Immobilier locatif : faut-il investir près de chez soi ?

Michael Ferrari Investissement immobilier 5 Commentaires

investir près de chez soi

Dans l’immobilier nous avons parfois tendance à nous couper l’herbe sous le pied!  Par exemple j’ai mis des années à me décider car je vivais à Paris. A Paris investir n’est pas simple ni forcément une bonnée idée tant les prix sont élevés, la réglementation hostile et les rentabilités faibles.

Parfois c’est simplement que l’on vit ou que l’on travaille à un endroit où l’on ne prévoit pas de rester toute sa vie.

Alors quelles sont les solutions ?

En réalité j’ai compris qu’avec une bonne équipe, il était possible de déléguer intelligemment. Il était possible de ne pas se rendre esclave de ses investissements immobiliers. Il faut prendre en compte ce coût dans votre projet dès le départ et ensuite vous pouvez déléguer et vous consacrer à autre chose… ou au prochain investissement locatif !

Aujourd’hui je gère tout à distance. Et cela me permet de voyager librement.

J’ai même un appartement en location courte durée que je gère à distance car j’ai tout délégué : l’accueil du client, le ménage, les emails échangés. Tout.

 

Investir près de chez soi


Abonnez-vous à la chaîne pour être prévenu automatiquement ici

Commentaires 5

  1. Est-ce que, dans l’absolu, l’idéal ne serait pas d’investir dans différents coins, sous réserve qu’on arrive à gérer les aspects gestion (qui deviennent du coup encore plus compliqués), afin de faire une diversification géographique ?
    Parce que, finalement, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Même si généralement les phénomènes démographiques sont visibles à très long terme, une ville peut perdre de son attractivité pour une raison x ou y. Dans une ville qui, par exemple, serait investie par les narcotrafiquants, il n’est pas difficile d’imaginer que les locataires vont se faire plus rares et que les prix vont s’effondrer. Du coup, si on possède tout son patrimoine immobilier dans cette ville, c’est le désastre, surtout si les crédits ne sont pas encore remboursés. Alors qu’en en possédant en divers endroits, même si la gestion est plus compliquée, et qu’elle peut peser sur le rendement, on possède un filet de sécurité.

  2. Bonjour Michael,

    Je suis également de ton avis de ne pas forcément investir dans le coin ou on habite.

    Tout d’abord, comme tu le dit, à un moment ou à un autre une gestion sera forcément adéquat si on a plusieurs biens.

    Enfin, il me parait judicieux d’investir dans des endroits ou le prix de l’immobilier est faible donc dans plusieurs régions de France et même si nous ne sommes pas sur place, une gestion adaptée des biens est quasi obligatoire.

    A Bientôt

    Romaric

  3. Pour un 1er investissement, c’est quand même plus simple d’investir près de chez soi. Tout d’abord parce qu’on connait notre quartier, notre ville ou notre région donc ça peut éviter de faire des erreurs quant aux choix du lieu où l’on achètera. L’immobilier est une somme de micro-marchés et parfois deux côtés opposés d’une rue n’ont pas la même valeur ou la même réputation, et si on est pas du coin on peut se tromper. Aussi, pour des questions pratiques évidentes -visites, travaux, ameublements,etc – c’est quand même plus aisé de ne pas être trop loin. Personnellement, j’ai investi près de chez moi (Paris 😉 ), et honnêtement, à part en déléguant, je ne vois pas comment j’aurais pu être réactive par rapport aux visites lors de la recherche du bien, puis, par la suite suivre les travaux, réceptionner les meubles, etc si je n’avais pas été à proximité. Idem, pour la gestion locative.
    Maintenant que j’ai déjà investi, que j’ai plusieurs appartements, que j’ai suivi des chantiers, je serai plus apte à investir dans une autre région. En effet, désormais je connais le processus, je sais « driver » des ouvriers, vérifier les détails de leur travail, donc je pense que je n’aurais plus besoin de passer aussi souvent. Mais si j’avais commencé loin de chez moi, tout en travaillant à côté, ça aurait été difficile de gérer.

    Après comme tu le dis très justement Michael, il n’y a pas de règle, et il y a aussi du bon sens, c’est sûr que si on habite une ville où la demande locative est faible, il vaut mieux s’en éloigner. Idem, pour ceux qui sont dans une ville pour une durée limitée. Une de mes amie habite à Londres, elle aimerait investir, mais bien sûr elle ne va pas concrétiser ce projet là-bas, tout d’abord parce que c’est hors de ses moyens mais aussi parce qu’elle y est que pour quelques années. Du coup, elle veut investir en France, et là où habite ses parents, donc elle connaît la ville, et il y aura ses parents pour l’aider à distance.

    Azar

  4. Salut Michael, c’est Smaine de attitude independant.
    Juste pour donner mon point de vus, je préfère que se soit à Proximité pour la gestion c’est plus facile.

  5. Pingback: Faut-il ARRÊTER la location saisonnière [AIRBNB – BOOKING…]

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.