To do list / To stop list

Michael Ferrari Développement personnel 8 Commentaires

« Je l’ajoute à ma To do list » : cette phrase anodine est pourtant devenue une sorte de réflexe. Un truc à faire, hop dans ma liste !

Et si parfois il fallait apprendre à identifier ce qu’il faut abandonner ?

Si vous examinez bien toutes vos activités, il est certain que quelques-unes sont des vestiges du passé et ne contribuent pas à l’atteinte de vos objectifs. Nous continuons parfois à faire des choses par habitudes ou parce que l’on croit que ça nous aide.

Sans une prise de conscience, un sursaut de clairvoyance et une pincée de discernement nous restons condamné à reproduire sans cesse ces activités. Cela va même un peu plus loin : les activités s’accumulent pour occuper l’espace libre (et parfois au-delà).

Voici ce que j’aime faire et que je trouve génial : une To Stop list.

Je passe en revue mes activités régulières et j’identifie celles qui n’ont plus lieu d’être. Une partie de ça est fait pour rester en mouvement, savoir pourquoi on agit. Une autre partie est pour savoir prendre du recul et évoluer car les activités d’hier qui nous ont fait progressé jusqu’ici ne sont pas forcément celles qui permettront d’avancer jusqu’au prochain niveau.

Que devez-vous arrêter de faire ?

Combien de temps pouvez-vous libérer ?

A quoi consacrer ce temps ?

Commentaires 8

  1. Poleon

    To stop list en n°1 : Arrêter les jeux-vidéos 🙁
    Théoriquement je me rend compte que ça bouffe beaucoup de temps, si on veut vraiment profiter d’un jeu, et donc que je dois arrêter. Mais en pratique je n’arrive simplement pas à me faire à l’idée de stopper cette activité qui a bercé toute mon enfance et mon adolescence (j’ai 17 ans).
    Moi qui adore l’histoire ( en fait j’aime tout, la géo , les sciences, les maths, … même la religion…), qu’est ce que j’adore me balader au temps des croisades dans Jérusalem et ‘ m’inspirer’ de cette univers d’une autre manière que celle de mon imaginaire.

    Je pense que je devrais plutôt placer cette activité sur la  » To moderate list »

    Bien que j’ai été accro aux jeux il y a un bout de temps, actuellement, je joue tout autant que je pratique mes autre activités, mais en weekend par exemple, ou j’ai un surplus de temps libre, je pense que jouer 2h30 c’est déjà de trop, et que je devrais profiter de ce surplus pour faire quelque chose de mieux.
    Rhaaaaaaaa c’est compliqué la vie >.<

  2. lamenapatrimoine

    Stop-list

    Ceci est un débat intéressant, je vais parler d’activité professionnelle, une branche qui touche aussi la stop list

    La question essentielle, lorsqu’on gère sa propre structure, c’est de savoir ce qui peut etre externaliser =stop list ou non.

    La réponse: ca dépend du temps t où on se situe.
    Exemple:
    à temps t= 0, on peut être amené à embaucher » un service de prise de rdv » , pour lancer la société.
    à un temps t+1, le »service de rdv » n’est plus adéquat; la qualité de prestation génère beaucoup de recommandations .

    L’ideal, c’est de se remettre en question à une fréquence temps bien défini car la clé de la stop list dépend du rapport qu’on a au temps.

    Le grand intérêt de la stop list: augmenter de manière exponentielle son efficacité par rapport au temps.

    Le temps a une valeur infini, l’argent, lui est par contre illimité.

  3. Caroline P.

    Tout a fait, c’est une facon de revenir a l’essentiel. Et a vouloir trop en faire, on s’epuise et on s’eloigne de ses objectifs a long terme. 🙂

    Le but ultime est, je pense, de ne meme plus noter les projets poubellisables dans une liste « a faire » mais les oublier tout de suite !

    Attention : c’est dans un but de s’alleger l’esprit et non pas se fermer des portes (la « Grosse Liste » de Michael etant un super moyen de se creer des objectifs a tres long terme completement dements mais la « 4 hour workweek » nous ramene a la simplicite du quotidien)

    Dans ma to-stop list (et effectivement arrete) :
    – trainer sur youtube (remplace par me lever une heure plus tot pour bouquiner),
    – finir a tout prix les livres chiants/inutiles (si ca l’est, je survole et hop, au suivant),
    – trop vouloir en faire (remplacé par une resolution raisonnable par mois)

  4. Yoann Romano

    Hello,

    Certain appellent ça la procrastination pro-active : procrastiner OK, mais seulement sur ce qui n’est pas important et doit être abandonné. C’est très efficace.

    Yoann

  5. Boutique cravates Areyouchic.com

    Effectivement ! J’adhère au concept, après la « Todo list », la « To stop list », c’est la suite logique …

    Cependant, attention à ne pas vivre trop dans l’optimisation, cela tue le plaisir et nous ne sommes pas des machines, les loisirs, la réflexion, échanger avec des gens sans attendre de retour, s’égarer … font partis de la vie !

  6. Nico

    Ma to-stop list :

    -Facebook (quitté il y’a peu, que ça fait du bien, le temps qu’on perd dessus est phénoménal ). Sérieusement, le conseil que je peux donner à tout le monde c’est de quitter ce truc^^

    -Msn , quelques heures le soir c’est suffisant, ou se mettre en absent et trié a qui on parle.

    -Les jeux vidéo aussi (stopés, de temps en temps pour se détendre (moins d’une heure par semaine en ce moment, voir 0)

    -Trainer sur des sites inutiles (la liste est longue)

  7. bio38

    Je ne sais pas exactement où j’ai lu ceci  » la perfection égale paralisie ». Je pense que la meilleure méthode est de tester.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.