Tous ruinés dans 10 ans ?

Michael Ferrari Finances personnelles, Résumé de livre 12 Commentaires

Voici la chronique proposée par Mona Lisa du blog Le bonheur pour les nuls du livre de Jacques Attali : « Tous ruinés dans dix ans ? »

Vous imaginez-vous devoir négocier chaque année auprès d’une banque des emprunts égaux à 15 mois de vos revenus simplement pour continuer à vivre ?

Non bien sûr… c’est pourtant ce que fait l’état français d’après l’ouvrage de Jacques Attali : Tous ruinés dans dix ans ?: Dette publique : la dernière chance.

“Serons-nous ruinés ? Sommes-nous en train de ruiner nos enfants ? En France, si un coup d’arrêt n’est pas donné au plus vite à la montée de la dette publique, (…)  la prochaine décennie sera tout entière occupée à subir les conséquences des folies de celle qui s’achève.”

Le ton du livre est donné dès la première page par cet économiste et conseiller d’état honoraire. Alarmiste, il commence par dégager les leçons de l’histoire d’un pays qui n’a pas payé sa dette publique à 6 reprises !

Les 12 leçons de l’histoire de la dette publique

1 – La dette publique est une créance des générations actuelles sur les suivantes. Et ces dernières finissent toujours par la payer.

2 –  La dette peut se révéler très utile à la croissance.

3 – Elle pousse cependant  l’état à créer des instruments financiers  qui seront utilisés contre lui par les marchés par la suite.

4 – Elle est condamnée à augmenter si l’état ne réfrène pas sa tendance naturelle à augmenter plus vite ses dépenses que ses recettes. Et oui, l’état est comme vous et moi :  il dépense plus facilement  l’argent qu’il n’arrive à le gagner (ou le collecter).

5 – Les déficits publics intérieurs et extérieurs sont étroitement liés.

6 – Plus la dette publique est financé par de l’épargne interne, plus elle est soutenable.

7 – Les débiteurs tiennent leurs créanciers autant que ces derniers croient les tenir.

8 – Quand il s’approche d’une crise de la dette, l’état pense en général que sa situation est particulière et qu’il s’en tirera.

9 – Le déclenchement d’une crise de la dette dépend plus de la perte de confiance des marchés que du dépassement de ratios définis et mesurables.

10 – La résorption de la dette passe par 8 stratégies :

  1. plus d’impôts,
  2. moins de dépenses,
  3. plus de croissance,
  4. une baisse des taux d’intérêts,
  5. plus d’inflation (solution presque toujours utilisée),
  6. une guerre,
  7. une aide extérieure,
  8. un “défaut” (c’est-à-dire : on ne paie pas la dette).

Aucune autre solution n’existe.

11 – Presque tous les pays surendettés finissent par ne pas payer leur dette. (Les emprunts Russes, ça vous dit quelque chose ?)

12 – Tout état responsable doit s’interdire de financer son fonctionnement par l’emprunt. Il doit en toute logique limiter ses investissements à sa capacité de remboursement.

Le scénario du pire

La ruine de l’occident est un scénario très crédible. Dans l’ordre ou dans le désordre, il pourrait fort bien se dérouler suivant  ces 4 étapes :

1 – Alourdissement du surendettement

2 – Faillite de l’euro et dépression mondiale

3 – Faillite du dollar et retour de l’inflation mondiale

4 – Dépression et effondrement de l’Asie

Si la démesure de la dette peut déclencher ce scénario catastrophe, il faut pourtant savoir qu’il existe une “bonne dette”. Une dette est bonne lorsqu’elle finance des investissements rentables (infrastructures, équipements collectifs, recherche, formation).

Elle est mauvaise lorsqu’elle fait financer par les générations suivantes :

– les dépenses liées aux générations actuelles (retraites)

– les dommages qu’elle a provoqué à son environnement

Or l’occident, puissance déclinante, emprunte à l’Asie pour maintenir son train de vie, mais pas pour préparer son avenir.

Aujourd’hui, les emprunts annuels de la France dépassent son chiffre d’affaire. Chaque français doit aux créanciers du pays 9 mois de ses revenus. Des réformes ambitieuses et difficiles deviennent plus que nécessaires pour éviter une crise majeure.

Des solutions

La gestion de la dette publique devrait être l’enjeu principal des prochaines présidentielles si on ne veut pas que l’état français devienne incapable de financer le fonctionnement des écoles, des hôpitaux, de l’armée, de la police et du paiement des retraites. Des solutions existent cependant, dont les principes généraux sont les suivants :

1 – Réduire les dépenses publiques,  chasser le gaspillage, avoir un service publique plus efficace.

2  – Augmenter les impôts. La question est alors : lesquels ?

3 – Redéfinir ce qui devrait être à la charge de l’état, et ce qui ne devrait pas l’être.

4 – Instaurer des mécanismes de gouvernance capables d’éviter le retour de la mauvaise dette par une modernisation de la comptabilité publique. La décroissance est toutefois une illusion.

5 – Créer des instruments d’emprunts européens (des “bons européens”) pour aider les pays de l’euro et créer un fond budgétaire européen.

6 –  Transformer le FMI en banque centrale planétaire assurant la liquidité et la solvabilité de tous les états. En effet, avec l’interdépendance des économies mondiales, il n’est plus possible de laisser chacun régler seul se débrouiller avec ses problèmes.

Ce livre peut-il être un cadeau de Noël ?

Tous ruinés dans dix ans ?: Dette publique : la dernière chance est indéniablement une bonne idée de cadeau, mais peut-être pas pour votre mamie.

Le livre est très documenté, argumenté et illustré de tableaux et de chiffres qui étayent son propos. Il est accessible pour quelqu’un qui n’a pas forcément de bagages en économie, mais il faut se concentrer à certains passages.

Si le sujet n’est pas très léger, il incite à rester vigilant sur ce qui se passe actuellement. Et si cette histoire de dette publique vous plombe le moral, passez donc sur mon blog pour y lire des articles du style Le guide du bonheur (version zen), 6 conseils de vie scientifiquement recommandés ou Comment être une personne positive :-).

Commentaires 12

  1. Tres bonne source en plus l’auteur est mon idole, j’ai eu la chance de le croiser quelques fois a Santo Domingo et a l’institut montaigne. Sinon ce n’est pas la dette publique qui risque de causer le retour au moyen age en France dans 10 ans, c’est le manque de poids de l’Europe, au US il peuvent se permettre la coup de la « planche a billet » en Europe ca ne marche pas on se ferait tirer les oreilles par les US et l’Asie. Mais avec une Europe puissante doter d’une armee, d’un gouvernement et une strategie economique commune donc pas l’Europe utopique de Charles de Gaulles ou JMLPen la dette ne serait plus un souci pour l’Europe mais pour les pays emergents.

    Faites attention au lectures techniques, certains ou lu Nietszche et on entendu des voies; Offrir a Attali a belle mamam pour noel peut etre une catastrophe privilegier tout le monde merite d’etre riche ou la semaine de 4H, au moins elle rira un bon coup.

  2. Bien que vos conseils soient pertinents, deux choses sont totalement dichotomique :

    1 – La dette pousse cependant l’état à créer des instruments financiers qui seront utilisés contre lui par les marchés par la suite -> Créer des instruments d’emprunts européens (des “bons européens”) pour aider les pays de l’euro et créer un fond budgétaire européen…

    2 – Refaisons le CV de l’auteur (Jacques Attali) :

    Jacques Attali a été, comme on le sait, l’éminence grise du président Mitterrand dans les années 80. Miterrand très connu pour sa politique d’immigration de masse, où les français ont vu leurs conditions objectives se dégrader (Pression sur les salaires, hausse du chômage…).

    Depuis, il ne cesse de jouer les conseillers Européiste via son fameux « rapport Attali ».

    Or Depuis quelques années, il semble que les Français désapprouvent, en application d’un principe de précaution eurocritique, tout ce qui peut venir de Bruxelles. Il faut donc « nationaliser » la production communautaire et la déguiser en produits locaux, une sorte de remballe sous étiquetage national. La recette est simple : prenez par exemple la Constitution européenne, coupez la en morceaux et donnez lui l’appellation d’origine contrôlée « Fabrication Française » et mettez là de force dans le cabas de la ménagère. Dans le cas qui nous occupe, le déguisement n’est pas très épais, car dès son introduction, le rapport Attali se décrit lui-même involontairement comme la première directive européenne nationale : « Ceci n’est ni un rapport, ni une étude, mais un mode d’emploi pour des réformes urgentes et fondatrices. Il n’est ni partisan, ni bipartisan : il est non partisan. » Jean Monnet n’aurait pas dit mieux.

    En d’autres termes : élus du peuple, passez votre chemin, les spécialistes sont au travail, la politique est une matière trop sérieuse pour vous la confier. Fini les programmes politiques, voici l’ère de la prescription et on ne vote pas sur l’ordonnance de son médecin. Le vocabulaire du rapport est entièrement celui de la post-démocratie bruxelloise. Il n’y s’agit plus de gouvernement, mais de gouvernance. C’est à peu près la même chose, mais sans l’élection.

  3. Plutôt d’accord avec la critique de Spike mais le problème n’est pas le médecin mais ceux qui essaie d’automédicamenter. L’Europe ce n’est pas un choix c’est une devoir de survie et il vient des savants pour une raison simple: si l’on demande a la doxa de choisir entre des investissement sur les sous-marin nucléaire ou des porte avion nucléaire elle aura son avis, mais le problème est qu’un générale est mieux placé pour faire ce genre d’investissement, pourtant cela engage quelques milliards.

    A t on suffisamment de temps pour faire une BD de propagande sur l’Europe….J’en doute; Les Chinois, les Brésiliens et les Saoudiens seront déjà entrain d’acheter le peu d’actifs stratégiques restants sur le territoire comme il l’on fait pour le port d’Athènes.

    Il est important d’armer la France pour pouvoir dire non au types de sociétés qui menace humanisme, république et démocratie. Ce bras armée s’appelle ÉCONOMIE EUROPÉENNE ET GOUVERNANCE EUROPÉENNE. Donc la démocratie c’est bien gentil….

    Sinon Attali est surtout le patron de Attali associé qui pond des rapports pour de nombreuses nations :
    http://www.attali.com/download/RD_RapportFinal_FR.pdf

  4. La france ne devrais pas emprunter au chinois !
    L’état devrais emprunter de l’argent au francais ,
    le japons est plus endetté que la france et s’en porte bien seulement l’état japonnais emprunte a ses citoyens .
    L’épargne des francais est considérée comme l’une des plus grosse d’europe , alors raison de plus .

  5. Merci Mona Lisa!
    Ce genre d’article m’inspire en ce moment. A part voter, je ne me vois pas les moyens de pouvoir faire changer les choses au niveau national.

    Par contre au niveau individuel, il y a des choses à faire pour ne pas s’appauvrir à cause de l’inflation et des changements possibles concernant la fiscalité:
    – protéger son épargne vers des supports plus concrets (immobilier, or, diversification…),
    – diversifier ses revenus (plus facile à dire qu’à faire, même si Michael est un modèle pour nous sur ce point),
    – se préparer à vivre des changements dans les 10 années à venir.

    Si quelqu’un a déjà fait une étude sur le sujet, ça m’intéresse ! 🙂
    ++

  6. Bonjour,
    Petite correction : l’Etat ne paye pas les retraites.
    L’Etat cautionne (se porte garant) le paiement des retraites.

  7. Le système perdure car il a un impact sur les gens malheureux, un homme heureux ne consomme pas.
    Tout le système est basé sur  » la maladie de demain » afin de nous écarter de moment présent et de notre force cosmique afin de nous amener à être de vils consommateurs dépourvus de dignité.

    la société met l’accens sur l’amour de soi au détriment de la diginité.
    Car comment des personnes dignes pourraient faire un travail qu’elles détestent pour quémander une reconnaissance à travers les biens de consommation.

    Tout le monde est en perpétuelle recherche d’approbation et de validation à travers l’argent, possession et contrôle.

    Le problème est avant tout un problème métaphysique car l’individu divisé est une mauvaise compagnie pour lui-même et recherche à l’extérieur sa puissance.

    Cet état est donc sciemment exacerbé par les pseudos experts de la politique et de la finance.

    je pense qu’attali est un avocat du gouvernement mondial .

    http://www.youtube.com/watch?v=e6NbIiRlTN8&feature=iv&annotation_id=annotation_495024

  8. @daniel, j’ai pas tout compris mais je pense en effet que les bloggeur occidentaux qui vivent de vent le font forcement au détriment de quelqu’un qui ne se croisera les bras longtemps.

  9. @leclient

    Je veux dire que la peur est savamment orchestrée afin que l’individu abandonne son autorité à l’argent.
    car il faut dire que ce dernier est devenu le Dieu , voire une Drogue pour tout un chacun.
    Un individu décontracté, dépourvu de peur est un être créatif ,libre et heureux.
    Son intuition est fluide car il ne fait qu’un avec l’univers. Cet état n’est pas bien vu pour les cartels industriels car cette « décontraction » doit être le fruit d’une ingurgitation chimique à travers les tranquilisants, alcohol ect….

    Dans les milieux conpirationniste il y a la triologie; Problème/réaction/ solution.
    Quand une stratégie ne peurt pas être établie directement car les gens s’insurgeraient , on le crée indirectement.

    La mondialisation est une étape vers le gouvernement mondial

    Bref les problèmes artificiels sont sciemment engendrés de par le monde afin que les individus lamba réclament les  » solutions »
    Et la solution finale est l’idélogie du gouvernement mondial, laquelle dans l’absolu est une bonne chose pour des gens autonomes, éclairés, sages et ne vivant plus au niveau du cerveau reptilien, lequel ne réagit qu’à la défense du territoire.

    Mais le problème est que c’est l’avénement d’un ordre mondial basé sur le confort matérialiste et est subi plutôt que voulu par les gens.

  10. Pingback: La révolution bancaire islamique | RIBH, le Journal de la finance islamique

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.