Connaissez-vous ce moyen gratuit d’apprendre à réussir ?

Michael Ferrari Améliorer sa vie 14 Commentaires

Philippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » dans le domaine de l’argent et du développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Voici Philippe !

Je suis tombé récemment sur une phrase que je n’ai pas notée dans son intégralité, mais qui disait à peu près la chose suivante : « Si vous sortez l’argent de votre poche pour le mettre au service de votre cerveau, celui-ci vous le rendra en mettant encore plus d’argent dans votre poche ». Si un lecteur me retrouve la référence, je lui en serais reconnaissant. Je partage entièrement le propos soutenu, l’ayant d’abord expérimenté pour moi à travers mon parcours de formation continue dont j’ai la sensation qu’il ne s’arrêtera jamais, pour mon plus grand bénéfice. Et aussi puisque je suis payé, quelque part, pour aider mes clients à mieux utiliser leur cerveau et à gagner en prospérité !

Mais il y aussi une manière d’apprendre très peu couteuse financièrement, voire gratuite. Non ce n’est pas à la lecture de blogs et de contenu gratuit sur internet que je pense, même si c’est un bon vecteur pour emmagasiner de la connaissance. Je pense à l’observation active de personnes de nos entourages privés ou professionnels qui mettent en œuvre des qualités, des compétences, des savoir-faire potentiellement utiles. Néanmoins, le réflexe que j’observe communément est un mécanisme de défense qui nous prive de l’apport que nous pourrions retirer de l’observation et du dialogue avec ces personnes. Ces mécanismes de défense prennent plusieurs formes :

  • Le rejet pur et simple : c’est le cas du collaborateur qui observe comment son manager conduit efficacement un entretien, mais l’accuse de manipulation (au lieu d’observer la qualité de son questionnement responsabilisant, par exemple).
  • La dévalorisation : vous observez un orateur brillant, drôle et structuré, alliant à la fois contenu et images, et vous vous dites que vous ne saurez jamais le faire (normal, vous ne l’avez jamais fait !).
  • Le déni : vous observez comment votre collègue du service à côté gère astucieusement son temps en planifiant ses rendez-vous et déclarez que ce n’est pas possible pour vous de le faire, que le contexte est différent, que votre chef ceci (je vous épargne la suite des justifications).
  • La magie : vous restez sans voix devant le savoir-faire d’un artisan sans vous rendre compte que c’est l’application d’une technique répétée et maîtrisés. Comme c’est magique, peu de chances pour vous de la faire !
  • L’indifférence : vous détournez volontairement votre attention de ces personnes en disant que vous n’avez pas besoin de ce talent, que cela ne vous sert à rien, voire ne sert à rien… et vous loupez une occasion de vous enrichir (en plus, tout sert à un moment donné).
  • La rationalisation : vous rencontrez une personne qui travaille 6 mois par an, a de confortables revenus et voyage souvent et vous vous dites que c’est louche, qu’il doit sacrifier sa famille, que ce n’est pas normal et oser affirmer que ça ne vous plairait pas (alors que vous avez simplement la trouille de regarder en face votre vie).

Bon, j’en passe et des meilleurs. Est-ce un vieux relent de l’école primaire où on était puni si on copiait son voisin ? Est-ce une hypertrophie de l’égo qui nous impose de tout faire par nous-même ? Est-ce par incapacité à dire « merci pour ce que je viens d’apprendre grâce à vous » ? Est-ce une peur de l’inconfort lié à tout nouvel apprentissage ? Est-ce tout simplement la rigidité de nos schémas de pensée ? Est-ce une honte d’être un « japonais » (connus pour copier systématiquement et… brillamment) ? Est-ce en raison d’un désir ardent d’inventer l‘eau chaude alors qu’elle coule tout simplement au robinet ?
Finalement, c’est je pense notre incapacité à recevoir les cadeaux de la vie. Nous avons autour de nous un nombre de ressources incalculables et disponibles pour peu qu’on se laisse atteindre. Ça demande de l’humilité, de la souplesse et du discernement. Autant de qualités à cultiver au quotidien.

Commentaires 14

  1. Jérôme

    Très bel article, en effet c’est la plus belle façon d’apprendre qui est celle de l’observation.
    Observer le monde qui nous entoure, nos parents, nos amis…etc
    De la personne qui fait le métier le plus simple à celle qui est la plus qualifiée, il y a toujours de quoi y trouver une leçon par l’observation.
    Si seulement, on prenait le temps…voilà c’est ça ! Le temps de faire, regarder, et surtout écouter.
    La communication sera la science du futur 🙂

  2. Pierrick B.

    J’ai aussi déjà vu cette phrase, mais impossible à dire d’où elle vient !
    Effectivement, c’est une très bonne méthode d’apprentissage, et c’est d’ailleurs ce que prône la PNL : l’observation et l’imitation… et surtout la mise en pratique (en essayant de se mettre dans le même état que la personne observée).

  3. gunday

    A nuancer un petit peu, car le côté défensif permet de se défendre des nombreux beaux parleurs.

    Sinon effectivement, je vois souvent certaines de ces notions apparaitre.
    Le déni est d’ailleurs celle que je vois les plus souvent!

  4. davidcz

    En effet l’observation est une grande clé qui nous aide au quotidien et qui est gratuite ! Leur réactions face aux problèmes d’argent, leurs dépenses en publiques, etc…
    Quant a la petite phrase, je la connaisssais pas, mais j’aime bien !

    David, de business-booster.fr

  5. Grégory

    Bonjour,

    Merci pour cet article très efficace et qui systématise assez fidèlement nos états internes face à un nouvel apprentissage.

    L’idée de la modélisation est pourtant très efficace il est vrai. Modéliser l’excellence ! C’est de ce principe qu’est partie une technique comme la PNL.

    Je trouve très juste toutes les questions que tu poses à la fin : je pense qu’elles touchent différemment les personnes en fonction de leurs histoires.
    Personnellement, je dirai que quand je « n’ose pas copier » les meilleurs, c’est parce que j’ai la croyance qu’on a pas le droit de réussir facilement, et que si je réussis, je n’en tire pas autant de gloire que si j’avais tout fait moi-même.
    Bien évidemment, voilà une bonne vieille croyance limitante, que je me sépare de plus en plus !

  6. faouzane

    Article intéressant en effet. Question j’ai l’impression dans tes descriptions que Dévalorisation et Déni sont pareils.

    Du coup je pense que le déni c’est plutôt quand on nie la performance de la personne en face . »Il est pas si bon que ça, c’est de la chance, il pourra pas le faire tout le temps etc ».

  7. Arnaud

    Depuis que je m’intéresse au développement personnel, j’essaie de mettre en pratique cette qualité. (Observer les personnes qui « réussissent » dans leur domaine.

    Ce n’est pas quelque chose d’innée en ce qui me concerne.

    Observer, reproduire et faire mieux est un bel objectif.

  8. Stephanie

    Cet article reflète fidèlement nos vieilles réactions face à un nouvel apprentissage. Il existe un moyen miraculeux d’avancer plus vite, en plus de s’intéresser aux personnes qui réussissent, c’est d’observer un enfant et de se rendre compte à quel point il est capable de remettre en question rapidement toutes ses vieilles connaissances pour les remplacer par des neuves et obtenir ainsi le succès attendu.

    Les enfants sont fabuleux dans ce domaine, je crois que ce sont eux qui nous donnent la plus belle leçon d’humilité.
    Retrouver la curiosité innocente et saine d’une enfant est un levier gigantesque pour conquérir une nouvelle discipline et en devenir maître.

  9. Jeremy Goldyn

    Bonjour,

    L’observation est l’un des ingrédients logique dans le développement d’un business. Observez votre marché, comment il se comporte, comment pouvez vous lui apportez de la valeur ? Comment pouvez vous délivrez cette valeur, etc.

    Peu importe ce que vous voulez faire l’observation et plus précisément, l’analyse doit faire partie de votre stratégie. Les outils comme Google Analytics sont déjà des outils d’observation si vous proposez un produit ou un service online.

    Résumé : apportez de la valeur à votre audience et vous en recevrez en échange 😉

  10. Daphné Dohne

    J’aime beaucoup cet article et surtout la simplicité du conseil que vous nous proposez ici. Quoi de plus simple que d’observer ceux qui font. J’ai failli écrire ceux qui réussissent, mais finalement, il est évident que l’on peut même apprendre de ceux qui échoue. Eviter de refaire les mêmes erreurs. Je viens à l’instant de lire le dernier article de Cedric Anicette sur son blog Business Attitude (http://www.businessattitude.fr/2012/02/14/pourquoi-jamais-riches/) et j’ai l’impression que vos articles ont un point commun : Les gens ne se donne pas les moyens de créer, pour eux, de meilleures réalités. Beaucoup préfèrent trouver de bonnes excuses, pour ne pas avoir la peine de mettre en place ce qui pourrait les faire avancer. Et en plus, une grande partie d’entre eux vont même se moquer, juger celui qui se lance, au lieu de l’imiter et de comprendre les forces qui le motivent. Encore merci pour ce beau conseil que j’applique régulièrement 🙂 Enfin j’essaye 🙂

  11. magicman

    ya des gens qui sont vraiment manipulateurs dans le business surtout dans le contexte actuel ou c’est toi ou moi ya aussi des gens qui devalorise pour faire rire par exemple et ca ne fait pas rire pourtant beaucoup aime cela car ils sont frustrés de la vie ya des collègues qui sont prèts a tout de vendre meme leur slip et leur pantalon pr se faire bien voir sans se poser aucune question d’efficacité de ce qu’ils font un artisan est souvt concentré sur un savoir faire et malheureusement pour lui sur qu’un seul savoir faire detourner son attention est donc normal ce qui ne l’est pas est de detourner son esprit des choses qui vont vous enrichir et critiquer les gens qui ont une vie différentes c’est aussi ne pas reconnaitre le pouvoir du choix enfin pour conclure il faut voir les choses en perspective et ne pas dire c’est tout blanc ou tout noir

  12. magicman

    vous avez des recruteurs qui font des entretiens en sachant pertinnement que dans 4 ou 6 mois ils vont se debarasser de vous car vous allez travaillez pour eux pour évitez que eux soient virés car beaucoup de gerants embauchent des sous fiffres qui font perdre de l’argent à la boite pour soit disant lui en faire gagner mais après l’on peut taxer cela de responsabilisation je suis peut ètre à part dans le monde du bisiness un heritier de wallace wattles qui a besoin de personne meme pas d’un chef mais ne pas savoir differencier un ca d’un resultat c’est comme ne pas faire la différence entre le travail et le capital. La cause du problème ne vient pas de ceux qui se remettent en question mais de ceux qui ne se remettent jamais en question

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.