Rien n’est acquis, rien ne vous est dû

Michael Ferrari Développement personnel 4 Commentaires

Peu importe ce que vous avez accompli, l’une des plus graves erreurs que vous puissiez commettre, c’est de croire que « Vous y êtes ».

Sans être millionnaire, nous sommes tous, tôt ou tard, effleuré par cette pensée d’être arrivé quelque part : vous avez acquis plus de 500 000 €, vous êtes nommé DG, vous avez décroché un contrat… Les plus fortunés passent parfois par des phases similaires où ils dépensent sans compter et adoptent un style de vie douteux d’un point de vue moral (le fameux trio drogue, alcool, sexe). Tout ceci dure pendant des mois ou des années et se termine soit par un drame, soit par une prise de conscience.

La première idée, c’est donc qu’indépendamment de votre parcours, rien n’est acquis. Il faudra continuer de travailler, d’être là, de réfléchir, de penser au quotidien. Si vous laissez tomber tout ceci, les conséquences seront graves pour votre business mais aussi pour vous, à titre personnel. C’est là que l’égo entre en jeu. Celui qui a espéré depuis longtemps constituer un capital ou atteindre une position hiérarchique devra gérer son égo pour qu’il ne lui joue pas des tours. Vous rêviez que votre entreprise atteigne un certain CA et une fois atteint vous pensez que vous être à l’abri. C’est là qu’il faut faire la différence entre tout mettre en oeuvre pour y arriver et croire que parce que vous avez atteint votre cible vous êtes intouchable. C’est souvent le comportement du sale con en entreprise qui pense que parce qu’il a de bons résultats, il peut se permettre d’être odieux : il ne se rend pas compte qu’en fait il obtient des résultats malgré son comportement.

La seconde idée, c’est que rien ne vous est dû. Je sais que c’est un concept parfois difficile à entendre mais la simple vérité c’est que personne ne vous doit rien -du moins c’est ce que vous devez considérer. Ce n’est pas parce que vous avez fait ce diplôme ou travaillé avec cette personne que votre succès est acquis. C’est malheureusement une grande déception pour beaucoup de personnes lorsque, tôt ou tard, on réalise que ce pour quoi l’on a travaillé en pensant faire fructifier un compte imaginaire de « Bons à devoir » n’est en fait qu’une illusion que l’on s’est créé. Un cruel exemple, c’est celui d’un étudiant faisant un bac +5 dans une filière où il n’y a pas de travail et qui pensait avoir acquis un ticket pour un emploi intéressant et bien payé. Ce n’est pas parce que vous avez respecté les règles fixées par un organisme ou par la pratique dans un domaine que vous allez réussir.

Ces 2 croyances sont importantes dans l’efficacité personnelle, dans le quotidien, car elles influencent vos décisions et votre position par rapport aux évènements.

Si vous considérez que rien n’est définitivement acquis et que la vie en générale ne vous doit rien, vous serez plus serein : vous savez que vous devez travailler continuellement et qu’il n’est donc pas nécessaire de se presser pour arriver quelque part qui n’existe pas. Vous savez aussi que puisqu’on ne vous doit rien, c’est à vous de gagner chaque étape progressivement et de prouver à chaque fois que vous méritez votre place.

Vos croyances forment votre monde, ne l’oubliez pas !

Commentaires 4

  1. Le travail doit idéalement devenir une hygiène de vie. C’est à ce rythme-là qu’on parvient à garder ce qu’on obtient et qu’on continue de gagner du terrain vers nos objectifs.

    Lorsque l’on baisse les bras, le combat se termine … et jamais en notre faveur.

    MaxR

  2. Personnellement je trouve le titre de l’article très bien trouvé, une expression qui mériterait d’être rappelée de nos jours car certaines valeurs se perdent.

    Priximmo

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.