Etre fauché ou être pauvre

Michael Ferrari Finances personnelles, Gérer et épargner 37 Commentaires

Day 166 of 365

Etre fauché est un état temporaire. C’est un manque certain d’argent mais c’est un état physique pas mental : vos comptes sont vides -ou presque. N’importe quel entrepreneur peut penser qu’il est fauché mais jamais qu’il est pauvre car il possède un talent, un savoir ou une énergie qui tôt ou tard refera de lui quelqu’un d’aisé.

Etre pauvre est un état d’esprit durable. Cela conditionne vos achats, votre recherche de sécurité, vos investissements (si vous en faites!) et vos choix de vie. La pauvre est dépassé par les évènements. Il est perdu au beau milieu de son propre budget. Il ne comprend pas ce qu’est l’argent.

Vous pouvez être fauché sans être pauvre mais beaucoup sont simplement pauvre.

Peu importe où vous en êtes, pensez toujours à agir comme un fauché plutôt que comme un pauvre.

Lorsqu’il y a un désir à satisfaire, le fauché dira : « Comment puis-je me l’offrir ? » alors que le pauvre pensera : « C’est trop cher ! ».

Lorsqu’il y a un cadeau à faire, le fauché dira : « Comment faire un super cadeau pour un minimum d’argent ? » alors que le pauvre pensera : « Je n’ai pas d’argent pour un cadeau ! ».

Lorsqu’il y a un don à faire, le fauché pensera : « Même si j’ai peu, voici toujours de quoi vous rendre un peu moins nécessiteux » alors que le pauvre pensera : « Salaud de pauvre ! Et moi, qui me donne ? ».

Lorsqu’il y a une formation à suivre, le fauché réfléchira : « Comment puis-je la rentabiliser ? » alors que le pauvre pensera : « Tous des voleurs, c’est trop cher ! Je vais chercher par moi même ».

La différence est subtile. Pourquoi choisir d’être pauvre lorsqu’on peut simplement être fauché ? Parce que le fauché n’est pas enfermé dans sa propre condition. Il ne fait pas de sa situation financière un étendard justifiant toutes ses décisions mais il reconnait que c’est un problème à résoudre sans en faire une montagne.

Commentaires 37

  1. CC

    Salut! Effectivement, la différence est majeure entre ces 2 courants de pensée. Être cassé, c’est temporaire. Être pauvre, c’est bien souvent permanent.

    C’est vraiment pas grave d’être sans le sou. Tu recommences à neuf et tu passes à l’étape suivante.

    😀 bon petit article!

  2. Jeff-TVQC

    La pauvreté est un culture et souvent c,est difficile de s,en sortir car les pauvre autour de nous essaient de nous gardé sous le joug de la pauvreté. la première chose à faire c’est de changer d’environnement pour espérer une jours prospérer. Car, le jours que le pauvre commencera à avoir de l’argent les premier à le quêter et à le dénigrer seront ses amis et son entourage.

  3. Jeff-TVQC

    Tu as parfaitement raison! Cette peur motive les gesn à se grouiller le derrière afin de ne pas tomber dans la pauvreté!

    très bonne réflexion merci! Short but sweet 🙂

  4. Etre Réaliste

    Le salariat, est aujourd’hui une cause absolue de pauvreté!

    Des salaires de plus en plus faibles, des salariés qui ont une peur bleue du pauvre, de quoi être remis dans « le rang ».

    Les charges salariales, les impôts et les taxes qui augmentent pour les salariés….et les prix qui s’envolent….
    Comment en étant logique, peut-on continuer encore dans le salariat?!

    C’est foncer droit dans le MUR!!

    La réforme des retraites, de la Sécu, etc est là pour nous montrer, que le salarié n’a aucun avenir!!
    Les charges sont transférées des entreprises vers les ménages, c’est la NOUVELLE DOCTRINE POLITIQUE qui veut cela!!

    Enième exemple de ce que j’avance, la réforme de la Taxe professionelle…alors d’où je vis, je ne sais pas où on l’en ets, mais force est de constater que l’avenir sera dur pour les salariés!!!

    Une solution…ne rien demandé à personne, ne pas dépendre d’autrui….et se débrouiller seul:
    En un MOT: LES AFFAIRES, point barre!!

    Travailler pour soi, avoir un « bon business », se faire de l’argent, l’investir!!

    C’est la seule solution, pour n’être ni fauché, ni pauvre!!

    Qu’est-ce qu’un salarié a, à y perdre?!
    RIEN!!
    JEUNES, cessez de vous endettez, dès l’obtention de votre premier CDI, cessez d’allez direct à la banque pour acheter un appart en pleine campagne, ou pleine banlieue, pour faire plaisir à MADAME!!

    Apprenez seul, lisez, confrontez-vous au terrain, testez…..et tentez votre business…jusqu’à ce que ça marche….

    DERNIERE CHOSE:
    ne croyez pas vous en sortir autrement, les 30 Glorieuses, sont un accident de l’Histoire, la prospérité vécue par nos parents, ne nous sera pas offerte, cet âge d’or est bel et bien révolu!!

    1. Charles

      Je ne suis pas du tout d’accord.

      On peut être salarié et très bien s’en sortir, investir, placer etc…

      Bien évidemment qu’une entreprise est un investissement qui peut beaucoup rapporter. Mais sans, on peut s’en sortir très bien.

      Après faut-il encore savoir se mettre en valeur plutôt que d’être un salarié « lambda »…

    2. Alex

      Pas du tout d’accord avec « etre realiste ». Même si le salariat apportera certainement moins de développement créatif physique et mental dans la majorité des cas, il n’en est pas moins sécurisant. Après avoir tenté l’entreprenariat plus d’une fois, je peux te certifier que la massue que représente les charges t’empêches bien souvent d’avancer.
      Aujourd’hui, un homme seul qui monte son petit business avec un petit capital se verra certainement moins « riche » qu’un salarié qui fait sa petite carrière.

  5. erogene

    Un pauvre qui a toujours été pauvre peut difficilement être fauché. C’est là le principal problème de mon point de vue.

  6. externalisation comptabilité

    Merci pour ce super article distinguant le pauvre et le fauché. On a toujours tendance à dire qu’on est pauvre quand on est fauché. En comptabilité, la trésorerie d’une entreprise à zéro ne signifie pas qu’elle fonctionne à perte mais avec les moyens divers dont elle peut disposer (entre autres l’externalisation), elle arrivera à réduire ses charges et surmonter et faire apparaître dans sa comptabilité une bénéfice.

  7. Guillaume

    Toi tu a lu Jim Rohn récemment.

    Je tenais juste a te dire que j’apprécie beaucoup ton blog, et que je continuerai a le lire aussi régulièrement.

    J’y ai puisé d’innombrables idées, pour avancer, et j’espere que tu continuera a nous surprendre!

  8. altuvar

    De toutes façons, les pauvres ont toujours existé, et il existerons toujours, sinon aux crochets de qui vivraient les riches?

  9. Pam33

    Fauché ou Pauvre? Fauché = Esprit Riche
    Distinction « enrichissante », qui développe la « pensée positive » et qui laisse la porte ouverte à un avenir toujours meilleur… Reste plus qu’à définir son propre plan d’action!

    1. Tiago007

      Les adeptes du développement personnel n’ont jamais de Plan d’Action….

      Ils rêvent d’agir, mais agissent rarement!
      ceux qui entreprennent avec succès, on ne les voit jamais sur les blogs!!
      Ils ne cherchent pas de recettes, ils mettent en place leur propre plan!!

      1. Charles

        Donc à en juger ton commentaire, tu fais partie de ceux qui ont loupé leur vie.

        Bravo à toi.

        Ton commentaire nous a fait grandement avancer, on voit que tu connais tout de la vie.

        1. Tiago007

          il y a une différence entre ceux qui lisent et ceux qui cherchent des solutions comme toi!!

    1. Tiago007

      C’est désespérant de voir tous ces blogs, tous ces liens vers une seule CHOSE:

      des blogs de développements perso, d’indépendance financière soi-disant…..
      Tous animés par des gens qui ont 3 points en commun:
      1_ ils veulent tous faire de l’argent, et ne blogottent pas comme on jette une bouteille à la mer, mais bien pour faire de l’argent!
      2_ ils n’y connaissent rien aux affaires!!
      3_ils ont tous cru aux promesses de Tim ferriss!!

      C’est désolant!!

      1. Post
        Author
  10. Noma

    Etre fauché, c’est être pauvre financièrement à un moment donné, mais difficile d’évaluer ça pour un tiers, ces notions dépendent surtout de l’idée que l’on se fait de sa situation…
    Quelqu’un ayant habituellement suffisamment d’argent peut se retrouver « fauché » et c’est effectivement souvent temporaire.
    Là où je ne suis pas du tout d’accord c’est sur l’espèce de jugement de valeur que vous portez sur les « pauvres » et les « fauchés ». On peut être considéré ou se considérer comme pauvre pour de nombreuses raisons, voulues ou subies. Mais se monter la tête entre pseudo-riche et crypto-pauvre pour espérer un status de post-fauché c’est se voiler la face, un « fauché » qui méprise « les pauvres » cache juste la honte de son incapacité passée à bien gérer ses finances.
    Le fauché décrit dans l’article risque de le rester, il a l’air d’être englué dans la consommation, ce n’est pas ça le problème ?
    J’aimerai également savoir si quelqu’un ici est allé discuter IRL avec quelqu’un qu’il considère comme pauvre pour lui dire que les pauvres sont dépassés par les évènements., qu’ils ne comprennent pas ce qu’est l’argent ? Si c’est non … c’est par peur du mélange ou de la réaction face à votre arrogance ?

    1. Post
      Author
      Michael

      Il n’y a pas de jugement de valeur sur l’état des finances des gens, chacun s’en sort comme il peut, compose avec son savoir et ses croyances.
      L’une de mes idées était bien de dire que l’on peut être fauché par choix mais jamais pauvre par choix et la consommation est évidemment souvent à l’origine du problème.

  11. toto

    Pauvreté de la grammaire, cela en est désespérant toutes ces fautes….
    Sinon, niveau salariat: je pense il faut stopper. Le salariat ce n’est ni le goulag ni la misère.
    Perso, ingénieur de formation, dans un grand groupe, 4000 euros mensuel, des vacances et un job intéressant.
    Cela ne m’empêche en rien de m’occuper de mes finances, placements et d’avoir à cotés une activités annexe…
    Je pense que le cotés « le salariat c’est nul » vaut pour une frange marginale de la population, pauvre, justement, à qui l’ont fait croire des choses… Ça fait vendre des bouquins 😉

    1. Post
      Author
      Michael

      Dans ce cas, appréciez votre situation et gardez à l’esprit que vous faites parti des 5 % les plus riches mais c’est loin d’être le cas de tous !

  12. Etre Réaliste

    Toto si pour toi te laisser mener comme un mouton même à un âge avancé te plait, soit!

    Toto, si tu aimes à 30 ou 40 ans avoir un « tuteur » pour te dire si tu peux partir en vacnaces, rentrer chez toi, soit!

    Si tu n’es pas capable de prendre ta vie seule en main, c’est ton problème….si tu aimes être PASSIF dans la vie c’est ton choix!!

    Toto a comme par hasard le « job de rêves »..

    Il va venir ici nous dire, qu’il a droit de partir en vacances quand ça lui chante, qu’il a comme par hasard, droit à 15 semaines de congés payés, 100 RTT etc…

    Ecoutes arrêtes de mentir!!

    Un salarié reste un salarié….même si tu gagnes 4000 euros, allez je te l’accorde petit mytho….

    tu payes au moins 500 euros de IRPP par mois!!
    Reste 3500 euros…
    Si tu veux être proprio qui est la moindre des choses: si tu ne veux pas payer sur 30 ans, et si tu veux pas vivre en rase campagne….la banlieue est déjà la campagne pour moi….tu as intérêt de mettre 1500 euros par mois….

    reste moins de 2000 euros….a Paris, pour un bon vivant, qui sort souvent qui vit quoi…2000 euros c’est juste!!

    Alors si tu veux investir, mettre de côté etc….tu dois te serrer la ceinture….et pour un ingénieur c’est malheureux…

    Après, dans combien d’années tu comptes profiter de ton capital?!
    A moins que tu sois le français type, pingre calculateur, et que tu comptes tout léguer après ta mort à tes enfants?!

    Ici on ne se plaint pas d’être pauvre….je vis aux USA moi-même, et tes 4000 euros sont bien ridicules à mes yeux….il y a ici beaucoup de cadres….

    Le truc c’est qu’on veut ETRE ACTIF!!
    Decider quand on peut partir en vacances!!
    Avoir du temps, sans attendre ses 65 ans!!
    Faire de l’argent directement, sans attendre qu’un patron s’y décide comme c’est ton cas, et celui de beaucoup de salarié qui ressemble à d’éternels enfants!!

    Que tu le veuilles ou NON, un salarié est un esclave moderne.
    Le droit du travail consacre lui-même un « lien de subordinnation »!!

    Le salarié ne vend pas ses compétences…il « vend son temps » à quelqu’un qui ne veut pas gâcher le sien…

    Un salarié gagne bien moins que ce qu’il peut gagner seul en se demerdant!!

    Enfin, on verra petut naif, de quoi demain sera fait!!
    Tu verras…
    Tu n’entends pas la réforme des retraites?
    Tu vas devoir bosser jusqu’à 70 ans!
    Tu vois pas la réforme de la taxe professionelle?!
    tes impots locaux vont exploser!

    etc etc….
    ton pouvoir d’achat ne fera que périr, tu n’est qu’un INGENIEUR!!

    Te prends pas pour un HAUT DIRIGEANT, du CAC, tu n’auras pas de parachute doré, ou de plan de stock options!!

    en tout cas, l’endoctrinement salariale a fait du bon boulot avec toi!!

    Quand aux livres dont tu parles, aux pauvres, crois moi en général les entrepreneurs vivent bien mieux que les salariés, surtout les salariés mytho qui s’inventent des vies sur internet!!

  13. bio38

    Une question qui n’est pas en rapport avec le sujet du jour.
    « J’ai cherché le sujet sur TIM mais je ne le trouve pas. »

    Je me suis mis enfin à lecture du livre de Tim, je ne l’ai pas encore fini. Mais Il dit dans un passage qu’il a externalisé son produit « BrainQuicken » de la production à la vente. Quelqu’un aurait une idée de comment il a fait et avec quelles sociétés a-il travaillé?

    J’ai cherché un peu sur le net mais pour le moment j’ai rien trouvé. Merci de votre aide

  14. toto

    @Etre Réaliste

    Que de haine dans tes propos, typique d’un frustré.

    Les USA je connais, j’y ai vécu qques annees, les salaires sont effectivement differents, les dépenses aussi…

    S’inventer une vie sur internet ? je comprends pas ce que tu racontes ?

    Mon propos était simplement de dire que le salariat n’a pas que des cotés négatifs. Esclavage, faut pas exagérer.

    Je ne sais pas ce que tu connais du salariat, mais honnêtement, d’abord mon salaire est moyen (je le répète salarié dans un grand groupe du domaine informatique, pas une pme).

    Ensuite, il ne me semblait me prendre pour un « patron du cac ». Je suis effectivement qu’ingénieur: c’est pas bien ?

    Les retraites etc…. je comprends rien à ton propos, un brin « énervé » quand même. Qu’ai-je dis de mal ?

    De mon cotés mon job me plait. C’est mal, ca aussi ?

    Les salariés, ingénieurs ou autres, sont dans ces tranches de salaire (et bien plus encore), à l’age d’une quarantaine d’années. C’est tout.

    Vendre son temps, je ne suis pas d’accord, on vend ses compétences, son expérience et son réseau. Je commence à avoir quelques heures de vols, et il me semble savoir de quoi je parle.

    Concernant le logement: je vis en couple avec une prof. POur rien te cacher elle émarge à 2000 euros net mensuel, au bout de 15 ans de carriere. C’esrt pas lourd. Mais à deux ca va.

    Effectivement le logement est cher, mais nous restons dans le ratio des 33%.

    Je connais plusieurs personnes de ma famille et entourage, artisans ou commerçants: tous travaillent beaucoup et ne prennent pas beaucoup de vacances, crois moi….

    Je suis complètement d’accord sur les impots etc…mais je n’ai rien dit de mal il me semble. Et puis, un travailleur indépendant qui gagne tres bien sa vie, il paie aussi des impots non ?

    Je voulais simplement dire que dénigrer le salariat est pour moi incompréhensible. On peut etre salarié et aimer son boulot et etre épanoui.

    Et on est aussi ACTIF comme tu le dis, sans son job. Sinon c’est simple, on se fait sortir…
    Maintenant oui: cela peut s’aretter.

    Mais dis moi: si j’applique ton raisonnement => le travailleur indépendant est dépendant de ses clients, tout simplement.
    Y’a pas de mystère, il faut toujours bosser pour quelqu’un d’autre au final. Le mythe du travailleur indépendant qui gagne des millions, se mets en vacances comme il le veut etc…. Et c’est moi le mytho … LOL

    Bref, je ne comprends pas ce dé nigrement du salaria. Les entreprises se crées, se développent, grossissent et ont besoin de compétences. Point barre.

    Apres, c’est certain, d’autre font le choix d’etre indépendant.

    Dans les 2 cas, il y a un choix à faire.

    Je ne te salue pas et regrette tes propos véhéments et, il faut dire, assez simplistes et caricaturaux sur le mon de l’entreprise 🙂

  15. Alex

    avec mes 2000€ de salaire, je suis le pauvre de toto mais le riche d’un smicard
    ensuite on oublie de prendre en compte la qualité de vie
    perso j’habite dans le sud ouest à 1 heure de route de la montagne et à 1h30 de route de la plage – le pied quoi !!!
    je ne possède pas de voiture car je loge dans une maison à 15mn à pied de mon boulot (les bouchons, je ne connais pas….)
    bref le bonheur !!!!!

  16. bio38

    Suis d’accord avec toi Olivier ‘heureux les pauvres d’esprit » dès fois vaut mieux ne pas savoir trop de choses. Moins on en sait mieux on est efficace, enfin je crois!

    Quelqu’un pourrait me donner un coup de main pratique, Sur l’externalisation de Timothy.

    Moi j’ai été les deux pendant 2 ans (salarié et entrepreneur) .Actuellement je suis entrepreneur et salarié occasionnel.

    En tant qu’entrepreneur avec des salariés, Je trouve dans mon travail de salarié occasionnel, un moyen d’être très prêt de la « réalité  » vu du côté salarié.

    Et aussi ça me permet de cotiser à l’assurance chômage, au cas où! Pour le moment les cotisations qui sont proposées par les organismes privés ne me conviennent pas.

    Mon projet, j’aimerais trouver un system qui me permettrait de laisser mon petit commerce à quelqu’un (sans qu’il soit salarié) et me consacrer à la vente par internet et à un autre projet.

    J’ai essayé de travailler avec un auto-entrepreneur, mais ça n’a pas été concluant.

  17. wu-weï

    Ca m’étonne toujours cette idée reçue que l’externalisation réduit les coûts parce que dans les différentes entreprises où j’ai pu travailler, ce n’est pas ce que l’on a constaté : le ratio entre internalisation (compétente) et externalisation est de 1 à 1,8.

  18. bio38

    Mais quand tu n’as pas les compétences dans le domaine et que prendre un salarié va te ruiner, je pense qu’effectivement « externaliser » peux être une solution.

    Ce n’est peut être pas le mot exact, mais recourir à des compétences externes peut s’averez utile.

  19. wu-weï

    C’est un sujet à part entière qui devrait faire l’objet d’un débat dans le forum, puisque l’on est complétement hors-sujet, non?

  20. Faysal Hafidi

    Salut,

    C’est vrai que ce principe est primordial pour comprendre la science de la richesse. En tant qu’entrepreneur, cela m’est arrivé plusieurs fois et donc je cherche toujours à protéger mon état d’esprit pour ne pas tomber dans les réflexes de la pauvreté.

    C’est tout un art 😉

  21. absolut

    Bonjour… et bien s’il y a quelqu’un qui a une idée pour gagner de l’argent très rapidement… disons en 1 mois.. parce que j’ai de gros soucis financiers et je ne sais pas du tout comment m’en sortir… surement la pauvreté est un état d’esprit.. si on est pauvre c’est qu’on a baissé les bras.. peut être mais bon c’est pas un choix de vie. Des fois y’a justement des évènements qui se produisent dans la vie qui font qu’on baisse les bras et tout s’enchaine pour creuser sa propre tombe. Et quand on veut se relever on ne fait que s’enfoncer plus. Moi je veux bien investir, mais pour le moment faudrait déjà que j’arrive à payer mes dettes et mes factures courantes pour qu’elles ne rejoignent pas les dettes.. c’est devenu un cercle vicieux. et de ça on fait comment pour s’en sortir ???

    1. bio38

      A » absolut », moi je peux te donner des produits à vendre, sans aucun investissement financier. En plus si vous vous connaissez en informatique, je peux vous donner aussi un site à gérer. Je ne peux pas t’employer comme salarié, mais on peut trouver un autre type de contrat.

  22. Carole

    Comparaison pertinente. Je vois cela fasse au nouveau concept que nous essayons de promouvoir. Le concept repose sur des commissions de quelques euros par produits vendus. Certains sont effrayés de voir des chiffres bas et préfèrent vendre un visuel cher tous les 36 du mois plutôt que de cumuler les « petits sous ». il serait intéressant de voir si les personnes qui adhérent au concept sont celles pour qui « un sous est un sous ». Je me situe dans la deuxième catégorie en tout cas.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.