  7. dans mon entreprise de 400 salariés (dont je suis le DAF)
    nous avons 20% du personnel à 4000€ net mensuel (y compris le 13e mois)
    pour peu que le conjoint travaille lui aussi cela peut vite monter à 5 ou 6000€ de budget familial

  8. Quote
    Si on considère qu’il faut a peu près 2000 e de revenus pour vivre bien sans être trop dépensier ni trop à la rue en France, ça veut dire qu’il faut avoir au moins 4000 € / mois net de revenus
    Unquote

    Pour faire court : a 4000 euros mensuel c est pas non plus énorme, ni hors norme. En couple , un enfant et 6000 euros a deux. Ça va , mais je ne nous considère pas comme aisés , loin de là !
    Quand a dire que c’est rare : pas d’accord. Quasi tous mes collègues sont dans la même situation, a que chose près.

    1. Post
      Author

      C’est rare d’un point de vue statistiques mais ces statistiques englobent tellement de situations différentes qu’effectivement la comparaison n’a plus de sens.

      Comme on dit, pour un marteau tout ressemble à un clou…

      1. En France, le conseiller en gestion de patrimoine est rémunéré en grosse partie par les rétro-commissions qu’il a sur les produits qu’il te conseille.

        Ça en dit long sur son intégrité.

        Par ailleurs, la formation d’un Gestion de Patrimoine (ex du Master en Gestion de Patrimoine de l’IAE Gustave Eiffel), c’est + de 2/3 de juridique (transmission de patrimoine, protection du dirigeant). La partie investissement ne représente qu’1/3 de la formation…

    2. D’accord avec MIchael.

      De plus, tu devrais gagner 8000 € et avoir 150K de patrimoine (pas ta baraque, du patrimoine financier) pour pouvoir appliquer la stratégie du livre.

  9. « encore un livre pour devenir riche par quelqu’un qui ne l’est pas ». c’est quand même l’argument qui tue, ça me fait toujours pensé aux conseillers en patrimoine qui n’ont pas de patrimoine.
    Le seule richesse de l’auteur, c’est au moins d’avoir écrit un livre!
    Merci pour ce résumé tout de même.

    1. Post
      Author

      Non mais disons que c’est ce que toute personne censée se dit, autant aborder la question 🙂

      Je considère ceci un peu comme un nouveau traitement dans le domaine médical : cela peut marcher sans faire de dégâts et si tu es malade, tu dois choisir entre ne rien faire ou tenter ta chance. L’analogie n’est cependant pas parfaite.

    2. Bonjour Thierry,

      « Le seule richesse de l’auteur, c’est au moins d’avoir écrit un livre! »

      Pas tout à fait. En fait j’ai déjà atteins le stade de l’indépendance financière si je cumule l’ensemble de mes revenus « passifs ». A 31 ans, c’est pas trop mal pour un ancien « campagnard » parti de 0 € à 20 ans et sans aucune aide de ses parents.

      Par contre, l’objectif du livre c’est que la rente soit générée à 100% par le patrimoine et ça effectivement je n’y suis pas encore, d’autant que les prochaines lois fiscales ne vont pas aider.

      Bien à vous.

  10. En tout cas ça donne des idées,
    4 000 € sur ça fiche de paie ça veut juste dire qu’on bien placé dans la rat race.
    2 000 € de rente c’est déjà bien, la richesse ce n’est pas que l’argent.

    Persos j’ai opté pour l’immobilier à destination des professionnels.

  11. Au final l’auteur se focalise surtout sur la bourse et la finance de marché. Je ne suis pas fan moi non plus, c’est technique, intangible et volatile. Je préfère le dur également.
    Sinon, comme pour l’article de la première partie, je pense qu’un business automatisé peut être au moins aussi efficace que cette stratégie.

    1. En fait, la partie bourse représente 4 chapitres sur les 27 du livre… Mais j’utilise aussi les marchés financiers pour expliquer divers concept d’investissement : la diversification sur des actifs non corrélés par exemple, le lissage de l’investissement, etc.

      Du coup, les lecteurs ont tendance à se focaliser là-dessus, d’autant que c’est rare de voir un ouvrage en France parler des marchés actions dans un optique de rente.

      Les business automatisés, j’en ai, ça me donne de la trésorerie supplémentaire à investir chaque mois.

      Mais j’ai bien + confiance en mes investissements pour assurer la pérennité de la rente et c’est pourquoi je ne considère pas avoir atteint l’indépendance financière.

      Je vais donner quelques exemples :

      – Au début du lancement d’ebay, il était possible de prendre contact avec des grossistes asiatiques, mettre en vente des produits sur ebay, et travailler en flux tendus avec les grossistes.

      – Les annuaires Internet, très rentables avec des pubs Google Adsense il y a quelques années.

      – Les boutiques en marques blanches idem.

      Combien de ces techniques marchent aujourd’hui ?

      Un changement d’algorithme Google fiche tout par terre. Une perte d’un position dans Google sur une requête clé et c’est X% de CA en moins.

      Et la concurrence est de + en + rude. Il faut passer de + en + de temps ne serait-ce que pour maintenir ses positions.

      Bien sûr ça marche toujours + ou – : il y a tjs des annuaires leaders, des boutiques en marques blanches qui rapportent etc.

      Mais en terme de volatilité, j’ai vu moins de changement dans les dividendes versées par les actions solides ou les revenus fonciers produits par les SCPI que dans mes revenus de mes activités « automatisées »…

      Dans dix ans, mes actions Pepsi génèreront + de dividendes que maintenant, et sans que je fasse rien. J’en suis sûr à 99%. L’incertitude vient plutôt de l’impostion.

      Mes business automatisés, dans dix ans, m’auront demandés à coup sûr + de travail et je ne sais pas où elles seront…

      Ma stratégie (et donc celle décrite dans le livre) est donc tjs :
      – d’aller chercher la trésorerie (revenu d’activités + entreprenariat + revenus passifs)
      – de la réinvestir dans des actifs diversifiés.

      C’est pas très sexy mais on ne peut plus sûr. Le succès est inéluctable, c’est comme d’être assis sur une chaise à 6 pieds… L’incertitude est juste sur la durée, en fonction de combien de trésorerie je peux réinvestir chaque mois et la performance des revenus investis.

      1. + 10 sur le raisonnement.

        Là pour une fois je te rejoins à 100%.
        L’imposition est un vrai problème .. notamment en France où la loi change tous les matins.

  12. Je pense que l’auteur a raison sur le point d’investir dans des actions .J’essaie d’atteindre l’independance financiere comme beaucoup de gens . le probleme par exemple avec toutes les start up web,les blogs, bref ce genre de business automatise, c’est qu’ils partent tous « d’une idee geniale et revolutionnaire » (ou pas), et que 3 ans apres si tu fais pas attention tout se casse la gueule . Avant que des societes comme Coca cola se cassent la gueule, il va falloir quelques crises economiques .

    1. Oui tu as raison tu as plus de chance de maintenir tes revenus chez Coca comme investisseur ou salarie que comme patron de start up…………si tu n’as pas un esprit de business developpeur entrepreneur.

      Si tu es un entrepreneur petit poucet deviendra grand.

      En effet, j’ai dans mon entourage des exemple de freelance qui apres 1 an ce sont dit je prefere la securite d’une entreprise. D’autre qui se sont rendu compte que salarie c’est limite.

      De mon point de vue cela depend de plusieur parametre de depart dont ta personalite, tes diplomes et ton reseau .
      Si tu es polytechnicien fils de grande famille tu peux t’enrichir en etant salarie en debut de carriere. Si tu as fais la fac, tu viens de province ,sans reseau et bien vaut mieux faire indep a 400E/jour parce que tes chances de gagner >65KE un jours en entreprise sont plutot mince SI TU VEUX T ENRICHIR FINANCIEREMENT

  13. Qui a dit : Encore un livre pour devenir riche par quelqu’un qui ne l’est pas ? Je n’ai pas retenu son nom ! Quand tu vas voir ton conseiller financier à la banque qui te promets monts et merveille car il touche une commission sur les comptes qu’ils fait ouvrir a ses clients ,il n’est pas riche non plus lui !Mais c’est vrai que c’est plus facile de critiquer caché derrière un ordinateur de chez soi . Quoi qu’il en soit, il a au moins écrit un livre et il se distingue de la moyenne qui ne sont bon somme toute qu’a descendre les autres .

  14. Très intéressant tout ça, mais je me pose une question : je suis fonctionnaire et je gagne 1,7k par mois, je fais comment pour épargner 2k/mois?
    Traite de plaisanterie, si comme moi vous avez 30 ans et une salaire de +/- 2k/mois et que vous vous souhaitez mieux gérer votre argent, ce livre est à prendre comme un roman: c’est beau c’est passionnant mais ça n’arrivera pas.
    A quand des livres aux titres « devenir propriétaire en moins de 15 ans » ou « comment ajouter 500€ de rente à son salaire mensuel »… avec des chiffres et des objectifs réalistes pour la majorité des salariés.
    Certes les titres ne sont pas vendeurs mais moi, je les achèterais.
    cordialement

    1. Post
      Author
  15. Pingback: 5 questions les plus posées après la lecture de Devenez Riche | Communauté du développement personnel

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.