Rapport sur l’investissement locatif 2008

Michael Ferrari Investissement immobilier Laissez un commentaire

Un rapport a été publié sur le site du  gouverment et fait le bilan de l’investissement locatif.

Il date de février 2008 et vaut le détour.

Premièrement il vous permettra d’avoir une présentation historique de l’ensemble des différents dispositifs ayant été pondu par nos dirigeants (Méhaignerie, Périssol, Besson, Robien, Robien recentré et Borloo populaire).

Ensuite il donne des chiffres assez précis sur le succès et le coût des différents dispositifs.

Par exemple la page 14 donne les chiffres de la construction. Nous sommes aujourd’hui à un niveau jamais égalé.

La page 24 parle des la rentabilité à priori de chacun des dispositifs et la page 28 concerne la rentabilité à posteriori. Après le pic du Robien version 2003 c’est la chute !

« Dans le cadre des dispositifs Méhaignerie et Quilès-
Méhaignerie, la valeur actuelle nette des investissements est même négative, leur taux de rentabilité
interne étant inférieur au taux sans risque. Au premier abord, les perspectives de rentabilité a
priori étaient donc plus faibles. »

« On remarque d’abord que les indicateurs de résultat peuvent être très différents de l’approche
consistant à mesurer la rentabilité a priori. L’écart est lié à la situation du dispositif dans
le cycle des prix de l’immobilier. »

Autrement dit, les investissements effectués lors de la bulle immobilière de 1991 ne sont pas rentables. Ceux effectués de 1997 à 2003 le sont encore mais après cette période la question n’est pas tranchée.

« Le Quilès-Méhaignerie, en offrant des avantages fiscaux supérieurs au dispositif précédant,
a au final, une rentabilité beaucoup plus basse du à la baisse des prix du marché les années
suivant sa mise en application. »

« Si l’on compare la rentabilité a posteriori des dispositifs précédents avec la rentabilité a
priori des dispositifs les plus récents, avec des hypothèses de croissance immobilière moins
favorable, le Robien recentré et le Borloo populaire présentent des taux de rentabilité
interne moins intéressants que les dispositifs passés
(mis à part le Quilès-Méhaignerie),
même si les opérations reste rentables. La simulation d’investissement type réalisée en
Ile-de-France en Borloo populaire affiche une rentabilité proche de celle que produirait
l’investissement sur les marchés financiers
. »

La conclusion apporte quelques éléments intéressants :

Troisièmement, les choix de localisation des logements faits par les investisseurs n’apparaissent pas, au
vu des études réalisées dans ce rapport, comme parfaitement satisfaisantes. En effet, une part significative
des investissements est réalisée dans des zones dont la tension du marché est faible ou intermédiaire.
On peut s’interroger sur un ciblage des dispositifs à certaines zones dont le marché immobilier est
considéré comme suffisamment tendu pour justifier une aide fiscale de l’Etat.

Le rapport se trouve sur le site du gouvernement.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.