Startbreakingfree.com : Quelqu’un que j’admire en ce moment

Michael Ferrari Développement personnel Laissez un commentaire

Aujourd’hui je voulais vous parler de quelqu’un dont je suis les aventures et que j’admire.

Brian Armstrong est l’auteur du blog Startbreakingfree.com (anglais), voici son parcours en quelques mots :

Brian a fait des études après lesquelles il s’est trouvé un bon boulot bien payé dans une grosse entreprise mais il réalisa 2 choses :

  • il ne deviendra pas riche ainsi,
  • il avait un besoin énorme de liberté, il ne voulait plus louer son cerveau en l’échange d’un salaire.

Sa réponse fut de quitter ce boulot mais cela n’arriva pas tout de suite. Comme tout le monde, il mis du temps à se décider, faisant l’expérience de l’angoisse du lundi matin à de nombreuses reprises.

Il avait peur de se lancer et d’être ridicule en annonçant qu’il partait de son emploi « bien payé » et surtout il avait peur de tout perdre et de se retrouver à pointer à des agences d´interim ou d´emploi.

Petit à petit, il se transforma en passant par plusieurs étapes. Tout d’abord, il commença à côtoyer des gens qui entreprennent et qui ont un minimum de réussite au lieu de trainer avec ses collègues de boulot et leur mentalité de salarié. Il réalisa qu’il valait mieux essayer même si ça ne marchait pas pour ne pas avoir de regrets dans 50 ans. Il compris aussi que s’il se loupait, la situation serait réversible et il pourrait retrouver un autre boulot.

Brian Armstrong travaille sur plusieurs projets. Évidemment, tous ne réussissent pas mais l’un d’entre eux prend de l’ampleur, il s’agit de University Tutor qui permet à des étudiants de trouver professeur. Libéré, il écrit un livre où il raconte son aventure et sa transition entre ses 2 vies ( Breaking Free).

Plus récemment, il a investi dans une propriété qu’il a retapé et mis à la location. La sélection et la transformation du bien sont racontées sur son blog, c’est simple et efficace.

Il vit actuellement à Buenos Aires en Argentine. Pour s’y installer, il a vendu toutes ses affaires et est parti avec son ordinateur portable de Houston, USA. Il pratique ainsi ce que peuvent se permettre ceux qui gagnent de l’argent sur internet (et qui sont indépendants, pas à la tête d’une entreprise) : l’arbitrage géographique, c’est à dire le fait de choisir son lieu de vit en fonction du coût de celui-ci. Ainsi, il sera bien plus agréable de vivre avec 1500 € à Buenos Aires (surnommée le Paris du sud de l’Amérique) qu’à Houston.

De son appartement en Argentine, il a lancé FeedmailPro.com, un service d’envoi d’email pour les bloggeurs. Il a mis au point le site en quelques jours pour proposer une alternative à Aweber, la société N°1 de marketing par Email qui facture lourdement ses services.

L’un des principaux avantages de sa solution, c’est qu’il est possible d’importer une liste de contact sans avoir à redemander l’accord à l’ensemble des contacts. John Chow, un bloggeur américain qui dit gagner 40 000 $ par mois avec son blog, raconte qu’il avait fait l’erreur de transférer sa liste de contact d’une entreprise à l’autre et qu’il en avait perdu une très grosse partie de ses inscrits qui n’avait pas revalidé leur inscription. Accessoirement, son service n’est facturé que 10 € / mois, indépendamment du nombre d’emails envoyés (ces services sont traditionnellement facturés sur ce critère et proportionnellement ce qui rend la chose très chère lorsque la liste grossit).

Je me sens très proche de son aventure pour avoir moi aussi quitté un boulot bien payé et être parti à l’étranger.  J’imagine qu’il existe de nombreuses histoires de ce type ailleurs et c’est le côté « magique » d’internet.

Je trouve aussi un intérêt énorme à lancer un site dans le monde anglophone. Si la concurrence y est plus rude, l’atteinte d’une masse critique est plus facile. En français il est plus difficile d’atteindre un niveau permettant de vivre avec un seul petit site en quelques mois en étant tout seul.

On retrouve de nombreuses caractéristiques « Internet Génération Y » dans ses projets :

  • projet démarré seul
  • pas de bureau, travail depuis la maison
  • aucune dépense de démarrage si ce n’est le strict minimum : nom de domaine, hébergement, frais de création de structure
  • concept simple
  • mise en œuvre rapide
  • adaptation du projet en fonction des retours terrains
  • si ça ne marche pas, on laisse tomber et on passe au suivant

Si vous souhaitez vous lancer et créer quelque chose, ce modèle est le plus simple à suivre sur internet. Comme je le disais, en France il sera certainement nécessaire de trouver un partenaire pour démarrer et des fonds par la suite car l’effort à fournir pour faire connaitre son projet est beaucoup plus important. (qu’en pensez-vous ?)

Brian Armstrong se débrouille très bien avec le côté technique mais sans être ingénieur informatique dans l’âme, vous pouvez vous lancer en prenant en compte le fait que 3 rôles doivent être assumés dans votre projet : visionnaire, manager et technicien comme le décrit si bien The e-myth. Si vous n’êtes pas le technicien, vous pouvez prendre en charge les 2 autres rôles et trouver un technicien.

Alors, vous commencez quand ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.