Comment démultiplier par 10 l’atteinte de vos objectifs

Michael Ferrari Améliorer sa vie 4 Commentaires

Philippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » dans le domaine de l’argent et du développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Voici Philippe !

Pratiquer la visualisation des 5 doigts correspond au « passage d’une commande ». Cette commande est une représentation, élaborée ici et maintenant, d’un avenir envisagé comme idéal et désirable ou pour le moins apte à nous satisfaire, nous réjouir, nous donner une sentiment positif de nous même et nous faire gagner en confiance sur nos capacités de création et de réalisation. Beau programme. Comme on le sait, un objectif flou aboutit généralement à une connerie précise et ce travail de mise à jour, d’explicitation de nos désirs est une étape cruciale vers sa concrétisation. C’est pour cela que cette visualisation associe plusieurs registres : cognitifs, émotionnels, sensoriels.

Au final, on aboutit à une sorte de diapositive en couleur de la finalité. Reste maintenant à adopter les attitudes et comportements appropriés pour favoriser son éclosion.

La capacité de réalisation de cette commande s’établit sur 6 éléments :

  • Une vision claire du but (les 5 doigts),

 

  • Un alignement de ce but avec ses valeurs et désirs profonds, mesurés à la fois « rationnellement » par l’analyse et la volonté (je veux) et sensoriellement par son ressenti (je sens). Or, il y a souvent conflit entre les 2 : le ressenti peut être positif, mais l’analyse logique se focalise très vite sur le comment faire, les moyens, le plan d’action : les obstacles potentiels prennent alors toute la place (je n’ai pas ceci, je ne suis pas cela, je manque d’argent, de compétences, je n’ai pas de soutiens….). Si ce n’est pas traité, cela conduit au découragement avant même d’avoir commencé ! Par ailleurs il faut parfois du temps avant de trouver cet alignement. Nos vraies limites sont celles que nous créons en les imaginant : or, derrière l’apparente rationalité de l’analyse se cache l’action souterraine des émotions (et notamment les peurs).

 

  • Une ferme résolution à accepter, recevoir, bénéficier du résultat. Pour beaucoup (dont moi-même je l’avoue, mais je me soigne !) ce n’est pas simple car cela remue des croyances sur soi, plus ou moins conscientisées, autour de « est-ce que je le mérite, est-ce que je suis digne de, est-ce que j’ai le droit de, vais-je être à la hauteur, qui vais-je devenir si (je deviens très riche par exemple) ? ». Nous sommes abreuvés par les médias de catastrophe et la plupart des messages sont faits pour engendrer la peur : êtes- vous prêts à assumer que cela roule pour vous et que vous êtes heureux et prospère ?

 

  • Une manifestation de cette commande par des actes concrets dont la caractéristique essentielle est de nous placer dans l’inconfort (et qui aime l’inconfort ?). Difficile d’obtenir des choses différentes en faisant, disant, pensant toujours la même chose. On peut imaginer qu’il existe une infinité de chemins de vie possibles pour chacun, et que l’ensemble de nos choix et « non-choix » nous en font emprunter un en particulier. Pour changer de direction, vous devez tourner votre volant vers la droite ou la gauche. Personne ne peut le faire pour vous. Et alors vous quittez alors le terrain connu pour entrer dans une terre inconnue. Tout devient possible, même et surtout le meilleur !

 

  • Un lâcher prise et une confiance sur le résultat final. Regardons ce mot, « lâcher prise ». Il implique d’avoir une « prise » (notre confort, notre sécurité, nos possessions, notre job, notre statut, notre personnalité, notre identité) et de la « lâcher », ce qui implique un passage dans le vide. Pour monter un escalier, vous êtes contraint de lever un pied pour le poser devant vous, sur la marche suivante, et ensuite de lever l’autre pied pour faire ce même mouvement. Sans ce déséquilibre nécessaire au mouvement, on reste sur le palier.

 

  • Une attention aux signaux, renvoyés par l’environnement, (synchronicités notamment) vous indiquant que vous êtes sur la bonne voie : rencontre de personnes ressources, cadeaux, petites victoires sur soi même, informations nouvelles et utiles. C’est plutôt dans la détente et l’ouverture que ces signes sont perceptibles plutôt que dans la tension et l’impatience.

 

La « recette » que je viens de vous donner n’est pas infaillible, notamment sur des projets à long terme : parfois il y a des bugs, cela ne « fonctionne pas ». Tout d’abord nos valeurs sont héritées de notre environnement familial et social et nous les avons ingérées sans véritablement se les être appropriées. Nous nous investissons alors dans des projets qui ne sont pas les nôtres : ne pas les réaliser est alors plutôt salutaire. Ensuite on peut rester focalisé sur le but qu’on s’est fixé sans se rendre compte qu’on a changé, que le contexte a changé et qu’il faut mettre à jour la diapositive. On peut malgré tout atteindre le but, mais sans en ressentir la plénitude. En cours de route, l’alignement a été perdu, à cause d’assujettissement à la TVA (Trop de Volonté Ajoutée). Cette volonté peut en effet nous couper de notre ressenti et nous accordons trop d’importance à la réussite. D’où la sage précaution d’avoir un plan B en réserve : le gagnant est (aussi) celui qui sait ce qu’il fera s’il perd.

Tout cela n’est pas une raison pour renoncer. Dans tous les cas, s’engager sur un chemin d’évolution permet des apprentissages et des prises de conscience sur soi, le monde, la vie etc. Et c’est peut être au final le « bien » le plus précieux !

Commentaires 4

  1. Est on pret a etre heureux? Ca ce n’est pas une question banale. La réponse semble évidente et pourtant ce changement de situation a des conséquences comme la jalousie. Est on vraiment prêt a affronter tout ca? Je n’en avais même pas conscience de ce probleme… tant mieux sinon, ca peut devenir un frein pour nos projets.

  2. Une manifestation de cette commande par des actes…voilà pour moi ce qui nous donne une réelle opportunité d’apprendre et d’atteindre nos objectifs. Agir…la réussite sera inéluctable!!!

  3. Pingback: Elisabeth Kübler-Ross | Reine de l'Organisation

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.