5 questions les plus posées après la lecture de Devenez Riche

Michael Ferrari Finances personnelles 14 Commentaires

Devenez Riche est sorti depuis un an maintenant et vous avez été formidable avec vos emails et commentaires depuis ! Il y a des questions qui reviennent le plus souvent, aujourd’hui j’ai décidé d’y répondre pour tous les lecteurs qui nous rejoignent chaque jour ! La thématique ? Horrifié, beaucoup d’entre vous demandent dans le forum ou par email quoi faire avec leurs comptes. Voici mes réponses mais surtout, pas de stress 🙂

Si jamais vous vous demandez en vous grattant la tête mais Devenez Riche c’est quoi ? C’est un programme en 6 semaines pour automatiser vos finances.  Juste des étapes simples pour mettre de l’ordre dans vos finances et en faire un outil simple pour supporter vos projets et continuer votre vie. Ce que CA N’EST PAS : du bla-bla, de la pensée magique, du jargon pour vous impressionner ou des conseils ridicules pour économiser 1 € en prenant le café à la maison. Le livre est construit pour marcher parce qu’il fait quelque chose que la plupart de ce que vous pourrez lire sur l’argent ne fait pas : il prend en compte la psychologie humaine. Fou non ?

1. Quel investissement choisir à 20 ans ?

Après avoir lu le livre, il est facile de se sentir pressé et poussé a agir… quitte à paniquer. Si vous avez 20 ans ou que vous êtes encore étudiant, prenez de bonnes habitudes, préparez votre avenir mais ne soyez pas en stress si vous avez 3 000 € qui dorment sur un Livret A comme si vous teniez une patate chaude dont il faudrait se débarrasser. Il faut s’habituer à manipuler 3 000 puis 10 000, 50 000, 100 000 € et bien plus. Cela devient naturel. Ne soyez pas impressionnés par un chiffre et il vaut mieux se planter avec vos 3 000 € maintenant (même s’ils sont durement gagné) que 20 ans plus tard avec votre patrimoine entier.

A 20 ans il existe évidemment des personnes qui investissent en bourse, qui créent une entreprise ou qui font de l’immobilier mais ces gens-là ne se posent pas de questions. Ils sont déjà chez le banquier en train de négocier un prêt ou chez eux en train de développer des applications iphone.

Si vous vous en posez, continuez d’apprendre et d’investir votre temps avant d’investir votre argent, ne paniquez pas car vous êtes déjà en avance sur la plupart des gens. Et non ça ne sert à rien de mettre toutes vos économies en bourse 🙂

A 20 ans, si vous n’avez pas de revenus, prenez date sur un PEA (Plan d’épargne en actions) pour que sa fiscalité soit avantageuse pour vous d’ici 8 ans (il faut au moins 100 €), et éventuellement une assurance vie (il faut au moins 1000 € sur la plupart des contrats) et surtout mettez en place votre épargne de précaution via des livrets réglementaires type livret A et LDD. Si vous avez des revenus, alimentez votre assurance vie mais ne vous forcez pas à manger des pâtes pour cela (on m’a déjà raconté ça!). Il sera beaucoup plus facile d’alimenter vos investissements lorsque vous aurez un « vrai » revenu.

Voilà tout.

2. Faut-il ouvrir un PEA, une assurance-vie ou un compte titres ?

Ces 3 supports remplissent la même fonction de base : acquérir des titres. Les différences sont notamment fiscales.

Dans votre trousse à outil d’investisseur, vous devez avoir en priorité un PEA car c’est l’enveloppe la plus avantageuse. C’est simple et gratuit à ouvrir et même si vous n’avez que 100 € vous pouvez « prendre date » pour que votre PEA soit mûr lorsque vous aurez un revenu plus important. Un PEA mûr permet d’avoir une fiscalité plus avantageuse sur les plus-values réalisées.

Ensuite, le compte titres est un complément au PEA. En théorie, le PEA ne sert qu’a investir dans des actions européennes, la réalité est un peu plus flou, mais si vous souhaitez diversifier géographiquement vos investissements vous allez devoir compléter votre trousse à outil avec un compte titres. Le PEA possède aussi un plafond de 132 000 €, un fois atteint le compte titres prendra le relais. Il vous permettra notamment d’investir sur les marchés comme les Etats-unis, l’Australie, le Japon, le Canada… Si vous avez lu le livre, vous savez qu’une répartition saine doit être aussi géographique.

L’assurance vie est aussi un élément de base pour votre trousse à outil. Si le PEA est votre tournevis fétiche, l’assurance vie sera votre pince préférée. Elle est complémentaire au PEA. L’avantage c’est que vous pouvez ouvrir autant d’assurance vie que vous le souhaitez contrairement au PEA qui est limité à un par personne physique. Ouvrir plusieurs assurances vie a du sens pour profiter des nouveaux contrats et pour répartir le risque entre différents assureurs. Evidemment, choisissez une assurance vie sans frais.

3. Y-a-t-il une différence entre trackers, ETF, fond indiciel côté et fond indexé ?

Il existe des différences dans la fréquence de cotation mais par abus de langage, on peut considérer que c’est la même chose. Les termes tracker et ETF sont les plus utilisés. J’avais voulu éviter les anglicismes pour simplifier mais je ne suis pas sûr que c’était une bonne idée 🙁

4. Peut-on prendre des trackers dans une assurance vie ?

De nombreuses assurance vie le permettent. Si vous avez un ancien contrat, il est probable qu’il ne propose pas de trackers, dans ce cas ouvrez-en un nouveau si c’est ce que vous souhaitez faire. La sélection des trackers est plus limitée que celle à laquelle vous auriez accès via un compte titre ou un PEA mais elle suffit bien souvent pour faire une répartition d’actifs satisfaisante. Le fait de choisir des trackers dans une assurance vie ne procure pas d’avantage particulier et se trouve être plutôt peu intéressant d’un point de vue fiscal.

5. Quels trackers faut-il choisir ? / Comment choisir un tracker ?

Le choix des trackers dépend de votre allocation d’actifs (livre page 228), c’est à dire la part d’actions, d’obligations, d’immobilier et de liquidités que vous aller mettre en place. Vous devez donc savoir comment vous aller équilibrer votre portefeuille pour déterminer ensuite quel tracker il faut sélectionner pour les intégrer dans votre portefeuille. Le choix de vos trackers doit aussi reproduire la répartition géographique et sectorielle que vous recherchez, cela peut parfois être délicat avec les trackers de s’assurer de cela.

Ensuite des critères plus techniques peuvent orienter le choix du tracker comme sa nature (synthétique/physique) et le traitement de la fiscalité mais nous sommes déjà en train de pinailler 🙂

Vous savez que l’essentiel est de commencer, d’agir et de corriger au fur et à mesure.

Il existe des outils pour chercher les trackers :

Pour commencer le plus simple reste cependant de faire en fonction de ce que vous propose votre assurance vie ou de choisir des trackers éligibles au PEA. Ainsi, par ordre de préférence il vaut mieux loger vos trackers dans un PEA puis sur un compte titre et en dernier seulement sur une assurance vie.

Le forum contient des exemples intéressants pour comprendre l’approche :

 

Et bien entendu si vous avez d’autres questions, le forum est fait pour cela !

Commentaires 14

  1. Pingback: 5 questions les plus posées après la lecture de Devenez Riche | Communauté du développement personnel

  2. Arnaud

    Article intéressant pour qui veut débuter dans la gestion des finances personnelles. C’est un bon point d’expliquer un petit peu les outils à notre portée pour gérer son argent.

    Une phrase me gêne au début de l’article. « des conseils ridicules pour économiser 1 € en prenant le café à la maison ».

    L’une des choses par laquelle on commence dans la gestion de ses finances personnelles, c’est de pouvoir dégager de l’argent pour créer son épargne de précaution, puis faire ensuite des investissements.
    L’idée d’économiser un euro de temps en temps est loin d’être ridicule.

    J’ai pu lire sur de nombreux blogs cette idée d’économiser sur le café. Mais bien souvent, il ne faut pas le prendre au pied de la lettre.

    L’idée c’est de bien se connaître, bien gérer ses dépenses, pour pouvoir dégager de nouvelles ressources, et pour pouvoir dépenser moins que ce que l’on gagne.

  3. André

    Bonjour,

    il ya toujours une question que je me pose suite à la lmecture de devenez riche.

    Cela concerne l’achat d’obligations:
    cela me parait assez compliqué.
    1) Acheter un tracker obligataire, j ai l impression que ce n’est pas la même chose que d’acheter une obligation: droit au coupons… etc…comment ces trackers varient ils….

    2) Acheter un FCP° composé d’oblig: attentions aux frais….

    3)Acheter des obligations d etat: tres difficile pour un particulier…

    Bref: comment acheter des obligations en tant que particulier, qu’en pensez vous?

    1. Post
      Author
      Michael

      Effectivement ce n’est pas facile pour un particulier. La solution la plus commode (faisabilité / coût) reste le fond euros ou le tracker même si comme vous le précisez ce n’est pas exactement la même chose.

  4. ElNix

    « Le fait de choisir des trackers dans une assurance vie ne procure pas d’avantage particulier et se trouve être plutôt peu intéressant d’un point de vue fiscal. »

    Il y a quand même l’intérêt de ne pas avoir à payer de frais de courtage vis à vis d’un compte titre. (Ou je me trompe ?)

    Mine de rien, quand on a envie d’investir 100€/mois en trackers ça permet d’éviter soit de lâcher 2.5€ à chaque fois soit de devoir stocker plusieurs mois avant d’investir (ce qui réduit le lissage et désautomatise).

  5. pokpok

    Merci pour ces belles questions réponses.
    Je cherche a ouvrir un PEA mais ne sait pas trop vers quel établissement me tourner, savez vous si il existe des comparateurs?

    1. Post
      Author
      Michael

      Le PEA est un produit règlementé comme le livret A. Il n’existe pas de différences entre les PEA. Restent les frais et là c’est banque en ligne pour que cela soit gratuit.

  6. Michel

    « Le PEA possède aussi un plafond de 132 000 €, un fois atteint le compte titres prendra le relais. »

    Bonjour,
    Il s’agit d’un plafonds de versement de liquidités pour être précis. Le PEA peut dépasser 132.000 € avec les plus-values engendrées.

    1. Post
      Author
  7. Tosh

    Bonjour,
    Je suis en train de lire la version originale du livre (I will teach you to be rich) et au le premier chapitre (Optimize your credit cards) l’auteur parle d’un « credit score » (appelé aussi FICO aux Etats-Unis, créé par la Fair Isaac Corporation ). Est-ce qu’il y a un équivalent en Europe et surtout en Belgique ? J’ai cherché sur le net mais je n’ai rien trouvé.

    Merci d’avance 🙂

    1. Post
      Author
      1. PapaOurs

        Bonjour,
        Pour répondre à Tosh, sans être expert mais travaillant dans la monétique, je peux t’affirmer que chaque porteur de carte bancaire à son propre profil. Suivant les habitudes du titulaire de la CB, du type de carte (VISA Premier, Gold ou Platinium)… le porteur porte un score. A chaque paiement, il y aura des contrôles ou non qui seront opérés suivant ce score.
        Ex : un porteur de GOLD ne se fera quasiment jamais contrôlé « en direct » par sa banque pour un petit paiement. Alors qu’un porteur de CB d’entrée de gamme aura une demande d’autorisation auprès de sa banque de façon systématique.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.