Qui sont vos conseillers ?

Michael Ferrari Esprit riche 8 Commentaires

Qui vous conseille lorsque vous achetez un appareil photo numérique ? Un livre ? Une maison ? Des actions ?

Quand vous demandez des conseils à un membre de la famille ou à un ami pour un gadget high-tech, vous le faites parce que vous savez que cette personne est experte dans ce domaine et surtout qu’elle n’a aucun intérêt à vous orienter vers un produit particulier. Quand vous faites la même démarche pour une maison ou des actions, pourquoi alors faire confiance à un agent immobilier ou à votre banquier ?

Pensez vous que votre agent immobilier va vous donner ce qu’il a de mieux au meilleur prix ?

Une étude a prouvé que 75% des conseillers de banques n’ont jamais investi en bourse un euro en bourse. Ces conseillers n’ont pas d’intérêt à vous conseiller les même produits, ils doivent avant tout vous vendre quelque chose pas plus qu’ils n’ont de temps pour étudier le marché.

Dans ces 2 cas il y a une forte asymétrie d’informations. Autrement dit votre agent immobilier ou votre banquier ont plus d’informations que vous. Votre agent immobilier sait sûrement (si c’est un bon !) :

  • le dernier prix auquel souhaite vendre le vendeur

  • le temps depuis lequel son bien est en vente

  • le temps qu’il est possible d’attendre (financièrement)

  • si le vendeur sera obligé de vendre à terme

  • la véritable histoire de la maison

  • les vrais prix de vente dans le quartier

Vous pensez faire le poids ? Bref, réfléchissez et déterminez ce que vous voulez. Trouvez un maximum d’informations, notamment sur internet.

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, retenez ça.

Commentaires 8

  1. C’est vrai que si on prenait plus le temps de se renseigner avant d’acheter, on remarquerait mieux les bonnes et les mauvaises affaires !

    Bon continuation à ce blog !

  2. Tout dépend également du niveau du fonds de commerce dans lequel ton banquier te place (car une banque est une entreprise commerciale, ne l’oublions pas.)
    Exemple 1: tu as de bons revenus, réguliers, et un petit patrimoine. Il y a des chances que tu sois reçu par un conseiller patrimonial, voire un chargé d’affaires. Dans ce cas, le souci du type, c’est de te fidéliser, pas de te refourguer un produit. Il va miser sur ton avenir, sur tes projets immos, financiers, etc etc.. Et il sera le meilleur pour te conseiller, puisqu’il a le souci d’autoformation, de satisafaction du client et de croire en l’avenir de celui-ci.
    Exemple 2 : tu as des revenus bas voire moyens, pas de patrimoine, un avenir incertain, alros tu vas être reçu par un conseiller lambda. Alors, ce conseiller aura pour mission de te vendre des produits à forte valeur ajoutée pour la banque (ass-décès, abo’net, etc etc…) Et là, oui, son souci, c’est le chiffre car son chef d’agence le taraude tous les lundi matin avec des tableaux.

    Je dis cela car je suis chargé d’affaires dans une banque (à l’enseigne avec des étoiles, dans un département plein de soleil près du Brésil) et je travaille dans cette optique. Alors oui, je n’ai jamais boursicoté car je n’y crois pas vraiment et que je préfère mettre mes billes dans un panier sûr. ce n’est pas pour autant que je ne m’y intéresse pas et que je conseille mal mes clients. Au contraire. Je fais en fonction de leur envie, de leurs besoins et de leur capacité. Il m’est arrivé de perdre des affaires, pour avoir conseillé à des clients de ne pas faire !! Mais avec le soutien de ma hiérarchie, car une banque préfèrera sauvegarder son image que de courir après les profits.

    Sinon, ton blog est sympa.

    😉

  3. Récemment, je voulais vendre mes actions… ma conseillère n’a jamais voulu, disant qu’elle même en possèdait et que c’était pas le moment (elle faisait +9% en 1 mois!). Aujourd’hui, 6 mois plus tard, elles ont perdu 25%. Merci Banquière!

  4. Post
    Author

    @fred : merci pour ton retour « de l’intérieur ». De manière générale tu remarqueras que mes 2 bêtes noires sont les banquiers et les agents immobilier. Même si je pense que la plupart sont nuls ou incompétents, je sais qu’il y a des bons (et ton raisonnement mais fait penser que tu fais partie de la deuxième catégorie). Je sais que c’est une profession où le conseiller doit souvent choisir entre les intérêts de son client et ceux de sa banque et que ça n’est pas facile…
    Mon propos est du coup de conseiller les gens de faire attention à leurs propres intérêts et de ne pas attendre que quelqu’un d’autre le fasse pour eux 🙂

    @Pik@ : la bourse c’est la loterie, j’y reviendrais plus tard !

  5. A Pik : dis toi qu’elle aussi à sûrement perdu 25%.
    Je dis souvent à mes clients : « Avez vous la trésorerie nécessaire pour placer en Bourse ? Quelles sont vos lectures entre 7h et 9h du matin ? Investir, Boursorama.com ou Voici et Gala ? ».
    Ce sont des bons indicateurs, crois moi.
    Ou alors, il existe différents marchés, diférents placements, qui a défaut de rapporter 10% sur un mois, en rapporte 4.5 ou 5, capé ou pas.

    @ Micka : merci du compliment. Je pense pas faire partie des bons ou mauvais banquiers. J’aime rentrer chez moi en me disant que le client a dit à sa femme (ou inversement), M. Untel m’a super bien aidé sur ce financement, placement, ou autre. C’est une satisfaction personnelle. Et je pense que c’est pour cela que je suis arrivé à un tel poste, avec de telles responsabilités.

  6. « Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, retenez ça. » très bien dis !

    bienvenue a moi sur ce magnifique blog : ))

  7. Article pas très sympa avec nous, les conseillers en immobilier. Mais, il est vrai, que beaucoup de pro dans le domaine de l’immobilier ne sont pas à la hauteur des exigences de ce métier. D’ailleurs, les vendeurs ne sont pas dupes, ils essaient souvent de vendre par eux-même.
    Cordialement, Roger

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.