Comment Sylvain gére ses finances personnelles en suivant les principes de Devenez Riche

Michael Ferrari Finances personnelles 8 Commentaires

couv-devenez-riche-HQ
Quoi de meilleur pour l’égo qu’un retour positif sur son travail ? Et vous savez ce que l’on dit : nous ne sommes jamais mieux servi que par soi-même. C’est donc avec ces 2 principes (sains ?) que je vous propose le témoignage que m’a fait parvenir Sylvain Zuchiatti l’auteur du blog laliberteatoutprix.fr

Voici Sylvain

————————–

« J’ai découvert le blog de Michael au meilleur moment possible pour moi. C’est à dire quelques semaines avant de terminer mes études et d’entrer dans la vie active. Cela fait un peu plus d’un an maintenant et lorsque je regarde ce que j’ai fait cette année, je me dis que ma situation a bien changé. J’ai commencé à mettre mes finances personnelles sur de bons rails et lancé la machine. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais au moins je vais dans la bonne direction. Je sais que je me rapproche chaque jour et que je finirai par atteindre mon objectif: l’indépendance financière. Ce livre à complètement changé ma vie. Je vous laisse juger par vous même.

Au printemps 2012, j’ai découvert les blogs sous leur forme actuelle. J’ai été surpris car je croyais qu’il n’existait qu’une seule forme, celle d’une radio bien connue. Quel choc! Plutôt que de raconter leurs soirées et publier des photos personnelles certaines personnes partagent leur vision de la vie et essaient d’aider les autres à vivre une vie meilleure et être plus heureux. Esprit-riche est le premier que j’ai trouvé. Je l’ai lu en long en large et en travers.

Jusqu’à présent je ne savais pas de quoi serait fait mon avenir. J’avais une vision qui ne me satisfaisait pas bien que très probable. J’aurai pu être un cadre de grande entreprise toute ma vie, mais à quoi bon? Ce n’est pas ce qui me fait rêver. Cette vie-là n’est pas épanouissante et trop contraignante pour moi. J’achète Devenez riche et tout s’éclaire. Je comprends qu’une alternative est possible on appelle cela l’indépendance financière. C’est la première fois que je mets un mot sur ce concept et cela change tout. Grâce à la lecture du livre je sais que c’est possible parce que certains l’ont déjà fait. Et je sais comment y parvenir. Je dois développer mes revenus passifs au maximum via la bourse, l’immobilier et l’entrepreneuriat.

Semaine 1: Stopper l’hémorragie financière

A la sortie de mes études j’avais de la chance: un maigre capital de 2000€ obtenus par des jobs d’été, mais surtout pas de crédit étudiant et des finances personnelles saines. Je n’ai pas eu d’éducation financière particulière, mais mes parents n’ont jamais souscrit à un emprunt autre que pour l’achat de la résidence principale. Je sais aujourd’hui que cela a eu un grand impact sur moi. Le crédit n’était pas envisageable autrement. « Devenez riche » m’a permis de compléter les manques et de ne pas démarrer dans la vie avec de mauvaises habitudes. Je venais d’obtenir une carte bancaire que j’ai fait changer. J’ai également enlevé mon découvert autorisé. Je suis économe par nature, mais il m’arrivait quelques fois de dépenser l’argent de la banque parce que je n’anticipais pas les dépenses importantes ponctuelles. Depuis ce jour ça n’est plus arrivé.

Semaine 2: Mettre son banquier à son service

Après avoir corrigé les petites erreurs que j’avais fait avec ma banque je suis passé à l’étape suivante. J’ai ouvert un compte bancaire en ligne et fermé le précédent. Bien que je profitais des tarifs pour les jeunes j’ai eu l’agréable surprise de payer encore moins dans ce nouvel établissement (et sans réduction particulière).

Le livre m’a permis de connaître les mots épargne de précaution et épargne projet. J’avais toujours à disposition une somme d’argent « au cas où » mais elle me servait également pour mes loisirs. Avec le recul j’ai compris deux choses qui auraient pu me causer des problèmes financiers:

  • Ne jamais confondre épargne de précaution et épargne projet. C’est la recette assurée pour s’apercevoir que son épargne de précaution n’est pas suffisante au moment où on en à le plus besoin.
  • Mon épargne de précaution était loin d’être suffisante. Elle doit subvenir à mes besoins en cas d’absence prolongée de revenus. Clairement avec son niveau précédent je ne serais pas allé bien loin.

Aujourd’hui près d’un an après, mon épargne de précaution s’élève à six mois de dépenses et j’épargne 30 à 40% de mes revenus mensuels. Mon épargne de précaution étant en place, je peux maintenant commencer à investir dans des revenus passifs.

Semaine 3: Se préparer à investir

J’ai pu tester l’utilité d’une épargne de précaution en mai. Ma voiture qui n’était pas toute récente, présentait des signes de fatigue. Les réparations étant trop chères à effectuer par rapport à sa valeur, j’ai été contraint d’en acheter une nouvelle. Mon épargne de précaution est calibrée pour me permettre de changer de voiture si j’en ai besoin. Malgré le fait que je venais d’investir dans un bien immobilier, mon épargne était toujours là. C’est un vrai confort que de savoir que je pouvais acheter la voiture que je souhaitais parce que je l’avais anticipé.

Avant cela j’ai eu l’opportunité d’investir dans l’immobilier. Alors que je désirais être propriétaire de ma résidence principale j’ai compris que ce n’était pas la bonne solution pour avoir plus de liberté (Votre résidence principale n’est PAS un actif). Mes recherches m’ont permis de dénicher un lot de 7 places de stationnement disponibles pour de la location. Mon premier investissement a donc été fait en mars 2013.

Mon épargne de précaution a de nouveau atteint le niveau que je souhaitais en août 2013, à partir de là mes économies mensuelles vont donc être entièrement dédiées à mes investissements.

Au cours du mois de septembre je me suis penché sur les assurances-vie. Cela faisait plusieurs mois que j’attendais de pouvoir en ouvrir une, c’est maintenant chose faîte depuis quelques jours. J’ai débuté avec le capital minimum et ai mis en place un versement régulier. De cette manière j’investis automatiquement sans même y penser.

J’ai procédé de la même façon en mai lorsque j’ai ouvert un plan d’épargne entreprise. Tous les six mois mon treizième mois et mes éventuelles primes sont redirigées sur ce compte. Je ne fais que recevoir les relevés du compte qui m’indiquent à combien s’élève mon capital. Ça change des courriers qui ne font qu’apporter des factures.

Semaine 4: Dépenser intelligemment

Cette partie du livre explique l’importance de maîtriser ses dépenses et propose pour cela de faire un budget. Je ne peux qu’insister sur le fait de contrôler ses dépenses, sans cela, vous ne pouvez pas épargner ou investir et êtes toujours à vous demander si vous pouvez vous permettre telle dépense ou comment payer telle facture. En revanche, je me suis vite aperçu que la tenue d’un budget n’était pas pour moi.

J’ai donc opté pour une solution différente. Alors qu’un budget est prévisionnel, je regarde a posteriori ce qu’on été mes dépenses. Pour cela j’utilise un logiciel de gestion gratuit qui rassemble l’historique de l’ensemble de mes comptes. Il me permet de connaître mes flux d’argent suivant chaque catégorie. En comparant avec les mois précédents je suis en mesure d’identifier les changements. Cela m’indique quelles dépenses sont à limiter le mois suivant. Je transmets ensuite ces informations à un fichier de gestion personnalisé sous Excel. J’ai une vue plus globale de ma santé financière. Je suis l’évolution de plusieurs indicateurs qui me semblent pertinents comme l’évolution de mon patrimoine. Je suis assez friand de ce genre de chiffre.

Comme je cherche à gagner en liberté via l’indépendance financière, lorsque j’ai un revenu supplémentaire comme une prime, j’en profite pour me faire plaisir, mais pas entièrement. Plus de 90% de ces revenus sont investis. Ainsi j’augmente à chaque fois mes revenus passifs. Les revenus passifs font également partie de ces revenus supplémentaires ce qui génère un cercle vertueux telle une boule de neige dévalant une pente.

Semaine 5: Automatiser votre système financier

Mon système financier est organisé de manière à me libérer du temps. Chaque début de mois, tous les revenus à épargner ou investir sont redirigés vers un même compte. Depuis celui-ci, j’investis automatique sur mon assurance-vie, sur mon PEE ainsi que sur mon bien immobilier. Tout cela est fait via des prélèvements automatiques ou des virements programmés. L’utilisation d’internet facilite beaucoup la mise en place d’un tel système.

Mon épargne n’est en revanche pas automatisée. En effet je veux conserver la possibilité d’épargner plus que prévu si j’ai dépensé moins ou reçus des relevés supplémentaires durant le mois précédent. Cette méthode est assez personnelle car je sais contrôler mes dépenses et éviter les achats impulsifs et pourrait ne pas convenir à tout le monde.

Mon système financier est clair pour moi et chacun devrait avoir une idée limpide des flux d’argent à mettre en place pour son épargne et ses investissements automatisés.

Semaine 6: Passer à l’action

Cette semaine-là consiste à découvrir son style d’investissement. En ce qui me concerne, je sais que j’ai besoin de tester pour savoir dans quel domaine je suis le plus à l’aise. J’ai donc décidé de tous les essayer: bourse, immobilier et entrepreneuriat.

J’ai commencé par l’entrepreneuriat car je pense que c’est le plus efficace. Mais aussi le plus difficile. J’ai débuté modestement en ouvrant un blog et en partageant mes idées avec mes lecteurs. L’objectif n’était pas de gagner de l’argent, mais d’abord de chercher à faire croître au maximum le trafic du blog. C’est une démarche non triviale qui demande de l’organisation et développe l’esprit d’entreprise. J’ai ensuite poursuivi en juin 2013 avec un site de niche qui a cette fois pour objectif de générer des revenus complémentaires.

En parallèle j’ai effectué des recherches dans le domaine de l’immobilier. La location d’appartements comportant de nombreux paramètres j’ai opté pour la location de parkings. Les difficultés sont moins nombreuses et les sommes engagées moins importantes. Par contre les démarches sont les mêmes que pour l’achat d’un château ce qui permet d’apprendre plus rapidement. J’ai signé l’acte d’achat au printemps.

Enfin pour la bourse j’ai ouvert un contrat d’assurance-vie dans une banque en ligne. Il est encore un peu tôt pour tirer des conclusions de cette partie, mais j’ai sélectionné mes fonds d’investissement sur des critères que j’avais fixé. J’espère avoir les premières conclusions d’ici six mois afin de faire des corrections si nécessaire. L’objectif étant de trouver de bons fonds puis de ne plus en changer. Je pourrai ensuite débuter l’achat d’actions à dividendes via le PEA qui me correspond un peu plus.

La boule de neige commence à s’emballer

Si je regarde en arrière et ce que j’ai accompli depuis un an, je me rends compte que  j’ai démarré beaucoup de projets différents. Cela peut être un frein car je me disperse, mais j’ai besoin de cela dans un premier temps pour savoir sur quel domaine concentrer mes efforts. Tous ces projets commencent à porter leurs fruits et devraient être réellement rentables d’ici à un an.

J’ai adopté un rythme de vie qui me permet d’épargner une grosse partie de mes revenus et de les allouer à mes investissements. J’ai ainsi pu rapidement me constituer une épargne de précaution. J’ai automatisé au maximum  mon système financier pour avoir l’esprit libre. Aujourd’hui je n’ai plus qu’à relever l’évolution régulièrement et faire quelques corrections si nécessaire, mais cela me prend au plus une demi-heure par mois.

Mon épargne de précaution est constituée, et mes économies sont maintenant dirigées vers mes investissements. parkings, assurance vie et sites internet. Ce qui est magique c’est qu’à partir d’un certain moment, les investissements se supportent les uns les autres. Comme je l’ai déjà dit, mes parkings ne sont pas tout à fait rentables, mais les revenus générés par mes sites internet comblent le manque. Une fois que ce ne sera plus nécessaire je redirigerai mes revenus supplémentaires sur mon assurance-vie afin d’accélérer la capitalisation. Le plus difficile est de mettre la machine en mouvement. Une fois l’inertie vaincue il n’y a plus qu’à entretenir le mouvement et corriger la direction. Warren Buffet, probablement l’investisseur le plus célèbre du monde et un des hommes les plus riches appelle cela « l’effet boule de neige ». Imaginez que votre système ressemble à une boule de neige dévalant une pente d’hiver. Plus la boule roule et plus elle grossit. Le mouvement devient vite inarrêtable. C’est ce que je cherche à créer.

Le livre m’a réellement ouvert les yeux et poussé à agir. J’ai pu constater par moi même les résultats de ce plan. Ces changements ne sont pas passés inaperçus dans ma famille, si bien qu’après avoir expliqué quelques concepts j’ai offert le livre à mon cousin étudiant (ne vous inquiétez pas j’ai conservé mon exemplaire). Il l’a adoré et a commencé à agir immédiatement en allant voir son conseiller bancaire. Ce n’est pas le seul à qui j’ai parlé du livre et tous ceux qui prennent le temps de le lire y adhèrent.

En parallèle de tous ces projets d’investissement je n’ai jamais de problème d’argent à régler. Ma vie n’est pas déterminée par mes capacités financières. Ce qui fait qu’aujourd’hui je suis heureux. J’adore ma vie et le meilleur c’est que

Demain s’annonce meilleur encore.

Avez-vous votre exemplaire? »

Commentaires 8

  1. Philippe Geffroy

    Quelle satisfaction de voir quelqu’un qui applique et obtient des résultats. je vous laisse juste imaginer un truc: vous avez appliqué (mais vraiment appliqué!) seulement 1% de tous les bouquins que vous avez lu… Ouahhhh!

  2. nathalie

    Bonjour, J’ai moi aussi découvert ce site il y a quelques mois, il est très bien pour prendre conscience qu’il ne faut se contenter de ce qu’on l’a et qu’on a chacun les cartes en main pour évoluer en s’en donnant les moyens.
    Je réagis concernant les propos sur l’assurance vie et l’actualité toute récente sur les prélèvements sociaux en espérant que Michaël saura nous rédiger un bel article à ce sujet.
    A bientôt.

    1. Post
      Author
  3. Pingback: Devenez riche, des conseils à la portée de tous!

  4. Laurent - Affiliation Zen

    Bel exemple de quelqu’un qui a « la tête sur les épaules » et qui agit intelligemment (et avec méthode) pour améliorer sa vie.

    Je crois que l’essentiel est là (épargne, dépenser intelligemment, automatiser le processus, recherche de revenus alternatifs, etc…).

    Bravo

  5. Benoît Fary

    Un bel exemple enfin ! Quelqu’un qui applique les conseils (qu’ils soient censés, intuitifs et logiques d’ailleurs) c’est quelqu’un dans l’action ! Et on ne devient pas meilleur sans agir ! Bravo à toi en tout cas pour cet article !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.