Mériter ou avoir besoin ? Choisissez votre combat !

Michael Ferrari Finances personnelles 43 Commentaires

L’actualité récente m’a rappelé quelque chose d’important : personne ne reçoit de l’argent parce qu’il en a besoin. Si vous espérez gagnez plus d’argent parce que vous en avez besoin, vous allez sérieusement vers de gros ennuis. Voici pourquoi.

Pourquoi les clochards restent pauvres ?

Voici une question simple : pourquoi les clochards restent pauvres ? Après tout, les bons sentiments, la solidarité ou la pitié devraient pouvoir permettre à ceux qui n’ont rien de s’en sortir ? L’argent coule à flot pour beaucoup de gens, n’est-ce pas logique que l’entraide suffise ? Pourtant, nous constatons (si triste que cela soit…) que les plus démunis le restent et, selon moi, une partie de la réponse est : vous ne recevrez pas de l’argent parce que vous en avez besoin mais seulement si vous le méritez et je pense que si 90 % des gens ne donnent rien, c’est exactement pour cette raison.

Lorsque un groupe se met en grève pour obtenir plus d’argent, c’est le même état d’esprit qui œuvre : ils espèrent être payés plus parce qu’ils en ont besoin en oubliant un seul détail : nous sommes payés en fonction de la valeur que l’on apporte, pas en fonction de nos besoins.

Si tout ce que vous savez faire, c’est passer le balai, vous n’obtiendrez pas beaucoup d’argent pour cela alors que si vous savez résoudre des problèmes complexes, vous avez de plus grandes chances d’être bien rémunéré. Evident, non ?

Il semble cependant que cela ne le soit pas pour tous, particulièrement en France. Je n’ai rien contre ceux qui essaient de faire progresser leurs revenus mais je ne comprends pas la manière dont ils entreprennent d’obtenir les choses : il serait tellement plus simple de chercher à prendre de la valeur. Au lieu de quémander régulièrement, vous reprendriez le pouvoir sur les évènements. Au lieu d’investir du temps et de l’énergie à préparer des flyers qui n’intéressent personne d’autre que vous, vous pourriez développer vos compétences et augmentez vos revenus et la sécurité de votre emploi.

Le drame de l’histoire

Ce qui est dramatique, c’est qu’apporter de la valeur n’est pas nécessairement synonyme de travailler plus ou plus dur. Il arrive parfois même que l’on travaille dur et que l’on se démène et que tout ce que l’on récupère ce sont des miettes.

La solution est ailleurs. Elle n’est pas dans le fait d’arriver 30 minutes avant les autres et partir en dernier. Elle est plutôt dans le fait de consacrer de l’énergie pour travailler sur soi et se construire. Devenir celui qui vaut plus. (Et la valeur sur le marché n’est qu’une composante peu importante de notre vie)

Quand devient-on méritant ?

Le concept est flou (un Picasso mérite-t-il plusieurs millions d’euros?) et chaque effort ne sera pas récompensé mais pour autant c’est la direction qui compte, pas le nombre de pas que vous faites. Au lieu de vous contentez d’encaisser les commandes des clients au fast-food du coin, apprenez à gérer le restaurant. Tout le monde peut le faire mais peu de monde le fera. Je pense que l’on devient méritant à partir du moment où l’on essaie avec assez d’application pour avoir l’espoir de réussir et que l’on persiste.

Au lieu de se laisser prendre dans une spirale descendante (vous croyez vraiment que la classe moyenne va exister encore longtemps ?), prenez la spirale ascendante. Choisissez d’apporter plus de valeur sur le marché.

8,86 € de l’heure, est-ce ce que vous valez ?

Lors des premiers emplois que j’ai occupé, j’étais payé au SMIC. Je me souviens très bien qu’à l’époque je me demandais comment les autres faisaient pour être payé bien plus que cela et que la réponse me semblait évidente : l’expérience. Je n’étais pas loin de la bonne réponse car l’expérience rend généralement plus compétent et donc augmente la valeur d’une personne sur le marché. Mais la véritable solution était ailleurs.

Lorsqu’on discute revenus, nous essayons toujours de comparer les revenus horaires seulement cette vision des choses est évidemment erronée : vous n’êtes pas payé 8,86 € par heure car si vous restez à la maison ce que vous aurez, c’est 0 mais surtout vous n’êtes pas vraiment payé à l’heure mais pour ce que vous mettez dans chaque heure.

Si vous voulez avoir plus d’argent, chercher à mettre plus dans chaque heure.

N’oubliez pas une chose : aujourd’hui, est la veille de demain. N’attendez pas pour agir.

Commentaires 43

  1. Ca me fait penser à un reportage (sur les violences en banlieue je crois) où une femme trouvait qu’elle avait le droit à ce qu’on lui trouve un f5 en logement social dans la banlieue de Paris, parce qu’elle était pauvre et qu’elle avait 7 enfants. Elle estimait tellement qu’on lui devait qu’elle ne cessait de répéter « et je fais comment, moi ? » quand on lui disait « on a pas eu de f5 depuis deux ans ».

    En fait, je dirais que si, tu peux avoir un peu plus si tu as besoin, mais dans une certaine mesure. Si tu es dans le besoin, tu peux réussir à te faire augmenter un peu, à avoir des aides sociales, et d’une manière générale à être aidé, mais jamais suffisamment, parce que ce n’est pas la bonne méthode. Un f5 en banlieue de Paris à 200 euros, ça par exemple, c’est au delà de la mesure !

    Je suis bien d’accord avec toi, le revenu horaire n’aurait un vrai sens que si l’on pouvait travailler exactement autant qu’on veut.

  2. Je rêve de vivre un jour dans le monde suggéré par certains articles sur les sites de « développement personnel » :

    – nous serons tous des web entrepreneurs, nous vendant du vent (soyons un peu honnête !) les uns aux autres.

    – bien sur, nous délèguerons toutes les tâches sans intérêt, mangeuses de temps, afin, bref, tout ce qui n’est pas digne de nous… A qui ? Ca, c’est une autre histoire…

    – nous aurons tous nos biens immobiliers, dont la location nous permettra de vivre à la Ferris… mais à qui donc les louerons-nous ?

    Ouais,

    Pendant ce temps-là, qui balaiera devant notre porte, qui nettoiera nos chiottes, qui triera les haricots pour nous fournir de quoi manger ?

    Tiens, ce dernier exemple : trier les haricots.
    Voilà un job qui ne demande guère de compétences et qui est payé au SMiC. Avez-vous déjà essayé ?
    Moi, oui.
    Alors, quand on me dit qu’il est normal que quelqu’un qui fait les 3/8, qui exécute un boulot pénible, sans le moindre intérêt, enfermé dans une usine sans fenêtre, sans avoir l’heure, parce qu’il ne faut pas garder sa montre (bijoux = danger, sur une chaîne) mérite de ne pas pouvoir boucler ses fins de mois, ça me met légèrement en colère.

    Je ne pense pas que les femmes que j’ai rencontré dans cette usine aient grande chance de changer beaucoup leur destin : manque d’éducation, de temps, d’argent pour évoluer. Chargée d’enfants, pour la plupart, et je compte dans le lot les types qui les leur ont fait.

    Alors, quand elles sortent à 5h du matin dans le froid et cassée par leur 7 heures à la chaîne (pause pipi, 20 mn, à l’heure prévue par l’employeur), je comprends que l’idée de faire 2 ans de plus ne les enthousiasme pas.

    Bien sur, charge à chacun d’essayer d’améliorer son sort. Je ne dis pas non plus que les mouvements actuels soient pleinement justifiés, il y aurait sûrement beaucoup à dire sur le sujet.

    Mais, de grâce, merci d’éviter les jugements à l’emporte-pièce et le mépris à l’égard de gens qui sont aussi nécessaire à la société que tout autre .

    « Si tout ce que vous savez faire, c’est passer le balai, vous n’obtiendrez pas beaucoup d’argent pour cela alors que si vous savez résoudre des problèmes complexes, vous avez de plus grandes chances d’être bien rémunéré. »
    Peut-être, mais si le balayeur n’est pas là pour déblayer ses crasses, le grand penseur n’ira pas loin non plus.

    1. Post
      Author

      Aucun jugement, c’est un fait : si votre travail peut être effectué par une machine vous êtes menacé. Vous constatez comme moi que la pénibilité physique ne paie pas non ?

      Je ne parle évidemment pas des personnes elles-mêmes et de leurs qualités personnelles ou de leur rôle social qui sont des composantes totalement différentes et essentielles pour faire un pays mais il me parait important de ne pas oublier la manière dont on gagne de l’argent !

  3. Et bien A (?) Je suis d’accord à 100% avec Michael. Et ce n’est pas un jugement de valeur, c’est un constat. Et ce constat je le fais a partir de ma propre vie. Ma mere est femme de menage, à la retraite depuis le 1/10 (ça a le merite d’etre souligne) et mon pere était ouvrier avec 1 pelle et 1 pioche. Moi j’ai un doctorat de chimie. Que j’ai eu a force de travail. Et SANS personne pour me donner un coup de main, ni sur les cours, ni financierement. Pour etre boursiere en DEA, et avoir une bourse de these (je l’etais de fait pdt mes premieres annees d’etudes), je devais être dans les 5 premieres. C’est en travaillant dur, que j’y suis arrivé deux ans de suite.
    Puis CHOMAGE, ben oui, finalement y avait pas de boulot ds la chimie et les magouilles CNRS n’ont pas fait mon affaire sans piston. J’ai donc suivi une formation acceleree dasn l’informatique, quitter ma region natale (avec 2 enfants) pour monter a Paris. Je suis maintenant Ingenieur, pas mal payee au dire de mes parents ou mes freres et soeurs qui sont restes la bas , payés au smic !!!
    J’ai mérité les Bourses d’etudes qui m’ont permis d’aller jusqu’au doctorat. J’ai mérité mon emploi d’ingenieur car je me suis remise en question au lieu de me plaindre, malgre tous les sacrifices que j’ai du faire pour avoir mon diplome de chimie. Et puis tu sais quoi, je pense même que je mérite mieux que cela encore maintenant .C’est pour cela qu’en plus de mon travail a plein temps, je créé un blog … Je veux maintenant créer mon job sur internet ( en vivre aussi bien que maintenant) pour devenir libre de mon temps et du lieu où je me trouverais.
    Pourquoi, je raconte ma vie (qui interesse pas grand monde d’ailleurs ) parec que comme j el’ai dit mes freres et soeurs eux, n’ont pas fait ce que j’ai fait. ils ont eu les mêmes possibilités, les mêmes chances, certains ont même fait 2 ans de fac.. mais ont abandonné…
    Alors oui, je suis désolée, mais je crois que du coté financier » de la vie… je ne m’aventurerais pas a parler des autres aspects… on a ce que l’on MERITE !

  4. Intéressant comme point de vue, mais à mon avis ton article ne prend pas en compte le fait que, en France particulièrement, il ne suffit pas d’être méritant, maus surtout d’avoir les bonnes relations, ou d’avoir « ciré » les bonnes pompes.

    Je constate d’ailleurs tous les jours dans mon job (freelance) que de nombreux managers très bien payés ne sont pas à la hauteur.

    A ce sujet, l’intéressante théorie de Peter, et le principe de Dilbert :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter

    1. Post
      Author
  5. Je n’est pas la force de critiquer de manière constructive ce billet. Il y a tellement d’incohérences, d’erreurs de jugement et de fausse idées que je n’y arrive pas. Il faudrait déconstruire toute votre pensée, car elle est , excusez-moi du terme, foireuse.
    Vous vivez dans une bulle. La bulle de ceux qui ont fait des études, qui font un métier non aliénant et qui gagnent bien leur vie. Je ne vous le reproche pas. Mais vous ne pouvez pas donner des leçons et faire des démonstration sur des phénomène et réalité qui vous échappent.
    Dites-vous que pour pouvoir penser à son avenir plus ou moins proche il faut déjà ne pas avoir à penser, à où vais-je dormir et manger ce soir, vais-je pouvoir payer un pantalon neuf à mon enfant ? J’ai mal au bras à cause de mon boulot et comment vais-je faire pour payer le médecin car ma TMS n’a pas été reconnue comme accident du travail ? Et puis je suis fatigué, j’ai entassé en rayon des conserves de 4h du matin jusqu’à 14h00 et je n’ai qu’une envie/besoin dormir.
    Ou vous prenez en compte cette réalité ou alors vous continuez à penser que la majorité des gens sont des imbéciles et qu’ils ont tord de ne pas lire Platon, Kant ou Spinoza.
    Que votre histoire de d’automatisation des taches soit une réalité ou non ne peut effacer la réalité de la vie laborieuse.

    Ce billet m’a d’abord agacé et même mis en colère mais en fait j’ai fini par comprendre. Vous être comme ce clochard qui ne fait rien pour sortir de sa condition, aveugle à une autre réalité. Vous ne comprenez qu’une partie de l’équation alors vous écrivez négligeable en face des phénomènes qui vous échappent. Je ne vous en veux pas. J’espère q’un jour vous comprendrez que Liberté, égalité, Fraternité est un principe pas un fait.

  6. on a ce que l’on MERITE – je suis d’accord

    ma petite histoire:

    j’ai revu cette année 2 de mes anciens copain de classe

    on a tous les 3 fait des études dans la comptabilité et on s’est connu au CAP-BEP

    il y a un qui n’a pas continué et qui est aujourd’hui éboueur(il a surement dû faire la grève)

    moi j’ai continué ma route jusqu’au BTS et je suis comptable

    et le 3e a continué jusqu’a l’expertise comptable et il posséde donc son cabinet d’expert comptable
    lorsque que je vois son train de vie, je regrette de ne pas avoir poursuivie mes études
    je préfèrais à ce moment là profiter de ma jeunesse et faire la fête mais aujourd’hui je ne roule pas en ferrari et je ne passe pas mes vacances en nouvelle calédonie

    donc OUI on a ce que l’on mérite

  7. Je rejoins Yves à 100%. Si le mérite fonctionnait si bien que ça, ça se saurait !

    J’ai vu durant mes huit années dans la même boîte, des gens avoir des postes et des salaires élevés, mais bon sang quelle incompétence ! Et à côté de ça, des assistantes qui bossaient comme des tarées sans la contrepartie financière adéquate, et sans lesquelles des personnes bien placées et bien payées ne seraient rien…

    Cependant Michaël, je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il est important de chercher à être meilleur. Et ceux dans tous les domaines de sa vie.

    Malheureusement je ne suis pas sûre qu’on puisse en faire une généralité, il y aura toujours de nombreuses exceptions qui nous rappellent que l’égalité, c’est très relatif…

  8. Nous allons vers la fin du travail dans les pays développés, c’est annoncé, tournez vous vers l’asie mes amis !

    Je me suis rendu compte concrètement l’autre jour, j’ai des notions informatiques web et désormais je suis capable (sans formation) de faire rapidement des sites extrêmement complexes techniquement (pas du wordpress) grâce à de l’open source, bref les ingénieurs français ne serviront bientôt plus à rien, regarder wordpress qui a fait chuter la valeur des prestataires de sites web. (a tel point qu’il est préférable d’être éditeur de site).

    Un ami chez lui m’a montré l’autre jour son robot aspirateur …La chine détient 90% des moyens de production dans l’aviation … etc

    Le centre de gravité économique sera bientôt en asie (exit l’europe et les us) quand les américains ne pourront plus vivrent en rajoutant encore de la dette (il ne vivent actuellement que grâce à cela), votre valeur ajoutée est actuellement payée en europe et aux us par de la dette, bref on vit sur un nuage.

    Dans l’histoire des crises économiques, à chaque crise majeure qu’il y a eu, le centre de gravité économique capitaliste à changé, le capitalisme ne mourra pas, c’est son centre de gravité qui se déplace.

    Mais je suis d’accord sur un point, il y aura toujours des gagnants (de moins en moins) et des opportunités en fonction de votre audace et des compétences que vous vous avez développés face à une demande, en bref planifiez de partir vers les pays en voie de développement, n’attendez pas qu’un jour les distributeurs d’euros ou de dollars ne crachent plus d’argent comme cela a été le cas en argentine .. (un compte est garantie par votre banque jusqu’à 200 000 euros même si vous avez des millions).

    Les plus riches auront le temps de convertir leur argent vers une autre monnaie avant que cela ne s’effondre, la grande majorité des gens pas. (classes moyennes)

    Il faut savoir que 99% de l’argent que les gens ont en banque n’existe pas, si plusieurs centaine de milliers de personne de classe moyenne tenteraient de retirer leur argent en même temps ils ne le pourrait pas et les banques feraient faillite… C’est pourquoi la valeur de l’or explose ainsi que l’immobilier à paris car si un jour l’argent s’effondre, ces valeurs là resteront. Les investisseurs ont compris qu’il est préférable d’investir concrètement son argent plutôt que de le laisser en banque, le must étant d’avoir des investissements par de l’emprunt car le jour où votre banque mettra la clé sous la porte (par la suite pas de panique un nouveau système financier adapté au nouveau centre économique du monde from scratch serait immédiatement lancé), vous n’aurez plus à la rembourser et sur ce point on se dirige vers du très probable. (si votre créancier fait faillite vous n’avez plus de créance, on est dans une époque ou il peut être intéressant d’investir en prenant en compte cela).

    Le véritable titre du billet devrait être « pourquoi les classes moyennes vont être pauvres »

    Il faut investir son temps et développer des compétences et relations en prévision de ce nouveau centre de gravité économique et là vous pourrez devenir riche ou rester une classe moyenne autrement … j’y crois pas ou plus.

  9. Il y’a une part de chance dans tout cela, déterminée par :
    – le pays où l’on nait
    – le milieu social dont nous faisons partie
    – les capacités intellectuelles dont nous héritons

    Ensuite vient :
    – l’envie de s’en sortir
    – l’attitude envers la vie en général

    Il faut d’abord avoir cette « chance ».
    Mais à « chance » égale, certains iront beaucoup plus loin que d’autre.
    Il y’ aura toujours des pauvres et des riches car le système est pyramidal et on y peut rien.
    Chacun essaie de se hisser le plus haut qu’il peut sachant que certains partent de beaucoup plus bas que d’autres !

    1. Il n’y a pas que la chance dans cette affaire, pour avoir cotoyé des gens qui réussissent il y a surtout un degré de moralité assez bas, en clair on ne peut pas réussir en étant gentil ni honnête, en disant la vérité.

      Seuls ceux qui raconte des semi-vérité réussisent (50% vrai, 50% pipo), c’est exactement ce qui se passe dans les blogs populaires à succès sauf que aujourd’hui on se permet même de pousser le pipo bien au delà de 50% (il n’y a qu’à regarder les pubs, émissions tv aujourd’hui, l’immoralité et le mensonge est même demandé !, au cinéma les stars aimés sont ceux qui ont des rôles de truands, vampire, assassins et pourris. (il est loin le temps des routes du paradis …)

      Par conséquent « « à chance » égale, certains iront beaucoup plus loin que d’autre. » parce qu’ils ont accepté d’être pas trop moral mais tout de même il faut un minimum de moral pour être crédible et pour avoir une vie sociale un minimum supportable.

  10. J’ai travaillé avec des gens experimentés, très méritant et doués qui sont résté pauvre et qui le resteront certainement . Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont jamais eu le cran de se lancer a leurs compte. Ils en avaient les capacitées mais la peur était plus forte.
    Dans mon métier (la plomberie), le boulo ne manque pas, et pourtant ca ne paie pas .
    Je n’ai pas envie de monter dans la hierarchie de mon entreprise (160 salariés) , le jeu n’en vaut pas la chandelle , les augmentation de salaires sont faibles.
    Donc je me concentre surtout sur mes activitées exta-professionnelles, il y a biensur le boulo au black , j’ai meme fais le ferailleur …
    Pour ce qui est des clochards , ils ne méritent rien car il ne foutent rien , ils n’ont meme pas envie de s’en sortir.
    Il y a des tas de manieres de gagner de l’argent et eux ne levent pas le petits doigt.
    Un dicton dit que pour monter tres haut il faut tomber tres bas.
    Je fais parti des gens qui n’ont pas ce proleme vu que j’ai commencé en bas de l’echelle.
    Avec du recul , je suis heureux de venir d’un milieu modeste carchacunes de mes petites victoires m’apportent de la joie.
    Quand on paye soi meme le permis de conduire et sa premiere voiture(405 grd !!) ca met un peu de plomb dans la tete !

  11. Je tiens également souvent ce type de propos.
    Et j’ai en général les mêmes réactions…

    On peut déjà constater que beaucoup de personnes s’estiment méritantes…
    Le sont-elles concrètement ? Aux yeux de qui ? Et puis, qu’est ce que le mérite ?

    Clairement, je peux admettre : il n’ya pas tant que ça d’entreprises en France qui fonctionnent au mérite. Ce n’est pas un mode de fonctionnement évident, en tout cas bien moins que l’ancienneté où il n’y a pas de question à se poser. C’est une démarche injuste mais qui facilite grandement le boulot des RH… Nos entreprises fonctionnent malheureusement pour beaucoup sur ce modèle… confortable.

    Mais il n’y a pas de fatalité. Si vous partez du principe que vous méritez mieux, rien ne vous empêche de changer d’entreprise. Je suis de ceux qui pensent que l’herbe est souvent plus verte ailleurs, à condition de mettre un peu d’engrais et d’arroser. (merci de ne pas détourner cette simple métaphore)
    Si vous pensez que les patrons sont « tous les mêmes », dans ce cas, il n’y a plus qu’à créer votre entreprise (quand j’en suis à ce moment du propos, on me rétorque souvent que « ce n’est pas donné à tout le monde »… comme s’il y avait quelque chose de donné à certains !). Dès lors, il n’y a plus d’excuse pour dire que vous n’avez pas ce que vous méritez puisque vous décidez de tout.

    Il reste qu’il faut bien intégrer qu’il y a un marché, une offre et une demande et ça, malheureusement, en France, on a bien du mal à le saisir (et on sait bien pourquoi).
    Car si vous n’apportez rien aux autres, y a-t-il quelque chose de surprenant dans le fait que vous méritiez en retour pas grand chose… ? Créez de la valeur et du sens.

    Dernier point, je suis de ceux qui pensent que la chance est une compétence. Il y d’innombrables opportunités qui se présentent à nous chaque jour, mais certains ne les voient pas ou plutôt décident de ne pas les voir… car c’est aussi bien confortable de se plaindre. Prenez-vous en main !

  12. ma copine est une coiffeuse exceptionnelle mais elle n’a jamais su l’exploiter et elle est restée ouvrière
    cette année sa patronne a décidé de rajeunir sa clientèle et par conséquent tout ce qui va avec c’est à dire le local, les machines et les employés
    conclusion à l’âge de 52 ans elle a été poussée dehors avec toute sorte de pression morale et elle se retrouve donc au chômage
    elle n’a jamais eu le cran d’ouvrir son salon et elle ne l’a pas non plus aujourd’hui – pourquoi ?????

    elle me dit que la concurrence est rude et que à son âge….

    son ex-patronne gère 3 salons et je suis sûr qu’elle aussi a démarré au bas de l’échelle mais voilà …….

  13. C’est le festival des commentaires de 15 km de long. Qui va battre le record ? Points de vue intéressants en tout cas.

    Pour reprendre ce qu’a dit « A » :
    « – nous serons tous des web entrepreneurs, nous vendant du vent (soyons un peu honnête !) les uns aux autres.

    – bien sur, nous délèguerons toutes les tâches sans intérêt, mangeuses de temps, afin, bref, tout ce qui n’est pas digne de nous… A qui ? Ca, c’est une autre histoire…

    – nous aurons tous nos biens immobiliers, dont la location nous permettra de vivre à la Ferris… mais à qui donc les louerons-nous ?

    Ouais,

    Pendant ce temps-là, qui balaiera devant notre porte, qui nettoiera nos chiottes, qui triera les haricots pour nous fournir de quoi manger ? »

    >> Et bien, je pense que ça ferait un bon sujet d’article.

  14. Et bien voila un article bien en deçà de ce à quoi vous nous avez habitué.

    Non, en tant que salarié, on n’est pas payé selon son mérite.

    Vous allez me dire que rester salarié c’est déjà rentrer dans la Rat Race. Mais les concepts qui nous intéressent ne sont pas généralisable à ce point.

    Les luttes collectives ont une importance énorme. C’est LE vecteur de progrès social, avec les gains de productivité bien entendu.

    D’ailleurs, le capitalisme sans redistribution (lutte sociale au niveau d’une nation) et répartition équitable (lutte sociale dans le cadre du travail) se nécrose, la concentration trop forte de richesse dans de moins en moins de mains lui est néfaste.

    Le capital a une forte propension centripète, des forces pour contrebalancer sont necessaires.

    Bien entendu, cela ne dispense pas de réfléchir à comment sortir du lot. Mais peu importe qui sort du lot, il y a toujours une majorité de personnes ordinaire, c’est tautologique.

    Les riches qui veulent écraser les pauvres sont des fous. Il faut être sérieusement dérangé pour vouloir vivre dans un pays ou les gens sont désœuvrés, ou les conditions sociales, voire sanitaires sont mauvaises. A moins de vouloir vivre dans un bunker….

    1. Post
      Author

      Je ne crois plus aux luttes collectives, cela ressemble plus à mes yeux à des luttes individuelles ayant parfois des points communs entre elles qu’à un mouvement de masse.

      « Les riches qui veulent écraser les pauvres sont des fous. Il faut être sérieusement dérangé pour vouloir vivre dans un pays ou les gens sont désœuvrés, ou les conditions sociales, voire sanitaires sont mauvaises. A moins de vouloir vivre dans un bunker…. »

      Tout à fait d’accord !

      1. En effet, on peut certainement penser que les luttes collectives sont mortes en France.

        De même, je pense qu’il est indispensable de surtout compter sur soi même pour améliorer sa vie.

        En revanche, c’est le dénigrement de la grève qui me fait tiquer, car on constate aisément que les pays avec le meilleur niveau de développement, à tout niveau, sont ceux au sein desquels les luttes collectives ont eu lieu.

        Et c’est un individualiste convaincu qui vous l’écrit 😉

      2. @Michael, un peu de respect pour 1789 et 1945 quand même, sauf si tu es descendant de noble ou de bosch??? Les lutes collectives sont parfois nécessaire face à un ennemie qui fonctionne en réseau. Au moins ta vision du bonheur semble claire; Mon point de vue sur tout sa est très nietzschien pour moi le on choisit dans la limite de ce que l’on PEUT. Sans le savoir tu as une part de contexte déterminé, tu n’as tout choisi pas plus que l’ancien DG ou cadre sup devenu clochard…C’est dans la limite de ta « volonté de puissance ». Je ne vais pas faire 20 pages dessus mais je ne suis pas d’accord avec ton point de vue une fois de plus.

  15. Post
    Author

    Certains commentaires négatifs ne me surprennent pas vraiment. Entre ceux qui pensent que je suis né avec une cuillère en or dans la bouche, l’image du winner (Ah qu’il est commode de tout rejeter en bloc avec ce poncif) et ceux qui pensent que le mérite n’existe pas nous sommes bien servis 🙂 (Je parie que les auteurs des dits commentaires n’ont pas un compte en banque bien fourni)

    PI : la politesse veut que l’on discute l’idée pas que l’on attaque les personnes (vous regardez trop la TV).

    Beaucoup de gens confondent le fait de travailler dur et le fait de travailler mieux. Travailler plus dur vous permet rarement d’être reconnu comme méritant (ce que disent certains commentaires) mais travailler mieux vous ouvre une porte.

    Il est tellement facile de rester sur ses positions, à croire que rien n’est possible (pourquoi lire un blog comme le mien dans ce cas ? Lisez Le Monde ou Le Figaro et vivez le conformisme à fond…) et j’espère simplement que vous vous rendrez compte que vos croyances forment votre réalité. En l’occurrence, celles au sujet de l’argent définiront votre niveau de richesse. Si vous connaissez des gens qui ont atteint leur indépendance financière par accident, dites-le moi !

    Etre méritant, c’est peut être simplement commencer par voir comment on peut faire plus à son poste (et non, plus ce n’est pas plus d’heures).

    Ceci est un bon rappel : http://esprit-riche.com/devez-vous-rester-dans-votre-boulot-pourri/

    Alors oui, connaitre quelques personnes peut aider, avoir de la chance peut aider (il n’y aura pas 2 Bill Gates) mais si vous n’êtes pas à l »écoute des opportunités vous n’aurez pas la possibilité de saisir la chance en question ni de solliciter la bonne personne de votre réseau.
    Je trouve ce type de remarque désespérantes : si vous ne connaissez pas les bonnes personnes alors il ne faut rien faire, c’est ça ?
    Je les trouve aussi stupide (nous le sommes tous parfois). Pensez-vous que l’on confie un bon poste ou un contrat juteux à un parfait inconnu ?

    Tout ceci pour dire qu’il faut agir. C’est un peu comme celui qui souhaite se reconvertir et qui doit suivre une formation qui dure 2 ans et qui dit : »Je ne peux pas faire cette formation, dans 2 ans j’aurais déjà 36 ans !!! »
    La bonne et la mauvaise nouvelle à la fois, c’est que dans 2 ans, il aura dans tous les cas 36 ans. Dans le premier, il se sera reconverti, dans le second il n’aura rien fait.

    Choisissez votre camp.

    1. Salut Michael,
      Même sans être d’accord, on peut dire que c’est un billet à succès.
      Personnellement je préfère de loin ce type de post dans lequel tu exposes tes idées, plutôt que le résumé d’un bouquin que tu as lu.

      PS : Excellente l’histoire des 36 ans ^_^

  16. Ce que beaucoup ne comprennent pas c’est le terme « saisir sa chance » et « avoir de la chance ».
    J’ai donné ma définition de « Avoir de la chance » mais bien entendu il faut aussi « saisir sa chance » :

    Beaucoup pensent pour que pour saisir leur chance la seule possibilité est soit :
    – de se donner à fond dans leur boulot dans l’espoir d’avoir un retour sur « mérite »
    – de monter son entreprise et de se « rebeller » contre le salariat classique

    Mais il est tout à fait possible de garder son boulot de salarié tout en travaillant à coté pour soi (blog, immobilier, bourse, job d’appoint le WE, écrire un livre…)
    Bref les activités à côté ne manquent pas pour celui qui VEUT !
    C’est que j’appelle saisir sa « chance » et dans ce cas, effectivement on fait beaucoup de concessions, moins de vie sociale, de loisirs, etc…mais on construit quelque chose à coté !
    On amorce un processus de « réussite » et je sais de quoi je parle je suis en plein dedans.
    J’ai actuellement 3 activités : salariat, bourse et immobilier.
    Sachant que le salariat prend 80 % de mon temps, je dois me débrouiller avec le temps restant pour faire fonctionner mes activités.
    Mais ça en vaut la peine, croyez moi. Plutôt que d’attendre, je vais chercher ce dont j’ai besoin pour être indépendant plus tard.

  17. Première chose : je ne suis pas « A », c’est une maladresse de frappe ! Au cas où l’erreur perdurerait, je suis « Anne ».

    Ce qui me chiffonne le plus dans l’article (et dans la « philosophie » qui se dégage de bon nombre des articles que j’ai lu dans divers blogs de « développement personnel »), c’est une certaine suffisance, pour ne pas dire une suffisance certaine !

    leur conception du monde me semble très manichéene et bien égocentrique…

    Et puis, je commence à trouver que la vision « blogiste » du développement personnel est bien étriquée : cela se réduit à tenter de travailler le moins possible pour le maximum de fric, euh, excusez -moi, un travail bien pensé pour l’indépendance financière.

    Je cherche en vain la culture, l’art, l’empathie…

    Au fait, le mythe du clochard qui se vautre avec volupté dans le froid et la crasse, vous ne trouvez pas qu’il a fait son temps ?
    Allez donc discuter avec les SDF, je pense que vous apprendrez plus de choses sur la vie que dans nos blogs aseptisés…

    Moi, je romps les chiens, adieu.

      1. Post
        Author

        Je ne suis pas d’accord. Je dirais que c’est du développement personnel appliqué. Il est impossible et même inutile de chercher à améliorer sa condition financière et à se libérer si l’on reste avec nos pensées et nos conceptions : celles-là même qui ont créé les conditions de notre vie actuelle.

        1. Si tu veut c’est du développement perso appliquée. Ceux qui multiplient les conquêtes disent cela aussi, mais est-ce vraiment mieux?Si tu n’accompagne pas cela avec de la philosophie et autres, cela ne tient pas la route sur le fond. C’est ce que j’ai toujours observé, c’est une réalité.

          Mettre au centre l’enrichissement, c’est rester dans la rat race, c’est juste allez dans le sens ses vagues.D’autres n’y sont jamais rentré

          Enfin, tu ne parles jamais des aspects négatifs de l’argent, pourtant il y en a, dont le fait d’en devenir esclave.C’est aussi une réalité.

          Pour les croyances, je suis tout à fait ok!

        2. Post
          Author

          Ai-je dis que c’était mieux ? A mon sens ce type d’exemple ne sert pas ton propos mais je suis d’accord sur la philosophie de fond : c’est tout l’objet de ma démarche.

          Les aspects négatifs ? Il n’y en a pas pour une seule raison : l’argent n’est rien. Ce n’est ni physique, ni réel, ni vivant. C’est ce que tu en fais qui compte.

          Qu’entends-tu par « en devenir esclave ? ».

          J’ai une question : quel est le plus important selon toi : l’argent ou l’amour ?

  18. Excellent et tellement vrai.
    Le problème est qu’en disant ça on ne se fait souvent des ennemis.
    Rendez un vrai service à la société.
    Rendez-vous indispensable.
    Générez de la valeur ajoutée.
    Gagnez de l’argent et faites en ce que vous voulez.

    C’est tellement plus facile d’être solidaire avec l’argent des autres.

  19. Ce sujet fait des étincelles !
    Arnaud , je suis d’accord avec toi sur les activitée en dehors du boulot .
    Celui qui rentre du boulot et qui se vautre dans le canapé n’a pas envie de faire du blé!
    Pesonnellement je mise tout mon avenir sur mes activitées extra-professionnelles et mes investissements, je continu a bosser uniquement pour cotiser a la secu et la mutuelle gratos .
    Et les heures sup ? Tres peu pour moi , j’ai mieu a faire !

  20. @ Anne: Il m’est arrivé d’avoir la même impression que toi en lisant ces blogs. Mais ce que je recherche, ce sont des outils, des pistes de réflexion pour atteindre mes objectifs (qui ne sont pas les mêmes que ce de Michael par exemple).
    C’est une question d’attitude à avoir, croire en soi et se donner les moyens de réussir.
    D’autre part, créer et alimenter un blog de qualité demande déjà une certaine discipline et du travail.

    Quant au sujet de l’article, il n’y a aucun jugement de valeur. Il nous invite à « prendre la spirale ascendante »: valoriser son temps de travail, progresser, voir au delà de la tâche à accomplir…
    Je connais des maçons, des ouvriers qui appliquent cette démarche sans en être conscients. C’est naturel! Et cela se remarque dans les choses qu’ils accomplissent.
    Si, un jour, ils veulent faire autre chose, ils auront déjà la bonne attitude pour commencer.

  21. Les gens ne donnent et/ou éprouve de l’émotion et de l’intérêt que vis à vis de ceux qui leur apporte quelque chose, c’est aussi simple que cela (égoïsme comme déjà dit).

    Même un clochard qui ne fait que demander de l’argent et rien d’autre apporte tout de même quelque chose : il suscite chez certaine personne une émotion de peur, de se voir à sa place ou alors l’opportunité de se sentir mieux pour ceux qui se sentent baigné dans la culpabilité. Ces gens là donneront.

    Mais là où les gens donneront un maximum c’est quand on leur apporte de l’énergie (en leur donnant une solution qui marche, en suscitant chez eux des émotions vibrantes, du rêve, en les guérissant d’une maladie, et pour la plupart des hommes en leur montrant un joli décolleté …).

  22. @Anne : Je suis d’accord avec tes interventions. Un peu passionnées tout de même… @

    Ah… Si tout le monde pouvait « saisir sa chance » et se reprendre en main. Si tout le monde avait les capacités physiologiques (la force, l’intellect, l’humeur) et psychologiques (les rencontres, la famille, les amis…) la terre serait tellement plus belle… Ou pas…

  23. Salut,

    En fait, on peut obtenir de l’argent de différentes façons, et ce que tu opposes dans ton article ne s’oppose pas.

    Le cadre, l’entrepreneur ou le conducteur de train ont tous la conviction de mériter de gagner plus. Et chacun d’entre eux obtient de l’argent en suivant une logique qui est la sienne, et qui est tout à fait valable par rapport au système dans lequel s’insère cette logique.

    Toi tu obtiens de l’argent parce que tu apportes de la valeur. Certains corps professionnels obtiennent de l’argent et des avantages parce qu’ils luttent et font grève. D’autres encore obtiennent de l’argent des organismes sociaux.

    Je n’ai jamais vu aucun salarié être payé plus, ou être autorisé à partir plus tôt parce qu’il était plus productif que les autres en travaillant mieux.

    Il y a mille manières d’obtenir de l’argent, et elles sont toutes valables si elles sont appliquées dans le système qui leur correspond.

  24. @Alex
    Je n’ai jamais vu aucun salarié être payé plus, ou être autorisé à partir plus tôt parce qu’il était plus productif que les autres en travaillant mieux.

    C’est pourquoi ce qui se passe le plus souvent. (et ce qui devrai toujours se passer.)
    Perso je ne connais que ce mode de fonctionnement. Ceux qui en connaissent un autre devraient changer de job.

  25. Tout a fait travailler plus ne veux pas dire être payé plus! ce serais beaucoup trop simple.

    Le niveau de salaire dépend de critères beaucoup plus subjectifs comme l’apparence physique, la manière de ce comporté face a son supérieur, et bien sur l’image qu’on dégage.

    Beaucoup d’incompétents son payes plus parce qu’ils sont bien vus par leurs supérieurs.
    Et d’autres on beau faire des efforts et a ce surpassés cela ne change rien a la manière dont ils sont perçus.

  26. Faites ce qui vous passionne dans la vie et apporter de la valeur sera beaucoup plus facile. Je connais pleins de gens qui se disent insatisfaits, qu’ils travaillent forts, mais quand on regarde le travail qu’ils ont faits on réalise qu’ils n’apportent pas de valeurs à l’équipe ou l’entreprise. J’ai fait beaucoup d’études, mais je pense que ce que cela m’a le plus apporté c’est une vision plus grande sur le monde, une possibilité d’explorer de nouveaux domaines, mais il n’en tient qu’à moi d’utiliser ces connaissances afin de m’insérer adéquatement dans une spirale ascendante.
    Bravo Michael pour ton billet, j’ai bien aimé lire les nombreux commentaires avec des points de vues très différents.

  27. Je suis dans l’ensemble d’accord avec votre vision. J’ai moi même été free lancer pendant plusieurs années à l’étranger et je sais que seule l’action personnelle permet de faire avancer sa situation.

    Je rajouterai cependant le Courage et l »empathie au mérite, même si, je suppose, vous les englobiez dans votre définition. Il faut avoir le courage de dire Non, de refuser les règles établies, la compétence pour ensuite se reconvertir, et une bonne approche du contact humain enfin car les relations sont indispensables.

    Bref, une subtile alchimie entre courage, compétence et relations humaines que ce « mérite ». Pas facile, d’autant plus que souvent, un autre facteur, la chance, met lui aussi souvent son grain de sel.

    Quoi qu’il arrive qui ne tente rien n’a rien! Faut se lancer et après, qui vivra verra…

  28. Je ne comprends pas pourquoi ceux qui sont choqués par cet article continuent à lire ce blog. Puisque à les entendre tous les résultats dépendent uniquement de paramètres externes, il est inutile de lire ce blog, puisqu’il ne parle pas de comment modifier ces paramètres, mais de modifier son comportement à soi. Ce blog part de l’idée que nos actes ont beaucoup plus d’influence que ces paramètres externes. Ceux qui ne sont pas d’accord avec ça feraient mieux de passer leur chemin.

  29. Et bien, je n’aurai jamais cru que cet article puisse faire autant débat! Pour ma part, je ne retiendrais que quelques mots : choisissez votre camp. L’avis qu’emet michael est extremement intéressant puisqu’il suscitte une reflexion. Ensuite, libre à chacun d’être d’accord ou non, de completer sa pensée avec d’autres lecture ou non, etc. Mon avis sur la question : meme si la méritocracie n’est pas le seul levier d’un salaire en france, elle en est un qu’il ne faut pas negliger! A+

  30. bonjour!!
    je suis née pendant la guerre,et la pauvreté était de
    mise !! ,dans une certaine autre population,,évidemment personne ne montraient sont appartenances,,le regard nous suffisaient a voir qu’il mangeait différemment et,certainement mieux que nous,,,
    nous n’étions pas jaloux,,nous naissions pauvres et point,
    le rêve,,il fallait manger,,l argent,,nous n en n avions peu,alors il y avaient ceux qui faisaient ,un jardin,,
    ma pensée rejoins en tout petit exemple et ceux qui ne faisaient,,rien ,,nous méritions de manger mieux,et la plupart du temps se sont les femmes qui travaillaient,,les hommes étaient a la guerre en se soucient pas de savoir ,le pourquoi » d être riche,,ou pauvre;;la suite c est une autre histoire…

  31. J’ai l’impression que certains ont mal saisi la notion de « mérite » dans cet article. La chance cela se crée et on ne réussit que grâce au travail ! On se plainds du piston existant en France ? Au lieu de vous plaindre apprenez les règles du jeu, et travaillez votre réseau ! Votre travail est pénible physiquement ? Changez le en vous formant ! Les cours du soir, c’est fait pour ça ! Empiler des conserves ou balayer cela n’a rien d’excitant, et ce sont des boulots qui peuvent être fait par des machines…autrement dit..vous êtes ejectables à tout moment ! Formez vous dans des secteurs où vous serez indispensable, non remplaçable, dans des secteurs qui manquent de techniciens. Il faut s’informer, connaître les secteurs et essayer de percer. Avec internet tout cela est possible. Alors oui, si vous êtes à l’usine et que vous pleurnichez sur votre sort…et bien vous ne méritez pas mieux.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.