[Philippe] Que faire si votre métier ne vous plait plus et éviter le burn-out ?

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Développement personnel 9 Commentaires

Rat Race Je rencontre régulièrement des gens bouffés par leur boulot, et, franchement, je me réjouis de ne pas être leur place et d’être riche du temps que je m’offre . En fait, qu’ils soient indépendants ou salariés, le processus qui mène à cette prison du travail est le même. Beaucoup de ces personnes pensent que, s’ils mobilisent toutes leurs intelligences, prennent à cœur les objectifs, les valeurs de l’entreprise, les relations avec leurs clients et s’investissent à fond dans l’action, alors ils vont obtenir des résultats exceptionnels. Ce n’est pas faux, cette stratégie permet de faire plus d’argent ou de monter en grade. Mais elle est très consommatrice en énergie.

Et surtout il arrive un inéluctable moment où ce qui était nouveau et stimulant devient habituel et routinier, où les exigences que vous avez sont démesurées par rapport aux moyens qui sont les vôtres, où les priorités contradictoires s’accumulent. Les grands mots d’ordre comme la QVT (Qualité de Vie au Travail) génèrent encore plus de procédures, de réunions, de règles et de contraintes qui font qu’on oublie d’aller dire bonjour à son voisin de case. Et puis tout ce que vous avez laissé en friche, tellement accaparé par votre travail, commence à disjoncter.

Et alors on commence à se sentir mal, c’est le système mentalo-émotionnel qui prend le dessus : il faut te lever, il faut faire cette présentation, tu dois conquérir ce client, si tu ne réussis pas ce projet, ta place est menacée, tu es déjà au taquet, mais ne dis rien quand on te confie cette mission, cette mission n’est pas intéressante et mal payée, mais bon il faut croûter… Vous voyez de quoi je parle ?

Et là on arrive au résultat : surmenage, stress négatif, fatigue, dégradation de la vie de couple et de la vie familiale, problèmes de santé, jusqu’au burn-out pour ceux qui sont long à comprendre.

Mais au fond de vous il y a cette petite voix qui se questionne : mais est-ce cela, la vie ? Est-ce pour ça que j’ai accompli toutes ces études et fait tous ces efforts, pour en faire toujours et encore plus ? Quel est le sens de tout ça ? En quoi est-ce utile ? Qui sera à mes côtés sur mon lit de mort : mes collègues, mon manager, le Board, mes clients ? Non, ils s’en foutront !

Alors quand vous commencez à vous dire des choses comme ça, vous vous dites qu’il est temps de changer de boulot. Et bien non, il est temps de changer d’attitude. Pas de changer de boulot tout de suite parce que si vous ne vous transformez pas intérieurement, vous allez à coup sur retomber dans les mêmes ornières : vouloir prouver, obtenir de la reconnaissance, être à la hauteur et toutes ces sortes de choses. Changer d’attitude par rapport au travail c’est le mettre à sa juste place et réhabiliter tous les autres domaines de la vie. Pour cela, il faut enlever le plus possible l’affect que vous investissez sur lui. Etre là, bien faire son job, avoir des bons résultats oui, mais sans implication émotionnelle. On vous fait une critique, dites ok et faites ce qu’on vous demande, on vous fait un compliment, dites merci et passez à autre chose. Lorsqu’on vient vous gaver avec les problèmes de la boîte ou de l’autre service qui a des nouveaux avantages ou au sujet de ce nouveau manager pervers narcissique, passez votre chemin, n’alimentez pas la conversation et retournez à vos taches habituelles.

Un jeu sympa auquel je vous convie est celui de l’hélicoptère.

Quand vous sentez que vous êtes en train de prendre les choses trop à cœur, montez dans votre hélicoptère mental et regardez ce qui est en train de se passer, depuis la- haut, comme un observateur neutre qui n’est absolument pas impliqué dans l’affaire. Utilisez ces questions : est-ce si important que ça ? Ta vie dépend elle de ce qui se passe la maintenant ? Quel danger avéré cours-tu ? Si tu étais le Dalaï-Lama (ou Bernard Tapie, ou votre boulanger ou qui vous voulez…) comment vivrais-tu cette situation ?

Vous verrez alors que la pression retombera d’elle-même et que vous serez même encore plus efficace et créatif, mais dans la détente !

 

 

Philippe-Geffroy-photoPhilippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » : argent et développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Avec Sylvie et Philippe, nous avons créé le séminaire Créez la vie que vous méritez : une expérience unique pour obtenir ce que vous voulez de la vie. Voici Philippe !

Commentaires 9

  1. Wow! J’ai vécu ça, c’est un article qui m’aurait servi avant mon burn out. J’ai essayé d’aider un de mes collègues en burn out aussi Mais difficile de s’en rendre compte « dans le feu de l’action » et il faut rester compétitifs. J’ai bien aimé l’astuce de l’hélicoptère mental ! Merci du truc !

  2. Imaginez juste que tout le monde fasse la même chose depuis sa petite enfance et s’offre beaucoup de temps. Cela donne quoi à la fin?
    Vous croyez que le monde qui vous entoure ne dépend pas de l’implication (donc de tout notre être) que nous mettons tous les jours à travailler? à servir? Certes dans les limites acceptables par chacun.
    Je suis philosophiquement totalement à l »opposé de ce post.

  3. Stéphane,
    Si vous étiez enfermé dans un bureau de 3m2 avec un chef qui vient vous menacer toutes les 10 minutes, auriez-vous la même réflexion ?

    Si pour vous rendre au travail, vous aviez 2h de route le matin, et 2h de route le soir, et que vous passiez vos 8h de travail dans une ambiance des plus mauvaises, et que quand vous arrivez chez vous, vous n’avez même plus la force de vous occuper de vos affaires, de vos enfants et de votre femme, de vous faire à manger, de faire un peu de sport….imaginez aussi …..

    Si malgré tout cela, vous continueriez à vous impliquer sans vous poser de questions, pouvez-vous me laisser vos coordonnées, je suis à la recherche de bons employés et souhaiterai vous embaucher afin que je puisse me dégager du temps libre et pouvoir aller à la plage…pendant que vous travaillez pour moi.

    Imaginez………….

    1. tout a fait d accord avec vous en plus de tout cela une paye de minable 1600 , 00€
      mais voila le réel problème des centaines de CV envoyer des rendez-vous bidon
      la vrai solution connaitre du monde , avoir des connexions ,des réseaux
      mais quand vous n avez rien de cela
      c est la catastrophe

      je veux une réponse très concrète que faire

  4. Florian
    Personne ne vous oblige à accepter des conditions inacceptables. Il y a des choix à faire.
    Mais dire compte tenu de ce je vis il ne faut pas que je m’implique émotionnellement est une erreur fondamentale.
    Le travail est un outil de développement et de défi pour construire des projets individuels puis collectif.
    Ne le réduisez pas à cela.
    Vous ne m’avez pas répondu: croyez vous que le monde qui vous entoure a été construit pas nos anciens sans passion, sans émotion, sans investissement?
    Notre pays crève des non investissements et de ces comportements.

  5. Bonjour Stéphane,
    Merci pour votre réponse.
    Je vous comprends, mais personnellement je suis exactement dans le cas de cet article.
    Enfant, je voulais faire menuisier mais l’on m’a dit de faire des études. Me voilà ingénieur enfermé dans un bureau pendant 8 à 10h par jour.
    Je pourrai faire le choix de tout envoyer balader et de refaire une formation en menuiserie, me direz-vous. Mais qui paierai le crédit actuel que j’ai … (pour m’acheter un actif, je précise) ?

    Vous avez beau être passionné, mais quand plusieurs situations pénibles se passent en peu de temps, que vous n’avez le soutien de personne, que vous avez du quitter votre région, votre famille, vos amis pour ce travail, et que la reconnaissance n’est pas là, effectivement vous commencez à ouvrir les yeux et à vous poser des questions.
    Pourquoi êtes-vous au bureau pendant que vos collègues sont en vacances alors que cela fait 6 mois que vous n’en avez pas eues et que votre collègue a la priorité sur vous alors qu’il a déjà eu 3 semaines le mois passé…
    Pourquoi restez-vous au bureau alors que vous avez terminé votre travail mais qu’il est trop tôt pour partir et qu’il faut faire semblant ….
    Cela a t-il du sens ? A mon avis non !

    Je suis le 1er à mettre toute mon énergie dans mon travail, mais aujourd’hui j’ai ouvert les yeux, et je sais que je n’ai pas envie d’enrichir ou d’aider des gens qui sont au-dessus de vous et qui vous manipule, eux sans émotions à votre égard.

    Je me donne environ 3 ans, j’aurais 30 ans, pour devenir financièrement indépendant et il y a de fortes chances pour qu’ensuite j’essaye de devenir entrepreneur et comme vous le savez mieux que moi, pour cela il faudra que je sois passionné !
    🙂

    Concernant votre question, ceux à qui vous faites allusion, sont les entrepreneurs principalement.
    Je travaille actuellement en Suisse proche des grandes entreprises horlogères….certains sont passionnés par leur travail, d’autres n’ont pas le choix (exemple : un ami qui travaille chez Cartier n’a pas d’autres choix, il ne trouve pas de travail dans son ancien métier (électronicien dans le médical), a refait une formation en horlogerie, et travaille chez Cartier depuis 5 ans……à 250km de sa femme et sa fille de 7 ans, qu’il ne revoit que le weekend après 3h30 de route…weekend qui passe vite car à 3h le lundi matin, le réveil sonne….).

    Je suis allé voir votre site…êtes-vous le propriétaire-gérant ou employé ?
    Bien à vous.

  6. Bonsoir Florian
    Notre génération a besoin de sens.
    Moi aussi j’ai travaillé pour les autres dans de grands groupes et quand j’ai senti que n’étais en ligne avec leurs valeurs. Je suis donc parti.
    Je ne reproche rien aux autres, invite tout le monde à créer une boite, se créer son job à inventer sa vie, bref à entreprendre.
    J’ai fondé ma boite et je ne veux travailler qu’avec des personnes qui ont les mêmes valeurs humaines, le goût de l’effort et du dépassement, bref des patrons.
    Je déteste les catégories et les différences faites artificiellement entre patron et employé. Nous sommes tous les mêmes.
    Créer votre boite mais n’accusez pas les autres ou les grandes boites ou le système pour les non choix que vous faites ou les erreurs commises dans des orientations ou des choix hasardeux. Et si vous vous êtes trompés, il faut recommencer, toujours.
    Le monde se développe à une grande vitesse, les opportunités également. Je crois qu’il faut vivre au milieu de ceux qui partagent vos valeurs et pas avec ceux avec lesquels vous ne partagez rien.

  7. Merci!
    Stéphane avec ton commentaire sur ce site….
    tes expériences et ta façon de voir la vie … je me retrouve!
    ca me donne envie de croire en moi !
    Et oublier ceux qui ont profités de moi….
    Oublier mes besoins de reconnaissance, ca va être dur! lol
    40 ans cette année… c’est l’année du changement…
    Qu’est tu devenu?
    Que fait tu? Ou est tu? depuis ta prise de conscience? et reconversion?
    J’aimerai savoir!
    Amicalement

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.