Vous ne deviendrez pas riche en étant frugal

Michael Ferrari Faire des économies, Finances personnelles, Gérer et épargner 22 Commentaires

J’aime bien être caricatural. C’est peut-être mon origine marseillaise ou simplement un moyen pratique de bien faire passer une idée mais cela marche.

Lorsqu’il s’agit de frugalité, la limite est vite atteinte et j’aime bien penser que les frugaux sont des loosers. Non, non, attendez ! Lisez la suite.

N’avez-vous jamais entendu que le seul moyen de devenir riche c’est de gratter de partout et de vivre comme un radin ?

Aux Etats-unis, il existe même une émission « Exterme couponing » où le défi consiste à utiliser le plus de bons de réductions et où ils font passer les participants pour des gagnants au loto !

Bien évidemment, j’ai ma part de responsabilités sur le sujet. J’ai écris quelques articles assez communs dans un probable moment d’égarement et j’ai ainsi contribué à diffuser ce concept. Dans Devenez Riche, c’est d’ailleurs un sujet sur lequel je ne m’étale pas.

La raison à tout ça ? Si vous économisez 50 € sur votre budget alimentation en le faisant passer de 200 à 150 €, qu’est-ce que ça vous fait ? Au mieux vous pensez être un bon gestionnaire et cela vous donne une bonne image de vous-même, au pire vous vous sentez comme le pire des radins (ce que vous êtes probablement). Ajoutez 25 € sur les sorties et 25 € sur les assurances et vous arrivez tout juste à 100 €.

Alors oui évidemment pour les 2 / 3 qui me haïssent (je sais que vous me lisez 🙂 ), ne sautez pas sur les commentaires pour me sortir des « les petits ruisseaux font les grandes rivières ». Je le sais aussi bien que vous et si votre budget est serré, il est évident qu’il faut prendre une assurance moins chère ou choisir un forfait mobile moins couteux.

Le truc, c’est beaucoup de gens en font un « style de vie » qu’ils exhibent tout comme le nouveau riche sortira son Cayenne pour pavasser. Ne vous arrêtez pas à « être frugal », c’est une vision bien réduite qui atteindra vite sa limite.

Les économies intéressantes sont pour moi celles que l’on fait en prenant une seule décision : prendre une voiture plus économique, arrêter l’abonnement télé… Ces décisions ne vous rappellent au quotidien que vous avez des moyens limités et que vous ne devez pas prendre le café dehors. Elles n’épuisent pas votre capacité de décision.

Alors évidemment, je suis et resterais relativement économe mais je n’en fais pas une stratégie. C’est juste une petite tactique pour optimiser ce que j’ai déjà.

La véritable solution se trouve du côté des revenus. Il est beaucoup plus amusant et satisfaisant de trouver un moyen de gagner 100 € de plus chaque mois que de chercher à économiser 100 €. Autrement dit, si maitriser son budget est nécessaire, ce n’est qu’une première étape à laquelle on ne devrait pas s’arrêter car la portée des résultats sera limitée. En ne cherchant qu’à réduire nos dépenses, nous nous engageons sur un chemin qui ne mène nul part, en travaillant pour augmenter nos revenus, il n’y a pas de limites.

Commentaires 22

  1. Bonjour,

    Excellent article qui résume tout ! Économiser doit être un mode de vie et non une nécessité… On doit tout miser sur les revenus biensûr mais ils doivent servir à financer des projets de manière intelligente et c’est en ça que notre mode de vie oriente nos choix.

    A quoi bon optimiser ses revenus si on optimise pas ses dépenses ?

    Cdlt

  2. Tout cela me paraît censé, mais c’est dans la nature humaine.

    En étant moi-même dans la publicité, je sais qu’il s’agit d’un ressort important en marketing. Nous avons tous plus peur de perdre 100 de ce que l’on a déjà, que d’envie de gagner 100 nouveau.

    Sauf que de ce point de vue, comme tu l’indiques, c’est qu’on part d’un montant fini, que même si on arrive à tout économiser et à ne rien dépenser, on sera toujours limité par ce montant initial qui représente la « somme à ne pas perdre ». Si on se concentre sur la « somme à gagner », là, effectivement, c’est no limit. 🙂

  3. Celà dit sans animosité aucune, hein, mais il ne faut surtout pas faire d’économie sur l’achat d’une grammaire ou d’un correcteur orthographique, je trouve 😉 (erreur de conjugaison / reformulation en cours de saisie sur « on ne devrez pas s’arrêter »)

    1. Post
      Author
    2. Et bien je vois que ça existe toujours les casse c…. de la grammaire et de l’orthographe… L’important c’est que le message passe non ? L’article n’est pas écrit en langage texto à ce que je peux voir… Enfin vive les amis de Bernard Pivot…

      Cela dit très bon article !

  4. Je pense qu’il y a beaucoup de de psychologie dans nos achats,
    par exemple, si on fait des économies dans la journée (comme eviter un PV, réussir à ne pas acheter un produit inutile et couteux,…) on sera plus facilement sujet à faire un achat dans cette meme journée car on s’est rassuré d’avoir eviter une grosse dépense.

  5. Je trouve que cet article apporte une plus-value par rapport au contenu « habituel » d’esprit-riche.

    Entre les lignes, je comprends que Michael est frugal d’un côté pour se faire plaisir de l’autre. Il priorise.

    Ce que dit très bien l’article et que je ressens lorsque je croise des lecteurs d’esprit-riche ou que je lis d’autres blogs, c’est qu’il est regretable de sarrêter à un niveau de lecture au premier degré de la frugalité.
    La frugalité est un outil de gestion, d’ordonnement de ses dépenses.

    Poussée à l’excès et sans discernement, voire devenue la revendication d’un mode de vie ou d’un « lifestyle » elle en devient pathétique puique la pringrerie n’a rien d’attirant, d’attachant et se passionner pour la radinerie n’attire que d’autres radins (loi de l’attraction). 😉

    Oui à la frugalité.
    Non à la radinerie (qui à l’excès est une forme de mesquinerie envers soi et autrui).

    Et merci à nouveau de l’avoir écrit.

    1. Post
      Author

      Dans l’émission « Extreme couponing », on voit une famille avoir pour 35$ l’équivalent de 1600$ de marchandise (oui 1600), une autre famille réussi à obtenir pour 15,87$ un panier de 429,06$.
      Le truc c’est que c’est un passe-temps qui occupe tout le temps libre, presque une passion !

  6. Très juste!!!

    Je préfère 1000 fois plus me casser la tête sur comment gagner plus plutôt que de chercher sur comment économiser ou baisser mon train de vie…

    Pas de jugement mais le temps que certains prennent pour chercher des coupons, trouver l’article correspondant, coller ce coupon, faire un courrier, tout ca pour gagner 0,5€ dans 6 semaines, cela me laisse toujours dubitatif…

  7. Ça me rappelle une fois où j’étais parti en WE de 3 jours.

    Je choisis scrupuleusement chaque restaurant où je mange, je me retiens de prendre le pichet de vin à 3 € et je fais bien attention à prendre le menu à 16 € au lieu de 19 €, histoire de ne pas trop dépenser non plus…

    Au retour, pour économiser l’autoroute, je prends les nationales.

    Et puis, au détour d’une forêt, radar mobile, paf 90 € d’amende. 🙂

    J’ai la même histoire sur Paris, avec un enlèvement de voiture sur une place de livraison un samedi à 23h00. Cette fois c’était 135 €.

    C’était bien la peine de faire le radin sur le dessert ! 🙂

  8. Bien vu, l’article.

    Ce qu’il faut faire c’est ne pas dépenser plus que ce que l’on gagne et mettre de côté au moins 10% pour investir (si possible, pas à 2%). Il faut d’abord se payer soi-même.

    Pour aller dans le sens de l’article, il est important, sans se laisser tenter par notre société de consommation et l’obsolescence programmée, de ne pas gratter sur tout.

    Pour attirer la richesse il faut s’imaginer déjà riche, faire comme si.

    L’imagination et la force du subconscient sont puissantes. Se transformer en radin réduit le champ des possibles, ferme l’esprit, envoie au subconscient des messages négatifs.

    D’autant plus que c’est en donnant que l’on reçoit. Aidez un ami, il vous aidera en retour.

  9. Je suis parti 15 jours en Grèce pour un budget de 3000€.
    Pour 100€ de plus nous avions des hôtels catégorie luxe
    ceux qui n’ont pas voulu rajouter ces 100€ ce sont retrouvés dans un hotel près de l’aéroport et résultat :

    Ils ont râlé tout le séjour.

  10. Je suis d’accord, en gros, avec le message de l’article.
    Mais je voudrais apporter un complément: quand on parle de frugalité, on ne parle pas pas forcément (et en tout cas pas seulement) de l’aspect bonne gestion et maîtrise des dépenses (qui confine effectivement à la radinerie lorsque poussée à l’extrême).
    Pour moi, le terme de « frugalité » renvoie surtout à une philosophie anti-matérialiste, à une critique de la société de consommation. C’est l’idée que la consommation et le bonheur sont deux phénomènes complètement décorrélés. C’est aussi, de plus en plus aujourd’hui, l’idée que la nature est limitée (épuisement des ressources), et, qu’on le veuille ou non, nous allons être OBLIGéS de limiter notre consommation. Dans cette perspective, avant de subir inévitablement le rationnement et la pénurie, apprenons dès maintenant à préférer la frugalité choisie.

    Encore une fois, cette remarque ne s’oppose pas au message de l’article. C’est juste une remarque sémantique étant donné que Michael a choisi le terme « frugalité », qui, pour moi, signifie plutôt autre chose.

    Un exemple concret, en matière de psychologie d’achat. Quand j’étais étudiant, j’hésitais avant tout achat car j’avais des moyens extrêmement limités. C’était l’unique frein à ma consommation. J’étais « frugal », au sens de cet article, c’est à dire pour économiser mes sous, par nécessité. Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir des moyens confortables, et je peux, financièrement, me permettre de claquer 200€ sur un coup de tête. Et pourtant, je reste relativement frugal pour une autre raison. Avant d’acheter, je me demande: le plaisir de cet achat vaut-il vraiment la consommation de ressources nécessaires à produire cet objet? Est-il raisonnable d’avoir plusieurs télé et plusieurs ordinateurs dans sa maison, quant on sait les dégâts environnementaux que cela génère? Voire parfois (crise de culpabilité bobo et judéo-chrétienne, on ne se refait pas) : est-il « moral » de claquer de l’argent dans cet objet superflu alors que d’autres en auraient plus besoin? Ai-je vraiment le droit de prendre 2 fois l’avion par an ??? Ainsi, ma décision de non-achat (frugalité) n’est plus aujourd’hui motivée par un soucis de bonne gestion et de maîtrise de mes dépenses, mais par des valeurs.
    Frugalité = valeurs =/= bonne gestion – économie

  11. En philosophie, le matérialisme désigne « la vie matérielle » ou matérialisée de l’âme ou l’esprit et son incarnation dans un corps.
    Philosophiquement, être anti-matéraliste, c’est être contre l’incarnation de l’esprit dans la vie matérialisée.

    Un jour j’ai assisté à cet échange :
    – Je suis anti-matérialiste.
    – Ha bon? Bah pour quoi tu vis? Tu es contre le fait d’avoir un corps? Rends-le! 😀

    😉

  12. « Pauvre mais pas misérable » comme on dit chez moi! On doit suivre son budget mais pas au point de se priver de tout sous prétexte qu’on veut économiser des bouts de chandelle.

  13. Yes, je suis bien d’accord avec ce principe. On peut choisir d’économiser avec de simples décisions, en optimisant comme tu le dis. Par exemple acheter une voiture économique, des ampoules économiques, etc …

    Mais de là à se priver de tout non.

    Pour devenir riche, le mieux reste quand même d’avoir un bon revenu et d’investir. Donc ça sera beaucoup plus rapide en entreprenant, mais plus difficile aussi.

  14. Pingback: Le mythe de « se payer en premier » | Devenir riche à votre manière

  15. Allez, moi je ne vais pas t’applaudir et dire « bravo bien sur bien dit tu as raison ». Parce que je pense que tu as tort !

    Bien sûr si tu te contentes d’être « frugal » et de diminuer ton budget nourriture de 50 euros par mois et que tu laisses ces 50 euros dormir sous ton lit, tu ne deviendras pas riche.
    Maintenant si ces 50 euros tu les investis, et que tu fais pareil pour tous les euros que tu grattes, tu deviendras bien vite rentier. Tu peux faire un tour sur ce site : http://earlyretirementextreme.com/ pour voir qu’effectivement, prendre sa retraite à 33 ans après avoir été frugal et avoir investi la différence… ça se fait.

    Pour moi il n’y a pas d’opposition entre réduire ses dépenses et augmenter ses revenus. J’aime bien jouer avec mon budget pour voir où je peux couper, jusqu’à ce que ce soit optimal (compromis prix/confort).
    Et j’aime bien jouer à gagner 100 dollars de plus également. Mais ce que j’aime le plus c’est quand quelques dollars économisé en réduisant mes sorties ciné me rapportent 100 dollars quelques mois plus tard.

    Enfin, dernier point justement soulevé par « chivapiano » (joli pseudo), la frugalité peut être un choix qui n’a rien à voir avec l’économie.
    Pour beaucoup c’est un choix écologique, voire politique. Si en plus ça fait du bien au portefeuille, tant mieux.

    Quant à l’extrême couponing, je trouve cette pratique complètement débile et je pense qu’elle n’a rien à voir avec être frugal ou pas. D’ailleurs tu ne trouves jamais de coupons pour des fruits ou des légumes, par contre pour des produits à la con, inutiles et bien souvent sur-emballés, là y’en a plein.

    Bon voilà, j’arrête de râler, super blog sinon, je trouve que la qualité d’écriture s’améliore d’année en année, et j’aime bien les posts un peu plus polémiques que tu fais dernièrement.

    1. Post
      Author

      Bon point de vue 🙂

      J’avais bien aimé l’approche de Early Retirement Extreme car c’est une philosophie de vie (voir le résumé de l’excellent livre) mais comme tu le dis, il ne faut pas s’arrêter là !
      D’ailleurs dans ERE, son approche est étiquetée frugal mais en fait un de ses objectifs c’est de gagner de l’argent à sa manière avant tout.

  16. Je m’intéresse à ce qu’on appelle souvent le minimalisme, bien que je lui préfère le terme d’essentialisme. Maitriser ses besoins et son train de vie est déjà une première étape parceque ça fait des besoins plus petits à satisfaire. Ca permet aussi de d’enrichir intérieurement en découvrant les choses dont on a vraiment besoin ou envie. C’est avoir moins mais mieux par exemple. Ca ne doit pas etre un but en soi mais etre une étape et apporter un plus dans la vie. Le gain financier quand il y en a , ne doit être qu’une conséquence. D’ailleurs l’argent gagné quelquepart est souvent réinjecté dans un domain qui tient plus à coeur (plus de télé pour plus d’achats de livres, par exemple).

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.