Trouver un besoin et le satisfaire

Michael Ferrari Esprit riche 3 Commentaires

Pour développer un business, il faut trouver un besoin à satisfaire et le satisfaire de manière correcte. Parfois cela consiste simplement à reproduire ce que font les autres, vos concurrents, mais parfois une légère amélioration peut vous permettre de prendre un avantage significatif.

Un exemple récent que j’adore est celui de la pastèque. Cette histoire a été vérifiée et ce n’est pas un sujet du 1er avril !

Tout commence au Japon. Nos amis Japonais ont beaucoup moins de places qu’en France et encore moins qu’aux Etats-unis. Un des effets de ce manque de place c’est que certains fruits ne peuvent pas être distribués. Par exemple la pastèque. Sa forme traditionnelle ronde fait qu’elle demande beaucoup d’espace et surtout gaspille beaucoup d’espace.

Face à ce problème, la question que se sont posés les fermiers Japonais est « Comment résoudre le problème? ».

Pour gagner de la place, il fallait tout simplement faire des pastèques… carrées.

Et c’est là toute la magie de l’imaginaire humain. Ces pastèques ne sont non seulement pas plus pratique pour les magasins mais aussi pour les consommateurs qui possèdent eux aussi de petits réfrigérateurs.

Ils font donc pousser la pastèque dans une boite produisant un fruit adapté à la taille des réfrigérateurs et du coup, peuvent vendre plus cher ce fruit.

Une pastèque traditionnelle se vend de 15 à 25$ au Japon et celle-ci se vend plus de 80$. Ca fait une sacrée différence mais s’il y a un marché 🙂

En remettant en cause l’existant et en cherchant la meilleure solution ces fermiers ont donc trouvé quelque chose de tout à fait surprenant ! Il est souvent possible de faire mieux.

Ce n’est pas vraiment nouveau comme information, en fait j’en ai retrouvé la trace en 2001 mais l’idée elle est toujours surprenante.

Via Hardknoxlife

La page wikipédia

Commentaires 3

  1. C’est que pour la frime! Ils pourraient acheter une demi pastèque normale, ou acheter des portions conditionnées ou encore la conditionnée eux mêmes à la maison. Ce genre de truc sert juste à faire beau quand ils ont des invités. Mais c’est vrai que s’il y a de la demande, on se moque un peu de la réelle utilité de l’objet.
    Par contre le procédé doit être vraiment cher, car on est censé y gagner en facilité de transport et de présentation en magasin.

  2. Un commentaire un peu en retard mais bon…

    Pour rester dans la thématique de l’agriculture, il y en a aussi qui ont trouvé de très bonnes idées : l’élevage en batterie, les farines animales…

    Je trouve qu’une idée n’est pas bonne si elle n’est pas saine. Il faut prendre en compte la dimension éthique de son projet.
    Avoir une idée super pratique qui marcherait du feu de dieu mais qui contribuerait, par exemple, à polluer grandement lors de sa fabrication, de son acheminement, de son utilisation ou de son traitement en fin de vie, je ne trouve pas qu’elle serait une idée respectable à une époque où la thématique de l’environnement est bien développée.

    Je pense qu’il ne faut pas trahir ses principes pour gagner de l’argent. Certes, cela ne s’applique pas qu’à l’entrepreneur. Le consommateur, quand il choisit un produit moins cher plutôt qu’un autre qui serait, par exemple, plus respectueux de l’environnement tombe dans le vice (et si je fais de très gros efforts, je ne m’exclue pas complètement non plus). Mais c’est dommage de mobiliser de l’argent et des efforts pour une idée limite. Entreprendre, c’est relever des défis, et être fidèle à ses principes en fait partie. Après si on n’a pas de principe…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.