Obtenez ce que vous voulez en le demandant clairement

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Développement personnel, Esprit riche, Psychologie de l'argent 6 Commentaires

Philippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » dans le domaine de l’argent et du développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Voici Philippe !

Vous arrive-t-il d’attendre de la Redoute qu’elle vous livre un colis sans que vous l’ayez commandé auparavant ? Non, ce serait très surprenant!
Pourquoi alors attendre de vos relations (proches ou plus éloignées, personnelles ou professionnelles) qu’elles fassent ou disent quelque chose alors que vous ne le leur avez jamais demandé ?

Cédric participe à un de mes stages. Nous nous connaissons depuis des stages précédents et une relation de confiance s’est établie entre nous. Je me retrouve à côté de lui lors d’une pause. J’observe qu’il est un peu renfermé mais n’y prête pas plus attention. Soudain, il me prend à part et me dit : « Ce n’est pas facile pour moi de te le dire, mais quand on a fait tel exercice, j’aurai aimé que tu me fasses un feed-back sur ma manière de le réaliser et tu ne l’as pas fait, ça m’a déçu». Je vois que Cédric est ému. Quant à moi, c’est plutôt de la surprise. Après un temps de silence, je lui dis quelque chose comme : « j’apprécie ta franchise et ton ouverture, je préfère que tu m’en parles plutôt que le ruminer ». Mais je suis toutefois ennuyé par sa remarque. « Est-ce que tu m’as demandé de te faire un feedback, avant ou après cet exercice ? ». Réponse immédiate : « Non ». « Donc tu me reproches de ne pas avoir fait quelque chose que tu ne m’as pas demandé ? ». « Euhh …oui ! ». « Alors je le regrette, mais n’ayant pas eu l’information que tu souhaitais ce feedback, je n’ai pas observé particulièrement ce que tu faisais dans cet exercice et ne peux pas répondre maintenant non plus à ta demande ». Réponse de Cédric : « oui, c’est juste ! »

Ne supposez pas

Nous avons tous des besoins psychologiques, matériels, relationnels et bien d‘autres encore, et nous attendons « légitimement » des autres qu’ils contribuent à les combler ou les satisfaire. En l’occurrence, Cédric avait un besoin de reconnaissance (comme tout un chacun), ou d’approbation et il attendait de son environnement (moi en l’occurrence !) qu’il réponde à ce besoin. Seulement, c’était du domaine de l’implicite : auparavant, j’avais eu l’occasion de répondre à son besoin de reconnaissance, et Cédric supposait que je le ferais de manière systématique. C’est ce qu’il attendait : d’où sa déception. Mais il ne l’a pas formulé spécifiquement au moment où il le souhaitait : je suis donc passé à côté, et ça je peux en convenir, mais qu’il m’en fasse porter la responsabilité, je ne peux l’accepter.

Attention aux jeux psychologiques

« Il devrait savoir, il doit le voir, ça doit être spontané, c’est normal, c’est naturel, pas besoin de se le dire, c’est du bon sens, il sait bien que c’est important» sont les expressions habituelles qui étayent cette idée que les autres doivent pourvoir à nos besoins sans qu’on leur demande. Il y a dans ces expressions et les pensées associées les ferments d’une
communication qui dysfonctionne. Cédric a eu le courage de dire ce qu’il avait sur le cœur et nous avons pu redéfinir certaines bases de notre relation. Mais la plupart du temps, cela reste secret, la déception se transforme en mécontentement, et les petites rivières de l’insatisfaction deviennent les grands fleuves de la frustration. Un jeu psychologique relationnel négatif s’instaure alors : puisque tu ne m’as pas donné ce dont j’ai besoin, alors moi aussi je vais te priver de quelque chose qui est important pour toi.
Ce mécanisme est particulièrement actif dans la vie de couple. « Tu ne m’as pas aidé à faire la vaisselle (alors que je ne t’ai pas demandé de m’aider car tu « dois savoir », acte 1) alors je vais te faire une scène si tu veux regarder ton programme favori à la télé (acte 2) ». Évidemment, quand le deuxième acte arrive, il est impossible de faire le lien avec le premier ! Ces processus sont le plus souvent inconscientes, et donc non abordés ni débattus, et cela assure leur nuisible pérennité.

Demander n’est pas exiger !

Alors il nous faut apprendre à demander, tout simplement dans un but de clarté. Et le corolaire de s’autoriser à demander explicitement est d’accepter que l’autre refuse, discute, négocie la satisfaction de nos besoins. Demander n’est pas donner un ordre. Demander n’est pas être faible, même si beaucoup d’entre nous ont appris qu’il fallait se débrouiller tout seul. La crainte du refus est un frein majeur à être explicite : demander peut amener à une confrontation, à une mise à jour de différences. C’est une démarche adulte contribuant à construire une relation. Elle mobilise son sens de l’engagement et de la responsabilité, mais peut mettre dans l’inconfort : il est tellement plus facile de se dire « ce n’est pas la peine, il va me dire non ! », de ne rien faire et de se morfondre d’un résultat qui ne vient pas !

Les champs d’application sont multiples, au travail, en famille, en amitié. Faites donc un inventaire de vos suppositions sur ce que les autres devraient faire ou dire pour satisfaire vos besoins. Leur avez-vous formulé clairement ? Quand ? Un rappel au moment opportun est-il nécessaire ?

Commentaires 6

  1. Un grand merci pour cet excellent article. Je vais pouvoir m’en servir pour essayer d’arranger une situation conflictuelle.
    Et puis pour essayer de m’améliorer moi-même 🙂

  2. C’est très très juste, et c’est pour moi, l’axe principal du développement personnel.

    Je remarque également que ce type de comportement n’est pas systématique, du moins chez moi.
    Certaines situations m’entrainent dans cette spirale du « de toutes façon l’autre sait etc », mais dans d’autres les demandes et la communication sont inifiniments plus fluides et narurelles. Et les résultats à la hauteur.

    C’est pour cette raison qu’à défaut de savoir résoudre ce problème, je suis en train de fuir ces situations blocantes, pour me consacrer à celles où je suis plus naturel.

    Ce genre de situation est d’autant plus frustrantes que l’on connait mieux.

  3. Pingback: Peut-on bâfrer comme un veau sans aucune conséquence ? | Communauté du développement personnel

  4. Pingback: Connaissez-vous ce moyen gratuit d’apprendre à réussir ? | Communauté du développement personnel

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.