Partagez vos discussions avec les pseudos conseillers financiers

Michael Ferrari Gérer et épargner 2 Commentaires

S’il y a un domaine où vos finances personnelles peuvent en prendre un coût, c’est lorsque vous rencontrez des conseillers financiers qui n’assurent pas. Ayant une aura alimentée par l’asymétrie d’information qui règne entre vous et lui, un mauvais conseiller peut vous faire perdre beaucoup d’argent (Les actionnaires perdants de Natixis sont-ils à plaindre)

J’avais relaté il y a bien longtemps ma rencontre avec un conseiller en gestion de patrimoine qui s’était révélée instructive tant sur les techniques que sur le fond.

Qu’il soit dans un réseau bancaire, indépendant ou travaillant pour un promoteur les conseillers sont un point de passage pour chacun d’entre nous.

Aujourd’hui je vous propose une chose : partagez vos expériences et apprenez de celle des autres.

Comment s’est passé votre dernière rencontre avec un conseiller financier ?

Commentaires 2

  1. Bonjour,

    je suis conseiller clientèle dans une banque depuis plusieurs années.
    Pour apporter une pierre à l’édifice, je vais définir le rôle qui est le mien à ce jour.
    L’objectif est de placer des produits tout azimuts, en fonction de « temps forts » qui rytment l’année.
    A titre personnel je suis parvenu à sortir de ce rôle de « vendeur » en me détachant de toutes les formations qui m’ont été octroyées par mon établissement. Mais j’ai de la chance comme je n’ai pas fait de grandes études ces formations ne m’intéressaient que peu.
    Je parviens donc aujourd’hui à faire du conseil tout étant productif. Car si on définit bien les priorités et les objectifs du client les produit en découlent.
    Cependant je dois admettre qu’en allant régulièrement en réunion avec mes collègues conseillers, je constate que je suis un cas a part et qu’aujourd’hui ce qui est valorisé c’est la performance immédiate, au défaut du conseil.
    Pourquoi ?
    Les raisons sont multiples et je pourrais expliquer réellement ici dans quoi une banque gagne de l’argent ligne par ligne, mais je ne le ferais pas car ce n’est pas le sujet.
    Je dirais simplement que pour notre direction le constat est simple : il est plus facile de comptabiliser des ventes plutot qu’un vrai suivi avec le client.
    Enfin il faut rajouter que nous ne voyons nos clients en entretien qu’une fois tout les deux ou trois ans, une fois le compte ouvert et que le client à une épargne ouverte. C’est donc difficile d’assurer un suivi dans la durée. Surtout que la majorité des clients n’en veulent pas. Et ce n’est pas un mythe mais une réalité. Il n’y a qu’à voir le nombre de clients qui sont contactés et le nombre qui accepte le rdv et enfin le nombre qui vient à ce rdv.
    Pour finir le conseiller est à ce jour un simple salarié gagnant un salaire de 1200e à 1800e net et dans l’obligation de donner satisfaction à sa direction à défaut d’être tout simplement remplacer par quelqu’un de plus productif.
    Enfin parmis mes collègues conseillers beaucoup sont eux mêmes de piètres investisseurs qui roulent dans des voitures hors de prix payer à crédit.

    Par ailleurs je tiens à dire que je consulte régulièrement votre site et qu’il m’apprends beaucoup.

    Merci

    😉

    1. Post
      Author

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.