[Invité] Passer de salariée endettée à chef d’entreprise libre

Michael Ferrari Finances personnelles, Gérer et épargner 26 Commentaires

Aujourd’hui Angélique nous propose un témoignage où elle explique comment elle est passée de salariée malade et endettée à chef d’entreprise épanouie. Reprendre la main sur sa vie lorsqu’on est dans la galère parait impossible mais pourtant vous allez voir que rien ne remplace l’action et un bon plan.

Voici Angélique !

—————-

Jusqu’à l’âge de 31 ans (j’en ai 35), je ne m’étais jamais fixé d’objectifs. Je n’avais pas de projets professionnels ou personnels particuliers. Tout ce qui avait trait à la planification de vie me paraissait être un truc de jeune loup (pour ceux qui échelonnaient la progression de leur carrière) ou de faible femme (pour celles qui savaient à quel âge elles auraient leur premier enfant et se marieraient).

Aujourd’hui, j’ai compris que la réalisation personnelle et professionnelle passe par la planification de ses projets de vie. Je vous explique pourquoi et comment j’ai fait pour passer de salariée endettée à cheffe d’entreprise concentrée sur sa liberté financière et son bien-être.

Ma démarche

  •        placer le sens, le plaisir au cœur de ma vie professionnelle
  •        choisir mes activités pro en fonction de ce que j’aime
  •        obtenir ce que je désire fortement et pour cela gagner l’argent nécessaire

 

Etape #1 : Etat des lieux et projet de vie

Les projets de vie. Qu’est-ce que c’est que ça ?

C’est faire le point sur ce que l’on aime, les rêves que l’on a, les choses que l’on sait faire et les qualités que l’on possède. On mélange tout ça et on obtient des projets de vie. C’est évidemment très simplifié. Mais c’est vraiment l’idée : définir les grands projets (professionnels, personnels, humains…) que l’on veut accomplir, les transformer en objectifs et les mettre en œuvre.  Voici ceux que j’ai choisis :

>De salariée à entrepreneure

J’ai passé près de 10 ans en entreprises (comprenant quelques pauses nomades) dans lesquelles j’ai exercé la profession de directrice de communication. La vie entre 4 murs, 5 jours sur 7, les dossiers à traiter, les injonctions contradictoires, je me suis demandé si je voulais vivre comme ça (insatisfaite, sous pression) toute ma vie. C’est à ce moment-là que j’ai été malade. Une dépression pour les raisons évoquées… Quelques mois plus tard, je mets tout à plat et  je m’installe à mon compte.

>D’endettée à la liberté financière

Cigale plus que fourmi pendant plusieurs hivers 🙂 (13 exactement), je me suis retrouvée dans une situation financière fâcheuse. C’est à ce moment que j’ai découvert 2 outils qui ont changé pas mal de choses dans ma vie :

  • Le blog de Michaël (et les blogs traitant entrepreneuriat et de liberté financière par la suite). J’y ai trouvé les clés pour sortir de mes soucis financiers. Et bien plus puisque j’ai découvert des notions qui m’étaient inconnues : le blogging, la liberté financière qui sont maintenant au cœur de mon quotidien.
  • Oser demander de l’aide. On reste souvent seule avec ses tourments. Heureusement que les amis ne sont pas aussi stupides que soi :). Demander de l’aide m’a sorti de l’endettement. Depuis 4 ans, j’ai assaini mes finances et j’ai appris à gérer mon argent. J’ai aussi appris à aimer l’argent pour ce qu’il est et ce qu’il va me permettre de concrétiser.

 

Etape #2 : construire, consolider et… persévérer

Les projets de vie se construisent, doivent être consolidés et adaptés comme tout ce qui est vivant et animé. Pour garder mes objectifs en tête et développer pas à pas mes activités, je m’appuie sur 3 piliers :

>Pilier 1 : Le plaisir d’aider les autres

Je suis coach. J’accompagne mes clients et mes clientes dans le passage à l’action. Je les aide à passer du désir de faire au plaisir de faire, à trouver leurs ressources personnelles pour concrétiser des rêves. On s’empêche souvent de faire ce qui compte vraiment pour soi. On a peur ou on remet au lendemain. Pourtant, je suis persuadée qu’en ayant ses propres projets, on s’approprie son histoire et ses valeurs. On apprécie mieux qui on est parce qu’on fait ce qui est bon pour soi.

>Pilier 2 : mon blog « L’inévitable rendez-vous »

Mon blog est un véritable moyen d’expression. J’aime échanger avec les lecteurs et avec d’autres bloggeurs que je rencontre. Ce blog me sert aussi de support pour raconter comment je passe progressivement de bénéficiaire des minimas sociaux vers ma liberté financière.

Pour cette expérience, j’utilise le livre de Nathalie Cariou « Prenez la responsabilité de vos finances ». Grâce à ce livre, j’ai fait un gros gros travail sur mes croyances liées à l’argent. Celles qui me bloquent.

Ca ne s’est pas toujours fait dans la joie. Loin de là. On pense souvent que ses croyances sont les reflets de son identité. Alors que souvent les croyances sont simplement le fruit de son éducation, de sa culture et des travers de nos proches que l’on a interprétés comme étant des vérités.

Le but est de me défaire des croyances qui me limitent pour les remplacer par d’autres qui me font progresser. Un gros boulot je vous dis. Mais nécessaire…

>Pilier 3 : La création d’un produit 

A l’instar des grands bloggeurs tels Olivier Roland, Aurélien Amacker ou Michaël :-), je prévois de lancer un produit en ligne. Ce produit, je le construis actuellement avec Nathalie Cariou (oui, oui l’auteure de l’ouvrage ci-dessus. Je lui ai demandé d’être ma mentor après la lecture de ce livre ; je vous en parle plus bas 🙂 ).

La création de produit est un des moyens que j’ai choisi pour construire ma liberté financière.

 

Etape #3 : me laisser guider

D’autres sont passés avant moi par le chemin de entrepreneuriat de la liberté financière qui sont bien souvent liés. Alors comme je crois à la transmission,  j’ai décidé de suivre leur exemple et de faire confiance à leur méthodologie. Que ce soit par les livres, les blogs, les séminaires ou par le mentorat :

>De lectrice passive à lectrice appliquée

Il y a encore 4 ans (quand j’étais jeune 🙂 ), j’étais essentiellement dans le fantasme, dans la confrontation d’idées, dans l’intellectualisation et dans le concept. J’achetais des livres de développement personnel ou de réussite, ils m’attiraient et… je les rangeais dans ma bibliothèque. Aujourd’hui, je les lis, je les apprécie et… les applique. C’est la différence (qui pourrait sembler accessoire) entre la femme qui laissait les événements et les personnes décider pour elle et celle que je suis devenue. En appliquant les exercices des livres, j’ai appris à passer à l’action et à faire pour moi. Ce qui est bon pour moi pourrait être bon pour vous…

>D’autodidacte à mentorée

J’ai fait des pas de géant depuis que je connais Nathalie Cariou. Elle est coach en réussite professionnelle, personnelle et financière. Elle a atteint sa liberté financière. Elle est ma mentor et une partenaire aussi comme je vous le disais plus tôt.

J’avais envie de développer mon entreprise (et moi avec par la même occasion J) alors j’ai suivi le conseil de Michaël et j’ai trouvé mon mentor. Je n’ai pas le désir de suivre ses pas à proprement parler. Ce n’est pas l’idée. L’idée, c’est d’apprendre d’elle. De développer les valeurs et les compétences qui me permettent de réaliser mes projets et mes rêves. Et le contact avec une personne de chair et d’os qui a ces compétences et ces valeurs aide à croître.

 

C’était mon « plan » pour accéder à ma réalisation personnelle et professionnelle. J’espère que vous y trouverez matière à réflexion. Si vous voulez continuer la discussion, venez me retrouver sur mon blog L’inévitable-rendez-vous.

 

A bientôt !

Angélique

Commentaires 26

  1. Darkam

    Intéressant, j’affectionne particulièrement le passage qui différencie le fait de lire pour se masturber intellectuellement et le fait de lire pour agir.

    1. Angélique

      Oui, moi aussi je l’aime bien ce passage 🙂 Ça m’a pris quelques années pour enfin appliquer les conseils. Tant qu’on ne fait pas les exercices prodigués par les blogs, les livres, on ne se rend pas compte à quel point, ça peut fonctionner.

  2. Pierre-antoine

    Félicitations Angélique, remettre les choses à plat dans sa vie fait parfois effet de déclic. Beaucoup de curiosité, une bonne gestion de son temps et une motivation sans faille pour atteindre son objectif sont essentiels pour avancer! Bonne continuation à toi 🙂

    1. Angélique

      Merci Guillaume !
      Figure-toi que j’ai téléchargé ton guide. Hâte de découvrir de nouvelles pistes de réflexion pour atteindre ma liberté financière.
      Tu seras un des premiers informés concernant la sortie du produit:-)
      A bientôt.

  3. Guillaume REGNIER

    Félicitation Angélique,

    Beau parcours qui met en défaut le discours basique, il faut de l’argent pour se lancer ou réussir, même quand on ne roule pas sur l’or on peut y arriver,

    Félicitation et merci pour l’explication des différentes étapes de progression qui te permette d’être épanouie

    1. Angélique

      Merci Guillaume. Oui on peut se lancer avec peu de moyens. Tout dépend des services que l’on propose.
      Mais se lancer ne suffit pas. Il faut se développer et être pérenne.
      Ce sera peut-être le sujet d’un autre article dans 2/3 ans si Michaël en est d’accord 🙂
      Merci encore pour ton commentaire.

      1. Post
        Author
    1. Angélique

      Tu m’as bien fait rire.
      Je pense pourtant que les salariés sont très courageux. Pour la plupart, ils ont plus à endurer qu’une personne installée à son compte et qui aime ce qu’elle fait…
      Merci en tout cas 🙂

  4. Arnaud D'Avenir-plus-riche

    Bravo Angélique,

    Belle remise en question, j’imagine que rebondir après une dépression n’est pas chose simple.
    Prendre sa vie en main, se donner des objectifs, les voir se réaliser, et à priori d’une manière remarquable, c’est ce que l’on souhaite à tous. Pourtant peu nombreuses sont les personnes capables de faire ce que tu as fait.

    Bien sur, je vais jeter un œil sur ton blog, ton parcours m’intéresse.
    Bonne continuation.

    Arnaud

    1. Angélique

      Bonsoir Arnaud, alors merci pour ce joli commentaire. En effet, « rebondir » après une dépression n’est pas facile. Et c’est grâce au soutien de mes proches et d’une psy que je me suis soignée. Je ne suis pas spécialiste de la question mais m’informer sur le sujet et lire des témoignages d’anciens malades et des pros m’a aussi permis de sortir la tête de l’eau à l’époque. Ensuite, quand j’ai « repris goût » à la vie dans tous les sens du terme, c’est là dessus que je me suis concentrée. Ca fait partie de mon histoire. Et quelque part, c’est à partir de là que j’ai construit mes projets. C’est l’idée que j’essaie de faire passer… Et pas besoin de tomber malade pour « s’approprier sa vie » comme tu dis 🙂 !

  5. Mat.

    Votre article est très intéressant et j’aimerai revenir sur la partie projet de vie : « C’est faire le point sur ce que l’on aime, les rêves que l’on a, les choses que l’on sait faire et les qualités que l’on possède. On mélange tout ça et on obtient des projets de vie. »

    Je trouve ce passage très juste, mais que faire face à une personne qui a le sentiment de n’avoir aucun but dans sa vie ? Qui s’intéresse à beaucoup de choses, qui a beaucoup de compétences, mais qui n’arrive pas à choisir, à se lancer et qui baisse les bras, persuadé qu’au final tout n’est que futilité ?

    Enormément de personnes sont dans ce cas de figure (dans ce que j’appellerai la phase « avant de passer à l’action »). J’ai d’ailleurs eu l’occasion de faire la connaissance de de l’une d’entre-elles récemment et je n’ai su quoi lui répondre…

    J’en appelle donc à vos témoignages, vos avis, commentaires, etc.

    Je pense au final que nous sommes tous passé par là (et que cette situation se représentera), mais qu’est-ce qui nous a permis de choisir ? De savoir où nous voulions aller ?

    1. Angélique

      Bonsoir Mat,

      J’aime bien répondre aux questions par d’autres questions (c’est mon métier 🙂 Qu’est-ce qui fait que cette personne ne va pas au bout des choses ? Est-ce que ses désirs sont bien identifiés ? Cette personne a-t-elle une idée précise de ce qu’elle veut pour elle ? Quel est son « carburant » pour passer à l’action ? Que lui manque-t-il ?
      Nous sommes nombreux en effet à connaître des phases actives et des pauses, à avoir peur d’agir, d’être… Parfois, c’est ne plus avoir le choix qui aide. Ou accepter de devoir renoncer à quelque chose.
      Bonne soirée.

  6. Pingback: Passer de salariée endettée à chef d’entreprise libre : L'inévitable rendez-vous

  7. Mat.

    Bonsoir Angélique,

    Merci pour cette réponse. Je ne saurais pas trop répondre à vos questions malheureusement… C’est juste une personne qui ne trouve pas de but dans sa vie.

    Du coup ça me pousse à la réflexion : est-ce que tout le monde a ou doit avoir un but dans la vie ? Qu’est-ce qu’un but ? Est-ce que c’est quelque chose que l’on choisit ? Que l’on ressent en soi et vers quoi l’on se dirige sans réfléchir ? Est-ce que l’on passe d’un but à un autre (une fois le premier atteint) ?

    Qu’en pensez-vous ?

  8. Thomas Rocher

    Bonjour,
    Je (re)découvre le « blogging » grâce à Guillaume de KDR et j’en profite te dire Angélique que je suis toujours admiratif des personnes qui réussissent à s’épanouir dans le travail après une telle épreuve, bravo à toi.
    Concernant ton message Mat. Il est vrai que certaines personnes se persuadent qu’elle n’ont pas d’objectifs spécifiques, ce qui est toujours surprenant.
    A mon avis, ces personnes se persuadent surtout qu’elles ne peuvent pas atteindre leurs objectifs car elles ne voient que l’objectif et non pas la méthodologie et les moyens à mettre en place pour les atteindre.
    La clé est, je pense, la matérialisation de l’objectif afin qu’il fasse parti intégrante du quotidien (une photo, un objet,……) de ce fait on y pense sans que ceci soit une contrainte.
    Si vraiment une personne pense ne pas avoir d’objectifs, je pense que se remettre dans la peau de l’enfant que l’on était peut être une solution, car cette période de notre n’est elle pas celle où l’on a le plus de rêves?
    Encore bravo Angelique, je vais faire un tour sur ton blog car ton parcours m’intéresse.

    1. Angelique

      Merci Thomas.

      Moi aussi j’ai beaucoup aimé l’article de Guillaume de Komment devenir riche sur la matérialisation de ses objectifs.

      Dans le même esprit, le tableau de vision (googlisez pour savoir ce que c’est:-) est un très bon outil.

  9. Mat.

    Bonsoir Thomas, merci pour ta réponse.

    Effectivement, revenir sur son enfance peut-être un bon point de départ…

    Mais je reviens sur ma question : selon vous, doit-on avoir un but dans la vie ? Est-il possible de ne pas en avoir ?

    (je parle bien entendu d’un vrai but, comme un objectif de vie, et non pas comme le fait de pouvoir payer ses factures à la fin du mois)

    1. Angelique

      Bonjour Mat,

      Tes questions induisent les réponses. Oui, selon moi, on a un but (ou plusieurs) dans la vie. Et il est aussi possible de ne pas en avoir. Souvent parce qu’on ne connait même pas l’existence des termes « objectif de vie ».

      Je n’en avais pas de particulier il y a encore quelques années. Des lectures et des gens m’ont sensibilisée. J’ai alors cherché le sens que je voulais donner à ma vie et pas simplement trouver le sens de la vie (uniquement métaphysique).

      Le sens de ma vie (en très très shématique) :
      principe de départ commun à tous : j’ai un laps de temps sur terre. J’en fais quoi ?
      2 possibilités :
      -J’attends de mourir en laissant les jours défiler ?
      -Je tente par tous les moyens connus (et à découvrir), à mon rythme, de me l’approprier et de la faire à mon goût. (la mort arrivera tout de même) ?

      Choix n°2 me concernant.

  10. Pingback: 1 an, ça se fête ! : L'inévitable rendez-vous

  11. nga

    bonjour angélique et à tous les participants
    je suis ravis des préoccupations des uns et des autres. Je suis plus impressionné des réponses de Angélique qui donne satisfaction.
    je demande conseil comment m’organiser surmonter mes dettes étant donné que je ne compte que sur moi, personne pour m’épauler, je ne compte que sur mon salaire qui est d’ailleurs très minable et mes besoins financiers très au-dessus? merci

    1. Chat

      Bonjour nga et aux autres participants s’ils existent toujours !
      Pourquoi bizarrement suite à votre question le forum s’est arrêté…j’aurais bien aimé connaître l’avis de tous ces professionnels de l’existence…
      mais j’espère surtout que depuis tout ce temps votre situation s’est améliorée !!!

  12. Pingback: Les meilleurs articles | L'inévitable rendez-vous

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.