Pourquoi vous prenez de mauvaises décisions avec votre argent (ou pourquoi vous n’en gagnez pas plus)

Michael Ferrari Psychologie de l'argent, Réussite et succès Laissez un commentaire

Si vous avez déjà fait un mauvais placement ou perdu de l’argent ou tout simplement si vous ne gagnez pas assez d’argent lisez ceci.

J’ai eu le privilège d’observer des centaines de fois les autres faire des erreurs. Ce n’est pas parce que je suis meilleur ou parce que je ne fais pas d’erreur mais uniquement parce que je prends quelques instants pour vraiment observer, analyser et remonter à la source. Et cela m’aide beaucoup à améliorer mes propres décisions mais aussi à aider les clients que je coache.

Cette source, c’est ce que provoque une mauvaise décision comme acheter trop cher un appartement en De Robien dans une zone où il n’y a aucune demande, de choisir d’acheter des titres d’une entreprise qui va chuter de 80 %. Cette même source vous empêche d’aller négocier une augmentation alors que vous savez pertinemment que vous êtes moins bien payé que les autres. Elle vous retient de changer d’entreprise alors que votre carrière est au point mort. Ces décisions vont faire que votre entreprise va stagner, que vous n’allez pas trouver de nouveaux clients qui vous permettront d’avoir le niveau et le style de vie que vous souhaitez.

La première source d’erreur c’est bien entendu l’information. Etre informé, avoir consacré du temps avec d’y consacrer son argent. Avoir fait ses devoirs, ses vérifications. C’est la première source mais elle n’est pas suffisante.

Vous pouvez avoir les « meilleures » informations et obtenir de mauvais résultats, avoir une performance décevante. Si nous étions des êtres rationnels, l’information serait suffisante. Les gérants de fonds obtiendrait de meilleurs performances que la moyenne car ils y consacrent tous leurs temps alors que plusieurs études dont une citée dans mon livre prouve qu’environ 2% des fonds arrivent à battre durablement le marché. Sont-ils mal informés ? Alors pourquoi sont-ils si mauvais ?

Nous payons, parfois cher, pour obtenir de l’information de qualité. Et ce qui est triste d’une certaine manière c’est que la qualité de l’information n’est pas directement liée à la qualité de la performance que vous allez obtenir. Il peut même arriver qu’avec une mauvaise information vous preniez une décision qui s’avère meilleure que ce que vous aviez initialement prévu.

Il est nécessaire de chercher sans cesse à améliorer son éducation financière et la qualité de l’information mais ce n’est qu’une face de la pièce.

L’autre face de la pièce

L’autre aspect des choses, c’est vous. Vos émotions. Votre côté irrationnel dont vous niez l’existence la plupart du temps. Mais non ce n’est pas de votre faute si votre salaire n’a pas progressé depuis 5 ans. Mais oui c’est la faute du méchant banquier si vous avez laissé des plumes sur l’action Eurotunnel. Bien entendu c’est la faute de l’URSSAF si votre business a fait faillite.

Si vous prenez quelqu’un ayant acheté un De Robien 20 % au dessus du marché à un emplacement où il n’y a aucune demande, il va vous justifier son achat. Il  va vous donner sa rationalisation de sa décision. L’information de départ n’était peut-être pas mauvaise. « Il faut investir dans l’immobilier », « investir c’est bien, défiscaliser c’est mieux », « c’est une belle région »… mais son application est désastreuse.

L’autre face de cette pièce, c’est vous. Ce sont vos scripts invisibles, ceux avec lesquels vous traitez l’information. Vos scripts contiennent vos peurs, vos espoirs, vos rêves. Ils vont totalement modifier le sens de l’information que vous allez obtenir.

Une partie de cela n’est pas de votre faute. Vous êtes influencés par d’autres facteurs. Vos proches. Celui qui donne l’information, la manière dont il l’a présente. Ce que vous lisez. Qui vous écoutez.

L’autre partie est entièrement de votre faute car c’est vous qui signez le chèque. C’est vous qui ne demandez pas à être augmenté. Vous ne pouvez pas contrôler ceux qui vous influencent mais vous pouvez contrôler vos actions et vos décisions. Vous avez le choix de jeter votre télévision. De choisir de vivre une vie riche.

Comment prendre de meilleures décisions et gagner plus ?

Réduire le risque passe par plusieurs outils.

1- Vérifiez la qualité de l’information que l’on vous donne. Lorsque je m’étais amusé à allez voir Pépito (pas le roi du gateau, le roi de la défiscalisation en or) l’information qu’il m’a donné était fausse. Il me soutenait que « une société qui gère un hôtel avec des chambres en LMNP ne fait pas faillite » ce qui défierait la loi de la gravité. Il m’aurait soutenu que l’on pouvait construire en commençant par le toit si cela servait son argumentation. Et son pouvoir de conviction (il fait cela toute la journée) est fort.

2- Demandez autour de vous un avis avec l’intention d’écouter la réponse. Lorsque quelqu’un me demande ce que je pense de ses décisions, la manière dont il pose la question m’en dit long sur ce qu’il est prêt à entendre. Ne cherchez pas à obtenir une confirmation que vous avez bien fait (ou au contraire que vous faites toujours mal). Ecoutez vraiment la réponse.

3- Observez votre raisonnement. Est-il 100 % rationnel ? (Si vous répondez oui c’est que vous êtes le fils spirituel de Warren Buffett) Le meilleur outil est de tenir un carnet de bord de vos décisions.

4- Faites-vous aider. Ici, vous ne demandez pas un avis sur l’une de vos décisions. Vous allez chercher à décortiquer vraiment vos scripts invisibles pour améliorer vos décisions. C’est exactement ce que fait un coach. Il vous aide à faire évoluer votre vision du monde.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.