Chance ou malchance ?

Michael Ferrari Améliorer sa vie 15 Commentaires

Philippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » dans le domaine de l’argent et du développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Voici Philippe !

J’emploie de manière occasionnelle Jacques, une personne qui fait chez moi ce que je n’aime, ne sait, ni ne veut faire : du bricolage. Nous prenons toujours un moment pour discuter des tâches accomplies (ou non !) et je suis frappé par le langage qu’il utilise. Lorsqu’il ne réussit pas quelque chose, ou qu’il y a des obstacles, il dit toujours « je n’ai pas de chance ». A l’inverse, lorsqu’il a achevé une tâche ou lorsque cela marche comme il le souhaite, il fait le commentaire opposé : « j’ai de la chance ».

Autonomie et contrôle

Je me suis interrogé souvent sur cette manière de voir le monde, notamment lorsque certains me disaient « toi tu peux te le permettre, tu as de la chance ». Je ne sais pas pourquoi, cette phrase a toujours eu le don de m’horripiler. Ou plutôt si, je sais : j’ai intégré très vite l’autonomie et le contrôle comme des atouts majeurs pour parvenir à mes buts. Je considère que chaque situation de notre vie a été créée par la somme des petites et grandes décisions que nous avons prises depuis des lustres : ce que nous avons dit ou pas dit, fait ou pas fait. Quelques exemples : une personne qui se rendrait inemployable car elle serait restée de trop longues années sur le même poste de travail (pas de chance, mais qu’a-t-elle fait pour évoluer ?) une autre qui voudrait offrir des vacances à ses enfants et se retrouverait sans argent (pas de chance, mais pourquoi toutes ces dépenses futiles ?), une troisième qui aurait fait une très bonne affaire dans un investissement immobilier (de la chance, mais aussi un engagement à saisir une opportunité sans forcément toutes les cartes en mains !).

Agir consciemment  à partir d’un feed-back

En fait je ne sais pas si cette croyance est vraie ou fausse (vous savez que je me fiche de cela !), mais elle a pour conséquence de me responsabiliser à partir de cette question (im)pertinente : comment, par mes comportements successifs, j’ai contribué à créer cette situation. Si cette situation est positive, je peux alors détecter les ressources, outils, qualités que j’ai mis en œuvre, et sinon, examiner les erreurs, autres possibilités non explorées, failles dans le raisonnement pour ne plus les reproduire (c’est quand on se plante qu’on pousse !). Et surtout je me donne les moyens de prendre d’autres décisions puisque je me considère comme acteur. Mais je m’expose également au « poids » de la responsabilité qui peut parfois être un peu lourd, sensation à laquelle doit échapper Jacques, puisque les résultats obtenus ne dépendent pas de lui !

Refaire l’histoire ?

Il y a bien sur les coups de pouce du destin, positifs ou négatifs, peu prévisibles. En apparence du moins. Un exercice intéressant est celui du ET SI J’AVAIS. Il consiste à « passer le film » en marche arrière, à faire des stops à certains moments pour se poser la question : et si j’avais fait ceci à la place de cela, en serai-je là où j’en suis ? C’est incroyable le nombre de situations qui auraient pu avoir une tournure différente « si j’avais fait ceci plutôt que cela ». J’en évoque une avec Jacques : si vous aviez complètement démonté ce mécanisme avant de le remonter, vous vous seriez aperçu que les joints étaient fichus. En l’occurrence, ce n’est pas bien important. Pensez à ce que serait votre vie maintenant si vous aviez eu d’autres pratiques avec l’argent, avec l’alimentation, avec la gestion de votre temps, de votre carrière, de votre santé, de votre développement personnel…Mais rassurez-vous, il est encore temps de créer votre chance !

Commentaires 15

  1. Merci Philippe pour cet excellent article!
    Dans ma vie d’indépendante, je crois à la chance: il faut être capable de reconnaître que parfois, si j’ai su saisir certaines opportunités, c’est que je me trouvais là au bon moment, que j’ai rencontré les bonnes personnes… bref oui, j’ai eu de la chance dans mon parcours. Cependant, il m’arrive régulièrement de discuter avec des collègues à qui je dis que j’ai beaucoup de travail et qui me répondent « ah, toi tu as de la chance », et ça me fait bondir. Effectivement, si la part de chance, comme je le disais plus haut, est indéniable, j’ai aussi beaucoup travaillé pour en arriver là. Si je n’avais pas pris certaines décisions au moment où des opportunités/des personnes se sont présentées, je les aurai laissé filer. Si je n’avais pas passé des heures et des heures à affiner ma stratégie commerciale, à prospecter, à me créer une identité commerciale, j’attendrais encore que l’on me contacte. Seulement, c’est plus facile de ne regarder que la partie visible de l’iceberg et de l’attribuer à la chance 🙂

    1. Oui, chère voisine millionnaire, et qu’est-ce qui fait que tu te sois trouvée « au bon endroit, au bon moment » pour saisir « ta chance » si ce n’est ton alignement intérieur avec ce que tu désirais et des comportements proactifs pour en favoriser la réalisation! Je pense que c’est une belle recete de succès!

  2. Dire que tout est contrôlable et prévisible me semble un peu facile.
    Pour reprendre le bricolage, imaginez vous coupez un morceau de bois (qui servira à faire un meuble par exemple) et en plein milieu d’un morceau de bois vus tombez sur un noeud.
    Le morceau de bois n’est plus utilisable pour le meuble, et c’est ce genre de petit incident qui représente la chance et la malchance (le hasard si vous préférez).
    Pareil, si vous creusez un trou dans votre jardin pour planter un arbre et que vous tombez en plein sur un ancien pierrée à moitié rebouché.
    Mais ces petits incidents représente ce que je résumerais dans les surprises de la vie (autrement dit si tout était prévisible, ce serait moins amusant)

    Par contre pour le hasard dans les conséquences de nos actions, clairement je n’y crois pas.
    Je viens de raté le coche pour un investissement, et il ne me viendrais pas à l’idée de dire pas de chance.
    Plutôt, boulet, j’ai oublié de vérifier ce point.

    1. Post
      Author

      Il s’agit surtout de ne pas laisser les petites choses (le noeud dans le bois) vous détourner des grandes opportunités (créer un meuble).
      Ce n’est pas ce qui vous arrive qui compte, c’est ce que vous faites de ce qui vous arrive.

  3. Tout à fait d’accord. A partir du moment où l’on devient responsable, on fait un grand pas.
    Il faut savoir que l’on a ce que l’on mérite, et que notre vie est construite sur nos actions passées.

    Arrêtons de remettre tout sur le dos de la chance, et assumons que nous seul, sommes les fautifs. Cet état d’esprit aide à avancer.

    Pour l’exercice du ET SI J’AVAIS, j’aime pas trop cependant. Cela ne sert à rien de ruminer, et revenir. Plutôt ET SI JE FAISAIS, qu’est-ce que je deviendrais ? Et si je prenais enfin ma vie en main ?

    1. Oui, tout à fait d’accord de ne pas ruminer, surtout pas, c’est juste se dire qu’il y avait d’autres options (des fois plus facile à voir après coup) et garder cette idée qu’il y a plusieurs choix possibles

  4. reconnaitre la chance comme element central de la reussite n’empeche pas forcement d’avancer ni de se remettre en question. Cela rend meme humble, et permet d’eviter de derailler. De plus, c’est la meilleure justficiation du droit a l’echec, sans lequel il n’y a pas d’entrepreneurs.

    la chance est meme primordiale dans quelques domaines: les start-ups, le cinema, la musique, et d’une facon generale les situations ou le « premier raffle tout » et ou la ligne d’arrivee n’est pas definie a l’avance.

    1. En fait je m’interesse plus à l’impact d’une croyance qu’à sa vérité. Personnellement, je me sens mieux si j’ai la sensation d’agir pour mon devenir , et je me donne justement le droit à l’erreur (si tu perds, ne perds pas la leçon!). J’ai rencontré des artistes brillants et inconnus et j’en vois d’autres connus mais sans talent majeur. Je ne suis pas sur que ce soit uniquement la chance qui fasse la différence

  5. bonjour à tous . il me semble que dans la vie certains se laissent porter , et d’autres anticipent , organisent et à l’arrivée la différence n’est pas si grande . la chance aurait elle à voir là dedans

  6. Bonjour Philippe,

    Oui en effet cette phrase « Tu peux te le permettre tu as de la chance » est désagréable dans certains contextes quand elle est prononcée avec un petit sentiment de jalousie par des gens qui n’osent pas faire des choix pour améliorer certaines choses dans leur vie et le reprochent aux autres. Mais elle peut aussi être prononcé de bonne foi (à tort ou à raison).

    La chance existe cependant sous forme de coup de pouce ou de coup de poing. C’est comme au poker il y a un facteur qui ne dépend pas de nous. C’est nous qui jouons, mais on ne distribue pas les cartes.

    Avec l’expérience, on va effectivement prendre des décisions (bonnes pour la plupart) pour mener une vie cohérente avec ses envies et contrôler son destin. Mais au début de notre vie on peut faire des erreurs lorsque l’on est jeune qui vont influer notre destin. Le contrôle totale de notre vie depuis la naissance n’existe pas, on ne sait pas tout en naissant. Certains ont la chance d’avoir des parents ou une situation qui leur permettent plus vite de comprendre certaines choses que d’autres, il ne faut pas l’oublier !

    De plus contrôler sa vie c’est compliqué et fatiguant à la longue. Il faut maintenir un équilibre entre un certain niveau de contrôle et un laisser aller salutaire.

    Bonne journée Philippe

    1. Oui, Gilles, il m’arrive aussi de ressentir cette responsabilité comme un poids, et un laisser faire est nécessaire car impossible de tout contrôler( pour lacher prise, il faut avoir d’abord……..prise!)
      Après tu as du voir comme moi que, dans une famille globalement homogène en terme de valeurs, croyances et pratiques, chaque enfant faisait sa propre synthèse et que cela pouvait donner des résultats très différents (mais ce n’est pas systématique) , d’ou l’idée qu’en est créateurs de ce qu’on pense et ressens… Mince, je m’en recolle un brin de responsabilité!
      Bien à toi

  7. En commençant la lecture de cet article, les 2 premiers mots qui me sont venus à l’idée sont conscience et responsabilité.

    Et paf ! Quelques lignes plus loin, il sont apparues !

    Tout ça pour dire que je suis bien d’accord avec le fond de cet article. D’ailleurs, conscience et responsabilité s’appliquent à bien d’autres aspects de sa vie qu’à l’argent simple.

    Responsabilité implique aussi d’être pro-actif.

    J’apprécie aussi tout particulièrement la dernière ligne : « il est encore temps de créer votre chance ». Elle me semble très importante :
    – peu importe le temps écoulé avant de se réveiller (ou le temps perdu, comme diraient certains) : l’essentiel est de commencer
    – ne pas ressasser ce temps perdu, ne pas ruminer les « et si … » : il faut avancer.

  8. Bonjour à toutes et à tous.

    Aujourd’hui à près de 75 ans, je peux me permettre en toute objectivité de relativiser la notion de chance ou de malchance.

    Quand j’étais petite, jouer à la marelle ou à la poupée ne me passionnait pas outre mesure.

    J’avais un frère, plus âgé que moi de quelques années qui excellait au billes.
    Etant tous les jours à son contact et lui n’ayant pas d’autre partenaire de jeu car nous résidions à la campagne, il était inéluctable que je devienne une bonne joueuse de billes.

    Seulement voila, la ou le bât blesse, c’est que les petites filles d’une dizaine d’années qui jouent aux billes, on peut les compter aussi facilement que les poux sur la tête d’un chauve….{°¿°}

    Alors vous savez quoi !

    Au lieu de m’appesantir sur mon manque de chance pour trouver des partenaires féminin pour jouer aux billes, je suis allé jouer avec les garçons de mon âge qui étaient très contents de me voir arriver car ils croyaient me plumer vite fait….

    Au bout de quelques semaines seulement, ma réputation de joueuse experte me précédait même en vacances la ou à priori personne ne me connaissait.

    Moralité, avoir de la chance n’est pas une condition pour réussir dans la vie, mais savoir se créer les situations nécessaires pour profiter aux mieux des atouts dont la nature ou notre travail nous a doté, c’est la vrai leçon qu’il faut retirer de ce petit aparté.

    Que les vents vous soient favorables.

    A très bientôt.

    Clotilde Garcia et François.

    http://clotilde-secrets-marketing.fr

    Des secrets pour vous aider.

    0033677436619
    Le Mas Rouge
    Saint Christol Lez Alès
    30380 France

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.