Progresser et prospérer, c’est finalement simple…

Michael Ferrari Psychologie de l'argent 18 Commentaires

sprout
J’ai récemment eu l’occasion de retourner à Montpellier et c’était une expérience très intéressante. J’avais été pour la première fois dans cette ville il y a précisément 8 ans. Cette nouvelle visite m’a fait prendre conscience du chemin que j’ai parcouru depuis et cela fait parti des petites satisfactions du quotidien que de savoir que l’on a avancé !

A cette époque, je n’avais pas spécialement de projets. Je n’avais pas de revenus car j’avais arrêté de travailler pour reprendre mes études. Je n’avais aucun patrimoine. Je ne savais pas vraiment ce qu’était l’argent.
En dehors de toute considération financière, je ne savais pas vraiment ce que j’allais faire « plus tard », une fois mes études terminées. J’étais dans une relation naissante (et qui a bien grandie depuis!). Je n’avais pas de blog, pas écrit un livre ou créé des produits ni même vécu à l’étranger. Bref, j’étais simplement beaucoup moins avancé dans mon développement personnel.

C’est marrant comment vont les choses. Si vous regardez maintenant votre vie, vous pensez que vous n’arriverez jamais à monter votre projet, à trouver un partenaire de vie ou à obtenir ce que vous voulez mais lorsque vous regardez dans le rétroviseur, vous constatez à quel point tout se joue dans le quotidien, dans vos décisions, dans vos croyances et dans vos actions.

Il y a 8 ans je sortais d’une relation difficile qui avait détruit beaucoup de choses, j’étais dans ce genre de situation où l’on a l’impression que le monde va s’écrouler sur nous. Je ne gagnais même pas le SMIC si l’on déduit le temps de trajet et les frais occasionnés. J’avais un BAC+2 et je faisais le genre de travail qu’on délocalise en Inde pour la moitié du prix. Ma situation s’était tellement dégradée que j’ai même dû retourner chez mes parents. Après avoir pris son indépendance, c’est évidemment toujours une étape difficile. J’étais vraiment en péril.

Cependant je ne me suis pas arrêté au constat. J’ai compris que c’était à moi seul de faire quelque chose. J’étais responsable des résultats actuels, je serais responsable des résultats futurs. J’ai planté de nombreuses graines à cette époque et bon nombre m’ont apporté plus que je n’aurai pu l’imaginer. La première, c’était de reprendre mes études et de me qualifier pour des postes plus intéressants. Mon estimation à l’époque était que je pouvais doubler mon salaire par ce moyen, c’était un bon début. Cela impliquait de revivre comme un étudiant pendant 3 ans, de trouver un boulot à faire le soir ou le week-end pour payer mes frais : aucun problème. J’ai trouvé un cursus où je pouvais reprendre mes études sans perdre d’années. J’ai trouvé un boulot qui me prenait un week-end complet sur 2 pour payer le quotidien. J’ai fait de l’intérim l’été pour payer les frais de scolarité.

La seconde, c’était de trouver une relation saine correspondant à mes aspirations : avoir un véritable partenaire de vie. Sans trop me focaliser sur ce point (personne ne veut passer pour un taré lors du premier rendez-vous), j’ai réussi, la vie faisant bien les choses lorsqu’on sait ce que l’on veut, à établir quelque chose qui dure depuis. Petit à petit les choses se sont construites et solidifiées.

La dernière, c’est un plan. Une vision de ma vie. Ce plan disait simplement que j’allais apprendre sans cesse, que j’allais chercher ceux qui progressent et étudier leurs secrets. Cela impliquait de partir de ma région et tout ceci était cohérent avec les 2 premiers points. Ce plan m’a permis de rencontrer tellement de personnes intéressantes que ma vie ne serait vraiment pas la même sans cela. Je me souviens nettement d’une réflexion que je me faisais de temps à autre lorsque je tombais sur des gens qui subissaient leur vie, ce type de personne qui vous mine le moral et qui cherchent un soutien ou un réconfort. Lorsque je voyais ces gens là me dire que ça sera aussi dur pour moi, je me disais simplement qu’ils n’ont même pas idée de là où je serais dans quelques années : je serais très loin de tout ça.

J’ai fait du mieux que j’ai pu à cette époque. J’ai exploité le quotidien pour tester mes idées et créer ma réalité. J’ai parfois des gens qui me font des réflexions car ils pensent que pour parler d’Esprit Riche ou d’argent, je suis né avec une cuillère d’argent dans la bouche (l’or est trop cher). Lorsque ça arrive, je ris doucement et je plains ceux qui ont ces croyances limitantes. Est-ce que cela me donne plus de mérite ? Je ne sais pas. Si j’avais eu cette fameuse cuillère d’argent dès la naissance, j’aurais évidemment utilisé mon réseau, le chéquier de papa et tout le reste et j’aurais emmerdé tous ceux que cela gêne. Dire le contraire serait stupide et hypocrite. Bref.

Quel est justement votre quotidien ?
J’espère simplement qu’il est joyeux, enrichissant et dynamique. Le meilleur moyen d’avoir ce que vous voulez dans quelques années, c’est de faire le premier pas aujourd’hui et non pas lorsque toutes les conditions sont réunies qui est un synonyme de GROSSE LOOSE ou de j’ai peur.

Faites la meilleure utilisation de votre quotidien : c’est votre levier ultime.

  • Utilisez au mieux votre temps de trajet
  • Utilisez au mieux votre sommeil
  • Utilisez au mieux vos périodes de travail
  • Utilisez au mieux votre cerveau

Chaque jour apporte ses opportunités et vous devez être ouvert et prêt.

Un quotidien de cette nature sera joyeux parce que le bonheur n’est pas un état d’esprit futur, c’est un sentiment présent. Il ne dépend pas de votre environnement ou de vos possessions, c’est quelque chose qui provient de vous. Si vous n’êtes pas heureux, trouvez mille raisons de l’être, elles ne manquent pas. Vous attendez une validation externe pour assumer le fait d’être heureux ? Vous resterez misérable, c’est garantie.

Ce travail de recherche est enrichissant car c’est en progressant que l’on peut investir de la vie dans la vie. En faisant cela, vous pouvez déplacer des montagnes, donner vie à vos projets, améliorer la vie de vos proches et des autres. Vous vous enrichirez en faisant et en apprenant, peu importe les résultats. Votre expérience vous permettra de réaliser vos projets.

Et ce qui compte, c’est votre dynamique car ce qui est inerte est mort. La dynamique, c’est à la fois le fait d’aller de l’avant mais aussi le fait de s’adapter, ne pas croire que notre vie est composée d’acquis. Même si la pensée d’avoir atteint un « haut plateau permanent » est rassurante, la sécurité est illusoire. Elle n’est jamais permanente et acquise. Elle nous abrutit, elle nous endort et l’on se retrouve apeuré lorsque le changement vient taper à notre porte.

Croyez-moi, il viendra.

Crédit photo Wesley Chan

Commentaires 18

  1. De tous les articles que tu as ecrit, c’est celui que j’ai prefere et pourtt il ne parle pas d’argent, en tout cas pas directement, comme quoi…

  2. Quand je lis cet article, je n’ai envie que d’une chose: c’est de poser mon ordi, me lever et d’applaudir.
    Quel chemin accompli, depuis toutes ces années!
    Continues de nous régaler comme tu le fais.

  3. vos articles me donnent cette energie dont j’ai tant besoin pour avancer, c’est un réel plaisir de vous lire.

  4. C’est une tres bonne motivation lorsqu’on est au plus bas, car on ne peut pas descendre plus bas. J’ai vecu cela moi-meme en France ce qui m’a permis d’aller toujours plus haut et d’aller vivre en Asie pour devenir entrepreneur. Ce qui est bien plus sympathique qu’etre salarie paye au lance pierre comme je l’etais.

  5. Parfois la motivation vient quand on touche le fond (toute proportion gardé) ! Bravo Michael !

    Les mésaventures amoureuses marquent tellement que c’est parfois un bon moyen de faire le point sur sa vie, ses attentes et rebondir ; d’autant que la solitude force à cette prise de recul.

  6. Tout à fait d’accord. Il faut simplement commencer, même petit, et faire des changements. Agir pour vivre ce que l’on veut.

    Ca fait plaisir de s’en rendre compte! Bien joué Michael 🙂

  7. Très beau bilan, j’espère que mon chemin m’amènera a un équivalent 😉

    Juste une question sur un « détail ». Tu parles d’utiliser au mieux le sommeil. Mit à part un article sur quoi faire le matin je n’ai pas souvenir que tu ais beaucoup traité ce sujet pourtant vital ?

    1. Post
      Author

      Merci 🙂

      Non effectivement j’en ai peu parlé. J’ai cherché les solutions pour améliorer la qualité de mon sommeil qui sont très classiques (literie de qualité, température fraîche…) pas vraiment de quoi faire un article à mon sens !
      Sinon j’avais regardé du côté des outils pour optimiser le moment de son réveil où j’avais testé le sleeptracker qui sont des aides intéressantes seulement complémentaire au reste.
      Dans la mesure où je dors suffisamment (7/8h) et pas trop, ce n’est pas un sujet pour moi. Toutes les approches de réduction du temps de sommeil (polyphasique) ne me semblent pas durable et relèvent de la pseudo-expérience scientifique.

  8. Si j’ai bien compris, ce sont les rencontres et les lectures qui amènent sur cette voie ? Je trouve que les stars du net ont bien réussi, ont-elles toutes la même approche ?

    1. Post
      Author

      C’est surtout ce sur quoi ton esprit se concentre la plupart de la journée, il n’y a pas d’approche unique car chacun est différent.

  9. C’est vrai, dans le feu de l’action, on peut penser que cela n’avance pas assez vite. S’arrêter et regarder le chemin parcouru est intéressant.

  10. Bravo Michael.

    Je te soumet maintenant une idée de sujet qui je pense est très important dans le développement et l’équilibre personnel et que je ne t’ai pas entendu aborder: La spiritualité, la religion.
    En effet, on trouve souvent des citations bibliques, des incitations à la prières dans les livres de développement personnel d’auteur américains (Jim Rhon, Dale Cargenie…).
    Quand est-il ? Peut être penses tu que ce genre de sujet est trop personnel et trop sujet à polémiquer.

    Bonne continuation.

    1. Post
      Author

      Je peux comprendre le réconfort que cela procure mais la religion au sens traditionnel du terme m’indiffère, c’est pour cela que je n’en parle pas. Quand à parler de spiritualité, pourquoi pas. C’est déjà un peu le cas en toile de fond de certains articles.

  11. Un article très revigorant, d’un regard que les « jeunes » ne peuvent pas encore connaitre, qui demande du temps et apporte une satisfaction quant au chemin parcours.
    Un article qui parle de richesses au sens large.

    1. Post
      Author

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.