Complication vs simplification

Michael Ferrari Améliorer sa vie 14 Commentaires

Il y a 2 types de personnes dans le monde, ceux qui classent les gens dans des boites et les autres, ceux qui simplifient les choses et ceux qui les compliquent.

Tout comme dans une présentation, c’est le simple qui est difficile à obtenir alors que le compliqué est le chemin de la facilité. Si lors d’une présentation les dégâts sont limités (vous passez simplement pour un lourd) dans une organisation, c’est tout le monde qui est pénalisé.

Le client pense que votre entreprise est nulle, les collaborateurs perdent leur motivation à lutter contre la bureaucratie.

Les personnes les moins compétentes tendent à compliquer les choses. Si vous leur posez une question simple et factuelle, elles vont vous répondre avec un discours de 10 minutes et vous n’aurez pas votre réponse. Ceci est en partie lié à leur insécurité intérieure et au besoin qu’elles éprouvent à justifier leurs actes en détaillant les raisonnements qui les ont menés ici, le truc c’est que : on s’en fout. On souhaite avoir des gens capables de prendre des décisions, pas d’apprendre un raisonnement par cœur.

Si vous prenez une personne reconnue comme très compétente pour un poste donné et une personne reconnue comme peu compétente pour le même poste et que vous menez une expérience pendant 6 mois, la personne compétente va simplifier son poste, l’incompétente va compliquer les choses. Revenez dans 2 ans et le poste en question est une boite noire pour l’entreprise. Les incompétents créent des zones d’ombre pour masquer leurs insuffisances.

Pourtant la valeur d’une équipe, d’un service et d’une entreprise est liée à la qualité de ce qu’elle apporte. Même si le service est bon mais que tout ce qu’il y a autour est compliqué, vous avez échoué, la simplicité est une composante de la valeur.

Alors la question qui se pose, c’est de savoir si dans votre quotidien vous compliquez les choses ou si vous les simplifiez.

Je me souviens être passé par une caisse dans un supermarché où la caissière était à l’aise dans son rôle, entrait en relation avec le client et rendait le passage facile et efficace. C’est une sur 10 000. Dans mon expérience à Berlin, la barrière de la langue ne m’empêchait pas de reconnaitre lorsque je tombais sur une personne qui facilitait les choses : tout devenait alors simple. C’est quelque chose que l’on perçoit tout de suite.

A contrario, tout est compliqué dans de nombreuses organisations. Par exemple, vous pouvez appréhender le niveau d’inefficacité d’une organisation rien qu’en suivant son processus de recrutement : est-ce que les choses sont simples ? Est-ce que l’on complique la vie du candidat inutilement ?

Je constate aussi trop souvent que la documentation et les pseudos processus qualité sont utilisés comme prétexte pour imposer le remplissage de dizaines de documents inutiles.

Si vous dirigez une organisation, la simplification est une question de survie mais surtout de réussite. Survivre est une chose, prospérer en est une autre. Survivre est naturel et instinctif, réussir demande un niveau d’intelligence supérieur.

Que pourriez-vous faire dès aujourd’hui pour rendre la vie plus facile aux gens autour de vous ?

Commentaires 14

  1. docG

    La simplification se rapproche de la simplicité, denrée rare à notre époque.
    Pour cela, il faut défricher, couper, désherber
    QUOI? TOUT!
    Nos mauvaises habitudes, nos outils technologiques, nos pensées parasites, nos réflexes conditionnés, nos objets et vêtements accumulés, notre nourriture, nos relations.
    POUR QUOI?
    mais pour retrouver l’essentiel, qui est en nous, notre noyau intime, notre coeur
    Comme a dit Bergson: « L’homme devrait mettre autant d’ardeur à simplifier sa vie qu’il en met à la compliquer ».

  2. Lionel

    Comment expliquer le florilège de grosses entreprises de nos jours?
    La plupart ont pourtant des process compliqués, peu formalisés et (le pire) des responsables en structure matricielle.
    Je m’explique difficilement la main mise de ces grosses sociétés, qui certes travaillent beaucoup entre elles mais dont le client final est nous.

  3. Aurélien

    Bonjour Mickaël,

    Ton article devrait être diffusé dans beaucoup de société, et surtout les grandes ! En effet je te rejoins totalement quand tu dis :
    « je constate aussi trop souvent que la documentation et les pseudos processus qualité sont utilisés comme prétexte pour imposer le remplissage de dizaines de documents inutiles. »
    Je le vis tous les jours et j’essaye de lutter au maximum contre ça ! Je suis d’autant plus étonné que ces procédures viennent parfois de très hauts responsables. Combien de fichiers sont remplis et ne seront jamais lus par personne ?!
    De la même façon dans notre vie personnelle, combien de courrier recevons nous et prenons-nous soin de ranger pour ne jamais les utiliser ?! Les exemples sont très nombreux.
    Je pense qu’une des solutions pour éviter ça est d’essayer d’appliquer au maximum le principe 20/80 ! « Zappez » au maximum tout ce qui ne vous apporte pas une réelle plus value et essayez de vous concentrer sur les actions ayant un réel intérêt.

    Merci pour cet article très intéressant.

  4. MaxR de Maxadi

    Les procédures compliquées sont également souvent utilisées par certaines personnes pour justifier ‘leur existence’ au sein de l’entreprise, voire pour démontrer une forme de pouvoir.

    Et plus c’est compliqué, plus la personne ‘semble’ être indispensable car, bien sûr, elle seule comprend les tenants et aboutissants de tout cela.
    🙂

  5. Gilles

    Je pense que la simplicité découle d’un certain esprit pédagogue (et même selon moi mais ça va en choquer certains il y a une part de génétique).

    Pour les processus qualité tu as raison. Il faut savoir que fasse à de nombreux défaillances de produits ou de logiciels certains se sont dit qu’avec des processus (et beaucoup de documents) tout irait mieux mais ça créé plus de papiers pour souvent pas beaucoup plus de qualité. Cependant ça rassure le client … Il faut quand même te dire que ça nous procure de nombreux emplois tout ça (quelquefois bien payé)! Rassures toi je ne suis pas ingénieur qualité.

  6. Rémy Bigot

    La simplicité amène souvent l’efficacité. Plus on complique les choses, plus on perd du temps à mon avis.
    Il faut être capable de prendre le temps de simplifier nos actions, nos textes, nos comptes rendus, tout !

  7. Fristi

    « Je constate aussi trop souvent que la documentation et les pseudos processus qualité sont utilisés comme prétexte pour imposer le remplissage de dizaines de documents inutiles. »
    => + 1000000.
    Je suis ingénieur dans une grande entreprise, quand je diffuse un document, je ne compte plus les remarques comme :
    « la page de garde n’est pas au bon format, il y a un nouveau modèle de doc pour ce projet depuis le mois dernier »
    « la référence de ce document n’est plus à jour, il a évolué »
    « vous n’avez pas rempli la fiche d’autocontrôle »
    « vous n’avez pas rempli le fichier excel de récapitulatif des commentaires, avec vos réponses à ces commentaires »
    « il faut faire un tableau de traçabilité patati patata… »
    Ca représente 80% des commentaires qu’on me fait sur mon boulot, uniquement de la forme, moins de 20% des remarques concernent vraiment le fond du document. Les agents qualité font plein de remarques sur la forme mais ne lisent même pas le contenu des documents.

  8. Parmenion

    Même constat que Mickaël, mais je pense surtout que notre société hyper-pressée et hyper-connectée nous a fait perdre le recul nécessaire.
    Trop souvent, les gens ne pensent qu’en terme d’ « action », en oubliant qu’il est TOUJOURS nécessaire de se poser les bonnes questions avant de se lancer.
    Combien de fois je met en défaut des personnes très sûres d’elles-même, en leur demandant poliment qu’elles me décrivent ce qu’elles attendent de mon action afin que je puisse y répondre le mieux possible!!! Et là: Black-out!!

  9. Harold

    Bonjour Mickael,
    C’est le gagnant du concours Garr Reynolds ! Par rapport à ce que tu as écrit, j’ai eu l’occasion de me retrouver dans des sociétés qui mettaient en place des process qualité, notamment du coté IT. Et j’ai été impressionné par la façon dont des process pourtant là pour améliorer les performances d’une unité, pouvaient rendre toute action quasi-impossible et devenir un véritable frein.
    Il faut remettre de la simplicité au coeur des choses, il faut aussi y remettre un peu d’intuition et d’humanité je pense.
    Au fait, j’ai fini le bouquin, il est extra ! Je ne suis vraiment pas déçu. Merci encore au random !

    1. Post
      Author
  10. fodige

    Bonjour,
    je lis régulièrement votre blog et je reconnais volontier que j’y trouve des choses passionnantes. Par exemple, l’article « Votre maison est-elle un actif » a été une véritable révélation.

    Mais là, je dois dire que je suis en total désacord avec vous. Je trouve pour le coup votre article assez simplificateur voire manichéén.
    Certes certaines personnes ont un esprit plutôt analytique et d’autre plutôt synthétique mais je ne vois pas ce qui vous permet d’affirmer que les dernières sont plus compétentes en général.
    Si l’esprit de synthèse, est utile notamment dans les postes où il faut savoir prendre une décision assez rapide, avoir l’esprit analytique permet dans bien des circonstances d’être plus rigoureux et d’aller au fond des choses.
    Le souci du détail a parfois sont utilité.

    Je trouve vraiment que êtes tombés dans la facilité.

  11. Matt (Acide ici)

    Non, là, même si le sujet méritait d’être plus creusé, je suis de l’avis de Michael : il est rare de voir cohabiter la complexité et la profondeur. Par contre, il est aisé de trouver des cons cachant leur manque de profondeur derrière une complexité risible…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.