Retrouver du sens avec ces 3 idées

Michael Ferrari Finances personnelles, Gérer et épargner 8 Commentaires

Philippe-Geffroy-photoPhilippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » : argent et développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Avec Philippe, nous avons créé le séminaire Créez la vie que vous méritez : une expérience unique pour obtenir ce que vous voulez de la vie. Voici Philippe !

 

Devenir riche ne tient pas à l’argent qu’on gagne, mais à celui qu’on conserve et qu’on consacre à acquérir des actifs. Pour que vous en compreniez les mécanismes, j’ai écrit « Soignez vos problèmes d’argent ». Il y aura une vente flash de ce livre en format numérique, au prix étonnant de 3,99 euros. Ca durera une journée et une seule, le lundi 22 octobre prochain et il faut aller là

 

L’âge venant, je m’intéresse beaucoup à la notion de « sens ». Me posant souvent la question du sens de mes actes, de mes décisions, et accompagnant depuis longtemps des personnes en crise ou en quête de sens, je me suis aperçu qu’elle dépassait le cadre des dissertations philosophiques pour se poser de manière très concrète. Par exemple, au niveau du travail, nombre de personnes se plaignent d’en manquer (enrichir l’actionnaire n’étant manifestement pas suffisant). On sait bien maintenant qu’un manque de sens récurrent peut avoir un impact sur la santé, tout comme un écart entre ses valeurs personnelles et celles de l’entreprise dans laquelle on travaille.

J’ai coaché il y a quelques années Jacques, responsable marketing d’un laboratoire pharmaceutique. L’objectif était de l’amener à gérer efficacement son stress. Au fur et à mesure de nos séances, après avoir traité du stress professionnel intense lié à une forte pression, je découvris qu’il était très investi dans des pratiques de santé alternative, basées sur des produits naturels. A titre personnel, il avait mis en place des solutions de remplacement aux médicaments, écrivait des articles à ce sujet et participait à des salons et manifestations. Alors que, dans son métier, il lui incombait de faire la promotion de médicaments qu’au final il réprouvait (à tort ou à raison n’est pas important pour notre propos). Son stress était la partie émergée de l’iceberg, il agissait comme le signal d’une incohérence majeure entre ce qu’il y avait à « l’intérieur » (valeurs, motivations, intérêts) et ce qu’il devait faire « à l’extérieur » (comportements professionnels) pour remplir les attendus de son job. Soit dit en passant, le stress est un indicateur fiable de la présence d’une telle incohérence.

Pour rentrer dans cette notion de sens, on peut partir de 3 des acceptions possibles pour ce mot.

Le sens comme direction : dans quel sens faut-il aller, à droite, à gauche, devant, derrière ? La direction dépend du but à atteindre qui la détermine. Sans un but clair (une vision, un projet) notre travail, notre vie ne peut avoir de direction, et donc de sens ! Cela arrive quand on s’oriente « par défaut », sans véritable intention. Il n’est point étonnant alors d’arriver nulle part. Jacques cumulait à son stress professionnel la fameuse crise du milieu de vie, espace temps où la question posée est « stop ou encore ». Il avait de grandes incertitudes sur la suite à donner à sa carrière et manquait de visibilité sur son devenir.

Le sens comme signification : qu’est-ce que cela veut dire, quel est le sens (de ce mot, de cet acte, de ce vécu), pourquoi, pour quelles raisons suis-je là, comment cela s’inscrit-il dans ma trajectoire personnelle? Cela répond à la question du « pourquoi ? » (je fais ceci ou cela), des causes qui font référence aux besoins profonds de l’être humain (reconnaissance, amour, création, harmonie etc.). Jacques vivait une intense crise de valeurs car il n’obtenait plus, dans son métier, ce qu’il était venu chercher.

Le sens comme sensation : nos 5 sens (plus le fameux 6ème sens) nous servent à percevoir la réalité et nos ressentis sont des informations sur ce que nous sommes en train de vivre. Loin d’être des ennemis à combattre, ils sont les indicateurs fiables de la qualité de la voie que nous prenons. Ils font référence au corps et à ses manifestations. Jacques se levait fréquemment le matin, sans raisons objectives apparentes, avec une boule dans la poitrine. Etonnant non ?

A travers cet exemple, on voit bien comment cette notion abstraite ne l’est pas tant que ça si on prend soin de la décortiquer. On peut à partir de là facilement imaginer que si nous avons un but clair correspondant à nos besoins profonds et que nous nous sentons bien, alors notre vie est plus cool et productive. Cela vous concerne-t-il ? Dans votre vie professionnelle ou privée ? Ces 3 aspects sont-ils alignés et en cohérence entre eux ? Quelles en sont les conséquences ?

 

Commentaires 8

  1. Julien d'investir dans les parkings et les garages

    Bonjour Philippe,

    j’ai quitté mon travail car il n’était plus en phase avec mes valeurs. Je travaillais chez Leroy Merlin, qui est une entreprise extraordinaire, qui donne du sens à ses salariés.

    Malgré cela, je me sentais déconnecté entre mes valeurs, celles transmises par ma hiérarchie et les valeurs réelles, vécues entre collègues.

    Pour cela m’a mené à des maux de dos et des troubles du sommeil, sans compter la fatigue.

    J’ai profité d’un autre projet pour quitter l’entreprise tant qu’il était encore tant.

    Depuis, tous les troubles ont disparus !

    Que du bonheur 😉

    1. Philippe

      Oui, les différents « maux » alliés au stress sont un indicateur fiable que qqch « déconne » dans son système. Mais beaucoup préfèrent rester dans la zone de souffrance tolérable plutôt que s’engager dans un changement. Bravo à toi donc!

      1. Nom (obligatoire)

        Merci Philippe, la maîtrise du changement est un peu ton fond de commerce si j’ai bien compris.
        Je trouve que changer est passionnant et nécessaire pour s’adapter au fil du temps.
        Merci d’avoir mis des mots sur mes pensées.
        Julien

    2. londonozlunivers

      Félicitations!!!!
      J’ai quitté de nombreux jobs à des moments où j’ai pensé que c’en était trop pour moi – même s’ils présentaient nombre d’avantages pécuniaires et/ou environnementaux (conditions de travail agréables, petits cadeaux, collègues sympas, …)
      Là, je vis et travaille en Thaïlande, c’était un rêve. Pourtant, il me faut partir bientôt. Je ne m’épanouis pas dans mon travail, et il me fait mal à la tête, au dos et dans les jambes. Je sais très bien que c’est lié.
      J’étais venue pour méditer, prendre mon temps, écrire… Bien que je me sois vite mise à temps partiel, ce poste me prend encore trop de temps. Parce qu’il ne me convient pas. Parce que ce n’est pas ce à quoi j’aspire au fond de moi.

  2. Fred du blog "Ecrire... et s'enrichir !"

    Merci pour cet article !
    J’ai également navigué pendant quelques années sans direction.
    A la fin de mes études, j’ai cherché « comme tout le monde », un travail, et ne pouvant être trop tatillon, j’ai choisi celui qui me paraissait être le moins mauvais, par défaut.
    Toujours est-il que ce métier n’a jamais été le bon. Ce n’est pas moi qui l’est choisi. On me l’a proposé, j’ai accepté, je l’ai payé.
    Mais c’est sans regret, car j’ai beaucoup appris sur ma personne, ce que je souhaite faire, ce que je ne souhaite pas faire, quelles sont mes limites, quels sont mes besoins…

    Aujourd’hui, je me suis créé une activité sur mesure, et je ne me suis jamais autant senti épanouit. Je sais d’où je viens, je sais où je suis, et surtout je sais où je vais.
    Ainsi, si j’ai un message à passer, c’est le suivant :

    Ne laissez pas les autres décider à votre place, soyez maître de votre vie.

  3. Nasro

    Bonjour Philippe et merci pour cet article très intéressant.

    Comme vous l’avez bien expliquer c’est mieux de combattre le stresse lié à sa question d’existence que de vivre dans une longue et obscure souffrance.
    J’ai passé des année à me poser des question à propos de la raison de mon existence. la réponse m’a conduit vers une suite de changements radicaux dans ma vie. Pour une bonne période j’étais seul face au monde. Mais maintenant que j’y pense ça méritait bien le prix.

    Bien amicalement

    Nasro

  4. lili-71

    Bonjour Philippe et merci pour cette offre!
    J’ai acheté votre livre hier… C’était la première fois que j’achetais un ebook!
    Merci de m’avoir fait découvrir votre livre pour quelques euros… Je pense qu’il me fallait une occasion comme celle-ci pour que je me jette enfin à l’eau et me décide à acheter un livre sur le développement personnel.
    Non que j’en soit à une vingtaine d’euros près… mais vous connaissez mieux que moi les fausses-barbes!
    Espérant que je ne mettrais pas le même temps pour mettre en application vos principes!
    Bien sur que non!
    Je continue ma lecture et vous remercie encore pour ce livre!

    1. Philippe

      Bravo pour votre investissement, vus allez vite le rentabiliser! Quand à la barbe, j’en porte une vraie de temps en temps l’été!Quand à mettre en pratique, politique des petits pas, une chose à la fois qui, une fois cumulées, produisent des grands résultats

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.