L’argent et le couple : Les comptes du couple

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Finances personnelles, Gérer et épargner, Psychologie de l'argent 19 Commentaires

Philippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » dans le domaine de l’argent et du développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Voici Philippe !

Merci pour les nombreux commentaires suite au premier article sur le couple et l’argent. Manifestement, le sujet a stimulé la réflexion, des avis divergents se sont exprimés. Tant mieux, la diversité est source de richesse. Je ne prétends pas détenir la vérité et il n’y en a pas, les différents témoignages l’illustrent : ce qui est vrai dans un couple ne l’est pas dans un autre. Alors j’invite chacun et chacune (les femmes sont bienvenues sur esprit-riche !), à partager leurs bonnes pratiques et à en expliquer les raisons. Voici les miennes.

Repartons du « 3 »: une femme, un couple, un homme dans l’ordre que vous voudrez. Chaque « entité » est munie d’un compte courant, d’un compte « épargne projet » court terme (et non pas « épargne coups durs » !), de supports d’investissement moyen et long terme.

Il faut ensuite poser des bases partagées sur la qualification des dépenses (celles du ménage et de la famille, celle de chaque membre du couple) et la contribution de chacun aux charges au ménage.

Qualifiez vos dépenses

Quelles sont les dépenses du couple par rapport aux dépenses individuelles ? Dans certain cas, c’est assez évident : alimentation, énergie, vacances, immobilier, etc. Dans d’autres, cela se discute en fonction de la structure de consommation de chacun. Si l’un dépense en moyenne 50€ par mois en vêtements et l’autre 150 €, est-ce que le financement de ce poste est partagé ? D’autres postes de dépenses le compensent-ils, dans quelle proportion ? Dans les familles recomposées, est-ce le parent qui contribue aux dépenses liées à ses enfants ou est-ce le couple ? Pour quelles dépenses ? Faut-il faire un inventaire de ce que chacun mange et boit ? Compliqué ! Si vous partez au Club Med, qui paye le séjour de vos enfants, vous ou le couple ? Comment comptabiliser les dépenses de santé et de bien être ? La liste est sans fin.

Vive le sur mesure !

Toutes les réponses à ces questions se valent. Trouvez les vôtres, explicitez-en les raisons (ça nous intéresse dans vos commentaires) et mettez en place un contrat avec votre partenaire. Entre le « tout mélangé » indépendant de l’origine des dépenses et le « tout séparé » qui va engendrer des comptes d’apothicaires interminables, il y a une infinité de variations. Pour vous donner un exemple personnel, je suis amateur de vin et achète régulièrement des bouteilles « d’un certain prix ». Cela ne fait pas partie des centres d’intérêt de mon épouse et elle ne souhaite pas dépasser un prix plafond sur ce poste, néanmoins elle n’imagine pas offrir de l’eau à nos invités ! Nous finançons donc sur le compte commun le champagne, élément de la convivialité, et je finance sur mon propre budget, en toute responsabilité, les grand crus que j’aime offrir à mes amis (et aussi à ma femme !). C’est clair et chacun se sent respecté : voilà l’essentiel.

La qualification des dépenses du couple donne lieu à une liste des postes qui sera gérée grâce à un logiciel ou un outil spécialisé (par exemple, le Money Center de Boursorama Banque), ou plus simplement avec un bon vieux tableau excel, personnalisable à l’infini (et même avec un cahier et une calculette !).

Pour une comptabilité vivante

Les dépenses du ménage seront prélevées sur le compte commun. Pour les petites dépenses en espèces, il y a un porte monnaie commun alimenté par des retraits. Les premiers mois servent de test pour valider la liste des postes de dépense, et obtenir peu à peu une moyenne fiable des dépenses par poste. Au bout d’une année, il y a un lissage : la moyenne des dépenses devient un repère pertinent, et la comptabilité se fait ensuite sur 12 mois glissants. Les dépenses élevées et ponctuelles peuvent alors se répartir (la cuve de fioul de janvier chauffe toute l’année). Bien sur, la bonne pratique de « se payer en premier » fonctionne pour le couple : des prélèvements alimentent les comptes « épargne projet » et « investissement » du couple. La gestion du compte individuel est libre, avec ou sans information du conjoint. Et on peut se faire des beaux cadeaux sans « grever le budget du ménage » !

Décidez de la contribution de chacun

C’est bien beau de dépenser, il faut alimenter son compte joint. Deux écoles ont des arguments à faire valoir :

La contribution à 50% / 50%. Du point de vue des dépenses, c’est juste : chacun contribue pour moitié aux dépenses communes dont il consomme globalement la moitié. Il n’y a pas d’ambigüité ni de spécialisation des dépenses (tu paies les courses et l’énergie, et moi je rembourse le crédit immobilier, que je déconseille fortement). Cette méthode simple est efficace lorsque les 2 partenaires ont un niveau de revenu proche (moins de  500 € mensuel d’écart moyen, chiffre à pondérer selon le montant des revenus : l’écart entre 1000 € et 1500 € n’a pas le même impact qu’entre 3500 € et 4000 €).

La contribution au prorata des revenus. La logique est différente et a du sens. Chacun contribue en fonction de ce qu’il gagne. Cela tient compte de la réalité et marque l’engagement du couple dans une fusion des ressources. Si on n’est pas dans l’égalité financière, on est dans une forme d’équité. Ce point doit être relié aux raisons de cet écart :

  • valeur différente de chacun sur le marché du travail en raison de leurs qualifications (ingénieur et assistante ou directrice marketing et conseiller clientèle).
  • transition professionnelle, choisie ou subie, entrainant une baisse des revenus.
  • choix du couple de privilégier une présence auprès de jeunes enfants plutôt que du revenu.
  • choix d’un membre du couple de privilégier le temps à l’argent

Il est évident qu’en cas de changements, ces modalités doivent être rediscutées.

Une gestion joyeuse et rigoureuse

Le compte joint est alimenté par les éventuelles prestations sociales et un virement automatique en provenance des comptes personnels sur lequel sont versés les revenus : l’ensemble couvre dépenses de fonctionnement, épargne projet et investissement. Chaque mois, vous examinez vos dépenses avec les relevés de banque et faites les ajustements nécessaires. Chaque année, la comptabilité est examinée en détail et reformatée selon les évolutions à venir (arrivée d’un enfant, évolution des ressources, projet de déménagement, dépenses qui s’arrêtent ou que vous décidez de supprimer). Alors vous faites évoluer le montant ou le pourcentage des revenus attribué à chaque poste pour aboutir à votre Budget Mensuel Optimal.

Dis-moi comment tu dépenses, je te dirai comment tu vis ! Tout est maintenant en place pour une gestion joyeuse (parce que sans ambigüité ni non-dit) et rigoureuse (parce que fondée sur les chiffres et non les représentations et émotions). A vous maintenant !

Commentaires 19

  1. Il serait intéressant de connaître le nombre de conflits liés a l’argent dans le couple…beaucoup évitent d’en parler, car en France c’est un sujet « tabou » et cela peut être la source de nombreux ressentiments par la suite.
    Pour ma part je pense que toutes les solutions sont bonnes, si elles conviennent aux 2 partenaires.

    Dans la série couple et argent, il faudrait parler également des contrats de mariage, il y aurait beaucoup a dire. Quand on parle de contrat de mariage, on est mal vu par les romantiques qui pensent que « quand on aime, on ne compte pas », pourtant la réalité c’est que 1 couple sur 2 divorce aujourd’hui et cela peut aussi être une facon de protéger les 2 partenaires.

  2. Pour nous, c’est l’inverse. On ne fixe pas la contribution de chacun mais chacun prends une somme fixe pour son budget personnel.
    Ainsi les salaires arrivent sur le compte commun et chaque mois une somme identique est versée sur les comptes personnels !
    Le raisonnement est que le choix de carrière (et donc de salaires) est dépendant de celui de l’autre, surtout avec les enfants. Et ce d’autant plus que la différence de salaire est grande.

  3. Oui, c’est une bonne idée qui laisse à chacun le loisir de faire ce qu’il veut avec son compte personnel, tout n’est pas mélangé

  4. Ce que j’ai remarqué, quand on aime, on ne compte pas mais quand on se sépare on compte même les cents et tout devient plus difficile.
    Donc, je crois qu’il est important de statuer nos règles au départ et moi, je suis pour le prorata des revenus. Et cela dépend des valeurs de chacun. Mais la solution est la communication ouverte.
    Mais pourquoi une conversation sur l’argent est si tabou dans les couples? Parce que l’on ne veut pas de chicane, de toute façon si on ne s’entend pas il y en aura une, un jour ou l’autre. Tout aussi bien de régler cette situation dès le départ.

  5. Je crois également que mettre une partie de nos revenus sur un compte commun pour les dépenses communes comme le loyer, l’eau, le chauffage etc est la meilleure solution.. Selon les revenus, chacun mais une partie qui va combler tous les besoins.. Evidemment, le mieux serait de calculer sur un an toutes les charges communes et de faire la moyenne..

    Mais si on arrive pas à parler ouvertement de l’argent dans le couple (peut-être une honte si un des 2 n’a pas de travail, ou alors un est plus matérialiste que l’autre..) alors c’est sûr que le problème viendra plus tard.

    Ne voit-on pas plus de personnes qui se suicident car ils ont perdu tout leur argent plutôt que des personnes qui ont perdu un enfant? Alors il ne faut pas sous-estimer l’impact qu’à l’argent dans nos vies, et y compris notre vie de couple.

    Donc je suis d’avis que si au départ ce n’est pas clair, qu’un profite plus de l’autre alors le couple va en souffrir et c’est aussi une cause de divorce, ou de personne qui reste avec qqun juste pour des raisons financières même s’ils ne sont pas heureux..

    1. Je crois qu’un des enjeux est de faire passer les choses de l’implicite à l’explicite à partir de l’expresion de ce qui est Important pour chaque partenaire dans le fonctionnement autour de l’argent. Cet « important » évolue au fil du temps, de l’évolution du couple, de ses projets. Les conceptions communes peuvent évoluer.
      Etre capable dans un couple de Parler Vrai en abordant en profondeur les sujets « qui peuvent facher » est pour moi un signe de bonne santé! Or, souvent c’est la destructrice règle du « qui ne dit mot consent » qui est appliquée implicitement….

  6. Au départ, alors que j’avais le plus gros salaire, je trouvais injuste que ma compagne cotise autant que moi sur le compte commun. Mais elle voulait absolument contribuer à une valeur équivalente. Pourtant, je lui ai proposé de payer au prorata ou même avec le système « argent de poche équivalent », c’est à dire qu’au lieu de payer la même chose chacun, on conserve le même montant sur nots comptes personnels.

    Mais elle est passée à mi-temps (volontairement) et son salaire est passé en dessous de sa cote-part. J’ai donc naturellement augmenté la mienne pour qu’elle puisse encore profiter de son argent gagné.

    Je crois qu’elle va finir par accepter le système « on a chacun notre argent de poche ».

  7. Bonjour,
    depuis que je vis avec ma copine, nous avons toujours eut un compte joint, que nous alimentions proportionnellement à notre salaire.

    Nous envisageons de nous marier sous le régime de participation aux acquêts (différents du régime par défaut de la communauté aux acquêts).
    Ainsi chacun reste libre de ses choix financier tout en étant lié pour la vie courante.

    Principe que nous privilégions : chacun participe proportionnellement à ses revenus au pot commun, ensuite, chacun dépense son argent comme il l’entend. Investis où il souhaite, et prends ses propres risques.

  8. Bonjour,

    J’attendais avec impatience ce second article pour y apporter ma petite contribution.
    Pour ma part avec ma femme, cela fait 10 ans que nous sommes ensemble, nous ne sommes pas marié, nous n’avons pas de compte joint, et l’argent n’a jamais été un sujet de mécontentement ou de disputes dans notre couple… jamais…
    Et pourtant nous avons Maison, voiture, mobilier, etc…
    Je nous classerai plus dans la catégorie : » La contribution au prorata des revenus. » mais sans document excel ou truc trop chiant ou compliqué. Nous nous faisons confiance depuis toutes ces années et en cas de coup dur imprévu (genre le réfrigérateur qui lache) eh bien on se débouille toujours sans se prendre la tête (communication, écoute, confiance et empathie). On se met à la place de l’un l’autre avant de penser d’abord à soi et à sa propre bourse (comme c’est souvent le cas dans les couples où les disputes éclatent).

    D’ailleurs l’astuce de la tenue d’un « document excel » me fait bien rire, car j’ai au moins 2 couples dans mon entourage qui se sont séparé en 10 ans à cause de ce fameux document excel ou cahier de compte barbant à remplir à chaque dépense ou à chaque retour de course.

    C’est comme pour le compte joint. Pour moi le compte joint c’est comme ajouter un éventuel sujet de discorde futur pour les couples où tout se passe bien dans le présent. Là encore j’aurais des tas exemples dans mon entourage, au même titre que le mariage 1er motif du divorce ! Et puis pourquoi faire un compte joint alors qu’on peut partager les dépenses directement à la source, faire deux CB ou 2 chèques au passage à la caisse ou pour les factures.

    Cela peut paraitre con ce que je dis mais, je ne compte plus le nombre de jeunes couples (de 20 à 40 ans) parmi mon entourage qui se sont séparés suite à un mariage, un compte joint, ou une tenue stricte d’un cahier de compte ou d’un document excel.

    Cela peut paraitre très « indépendant » tout ce que je dis là, mais chez nous, pas besoin de tout ça pour être un couple heureux et épanoui 🙂

    David.

  9. Emménagement bientôt avec ma copine. Je commence aussi pas mal à réfléchie à la question.
    Une solution que j’ai en tête est qu’après plusieurs mois ou en comparaison de nos ancienne dépense on évalue un budget fixe pour la nourriture, ménages et autre ou il y a des dépense similaire. Donc à chaque mois une somme va automatiquement à ces budgets. Et il suffit de regarder à la fin du mois si le compte et pas en rouge. Et si il reste un petit quelque chose pourquoi pas se faire plaisirs au restaurant ou autre.
    Pour la proportion sa commence à 50% 50% pour un budget bas et plus le budget est important plus la répartition devient par rapport au salaire.

    Voilà dans les grandes lignes pour les dépenses courantes.

    Est-ce que quelqu’un a un système similaire?

  10. Bonjour,

    Alors nous, nous fonctionnons comme Loïc et nous trouvons cela plus simple.

    Les revenus de ma femme et moi sont en effet versés directement sur un compte courant. Nous trouvons cela plus simple et cela correspond plus à la philosophie que nous avons du mariage (nous sommes sous la communauté légale et voyons nos ressources et nos projets comme un projet de vie commun. L’un des points qui facilitent ce système est que nous travaillons tous les 2 et que nous avons des salaires quasi similaires.

    Nous avons également un doc excel avec un budget par poste. Chez nous, pour le moment, quasi tout est commun yc le shopping de madame (plus important que le mien) car je considère que si un des 2 est un tout petit peu plus dépensier, il ne faut pas qu’il se sente brimé et cela constitue également à l’équilibre du couple et au projet commun.

    Nous nous payons également en premier à travers un virement automatique vers un compte épargne couple (objectif de faire du locatif et être indépendant financièrement sous 15-20 ans) et un virement automatique du même montant vers chacun de nos comptes courants. Chacun fait alors ce qu’il veut de cet argent mais en fait nous savons et j’aide en particulier ma femme à le placer. Nous avons en fait l’avantage d’être tous les 2 économes. Nous avons cependant la même vision de la vie et aimons notamment voyager. Donc nous ne nous privons pas non plus.

    En ce qui concerne le budget, nous nous fixons des objectifs et année par année, nous ajustons les objectifs de dépense et d’épargne.

    Nous fonctionnons comme cela depuis un bon moment et nous n’avons jamais eu de problème. D’ailleurs, nous ne nous disputons jamais (7 ans que nous sommes ensemble).

    A votre disposition pour échanger.

  11. Alexis :

    « Chez nous, pour le moment, quasi tout est commun yc le shopping de madame (plus important que le mien) car je considère que si un des 2 est un tout petit peu plus dépensier, il ne faut pas qu’il se sente brimé et cela constitue également à l’équilibre du couple et au projet commun. »

    Désolé mais ce passage me choque totalement.
    Est-ce que ta partenaire le prend avec autant de légèreté quand tu es  » un tout petit peu plus dépensier  » pour l’une de tes passions ?

  12. Je suis très surprise par le sujet, c’est une super idée de l’aborder. Donc je participe comme demandé :

    Au début de notre vie de couple, comme j’emménageais chez Mr, lui continuait à payer le loyer, moi les courses et l’embellissement du foyer. Pour les factures, restos… chacun son tour (en théorie, sans jamais vérifier).
    Les impôts par contre étaient payés par celui à qui il en restait le plus 😉
    On a fait 6 ans comme cela.
    Au moment du crédit immo, il nous a fallu un compte joint.
    On a versé dessus sans se poser de questions, au fil de l’eau c’est devenu le socle.
    Aujourd’hui, le compte commun gère tout, même si nous gardons chacun notre compte perso par fainéantise de les résilier… et utilisés principalement pour les cadeaux qu’on se fait, alimentés par des virements du compte joint dès qu’ils descendent un peu bas.
    Nous avons des livrets d’épargne séparés : je veille à avoir toujours la même chose de chaque côté.
    Je gère tout sur internet depuis des années, mon conjoint ne s’en préoccupe pas une seconde. Il n’ouvre même pas les relevés qu’on reçoit.
    On a une boîte d’espèces à la maison : 200 euros en moyenne, on pioche dedans et quand il n’y en a plus, on en remet (du compte joint) sans se demander où ça passe.
    Nous avons eu des différences de revenus, dans un sens comme dans l’autre, nous n’avons jamais modifié notre fonctionnement.
    Nous ne sommes pas mariés, et cela fonctionne parfaitement !

    Darkman, je ne vois pas d’amour dans ton point de vue : en quoi le budget fringue de Mme devrait poser problème ? A l’inverse, si Mr dépense plus pour son sport, où est le problème tant que ça ne bouffe pas le budget vacances ?
    Et puis, les sous-vêtements pour plaire à Mr, ça a un coût 🙂

    A l’inverse, mon père avec sa nouvelle femme : même au bout de 3 ans, ils font 50/50 sur les courses en retranchant de la part de l’autre : la mousse à raser de Mr, les soins capillaires pour Mme, les bouteilles de lait de Mme parce que Mr ne boit que du thé le matin… perso, ça nous dépasse complètement 😉

  13. @ Alexis et Déca :

    Enfait j’ai du mal interpréter la phrase d’Alexis.
    J’ai pensé qu’il mettait le shopping de sa femme sur un piédestal et qu’en plus il ne fallait pas la brimer si elle craquait le budget.

    Ça m’a renvoyé l’image répugnante de certaines personnes qui disent amen à tout…

    Sinon, je vous invite aussi à consulter des blogs et forums sur la séduction.
    A même titre que les blogs « financiers » ont changé mon point de vue de consommateur, ceux-ci ont changé mon point de vue de mâle.

  14. Bonjour! Comme je suis heureuse de pouvoir lire vos precieux conseils! Depuis quelques jours je farfouille internet pour m’aider à gérer les dépenses de notre maisonnée! Nous avons la chance de très bien gagner notre vie, mais nous sommes aussi très depensiés et avons un gros crédit. Nous sommes tous les deux incapables d’économiser mais n’en sommes fiers ni l’un, ni l’autre! Chez nous parc contre, pas de tabou, on parle de notre argent librement, même si de mon coté je gagne beaucoup moins de sous que mon pacsé! Je vais m’inspirer très largement de votre système au prorata des revenus de chacun pour tenter une nouvelle gestion de notre argent, mais mon principal problème, c’est que je n’ai pas des revenus réguliers d’une année sur l’autre ni d’un mois sur l’autre! Je suis intermittente du spectacle et même si je m’en sors bien, rien n’est vraiment stable. Comment me conseilleriez-vous de gérer cette donnée supplémentaire et non négligeable!!

    1. Post
      Author
  15. j’ai lu attentivement ce défilé de commentaires et je remarque que beaucoup nous font la leçon de leurs expériences personnelles, mais je dois faire la remarque que les discordent n’arrivent qu’avec le manque de revenus !.. évidement que lorsque les finances sont au beau fixe ou équilibrés, les tensions restent éloignés..
    le manque de revenu met en valeur des problèmes de couples qui jamais n’aurai vu le jour autrement !..
    comme si la situation de « mise en danger » nous dévoilais nos vrais visages 😉

  16. bonjour ,

    merci encore pour ce site qui m’a beaucoup aider , j’ai 24ans et je suis encore entre étude et vie active et j’ai depuis la visite de ce site établi des virements mensuels sur mon compte épargne certes de 50 euros mais depuis maintenant plus d’un an.
    et mon compagnon prend conscience qu’il dépense énormément alors qu’il pourrait l’epargner .

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.