Comment choisir un coach ?

Michael Ferrari Développement personnel 3 Commentaires

Philippe-Geffroy-photoPhilippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » : argent et développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Avec Sylvie et Philippe, nous avons créé le séminaire Créez la vie que vous méritez : une expérience unique pour obtenir ce que vous voulez de la vie. Voici Philippe !

J’ai été récemment contacté par un participant du « Créez la vie que vous méritez » d’octobre 2012 qui m’a fait part de son enthousiasme pour ce stage et de ce que cela avait déclenché chez lui : une vocation pour devenir coach et accompagner des personnes à créer leur activité indépendante.

Je suis toujours touché quand mon travail (et celui de Sylvie, Céline et Michael !) déclenche de tels désirs. De nombreuses personnes aujourd’hui se forment au coaching et je formule le vœu que cela contribue à créer un monde meilleur. Si !

Mais ce n’est pas le sujet. J’ai proposé à cette personne de la recevoir et de lui parler de ce métier, de la manière de devenir coach et de lancer son activité. Il est arrivé avec une liste de questions pertinentes et bien préparées sur l’expérience et les qualités personnelles requises, sur l’investissement personnel, sur l’utilité de suivre une formation au coaching et d’autres sujets connexes. L’entretien a pris une tournure particulière lorsqu’il m’a demandé quel était l’investissement financier nécessaire à l’exercice du métier. Je lui ai répondu les faits suivants : « j’exerce un métier d’accompagnement depuis 1992, en indépendant depuis 1996. Chaque année, je fais entre 20 et 30 journées de formation, en incluant la supervision et le coaching personnel. A 200 euros la journée en prix actualisé pour une moyenne de 25 jours, cela fait 5000 euros par an ». Soit 80 000 euros depuis 16 ans. Il y a eu un grand blanc suivi d’une question : les blogueurs qui vendent des formations au développement personnel ou pour créer sa boite sont-ils des coachs ? J’ai répondu : qu’en pensez-vous ?

On n’apprend pas le coaching en lisant des livres. Lire est important, c’est une entrée en matière tout à fait valable mais qui ne donne en aucun cas les compétences pour accompagner une personne. Savoir n’est pas connaître. Le coaching est un processus visant à permettre à une personne de trouver elle-même les solutions aux situations insatisfaisantes qu’elle rencontre. Ce n’est pas du conseil, ni de la prescription, encore moins du « yaka -faudraiquevous » ou un sermon.

Il est souvent mis en avant la réussite personnelle de l’intervenant pour justifier de sa qualité (nous le faisons aussi avec Michael). C’est un élément important, mais pas suffisant pour aider les autres à changer : il ne suffit pas de savoir ce que Pierre Paul ou Jacques a fait pour réussir pour pouvoir le reproduire. Quand une personne vient voir un coach, elle sait souvent très bien ce qu’elle aurait à faire, mais n’ose pas ou n’y arrive pas. Elle va en outre manifester des résistances dans l’accompagnement, car toute demande de changement s’accompagne d’une demande (non consciente) de statu quo. C’est là que les compétences d’accompagnement sont cruciales, et ces compétences s’acquièrent par l’intégration d’outils et de stratégies de coaching, lors de trainings répétés supervisés par des coachs expérimentés. Cela implique un très gros travail de connaissance de soi et de remise en question personnelle du coach, afin qu’il puisse mettre à distance ses propres mécanismes et préférences personnelles (projections) pour être vraiment au service de son client.

Enfin, une fois que le coach est formé et exerce, il devra être supervisé régulièrement, c’est-à-dire pouvoir travailler les situations problématiques que ses clients lui apportent (croyez-moi, il y en a !) avec une personne référente qui l’aidera à prendre de la distance, à repérer ce qui coince et à trouver des options pertinentes. La supervision tout comme la formation continue contribue à sa professionnalisation.

La semaine prochaine, je vous donnerai des critères pour choisir votre coach. Personnellement, je n’aime pas les contrefaçons.

Commentaires 3

  1. Brigitte Roujol

    Merci Philippe d’avoir contribué mieux faire connaitre notre profession et à préciser l’investissement annuel en formation continue que cela requiert. . Tu as probablement également dit à cette personne de ne pas sous-estimer l’investissement financier que représente le « temps commercial ». « Prospecter » veut dire du temps non rémunéré… Trop de coachs en devenir, des personnes anciennement salariés qui m’ont contacté à travers le portail Coaching Avenue (www.coachingavenue) imagine qu’une fois formées, elles auront une salle d’attente remplie comme un médecin… Il faut les désillusionner ! la formation initiale de coach n’est que le tout début : l’investissement réel ne se fait qu’une fois cette formation initiale terminée, en temps de prospection, en networking, en personal branding, en démarches de marketing personnel, etc… Transmets bien le bonjour à Sylvie.

  2. Philippe Geffroy

    Bonjour Brigitte
    Heureux de te retrouver via esprit riche! Tu as tout à fait raison sur l’investissement temps pour le commercial et le décalage entre être un coach certifié et un coach professionnel. La semaine prochaine, je détaillerai qques critères pour choisir un coach, tu me diras ce que tu en penses!
    Bien à toi
    Philippe

  3. Scapla

    Merci pour cet article tellement vrai.
    le fait de lire des livres ne nous donne pas le droit de se dire coach. Cela nous prépare tout comme suivre des coaching mais selon moi, le vrai droit de se dire coach, c’est le fait de poursuivre toujours notre évolution tant au niveau de lecture que s’ouvre encore et encore des coaching avec des mentors qui ont fait leurs preuves.

    Quand à moi, je suis nouveau comme coach mais je ne me considère pas comme le coach qui sait tout, au contraire, je continue à me former tout les jours

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.