L’habit fait le moine : s’habiller pour réussir

Michael Ferrari Réussite et succès 37 Commentaires

Peut-on réussir plus facilement en s’habillant mieux ? Devez-vous vous forcer à porter un costume en entrant dans la vie active ? Ces questions semblent avoir susciter votre intérêt dans l’article qui présentait le guide du style et de l’élégance. Je ne pouvais donc laisser le sujet en l’état !

Porter un costume, est-ce baisser son froc ?

La principale objection au fait de s’habiller « de circonstance » c’est le fait de ne pas vouloir abandonner son inclinaison naturelle au jean/T-shirt et donc conserver ce semblant de personnalité. En prenant les choses sous cet angle, on dénature totalement le coeur du sujet, un peu comme si l’on refusait de faire quelque parce que tout le monde le fait. Il faut aller un peu plus loin que ça et s’interroger sur les raisons sous-jacentes à cette position de principe.

Ainsi, au lieu de subir le fait de bien s’habiller il est certainement préférable de réfléchir au sujet comme il se doit.

Dress for sucess

Lorsque j’ai démarré dans ma carrière, le costume était une évidence. Dans le domaine du conseil, c’est la norme. Dès lors refuser la norme, c’est refuser ce secteur. Ensuite la question suivante, là où est le véritable choix, c’est celui de la cravate et mon expérience m’a appris une chose. Ceux qui ne portent pas de cravate sont souvent salariés et à des échelons plutôt bas. Ceux qui portent des cravates sont soit des dirigeants, soit des ambitieux. Choisissez votre camp !

Bien évidemment rien n’est jamais si noir ou blanc mais c’est la pratique générale qu’il faut adapter au secteur d’activité et à la culture dominante. On ne peut nier les faits si bien qu’au début même je me refusais à porter une cravate, pensant que porter un costume était un effort bien suffisant. L’expérience venant, j’ai révisé mon jugement. Maintenant je sais pourquoi je le fais et ce que ça m’apporte.

Parlez-vous le langage du succès ?

Je n’aime pas le mot succès. C’est l’un de ces buzz word sans fond mais je l’utilise pour attirer votre attention 🙂 Les cimetières sont remplis de gens « à succès », ça intéresse qui ? Ce n’est pas tant de « parler » le langage du succès qu’il s’agit mais plutôt de ressembler à l’image que l’inconscient collectif se fait du succès.

Nous commençons à toucher du doigt un fait intéressant : il est démontré que l’être humain chercher inconsciemment la cohérence dans tout ce qu’il voit. Ainsi, il est plus facile de vendre du vin de France et du parfum de Paris que du vin d’Italie et du parfum de Dortmund car c’est ce que l’inconscient collectif connait. Savez-vous que des gens vendent (et d’autres achètent!) du sable sous prétexte qu’il est « saint » ? Vous trouvez ça évident ? Pourquoi croire que s’habiller en jean/t-shirt fera de votre carrière un parcours fulgurant.

Si je continue dans ma lancée, je dirais ceci : pour ceux qui ont un objectif lié à leur progression de carrière ou de revenus, s’habiller comme ceux qui réussissent est une évidence. Ceux qui se posent la question ont souvent d’autres objectifs que ceux-là.

Le message que renvoie un costume/cravate est simple, il dit : « Je suis sérieux, je suis ici pour avancer, pas pour juste faire mon boulot ». Il montre que vous êtes sérieux et c’est le premier pas à faire pour que l’on vous prenne au sérieux. Maintenant comparez ça à celui qui est venu bosser habillé comme un dimanche et vous avez une bonne idée du spectre de réaction que peut provoquer un style vestimentaire au boulot.

Dans le domaine du conseil, le fait est d’autant plus exacerbé que la prestation est réalisée par la personne.

Le cas du patron

Si vous dirigez votre propre entreprise, avoir un style « inattendu » peut être un atout comme par exemple le style désormais assagi de Jean-Baptiste Descroix-Vernier qui avait communiqué en kilt et veste en cuir. Vous pouvez affirmer votre singularité sans honte puisque vous êtes l’image de votre entreprise comme le fait Steve Balmer dans son style hyper-énergique et hautement sudoripare : ça marche (il transpire).

Un patron en simple costume sans cravate peut aussi paraitre décontracté à de futurs clients ou collaborateurs. Ce n’est tout simplement pas la même situation qu’un salarié.

Quels sont vos objectifs ?

Pourquoi venez vous habillé ainsi ? Plutôt que de se poser en refus catégorique de vous soumettre à un style qui n’est pas le vôtre, considérez plutôt vos objectifs avec cette question : « Mon style vestimentaire peut-il m’aider à atteindre mes objectifs ? » et aussi « Mon style vestimentaire est-il un frein à l’atteinte de mes objectifs ? ».

J’ai très rapidement pris une décision sur ce point : mon objectif est d’atteindre l’indépendance financière, si mettre un costard cravate peut me faire gagner du temps, je n’hésite pas !

Commentaires 37

  1. Bonjour Michael,

    J’émets une réserve sur ce sujet.

    Oui, quelqu’un qui s’habille, ou se déguise, en businessman talentueux qui réussit est une façon habile de véhiculer un message et inspirer respect et confiance aux gens, c’est vrai. J’ai moi-même longtemps aimé porter le « costard-cravate », mais je pense que tout dépend du besoin.

    Il y a selon moi deux types de personnes qui réussissent: ceux qui réussissent dans le système, en adoptant ces codes et ces traditions (ceux-ci peuvent et devraient porter le déguisement), et ceux qui réussissent à l’écart de celui-ci. Et parmi ces derniers il y a ceux qui visent un public externe au système (et alors le code vestimentaire est totalement libre, cela n’influencera pas ou peu sur l’audience), comme eux-mêmes donc, et ceux qui visent un public dans le système (cette fois-ci tout dépend de l’image, si la personne est impliquée personnellement alors le costard s’impose).

    1. Post
      Author
  2. Je crois qu’avec ce billet on touche le fond. L’art de paraître plutôt que d’être. L’art de se grimer, de se conformer, d’épouser un système, plutôt que d’être jugé sur ses actes. L’art d’évoluer avec des gens qui profitent d’un système sclérosé. Car côtoyer des gens qui inconsciemment jugent de vos qualité en fonction d’un bout de tissu qui pend à votre cou ou d’un autre en super 110 s qui vous habille, c’est navrant. Le plus navrant est de le conscientiser, de l’expliquer, de l’accepter.
    esprit riche ? …

    1. Post
      Author

      Tu ne comprends pas, il ne s’agit pas de toi mais de la manière dont tes vêtements parlent pour toi. L’esprit riche, c’est aussi faire preuve de pragmatisme et si dans certains cas mettre un costume est la pratique, il serait vain de chercher à faire autrement pour prouver un je-ne-sais-quoi de refus du système. Ce n’est pas ton style vestimentaire qui défini ton niveau de conformité (si tant est qu’êtes conforme soit mal) mais ce sont tes pensées et tes actions.
      Si l’être est si important pour toi, porter un costume ne dénatureras pas qui tu es !
      Vois-tu des nudistes venir à poil au bureau ? 🙂

      1. Je ne parle pas de moi non plus, mais je veux juste démontrer que des gens pensent comme toi à tort. C’est à dire que pour eux le costume a une fonction phatique (terme adapté je le concède). C’est à dire qu’il est là pour établir une communication. Je porte un costume donc tu vas me comprendre me prendre au sérieux. C’est d’une part un peu léger comme façon de raisonner mais en plus pervers. Car d’un coup l’habit fait le moine.
        De plus tu confonds conformiste et conventionnel. L’un est une pression sociale pas forcément explicite (typiquement le port du costume en entreprise) et le fait d’être conventionnel. Adhérer à des conventions, normes. Et la elles (les conventions) sont explicites et comprises.
        Et puis plus légèrement. Le costume ne va pas à tout le monde. Il est surtout difficile de déterminer son style de costume. L’art d’accorder cravate, chemise, chaussette, chaussure, manteau.
        Au travail je passe pour quelqu’un d’élégant alors que je porte 90 % du temps, pantalon en toile ou jean travaillé, chaussures cirées et chemise à ma taille. J’ai trouvé mon style. Cela ne veux rien dire sur ma façon de travailler, d’être, de parler aux autres. Juste que je me sens bien dans ces vêtements et apparemment les autres me trouvent élégants. C’est tout. Après bien sur je suis certainement plus à l’aise dans ces vêtements ce qui me donne de l’aisance corporelle et influe sur ma façon d’être. Mais je n’irai pas plus loin.
        Donc quand j’entends le discours qui consiste à faire croire que le costume est la quintessence de l’âme et la catalyseur de ma personnalité, je fais des bonds au plafond.

        1. Post
          Author
          Donc quand j’entends le discours qui consiste à faire croire que le costume est la quintessence de l’âme et la catalyseur de ma personnalité, je fais des bonds au plafond.

          Je n’ai pas dit et je ne crois pas que le costume soit la quintessence de l’âme ! Tu interprètes mes propos. Je pense comme toi qu’on peut être élégant en jean/chaussures cirées, aucun problème 🙂 Je ne suis pas un ayatollah du costume.

    1. Qui a dit qu’il fallait paraître plutôt qu’être? Vous croyez sérieusement quelqu’un peu « jouer » à être un autre pendant toute une carrière? S’habiller pour réussir, ce n’est pas faire semblant, mais plutôt faire ressortir un certain aspect de sa personnalité, celui qu’on veut mettre en avant dans le cas présent.
      Ainsi, en tant qu’indépendante, j’ai tendance à faire un effort quand je vais voir des clients: un maquillage soigné, un style vestimentaire sérieux et sombre, qui veut dire « je suis une personne sérieuse, je fais du bon travail ». Quand je bosse chez moins je porte un jean et un t-shirt. Est-ce que je suis moins sérieuse? Mon travail est-il moins bon? Je ne crois pas que le costume fasse l’intelligence d’une personne.
      J’ai un peu du mal à comprendre pourquoi vous pensez que l’on se grime. Dans ce cas, faut-il comprendre que l’on se grime quand on se fait beau pour un rendez-vous galant? Ou n’est-ce finalement qu’un moyen de mettre en avant certains aspects de sa personnalité?
      Et si ce que vous voulez transmettre, c’est votre originalité, vous pouvez le faire, même en costume. Ce qui compte, finalement, c’est bien d’assumer ce qu’on est, quoi que l’on porte!

      1. C’est extraordinaire de dire tout et son contraire en si peu de phrases.
        « un style vestimentaire sérieux et sombre, qui veut dire « je suis une personne sérieuse, je fais du bon travail » »
        puis quelques mots plus loin : « Je ne crois pas que le costume fasse l’intelligence d’une personne » !
        Schizophrénie ?
        Mais le pire c’est que tu dis ne pas croire que le paraître à une fonction en entreprise mais que tu le fais quand même.
        Donc sur toute la population des personnes qui portent des costumes il y en a une partie qui le porte parce que les autres y attaches de l’importance. C’est lunaire …

        1. Bon, alors une chose d’abord: je crois que tu es un adulte intelligent et que tu es tout à fait capable de t’exprimer avec respect et politesse. La condescendance et l’agressivité, ça va bien 5 minutes.
          Je maintiens ce que je dis: ce que je porte ne change en rien ma personnalité mais mes vêtements mettent en avant ce que je veux faire ressortir. Chacun fait ce qu’il veut, mais moi je me vois mal vendre mon sérieux et la qualité de mon travail si je ne renvoie pas moi-même une image de sérieux.
          Quand tu mets un t-shirt au nom de l’artiste que tu vas voir en concert, t’as l’impression d’être un mouton? Pas moi.
          Pour conclure, je dirai que personnellement, je sais qui je suis et ce que je vaux, peu importe ce que je porte. Les vêtements ne sont qu’un accessoire à utiliser pour mettre en avant ce que l’on souhaite 🙂

  3. Au départ en lisant cet article, j’étais vraiment contre tout ce que j’y ai lu. Je travaillais encore il y a peu dans une grosse boîte d’audit où les costards-cravate sont légion, et je ne supporte pas l’idée de devoir me déguiser pour réussir.

    Toutefois, je travaillais au sein de l’équipe web, et nous étions donc assez libres côté tenue vestimentaire… ce qui ne m’a pas empêché de devoir cacher mon bras entièrement tatoué pour éviter les remarques et regards désapprobateurs ! Mais je rêvais toujours de travailler un jour quelque part où je pourrais être libre de ne pas mettre de gilet en été.

    En ayant cela à l’esprit je me suis interrogée : ne choisissons-nous pas des métiers qui reflètent en partie ce que nous sommes ? En l’occurrence, la vie m’a menée dans un secteur d’activité peu ouvert d’esprit, mais si j’avais travaillé dans une petite agence web, je pense que mes tatouages n’auraient pas eu à être cachés en permanence (seulement peut-être lorsqu’un client serait venu).

    Lorsque l’on choisi un métier, je crois que l’on n’a pas tellement à se « déguiser », parce que dans le fond, nous sommes aussi cette personne en costard-cravate ou en tailleur. Et en entreprise comme ailleurs, notre tenue vestimentaire dit quelque chose de nous. Il est donc logique d’être habillé d’une certaine façon sur son lieu de travail !

    Ton article est donc finalement dans le vrai à mon sens. Nous sommes dans un monde de paraître, nous vivons en société, une société dans laquelle les autres se forgeront une opinion dès le premier regard… C’est un peu dommage selon moi (certaines personnes jugeront que je suis trop tatouée pour être sérieuse et digne de confiance !) mais ce sont les « règles »…

    Ensuite, il ne faut pas oublier que nous avons tous le choix. Je n’ai pas dit que c’était évident, mais nous l’avons, d’une façon ou d’une autre.

    De mon côté, j’aspire à être moi même et d’être acceptée telle que je le suis. Et je serai ravie de prouver à ceux qui pensent encore que les tatoués sont des ex taulards, des drogués ou des filles de mauvaise vie, que je peux réussir aussi bien que d’autres ! 🙂

    1. Post
      Author

      Oui je suis très amusé de voir de les gens rejettent le fait que nous vivons dans une société du paraître.
      Nous devons tous jongler avec le souhait d’être accepté pour son fort intérieur et la nécessité de plaire, c’est à dire d’être conforme à l’image que l’on se fait des gens.

  4. Tout dépant du costard, pour faire partie de cette masse qui travaille à la défense (mais je descend à pont de neuilly) je trouve que le costard doit être bien choisi et bien porté, c’est la base. Car y’a des mecs en costard il ressemble à rien et si moi je pense qu’il ressemble à rien, alors ces interlocuteurs pensent surement la même chose.

    Sinon pour mon cas perso, je met des costard uniquement quand je vais sur un salon ou pour accueillir des fournisseurs, sinon je m’habille casual-classe

  5. Quand on commence, pour gagner de l’argent, à mettre en valeur son corps autant que ses facultés intellectuelles ; quand l’esthétisme de son physique devient en soi un argument de vente au travail ; quand on accepte que le montant de notre rémunération soit assujetti à l’effort que nous aurons mis à nous montrer coquets ; alors on s’engage, doucement mais sûrement, sur le chemin de la prostitution, non ?

    Si tu étais une femme, Michaël, et que tu constatais que parmi tes collègues féminines, celles qui portaient des décolletés très plongeants étaient plus appréciées des patrons et, par voie de conséquence, mieux payées ; porterais-tu alors toi-même des décolletés très plongeants pour t’attirer les bonnes grâces du boss et accélérer ta progression vers l’indépendance financière ? Cela ne heurterait-il pas tes valeurs d’être jugé sur ce décolleté plus que sur tes compétences ? Et si tu constatais que cela fonctionne, et que tu voulais aller plus vite encore, irais-tu jusqu’à te faire une augmentation mammaire pour gagner quelques mois de plus sur le chemin vers ton objectif ? 🙂

    1. Je suis vraiment sidérée par ces commentaires. Aucun d’entre vous ne travaille au contact de clients? Sinon, j’aimerais bien que vous m’expliquiez comment vous faites pour obtenir et garder votre travail sans vous conformer à ce qui n’est rien d’autre qu’une « convention » liée à l’exercice d’une profession. Beaucoup de professions sont caractérisées par une tenue particulière. Est-ce que les boulangers ou les bouchers doivent s’offusquer du port d’un tablier? Les serveurs sont-ils vexés de devoir s’habiller de manière sobre et élégante? Non? Alors pourquoi les consultants ou les commerciaux devraient alors l’impression de se prostituer?

      1. Je me souviens avoir dû batailler avec mon chef… Je faisais de la prospection commerciale à l’époque (je suis à mon compte maintenant et ne travaille qu’avec des clients intelligents – c’est à dire qui jugent sur l’être et non mon paraître) et je grignotais du terrain tous les jours. Régulièrement, il me demandait de me raser. J’argumentais un peu mais le faisais quand même, puis laissais pousser, pousser… Jusqu’à ce qu’on me fasse une nouvelle remarque. Je me re-rasais alors, puis laissais à nouveau pousser jusqu’à la remarque suivante. Mon chef, mi-las, mi-amusé, finissait par ne plus relever. J’ai fait pareil avec la cravate, puis finalement le costume. Bien entendu, cela ne pouvait fonctionner que parce que je travaillais bien ; si je faisais un mauvais chiffre, il aurait pu utiliser tout ça contre moi. Et j’ai d’ailleurs constaté que cela marchait bien parce que je m’habillais simplement. Beaucoup de clients m’ont dit que je dégageais tellement de naturel qu’ils étaient plus enclins à me faire confiance. Ils se rappelaient mieux de moi, aussi.

        Les boulangers et bouchers doivent porter un tablier car l’un est dans la farine toute la journée, l’autre dans le sang. Les serveurs doivent être reconnaissables par les clients et donc porter tous la même tenue ou quelque chose qui les distingue. Tout ça a donc une utilité.

        Quelle est l’utilité du costume ? La poche intérieure pour mettre le Blackberry ? 🙂

        1. Tant mieux si tu as eu une expérience positive. Personnellement, même à mon compte, je ne conçois pas de me présenter devant un de mes clients (qui ne sont ni stupides ni superficiels) avec une couleur hésitante, des cernes violettes ou avec un t-shirt d’un groupe de métal et des baskets. Pourtant, les cernes et le métal, ça fait partie de moi.
          Le costume, je pense que c’est d’autant plus important quand on est à son compte. En tant que traductrice, je ne suis aucunement obligée d’en porter. Mais pour moi, venir habillée de manière soignée, c’est m’affirmer en tant qu’entrepreneur. C’est un peu comme si je mettais mon costume « entrepreneur » quand je suis dans ce rôle et que mon jean et mon t-shirt étaient mon costume de traductrice.
          Quand aux tenues liées aux corps de métier, mes exemples étaient mal choisis. Cependant, pour autant que je me souvienne, mes profs de fac étaient, hommes et femmes, en costume. Pourquoi? Peut-être est-ce une façon d’identifier le corps enseignant?
          Enfin, je trouve qu’un costume ou une tenue soignée, c’est aussi une façon de témoigner son respect aux gens. En se rasant, en se coiffant un peu, en se maquillant, on indique aux gens qu’on fait un effort pour leur être agréable 🙂

        2. Je trouve ce discours plus sain. En effet mettre un costume ou plus simplement s’habiller correctement est une marque de respect vis à vis de son interlocuteur. Mais ça s’arrête là.
          Malheureusement je souvent constate un effet inverse. C’est à dire que dans un service où tout le monde (presta, indépendant, interne) porte la tenue décontractée, sans pour cela en arriver à des extrémités comme les cheveux violet et les jeans troués, certains portent le costume et pour la plupart voir la grande majorité ce ne sont pas les meilleurs loin de là. En général leur costume est pensé pour impressionner les autres et se démarquer du reste des collaborateurs. Les petits chefs et incapables se sentent plus dans leur rôles ainsi. L’habit fait donc le moine selon eux.

          Ah et sinon par pitié messieurs, ne portez plus de chemise de couleur avec col et poignées blanc ! C’est has been depuis environ 10 voir 15 ans. Je crois même que ça n’a jamais vraiment été la mode …

    2. Post
      Author

      Ne t’y trompes pas : des atouts physiques mis en valeur peuvent attirer l’attention mais si tu n’es pas à la hauteur, tu ne feras pas long feu (sauf si le boss est un obsédé sexuel).
      Il ne faut pas nier que des gens soient sélectionnés en parti sur ce critère, chacun lutte avec ses armes et la nature humaine fait que c’est un critère pris en compte.
      S’habiller sexy est différent de mettre un costume, tu en conviens ? 🙂

      Dans ton parcours tu as apparemment réussi à faire accepter ton style vestimentaire et c’est très bien ! Si cela te gênait d’être rasé et de porter un costume, tu as raison de lutter pour tes idées. Me concernant, cela ne me gène pas et je pense qu’il y a bien d’autres sujets qui nécessite mon énergie. Je ne souhaite donc pas discuter de ce point ni assumer les potentielles conséquences d’un autre style vestimentaire. J’ai mieux à faire 😉

  6. Lorsque j’ai commencé à travailler comme consultant junior, j’avais le costume et la barbe (bien taillée) pour faire plus vieux auprès des clients et me donner un peu d' »épaisseur ». Ensuite, la barbe a disparu et je pense qu’une certaine assurance a fait son apparition.
    Depuis, suivant les missions (dans l’informatique… oui je sais c’est vaste) je m’adapte à la tenue locale : ma mission précédente, c’était jean, baskettes et ti-shirt et dans ma mission actuelle, c’est plutôt costume avec ou sans cravate ou au moins jean sobre, chemise et chaussures habillées. Du coup, c’est principalement costume car ca m’évite de devoir me faire une garde-robe « jean sobre… ».
    Par contre, lors de tous mes premiers rendez-vous clients, je suis en costume/cravate. A côté de cela, j’ai des collègues qui ne sont jamais habillés en costume et qui font le même métier que le mien sans plus de problème. C’est un choix.

  7. Tout à fait d’accord avec ce discours, pour être « riche », il faut « penser » et pourquoi ne pas s’habiller comme un riche 😉
    Cela fait bien longtemps que j’ai compris qu’en entreprise, l’habit fait le moine.
    En costard, on est un autre homme !

  8. Ce blog est parfois schizophrène, entre sortir de la rat race, mieux gérer ses finances, puis le style et le conformisme vestimentaire.
    Mais c’est ce qui fait à mon avis l’intérêt de la question et c’est rassurant que de tels billets amènent des commentaires surpris.

    De mon point de vue, la première question avant celle du vêtement c’est celle de la compétence – qui autorise à sortir du cadre. Bien sûr, pas trop, mais j’aime penser que la rigueur des codes vestimentaires va avec l’état d’esprit d’un métier, et qu’on ne s’éloigne généralement pas trop de la façon dont nos confrères peuvent s’accoutrer.

  9. QUOTE
    abandonner son inclinaison naturelle au jean/T-shirt et donc conserver ce semblant de personnalité
    UNQUOTE

    quelle personnalité , en jean/T-shirt ???? Tout le monde est habillé comme ca. Et dire que ceux qui prônent le jean/T-shirt se disent « non conforme ».. LOL !

  10. Bonjour,

    Wooww! Quelle passion autour de ce sujet.
    Toucherait-on à l’un des derniers bastion de liberté des français?
    Car oui, il faut aussi préciser que tout ce qui est dit sur le sujet tient au contexte, y compris celui du pays.
    Et en France, l’habit fait le moine. A minima pendant les premières minutes de présentation.
    Juste un exemple: j’avais rendez-vous la semaine dernière à la banque. Comme souvent, un seul guichet pour l’accueil, huit personnes devant moi.
    J’étais le seul à être en costume – c’était un rendez-vous pro – et il n’a pas fallu 30 secondes pour que l’hôtesse me repère et me demande ce qu’elle pouvait faire pour moi, si j’avais rendez-vous.
    Injustice? Scandale? Peut-être. En attendant, je constate régulièrement l’impact positif qu’un costume / cravate a dans mes contacts professionnels – dans les premières minutes.
    C’est juste une question d’image. Autant ne pas la louper, vu qu’une « image vaut mille mots ».

    1. Lucide, vous remarquez bien qu’il s’agit « peut-être » d’une injustice.

      Vous arrive-t-il souvent de cautionner des injustices pour votre petit confort personnel ? Êtes-vous parvenu à faire complètement taire la petite voix dans votre conscience qui vous disait « Aucun gain personnel ne vaut une injustice », ou bien l’entendez-vous encore de temps en temps, lointaine, dans un coin de votre tête ?

      Mon neveu, collégien, me racontait hier que depuis qu’il porte des habits de marque, les « petits sixièmes » le laissent passer avant eux dans la file pour aller à la cantine. J’ai souri avec bienveillance : il est jeune.

      Mais vous, n’avez-vous donc pas passé l’age de vous flatter d’avoir su doubler vos camarades dans une file d’attente ?

  11. Eh bien, je vois que c’est le jeu de qui a tort et qui a raison, intéressant.

    L’habit fait le moine à partir du moment où vous représentez l’entreprise, cad lorsque vous la défendez, sinon, elle perd sa raison d’exister car aprèsc’est la relation qui prend le relais, vos moyens de communications, votre attitude, votre language, votre comportement…. et quand cela est mis en avant, c’est cela qui supplante  » votre costard » .Bien sur, il est évident que si on veut de la richesse autours et dans sa vie, il faut l’attirer, décoder les codes et le vêtement en est un mais il ne faut pas confondre le vêtement et la richesse. Par conséquent, un vêtement ne rendra pas riche, il te le fera sentir, mais ce qui te rendra riche c’est ton attitude à l’obtenir, ta capacité à intéragir l’argent dans ta vie…..

    Pourquoi, je dis cela, car je sais qu’en tant que Directeur, l’habit fait le moine et montre l’autre sa capacité à montrer de l’intérêt pour l’entreprise qu’il ou elle travaille. C’est pas un jugement, mais une appréciation car on sait qu’en chacun de nous sommeille un individu que personne ne peut soupçonner donc dans une société à but lucratif, c’est recommandé.. Le costard est code, comme un policier avec son uniforme et le medecin avec sa blouse, on ne discute pas avec cela, c’est un fait établi, un consensus naturel .
    Le patron de Virgin en a que faire des costumes mais je suppose qu’il a du « mettre ce costume de riche » pour s’inspirer de ceux qui en avait avant lui.. Et c’est de même pour le big boss de Ryan air…. et tout les autres.
    Par conséquent tout le monde a un peu raison, la seule chose qui compte est de se dire à quel niveau je veux agir pour être riche financièrment et comment je peux m’y prendre sans y jeter mon âme, et le vêtement costard est une bonne option comme le tailleur pour dame et cela s’arrête là. On vous invitera à cause de ce costard, on pensera même que vous êtes riche à cause de ce costard mais le jeu est de vous rendre véritablement riche….
    un riche en jean ou en costard pour moi, il n’y a pas de diiférence et si tout ces gens se comportent en fonction de l’image de l’entreprise eh bien qu’il en soit ainsi, c’est comme cela que vont les affaires içi, … en Europe dans une autre contrée, les codes sont différents.
    Donc, il n y a pour tout les goût….A plus

  12. Bon article. Savoir s’habiller en général et dans le boulot en particulier peut aider à vide progresser.

    Il faut que le fit passe avec vos collègues donc s’adapter

  13. Porter l’habit, c’est une partie de soi que l’on met en avant… c’est avant tout être libre de se sentir soi-même. Ce qui ne dispense pas de manifester le respect à l’autre, s’adapter au milieu dans lequel il évolue;

    Notre société est régi par des codes, et il y en a quelques-uns; Chaque pays a le sien….
    Les exigences vestimentaires ne seront pas les mêmes si vous êtes coffreur-bancheur chez Bouygues, dessinateur projeteur chez Rodio, chef de projet chez Symaps, cadre marketing au siège de l’Oréal ou directeur financier chez Carmignac ou Meeschaert…

    Cela peut paraître aberrant, mais c’est vrai que l’habit porte une part de crédibilité à l’affaire que vous représentez, mais cela ne fait pas tout : Vos compétences, et (surtout) votre personnalité font le reste….

    On ne vous en voudra jamais de mettre une touche personnelle à votre apparence extérieure, cependant vous serez davantage crédible si, professionnellement, vous êtes à la hauteur des attentes de votre client, prospect ou interlocuteur….

    Il y a quelques années, j’étais en formation commerciale en alternance, dans une entreprise qui produisait des peintures industrielles, des produits chimiques et autres produits d’entretien; J’avais eu à prospecter une régie automobile, pour un produit qui devait décaper la calamine déposée sur les pales de ventilation des grilles d’aération; Le prospect n’était disponible que le samedi matin, à la première heure…
    D’instinct, je m’y suis présentée non pas en costume, mais en jogging aux couleurs discrètes, bascket impeccables, et j’avais mis les produits dans un sac de sport…
    Tout de suite, j’ai été adoptée par les personnes présentes, j’ai mis la main à la pâte, nous testions tous les produits dans un véritable esprit d’équipe, et il s’est créé une extraordinaire cohésion de groupe…
    Comme quoi, après analyse de la situation, le tailleur chic avec les escarpins assortis n’aurait pas (du tout) été adapté dans ce contexte, alors qu’il aurait été recommandé dans d’autres cas…

    Être à l’aise et en accord avec soi dans la tenue que l’on porte dans le respect de son environnement et des personnes qui nous entourent, présenter ses produits, son projet, son sujet avec professionnalisme, c’est bon pour les affaires et c’est bon pour soi…
    … Ce qui ne m’empêche pas, dans ma vie de tous les jours… D’être aussi à l’aise dans la plus élégante des toilettes, tout comme en jean et chemises à carreaux, ou une roble fluide et grand chapeau de paille….

  14. Je ne suis fondamentalement pas d’accord.
    Si l’on veut vivre dans une société plus juste (plus juste selon son propre jugement) il faut s’efforcer de croire en ses convictions.
    Une société plus juste pour moi serait une société où l’on serait jugé sur son être plus que sur son paraitre.
    De ce fait, si je commence à m’habiller de manière à vouloir « impressionner » mes supérieurs/employeurs, je cautionnerais ce système que je trouve injuste et irais à l’encontre de mes valeurs. Bien entendu il ne faut pas non plus s’habiller de manière provoquante dans ce genre de situation, mais à partir du moment où l’on a l’impression de se déguiser en s’habillant c’est qu’on essaie de « jouer à un jeu », de faire paraitre ce qui ne nous représente pas.
    Le cas où le costard peut être vraiment justifié, c’est dans le cas où l’on représente sa boite auprès de clients pour respecter l’image véhiculer par l’entreprise, mais pour ma part je fuis ce genre d’environnement.
    Je n’ai jamais eu de problèmes durant mes entretiens, on m’a déjà fait fais des remarque sur ma tenue (qui n’est pas non plus très extravagante), mais au final les employeurs finissent toujours par se centrer sur mon discours car je sais leur démontrer que je suis l’homme dont ils ont besoin.
    L’important c’est aussi d’avoir confiance en soit, si le costard m’apportais plus de confiance en moi alors je serais le premier à en porter un.
    Je refuse de jouer au jeu du paraitre car le paraitre n’est pas ce qui fait progresser une société, enfin à mon sens. (Et aussi par ce que, a trop se baser sur le paraitre, on peu exclure arbitrairement des personnes qui seraient un réel atout pour la boite)

    Voilà mon ptit avis sur la question 🙂

    1. Post
      Author

      Merci pour ton commentaire.
      Le point gênant c’est quand tu dis « Une société plus juste pour moi serait une société où l’on serait jugé sur son être plus que sur son paraître. », non que je sois contre mais simplement que ce n’est pas ainsi que fonctionnent les gens 🙂 Surtout quand tu dis qu’il ne faut pas s’habiller de manière provocante. C’est toute la subtilité de cette question !

      1. Merci pour ta réponse, j’ai vu après coup que cet article datait un peu, je n’étais pas sûr que tu voies mon commentaire.

        C’est ainsi que fonctionne notre société je suis d’accord, mais je ne retrouve pas mes idéaux dans tous les aspects de la société française actuelle. En revanche si je veux faire partie de l’évolution de celle-ci, de sorte qu’elle se rapproche plus de mes aspirations, je pense que je me dois au moins de me comporter selon mes idéaux tant qu’ils sont applicables (car après tout une société n’est que le reflet des individus qui la compose). Mais bon je m’éloigne du sujet.

        Tu as écrit dans ton article « la pratique générale (c’est) qu’il faut adapter au secteur d’activité et à la culture dominante. », c’est sans doute oui la manière la plus simple de se faire accepter au seins d’un groupe, et inconsciemment, si on souhaite vraiment faire partie de ce groupe, il est vrais que l’on va s’adapter à celui-ci, s’y identifier et tenter de lui ressembler (dans sa philosophie et son apparence). Mais je trouve que se démarquer par ses actes, par des faits, c’est ce qui m’apporte une réelle satisfaction et reconnaissance de la part de mes collèges/amis.

        Apres, je pense aussi que l’on vient de 2 milieux différents ou le vestimentaire n’a pas la même place, pour ma part je suis un jeune ingénieur en informatique et électronique (et actuellement en mission en Ecosse, vive les kilts ! haha). J’ai donc la chance d’être dans un secteur qui ne connait quasiment pas le chômage ni la crise, et d’avoir les compétences nécessaires pour travailler sur des sujets qui me plaisent sans avoir besoin pour autant de m’habiller différemment de tous les jours.

  15. si tu reprends des phrases hors contexte pour les opposer effectivement ça n ‘a pas de cohérence. tu donnes ton avis alors que tu ne comprends même pas ce que la personne veut dire.. tu devrais relire 2 ou 3 fois les commentaires des autres avant de faire les tiens. lol

  16. commentaire fait a Jérôme
    et oui l habit fait le moine
    clairement dans une société du paraître mais pour tout évènement quel qu’il soit on s habille en circonstances. on aime bien les gens qui prennent soin d’eux et quand on rencontre une personne pour la première fois c est son physique qui parle donc négliger cette partie est une erreur. bien sûr dans un rdv pro ce sera la personnalité et son intelligence qui va primer. et si en plus vous êtes beau et bien fringué alors c est la cerise sur le gâteau. tout simplement faut pas être con pour comprendre ça. succes a l’intérieur et à l’extérieur. bon article!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.