Se mettre au travail

Michael Ferrari Esprit riche 6 Commentaires

« Démarrer est la première étape » est l’une des phrases les plus courantes dans le développement personnel ce qui en fait logiquement un cliché éculé 🙂 Si l’on essaie de dépasser les phrases toutes faites, on arrive rapidement à un constat dont vous avez peut être fait l’expérience. Ce qui est difficile, ce n’est pas de démarrer ou non, c’est de savoir pourquoi on fait les choses : c’est d’avoir et de suivre un objectif.

D’un certain point de vue, se poser la question de démarrer c’est déjà apporter une partie de la réponse : « laisse tomber ». Pourquoi chercher des raisons de démarrer si cela ne parait pas évident ? Même s’il faut parfois expérimenter avant  de pouvoir comprendre ou appréhender un sujet et le transformer en quelque chose qui vous anime, je pense que c’est une règle qui fonctionne bien. Celui qui a un objectif précis ne se posera pas la question de « Faut-il que j’aille habiter à Paris ou que je reste dans ma ville natale ? ». Des attentes différentes mènent à des choix différents : quelles sont les vôtres ?

La raison de cette confusion est simple. Nous avons tendance à vouloir suivre des tendances ou des chemins sans vraiment vérifier que cela nous correspond. C’est l’histoire de celui qui fait médecine de son plein gré pour rester dans le schéma familiale mais qui se rend compte lorsqu’il commence à exercer que ce n’est pas « son » choix ni ce qui l’éclate (l’un expliquant probablement l’autre). Il est ainsi facile de se laisser éblouir par une idée et de la suivre pour un jour se rendre compte que finalement ce n’était pas ce que l’on souhaitait.

Aussi, l’idée de « démarrer » a ceci de bon qu’elle pousse à l’action. Choisir médecine n’est pas une décision sur laquelle on va réfléchir pendant 3 ans, il faut choisir pour avancer et l’on choisit avec les informations que l’on a au moment où l’on prend sa décision. Il est d’ailleurs souvent difficile de justifier et d’expliquer des décisions que l’on regrette après coup car maintenant que l’on en sait plus, tout parait évident.

Mais en ayant démarré, on fait un pas en avant en espérant que la direction est la bonne. L’exemple type, c’est ce blog que l’on démarre et où l’on doit écrire mais pourtant on a toujours une bonne raison de ne pas le faire : il faut faire le ménage, la cuisine est mal rangée, il fait beau dehors, Oh le miel et les abeilles repasse à la TV, Starcraft 2 est sorti… Nous vivons dans un monde fini mais lorsqu’il s’agit d’excuse nous entrons dans l’infini : c’est là que seront perdus vos projets.

Se mettre au travail est alors un mélange entre action et orientation. Il faut agir car on ne peut pas attendre de tout savoir avant de décider : ça n’arrivera jamais. Mais il faut aussi orienter son choix pour qu’il résonne en nous. Orienter son choix est assez instinctif mais voici quelques éléments que je trouve intéressants pour bien orienter une décision :

  • A quel point pourriez-vous défendre votre choix contre la critique ?
  • Est-ce qu’il provoque des émotions positives ?
  • Est-ce qu’il réduit ou rend négligeable certains risques que perçoivent les autres ?
  • Est-ce que ça semble être une aventure intéressante ? (Avoir l’impression d’être à la place de Marty McFly dans Retour vers le futur ou Luke Skywalker dans Star Wars)

Que faire si vous n’avez aucun projet qui passe le test ? Choisissez le moins pire et avancez. N’attendez pas d’être frappé par une passion un beau matin pour vous dire que c’est le moment. Le moment, c’est aujourd’hui. Faites avec ce que vous avez, saisissez votre chance de progresser et de devenir la prochaine version de vous-même.

Commentaires 6

  1. Xavier

    Le meilleur moyen de rester motivé et de ne pas se trouver d’excuses est d’avoir des points de résultats concrets atteints et à atteindre.

    Pour cela il est important de définir des étapes, aussi modestes soit elle à difficulté progressives à court et moyen terme (le long ne sert à rien) qui débouchent sur un résultat concret et mesurable avec un petit challenge à la clé (réussir quelchose de nouveau, quelle satisfaction !).

    A chaque résultat atteint, une émotion nous remplit systématique d’une énergie, et c’est le plus important, nous générant plus de confiance en soi et nous poussant alors à vouloir atteindre le résultat suivant avec encore plus de motivation.

    Par exemple le fait de voir augmenter ses revenus adsense par palier atteint donnent envie d’aller plus loin libérant aussi au passage une énergie créatrice qui vous donnera la force sans avoir à y penser de trouver des solutions (et je sais de quoi je parle concernant adsense ayant déjà atteint un résultat à 4 chiffres, l’argent qui monte étant le résultat certainement le plus motivant n’en déplaise aux anti-matérialistes).

    Le tout est de définir intelligemment et de façon ambitieuse mais aussi réaliste les étapes à atteindre avec une bonne stratégie, mais ça c’est encore autre chose car une bonne stratégie demande beaucoup de discernement …

    D’où l’intérêt de bien investir dans sa stratégie en passant par un expert reconnu au moment de monter en puissance. En revanche faire appel à un coach dès le début ne sert à rien au contraire il faut déjà être dans une dynamique d’optimisation donc avoir démarré et atteint les premières étapes. (et non je ne suis pas coach …)

  2. pascal

    Bonne piqûre de rappel.

    En parlant de se mettre au travail, que deviens ton site avec la méthode zen ?

    1. Post
      Author
  3. Ali

    Pour se mettre au travail, il y a 2 composantes essentielles : le TEMPS et l’ENERGIE.
    Il est bien difficile aujourd’hui de bien gérer ces 2 éléments.
    Pour le temps, nous avons besoin de méthode (GTD…) pour bien le gérer.
    Pour l’énergie, c’est comme le temps ça se gère (sommeil, sport, alimentation…)
    Mais l’un ne va pas sans l’autre. Si on a du temps mais pas l’énergie alors on ne peut pas se mettre au travail. Si on a de l’énergie mais pas le temps alors….

  4. Xavier

    Se mettre au travail n’est pas une question de temps, car si on n’a pas le temps c’est que justement on travaille …

    Quand on a du mal a se mettre au travail il y a 2 raisons possibles :

    – soit on n’est pas intéressé par ce que l’on fait
    – soit on a peur de réussir (système quand tu nous tiens …)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.