Pourquoi les tueurs en série ressemblent à « Monsieur tout le monde » ?

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Psychologie de l'argent, Réussite et succès Laissez un commentaire

C’est arrivé des dizaines de fois. L’actualité et les journalistes avides de nouvelles pouvant jouer sur la corde de la peur nous les livrent régulièrement.
Les histoires de meurtres ou d’assassinats renvoient à quelque chose de tout à fait effrayant : le fait que, à une certaine distance, tout le monde semble normal.

Et à chaque fois, les mêmes choses sont racontées sur ces tristes faits divers : « c’était quelqu’un de très poli », « il était sympathique, bonjour, bonsoir »…

Avez-vous un tueur en série dans votre équipe ou dans votre entreprise ? Est-ce qu’un proche est en train de vous tuer à petit feu ?

Je suis sérieux, il n’est pas possible de rester sans rien faire. Non pas pour des supposées questions de sécurité auxquelles vous ne pouvez rien faire mais pour votre business, pour votre vie (attention pas d’amalgame, votre business n’est pas votre vie!).

Que se passerait-il si vous appreniez qu’en fait quelqu’un, sous couvert de bonjour/bonsoir, est en train de vous assassiner et de brider votre potentiel ?

Personne n’aime les surprises de ce genre. Les surprises arrivent parfois. A chaque fois, ça fait mal « comment ai-je pu ne rien voir ? » sera l’une des premières questions qui va se poser.
Pourtant qu’est-il possible de faire ? Comment éviter de tomber des nues ? Est-il possible de prévenir la chose ?

Oeil ouvert, esprit ouvert et préjugés de côté

Ce qui est certain, c’est que ces évènements se répètent et ne cesseront d’arriver. Et c’est vraiment l’idée centrale derrière ce concept : à une certaine distance, personne n’a l’air d’un tueur en série. Pire, certain en ont l’air mais sans en être.

Vous devez garder à l’esprit que tout ce qui est habituel nous rassure. C’est un comportement humain, automatique et contre lequel il faut parfois lutter.

Par exemple, dans l’esprit de beaucoup de personnes âgées, un jeune en jogging est un délinquant. Est-ce que le port du jogging a un rapport avec le fait d’être délinquant ? Pas vraiment. Il est plus probable qu’il s’agissent d’un sportif, chose que peu de personnes âgées pratiquent, ou simplement de quelqu’un qui aime à se promener en jogging (les goûts et les couleurs…).

Et ce côté rassurant nous pousse à associer les mêmes évènements/comportements avec la même idée que l’on a déjà préconçues.

L’illusion c’est de croire qu’à chaque fois que vous voyez ce jeune en jogging, vous réfléchissez et vous arrivez à déterminer que c’est un délinquant. C’est totalement automatique.

L’origine de ces associations n’est pas simple à déterminer mais vient généralement des idées que vous entendez ou de votre expérience.

Quoi qu’il en soit, si vous voulez vraiment repérer qui est un délinquant, il est préférable de savoir comment se comporte un délinquant et de chercher ce comportement chez la personne en question.

Je vous recommande même de prendre un recul maximum sur la situation en imaginant qu’une 3 ème personne observe la scène. Mettez-vous dans la peau de cette 3ème personne et essayez de décrire la scène.

Si vous êtes actif dans l’appréciation de la situation, vous êtes plus à même d’avoir une vision lucide de ce qui se passe.

J’ai réunis un certain nombre d’actions simples : Comment débusquer un « tueur en série »

1. Ne faites pas de suppositions sur le comportement ou la motivation des gens. Demandez. Discutez. Il y aura toujours plus d’informations dans une discussion que dans vos suppositions. Bien souvent justifier le comportement de quelqu’un est une perte de temps.

2. Écoutez votre instinct. C’est lui qui vous dira si lors d’une rencontre quelque chose ne tourne pas rond.

3. Soyez attentif à ce qui préoccupe les autres. Si vous essayez de les impressionner avec vos histoires, vous les feraient fuir. Restez proche des gens et à leur écoute.

4. Faites confiance mais vérifiez.

5. Aider les gens à mieux se sentir. Un compliment fait toujours plaisir. Soyez quelqu’un à qui l’on veut parler. Inutile d’être un « je laisse ma porte ouverte » et d’avoir l’air d’une porte de prison. Être disponible est un moyen pour désamorcer un conflit.

6. Étudiez le comportement type que vous souhaitez reconnaître. Soyez un « profiler ».

7. Désactivez volontairement votre auto-pilote.  Essayez de porter un jugement objectif.

C’est plus courant qu’on ne le pense. voir : Est-ce que les salariés loyaux et fidèles existent encore ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.