Pourquoi les managers ne sont pas des leaders ?

Michael Ferrari Management et leadership 16 Commentaires

Leader ou manager ?

Chacun son rôle après tout mais ceux-ci sont totalement différents. Il était une fois un manager qui se prenait pour un leader : il pensait avoir une vision alors il n’avait fait que suivre la procédure que tout le monde connait. Il se pensait visionnaire alors que tout le monde le voyait comme un exécutant sans imagination.

C’est aussi l’histoire du chef d’entreprise prit dans le quotidien et qui passe son temps à faire le manager et parfois même le micro-manager : donner des instructions à chacune des personnes, vérifier le travail au quotidien, gérer les plannings alors que les employés attendent juste de savoir où ils vont et d’être inspirés et motivés.

N’est pas leader qui veut

Ces 2 notions, ces 2 compétences, ne se trouvent généralement pas dans une seule et même personne. Typiquement un chef d’entreprise doit jouer le rôle de leader : inspirer ses employés, donner un sens à l’entreprise et montrer la direction à suivre.

Il est défini comme« Une personne ayant une influence démontrable sur la syntalité du groupe ».

Le leadership est un domaine assez vaste et il ne faut pas croire qu’il se résume à quelques caractéristiques comme le fait de susciter l’adhésion ou de prendre la responsabilité des choses. Il existe des styles de leadership et des situations de leadership particulières (on parle de phases de leadership ou leadership de situation).

Le manager, lui, est dans l’opérationnel. Il ne fait pas les choses mais il supervise ceux qui font. Il contrôle, fait des rapports, écoute, conseil et appuie les équipes pour qu’elles avancent.

Nous avons tendance à mélanger les 2 alors que les leaders sont beaucoup moins fréquents que les managers.

On dit souvent qu’on nait leader et qu’on devient manager. Bien souvent les leaders ne sont pas de bons managers : ils sont bordéliques, mal organisés, ont parfois du mal à communiquer de manière opérationnelle.

Bien entendu rien n’est écrit et des leaders peuvent se révéler.

Le leader va utiliser son influence, le manager utilisera son pouvoir.

Le leader demande pourquoi, le manager demande quoi.

Le leader innove et crée, le manager copie et reproduit.

Le leader remet en cause le système, le manager accepte et cautionne le système.

Le leader fait les bonnes choses, le manager fait les choses biens.

Il existe des tas d’autres exemples pour illustrer les différences entre ces 2 comportements !

Apprenez à reconnaître les leaders des managers

J’ai eu l’occasion de travailler dans plusieurs petites entreprises et il arrive parfois qu’il n’y ait pas de leader, ni de manager, vous savez ces entreprises où ce sont des techniciens réunis entre eux. Je ne sais pas si vous avez déjà eu l’occasion de travailler dans ce genre de contexte mais je vous assure que c’est monotone : aucune vision, juste un travail quotidien sans véritablement d’objectif. J’ai aussi travaillé dans de très grandes entreprises. Ici, il y a souvent surabondance de managers à tous les niveaux et l’accès aux leaders est difficiles.

Voulez-vous être mené ou être managé ? La réponse entraine des conséquences importantes et vous ne serez pas à la recherche du même type d’entreprise. Les petites entreprises sont souvent mal managées (manque de niveau intermédiaire) mais elles permettent ainsi de pouvoir accéder facilement au leader. Elles requirent donc des personnes plutôt autonomes et intrinsèquement motivées. Les grandes entreprises elles, apprécient les leaders mais il est souvent difficile de se faire une place en tant que tel. Le manque d’autonomie est beaucoup plus accepté et géré dans les moyennes et grandes structures.

Posez-vous la question lorsque vous postulez pour un poste ou lorsque vous rencontrez une personne dans le milieu professionnel.

C’est un éclairage que j’ai toujours trouvé intéressant et qui explique bien souvent les comportements des gens : n’attendez pas d’un manager qu’il vous fasse forcément confiance tout de suite car son rôle est de vérifier que tout marche. N’attendez pas qu’il accepte vos remises en cause des règles ou qu’il soit orienté vers les gens.

De la même façon, n’attendez pas d’un leader qu’il soit excellent dans l’exécution quotidienne ou ne soyez pas étonné que les règles changent souvent sous sont influence.

Cette petite distinction est aussi intéressante si vous devez recruter des gens car elle permet de savoir si les personnes veulent être managés ou être menées.

Et vous, êtes-vous plutôt manager ou leader ?

Commentaires 16

  1. Très bien vu. Jusqu’à maintenant, je n’avais pas fait la distinction entre le leader et le manager, ayant toujours travaillé dans de petites structures. Dans ce type de société, il n’y a pas la place et l’argent pour avoir un leader et un manager. J’ai connu un très bon leader qui me semblait être un bon manager par son pouvoir de persuasion. Mai en réalité, il a embauché des gens pour palier aux lacunes de certains. Il avait donc un bon leadership, mais n’était pas un manager au sens du ton explication.
    Merci pour cette réflexion, elle va m’ouvrir les yeux sur les différents types de « managers ».

  2. Ce sujet est passionnant ! Je n’avais jamais vu cette dichotomie sous cet angle. Sans nul doute que beaucoup, comme moi, pensaient que le manager et leader devaient être une même et unique personne, parce que le manager doit fédérer les troupes « physiques ». Or, il est vrai que s’il est tenu de mobiliser les « corps », il n’est pas tenu de mobiliser les « esprits’. La question que je me poste maintenant, étant donné l’ambivalence, c’est : doit-on être un bon manager ou un bon leader pour être un bon entrepreneur ? Le leadership, c’est bien, pour le fond, mais pour la forme, rien de tel qu’un manager bien organisé…!

  3. C’est vrai qu’il est difficile de savoir s’il vaut mieux être un bon manager ou un leader pour être un bon entrepreneur! L’idéal est d’avoir ces deux qualités, mais c’est rare. Cela dit, je pense qu’il vaut mieux pour une entreprise d’être bien dirigée par quelqu’un qui a une connaissance pragmatique et opérationnelle de l’entreprise. Il me semble que de toute façon chaque entreprise a son leader, c’est-à-dire une personnalité qui se distingue des autres et capable de créer une dynamique de groupe.

  4. Post
    Author

    Une distinction souvent faite entre les 2 est que le leader réfléchit avec le côté droit de son cerveau, celui qui est reconnu pour être créatif et trouver du sens aux choses alors que le manager utiliser le côte gauche, le côté rationnel et logique.

    Une métaphore pour compléter la différence entre ces 2 profils est celle de la jungle. Le manager sera derrière en train de motiver par tous les moyens les gens pour qu’ils coupent les branches pour avancer sans relâche. Tout à coup, le leader se rend compte que… nous ne sommes pas dans la bonne jungle !
    Ce qui se passe souvent dans ce cas là c’est que le manager insiste en disant « nous sommes presque arrivé ».
    Encore une fois, le leader s’occupe du pourquoi et le manager du comment.

    J’espère que ça aide 🙂

  5. Le plus souvent,dans les entrprises on parle de manager de gestionnaire.On ignore l’existence d’un Leader qui est le visionnaire de l’entreprise,celui qui projete vers l’avenir.Le leader est celui qui dans des situations difficiles est capable des solutions rapides.Il a le don d’anticiper sur les événements.Il n attend pas les problemes venir.Par contre le manager s attaque au présent ,il dispose des formules des prodédures pour atteindre l’objectif assigné par le Leader.Pour ma part les 2 se complètent.Ma question est de savoir si l’un peut devenir l’autre,c’est à dire si l’un peut jouer le role de l’autre.

    1. Post
      Author

      Vous avez tout à fait raison.

      J’ai bien peur qu’il ne soit difficile de passer de l’un à l’autre. C’est intimement lié à votre personnalité.

  6. Pingback: Twitted by Espritriche

  7. tous ce que vous avez dites me perturbe comment je peux faire différence entre un manager idéal qui a bien sur des traits personnel et comportementals comme celle du leader or la seule différence que j’ai obsérvé c’est le pouvoir de chacun (pas comme vous avez dit dans votre article ) l’ autorité du manager est associé à son position dans l’organisation c’est ce qu’on appelle pouvoir issu de la légitimité ou pouvoir de coercition par contre le pourvoir de leader est issu du potentiel d’influencer le comportement d’un autre personne ou autre groupe mais cette influencer peut aussi être utiliser par un manager idéal
    enfin je demande si la différence est que le manager idéal est une position formel dans une organisation alors que le leader peut être soit formel soit informel
    et on répondant a Michael pourquoi pas un manager n’utilise pas les deux hémispheres cérebraux???

  8. Bonjour,

    J’ai lu avec intérêt votre article et les commentaires, la problématique est tout à fait intéressante.

    Néanmoins, je ne partage pas le fait de dire qu’un leader est toujours le visionnaire de l’entreprise. Vous vous êtes tous accordés pour dire qu’un leader, est (ou censé être) hiérarchiquement plus élevé qu’un manager (de nature opérationnelle).

    Si vous prenez le cas d’une équipe informatique au sein d’une grande entreprise. On peut avoir un leader au sein de cette équipe sans pour autant que ce soit le manager (celui à qui on rend les comptes). Un leader, et vous l’avez dit, est une personne qui a une influence, un charisme, mais cela ne veut pas pour autant dire que hiérarchiquement il occupe un poste élevé.

    Un patron peut (doit) être un leader, mais un technicien membre d’une équipe peut l’être aussi.

    Un manager n’est pas obligatoirement opérationnel. Le statut du manager est fonction de son poste (opérationnel, stratégique..). Idem pour le leader, il peut être PDG comme technicien. En revanche, un pdg est forcément leader (enfin il faut espérer..)

    Si on résume, un manager encadre (est respecté pour ce qu’il est), un leader oriente (est respecté pour ce qu’il fait).

    Un manager se doit d’être efficient (faire les choses bien), un leader est efficace (faire les bonnes choses). On peut apprendre à manager, mais il est bien plus difficile d’apprendre à être leader, c’est un trait du caractère (indépendant de la position hiérarchique).

    1. Post
      Author

      Je suis d’accord sur le fait qu’on trouve des leaders à tous les niveaux, je n’ai pas prétendu le contraire.

      Concernant le fait qu’un manager se doit d’être efficient, c’est vrai mais il se doit aussi d’une certaine manière de faire les bonnes choses, d’avoir un aspect leader sans quoi, selon moi c’est un mauvais manager. Ce sera le type de manager qui obtient l’adhésion par contrainte et dont les membres de l’équipe pensent qu’il est à côté de la plaque (courant).

  9. Entièrement d’accord 🙂

    Mais le titre de l’article me gêne un peu… Penses-tu qu’il y a forcément un lien entre « manager » et « leader »… ? L’un n’implique ou n’empêche pas l’autre. Manager sous-entend hiérarchie, leader je ne pense pas.

    Le but premier du manager est d’atteindre les objectifs qu’on lui donne en cherchant à faire les choses bien, de manière efficiente.

    Et il peut également chercher à faire les bonnes choses, de manière efficace, et dans ce cas là, il va en quelque sorte au delà de ses objectifs et devient force de proposition, d’innovation, il se comporte alors comme un « leader ».

    Si on prend un exemple :

    L’objectif d’un entraîneur est de faire gagner son équipe.

    Si on imagine que l’attaquant est un manager (on imagine qu’il encadre tous les autres attaquants), il sera considéré comme (très) efficient s’il marque à chaque fois qu’il a la balle (il fait les choses bien et rempli son contrat, mais l’équipe peut perdre).

    Si en plus de cela il se donne l’objectif de faire gagner son équipe (marquer 15 buts chaque match), il va au delà de son objectif (faire les bonnes choses), donc est potentiellement leader.

    Après cela reste mon point de vue, je trouve le sujet intéressant et je reste ouvert à toutes les remarques ! 🙂

  10. La plupart du temps, les grandes entreprises ont un bon management, mais un bon management est insuffisant pour construire une grande entreprise. Tous les bons managers ne sont pas bons leaders. les meilleures entreprises ont souvent à leur tête des managers ayant à la fois des aptitudes au management et au leadership. Selon Waren Bennis, le leader a la capacité à avoir une vision globale, la traduire en actions et la maintenir.

  11. Je ne suis pas du tout d’accord avec ce point de vue du monsieur car on peut faire tourner du bon management sans avoir besoin d’un leader et c’est le cas de Danone.
    <>.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.