Voulez vous gagner de l’argent… et exploser en plein vol ? Le cas Casey Serin

Michael Ferrari Développement personnel Laissez un commentaire

Merci à Julien de m’avoir suggéré le sujet de cet article.


Dans les livres de finances, de développement et de motivation, il y a un conseil qui revient de manière régulière : « Ne prenez pas de raccourcis ».

Ce que je comprends de ce conseil c’est qu’il ne faut pas essayer de bruler les étapes et de court-circuiter les différents acteurs d’un domaine. Autrement dit, ne faites pas n’importe quoi ! Chaque secteur à ses règles et ses possibilités, ne batissez pas votre parcours sur quelque chose qui n’est pas possible.

Force est de constater qu même en ne respectant pas du tout cette règle, Casey Serin est arrivé à emprunter des sommes importantes d’argent.

Avec le crédit facile disponible aux États unis jusqu’en 2006, il a investi cet argent dans des maisons en voulant jouer au spéculateur.

Casey Serin est connu sur le web. J’ai lu son histoire il y a de ça 6 mois et j’avais été assez interpelé.

Qui-est-ce ?

Casey Serin est né le 10 septembre 1982 à Tashkent en Ouzbékistan. Il arrive aux États-Unis en 1994 et travaille comme développeur web. Rapidement il quitte son boulot pour investir dans l’immobilier. Il commence ses investissements fin 2005 et acquiert 8 maisons. Peu après il se retrouve en faillite après avoir pu revendre seulement 2 maisons.

Il reconnaitra avoir menti pour obtenir les prêts à la banque le justifiant par le fait que « Ce n’est pas un faux tant que quelqu’un ne me poursuit pas à ce sujet » (Préseomption d‘innocence).

Pour partager sa peine, il a ouvert un blog http://iamfacingforeclosure.com/ où il racontait ses diverses aventures. Ce blog est désormais fermé. Depuis il a ouvert et fermé quelques blogs sur des sujets comme l’or, l’immobilier ou le conseil en cas de faillite (au moins là-dessus il sait de quoi il parle…). Il a également participé à l’écriture d’un livre sur la faillite.

Il a réussi à emprunter 100% des sommes nécessaires pour acheter chaque maison n’ayant pas ainsi à avoir d’apport personnel dans chaque acquisition et il a profité du délai nécessaire aux banques pour communiquer pour contracter différents prêts dans plusieurs états.

Au total il a investi plus de 2 millions de dollars dans l’immobilier.

Le phénomène a même son article sur Wikipédia, il contient notamment un tableau résumant ses acquisitions. Son article s’appelle Casey Serin.

Date d’achat

Propriété

Prix d’achat

Statut

Prix de vente

3-8-2002

Salmon Falls Drive, Sacramento, CA

$110,000

Vendue le 13/03/2003

$157,000

10-7-2005

8256 Calla Way, Sacramento, CA

$360,000

Vendue le 04/01/2006

$365,000[43]

1-3-2006

6842 Burdett Way, Sacramento, CA, 95823

$295,000

Saisie

<$247,500[44]

2-6-2006

6021 Guadalajara Drive, Rio Rancho, NM, 87144

$497,000

Saisie

<$407,000

2-24-2006

6209 Sonora Ave, Albuquerque, NM

$345,000

Vendue en juin 2006

3-6-2006

1910 Muncy Drive, Modesto, CA, 95350

$323,000

Saisie (Avril 2007)

<$287,825.87

3-10-2006

6656 W 10250 N, Highland, UT, 84003

$360,000

Conservée?

$399,000

3-4-2006

6500 Larchmont Drive, North Highlands, CA, 95660

$330,000

Saisie

<$216,000[45]

5-4-2006

9524 Angleridge Road, Dallas, TX, 75238

$269,600

Saisie

$211,222

Total

$2,889,000

$2,290,547

Son site perso se résume à ça : http://www.serin.us/ où il annonce s’être « rangé ».

Y-a-til une morale dans cette histoire ?

Une quoi ? Non mais sans rire.

Ce qui est sur, c’est qu’il a réussi à faire pas mal de fric avec son blog. Il a vendu des espaces publicitaires à de grands sites et a profité de l’attention qui lui était accordée générant des revenus de $3000 certains mois.

Il s’est, en tout cas, attiré les foudres de nombreux groupes de personnes mais la frontière entre haine et admiration est fine : des gens ont payé pour passer du temps avec Casey Serin. ($250 pour une heure de discussion).

Casey Serin est ce que l’on appelle aux Etats-Unis un « flipper » (non ce n’est pas un dauphin) autrement dit un spéculateur faisant un aller-retour rapide. Il achète une maison qu’il retape un peu (ou pas d’ailleurs) et la revend en profitant de la hausse du marché. Il n’a donc pas de morale, il ne veut pas créer de valeur. Il souhaitait juste profiter du marché.

Le bon, la brute et le truand

Casey Serin a laissé des traces. Sur caseypedia.com, la liste des victimes de ses agissements est tenue à jour.

Dans une des vidéos qui ont rendu son blog célèbre, il apparaît aux côtés de Robert T. Kiyosaki sur lequel j’avais écrit un article : Un maître à penser ?.

Il y raconte ses exploits et notamment qu’il a suivi de nombreux séminaires sur l’immobilier et l’argent tels que http://www.thenorrisgroup.com/ ou http://www.usawealthexpo.com/ qui sont dispensés régulièrement aux États-Unis. Il voulait récupérer rapidement l’argent qu’il avait dépensé pour suivre ces séminaires.

Son deuxième deal lui a permis de rembourser le crédit qu’il avait fait pour assister aux séminaires.

Il a acheté $360 000 mais en ayant récupéré au black (du cash-black 🙂 ) $30 000 soit disant pour réparer la maison. En réalité il garda cet argent comme « plus-value » et revendra la maison… $360 000 (ou $365 000 selon les sources). Robert T. Kiyosaki pose la première question dans ce cas là : Et pour les taxes ?

Dans le cas d’achat/revente rapide les frais de notaire et éventuellement de l’agent immobilier sont des frais perdus.

Il ne répondra pas à la question, mais avoue à demi-mot avoir encore des choses à payer la dessus.

Pour vendre cette seconde maison, il achètera la maison de l’acheteur afin de faire le deal. Il était content d’avoir trouvé un acheteur dans un marché qui commencer à se resserrer qu’il reconnaît avoir surpayé la troisième maison.

Il a parié que le fait que le marché aller monter.

Ce qu’on ne peut pas lui retirer c’est qu’il a agi. Il a fait énormément de choses, pas toujours correctement et légalement, mais il a agi.

Il a suivi des cours, lu des livres et il a (mal) appliqué tout ça !

Robert T. Kiosaki reconnaît même qu’il a, lui aussi, falsifié les documents mentionnant ses revenus pour obtenir plus d’argent de la banque. Il dit seulement qu’il l’a fait lorsque le marché était dans de bonnes conditions et qu’il ne s’est pas fait attrapé. Il a réussi à sortir de cette spirale.

Robert T. Kiyosaki parle du marché immobilier en précisant qu’il est cyclique (si jamais il fallait encore le dire !) et conseille évidemment de rentrer sur le marché quand il est en baisse.

Que faut-il en garder ?

Une seule chose : s’il avait fait ce qu’il a fait quelques années avant il aurait certainement réussi. Il ferait certainement parti des conseillers, il aurait écrit des livres sur « Comment je suis devenu rentier » ou « Devenir riche avec l’immobilier ».

Il accepte la responsabilité de ses actes et ne veut pas se déclarer en faillite comme le permet la loi aux États-Unis. Il veut rembourser l’intégralité des sommes qu’il doit.

D’autres liens :

USA Today : 10 mistakes that made flipping a flop

Casey Serin: The world’s most hated blogger?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.