Nous avons les mêmes valeurs mais chacun notre stratégie !

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Psychologie de l'argent, Richesse et argent 7 Commentaires

Philippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » dans le domaine de l’argent et du développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Voici Philippe !

J’ai rencontré une personne avec qui j’ai échangé de manière approfondie sur l’argent. Nous avons vite constaté que nos manières de faire avec l’argent (nos stratégies) étaient radicalement différentes. Vous connaissez sans doute, si vous avez lu mon livre, ou devinez à la lumière de mes chroniques sur esprit riche, que je soutien (et pratique !) l’idée d’indépendance financière : je mets en place un système de revenus dé-corrélé du travail, couvrant au fil du temps mon niveau de vie optimal. Ces revenus me confèrent une liberté (et aussi une sécurité) de choix fondamentale en m’ôtant, à terme, cette contrainte de travailler « pour l’argent ». Créer des actifs, maîtriser mes dépenses et investir sont les stratégies que j’emploie. Plus le système fonctionne, plus le sentiment de liberté augmente (la liberté, elle, ne sera sans doute jamais totale, mais qui jouit d’une totale liberté ?).

Une autre vision de l’argent

Mon interlocuteur ne voit pas du tout les choses de la même manière. C’est un homme de 45 ans. Il divorce actuellement de sa seconde épouse, il a 3 enfants. Il occupe un poste d’employé dans une entreprise (depuis 20 ans) avec une quasi-garantie de l’emploi. Il dit gagner « normalement sa vie » et fait régulièrement des heures supplémentaires. Il ne dispose d’aucune épargne car son salaire (et celui de sa future ex-épouse) couvrait les besoins de la famille. Quand il en restait, il aimait offrir des cadeaux : vêtements de luxe, restaurants. Il a quitté le « domicile conjugal » (loué) en emportant juste sa valise. Ce qui m’a le plus estomaqué, c’est sa réponse à la question (piège, mais raté !) : cela vous plait-il toujours d’aller 5 jours par semaine, à la même heure, au bureau, et que sa réponse a été un « oui ! » qui m’a semblé très sincère. Sa gestion est économe sur certains points (voyages hors périodes scolaires avec le Comité d’entreprise, donc prix bas), mais il fonctionne généralement sur le mode « plaisir ». Il a une carte de crédit qu’il vit très positivement: il peut consommer par anticipation sans avoir l’argent. A la question : si vos enfants veulent faire des études, comment ferez vous, il me réponds : « la fac c’est quasiment gratuit ».

Des comportements différents au service d’une même valeur

En apparence tout nous oppose, et en réalité, quelque chose nous relie à un niveau plus profond : une Valeur, et en l’occurrence une valeur de Liberté. Il la pratique en vivant « l’instant présent de l’argent présent » et moi en programmant « l’instant futur promis par l’argent présent ». Il se sent libre car : « ce qui lui appartient est contenu dans sa valise » ; je me sens libre car je suis de plus en plus dégagé du travail comme source principale de revenus et dispose de temps pour me former, voyager, profiter.

Qui a raison, qui a tort ?

Evidemment, c’est moi ! Et lui pense bien sur que c’est lui ! Nous avons l’un et l’autre des pensées et des sentiments qui nous conduisent à privilégier soit le plaisir immédiat, soit le plaisir différé. Cela se traduit par différents comportements cohérents qui produisent du résultat (opérationnel et ressenti). Ce schéma est fondamental : nos pensées/sentiment conditionnent nos actes et produisent un résultat.

Pour comprendre un autre point de vue que le sien, je trouve utile de l’examiner à ces 2 niveaux :

  • celui, observable, des comportements et émotions associés. Nous sommes assez dépendants de nos émotions. Nos conduites ont souvent pour but de maximiser le plaisir ou d’éviter la souffrance.
  • celui des valeurs. La discussion avec mon interlocuteur a été très courtoise, mais je sentais bien de mon côté une envie de « le remettre sur le droit chemin » qui télescopait sa valeur de liberté, et lui-même caricaturait les conséquences de ma stratégie d’indépendance financière : vous n’êtes pas sûr d’en profiter, vous ne l’emmènerez pas dans la tombe, la vie c’est tout de suite, etc.

Mais quand nous sommes arrivés aux constats que toutes ces stratégies étaient sous-tendues par la même valeur de Liberté, nous avons chacun eu accès à un autre niveau de compréhension. Cela a engendré, plutôt qu’une défense de ses positions, une ouverture et une recherche de compréhension réciproque encore plus fine. Chacun est sorti renforcé dans ses convictions, mais nous nous sommes quittés chaleureusement : notre échange nous a enrichi l’un l’autre. Un travail de sédimentation va pouvoir s’opérer (par opposition, regardez un débat politique à la télé !). Et, en ce qui me concerne, je vais être attentif à certains points, comme m’accorder la liberté de dépenser plus que prévu sur un poste « plaisir ».

Comment accéder à ses Valeurs

Il faut poser la question : qu’est-ce qui est important pour moi (toi), et pourquoi c’est important. Nos Valeurs sont vivantes à l’intérieur de nous. Les conscientiser, les mettre à jour nous fait progresser dans la connaissance que nous avons de nous même, car nous prenons ainsi du recul. Elles peuvent alimenter notre journal personnel. Elles nous permettent de mieux vivre les  différences et de négocier des changements chez nos interlocuteurs qui préservent leurs valeurs. Chaque Valeur va se traduire par des actes cohérents avec leur définition. : les expliciter apporte de la souplesse et de la liberté ( !) dans leur mise en œuvre.

Lorsqu’on les a listées, il est utile de les hiérarchiser pour aider à la définition de ses priorités. Pour cela, deux autres questions utiles, à partie de la liste des valeurs :

  • Qu’est-ce qui est essentiel pour moi/toi ? A ce stade il ne doit pas rester plus de 5 valeurs
  • Qu’est-ce qui est vital pour moi/toi ? A ce stade il doit en rester 2 ou 3 maximums, et une hiérarchie doit se dégager

Une fois cette réflexion achevée, il faut identifier comment nous pratiquons cette valeur au quotidien, comment nous la nourrissons, par quels actes concrets et observables. On pourra alors faire évoluer ses stratégies et rester fidèle à ses Valeurs.

Quelles sont les Valeurs des lecteurs d’esprit riche ? Comment les concrétisent-ils au quotidien ? Merci par avance de vos contributions.

Commentaires 7

  1. Mes priorités sont mon couple et ma famille. Pour moi, ce sont le socle pour une vie heureuse.
    Mon rapport à l’argent a toujours été d’épargner en cas de coups durs. Je n’ai jamais eu de budget plaisir enorme mais je savais me faire plaisir quand je voulais.
    Maintenant que je suis marié, je ne peux plus penser aussi égoistement. C’est pour cela que je suis entrain de m’eduquer financièrement afin de trouver un bon équilibre entre l’investissement, l’epargne et les dépenses fixes et loisirs. Le livre « Devenez Riche » m’aide beaucoup dans cette démarche.

  2. Bonjour,

    Ma stratégie est la suivante :

    Pour un salaire mensuel de 2 000€ net

    Je consacre 500€ pour la fin de ma carrière (compte épargne temps et immobilier locatif)

    Je me paye en 1er de 500€ soit 25% de mon salaire en assurance-vie

    500€ de plus pour profiter de la vie

    Et enfin les 500€ restants pour les dépenses du quotidien
    (en sachant que je suis totalement propriétaire de mon logement et que je ne possède pas de voitures)

    Pas de voiture ? et bien oui c’est un choix
    j’ai acheté un logement à 1/4 d’heure à pied de mon boulot et je loue ou je prends l’avion/train

  3. Bonjour,
    La première fois où j’ai rencontré une personne « depuis 20 ans dans la même entreprise, et contente d’aller au travail 5 jours par semaine aux même heures », j’ai découvert « un autre univers ».

    Pourtant, à l’époque je ne connaissais pas grand chose aux notions d’indépendance financière, mais mon côté paranoïaque m’empêchait d’avoir confiance dans une entreprise (aussi solide puisse-t-elle sembler).
    De plus, la création de valeur par mon travail – j’étais juste salarié – et sa répartition entre l’employeur et moi me posait problème.
    Enfin mon désir créatif ne s’épanouissait pas dans ce mode de fonctionnement.

    Mais je vous parle d’un temps où le net était un réseau d’université et où ce n’était pas possible de se former aux questions d’argent sur le net. 🙂

  4. C’est une comparaison intéressante que vos deux approches . Tu sais bien entendu Philippe que je suis plus proche de la tienne.

    Quelque chose est important dans la logique de ton interlocuteur c’est qu’il estime à tort ou à raison qu’il aura toujours un emploi qui lui plait. Mais rien malheureusement n’est moins évident surtout en tant que salarié. De plus il a un certain détachement nécessaire au vu des épreuves personnelles qu’il vit et ceci explique sans doute son mode de raisonnement. Il a l’air en effet de se situer plus dans l’instant présent.

  5. Bonjour,
    Pour répondre à vos questions, mes valeurs vitales sont : accomplissement, liberté, personne aimée.
    A voir comment elles évoluent…

    Au quotidien, je les concrétise :
    – en ayant fait le choix d’avoir des activités professionnelles qui me correspondent et que je développe jour après jour
    – en accompagnant mes clients vers leur accomplissement
    – en tentant d’accorder de la place au regard des autres (à la personne que j’aime) mais moins à leur jugement (pas toujours facile 🙂

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.