Modeler son environnement, c’est modeler sa vie

Michael Ferrari Développement personnel 6 Commentaires

Ce qui est intéressant dans la vie c’est que rien n’est acquis. Nous sommes parfois tentés de croire que c’est le cas mais régulièrement le contraire nous est rappelé. Que cela soit pour devenir riche, acquérir des actifs, développer son business, devenir plus efficace ou créer la vie que vous méritez, le travail de fond est nécessaire.

Et lorsque vous regardez les grands défis que nous rencontrons au quotidien pour atteindre nos objectifs, l’un des plus délicats à relever est notre environnement.

L’environnement, c’est les autres. Ceux que l’on croise, avec qui nous passons du temps. Et pour 90 % des gens, leur environnement n’est pas consciemment créé. C’est à dire qu’ils passent du temps avec des gens qu’ils n’ont pas choisis. Et ce qui se passe lorsque vous ne choisissez pas ces personnes-là, c’est que vous finissez très souvent auprès des mauvaises personnes. Elles ne sont pas nécessairement mauvaises en général mais elles ne correspondent pas à vos objectifs, elles ne sont pas motivées pour avancer comme vous et donc elles vous tirent vers le bas. Lorsque vous mettez 2 crabes dans un panier et que l’un essaie de s’échapper l’autre finit toujours par le retenir. Voulez-vous rester dans ce panier ?

Faites l’inventaire.

Autour de vous, sur les 10 ou 15 personnes que vous côtoyez chaque jour, combien vous inspirent, vous motivent, vous soutiennent, vous tirent vers le haut ?

La prise de conscience et la décision de réduire votre exposition aux autres tout comme vous devez réduire votre exposition au journal télévisé n’est pas facile. Si vous baignez dans un milieu où tout le monde passe du temps avec tout le monde sans consciemment organiser sa vie, vous allez être pointé du doigt. Certains vont se demander ce qui vous prend. D’autres diront que ce vous avez eu un coup de chaud et que cela va se calmer.

Mais vous devez passer du stade « je sais que je ne devrais pas passer autant de temps avec eux » à l’action. Et ce qu’il y a de presque magique, c’est que lorsque vous commencez à modeler votre environnement, vous commencez à modeler votre vie sans vous en rendre compte. Petit à petit la place qui était auparavant prise par des discussions sans intérêts voir négatives pour vous laisse l’opportunité d’intégrer d’autres personnes dans votre cercle.

Si vous vous dites « mais ma famille ne m’aime pas et ne me soutient pas, je n’ai pas d’amis et mes collègues ne m’aident pas » POSEZ-VOUS DES QUESTIONS :), laissez-vous pousser la barbe (déconseillé aux femmes), déménagez et recréez un nouvel environnement avec des personnes que vous avez choisies.

Dites-moi, combien de personnes avez-vous autour de vous qui vous soutiennent ? Remerciez-les 🙂

Commentaires 6

  1. Bonjour Michael
    Je pense qu’on attire à soi les personnes et les circonstances. Donc si je suis dans un environnement qui ne me sied pas c’est très souvent à cause de mes pensées et de mon attitude. Cela me fait beaucoup penser à cette fameuse loi universelle: La loi des correspondances. C’est lorsque comme vous l’avez si bien dit on prend conscience de cela qu’on est capable de changer nos attitudes. Et notre environnement pourra s’adapter à nous. Comme Jim Rohn le disait bien: pour que les choses changent autour de nous, il faut que nous-même nous changions.

    Bien amicalement

    Yable

  2. « Dites-moi, combien de personnes avez-vous autour de vous qui vous soutiennent ?  » : réellement 0, c’est surement cela mon problème. Ma compagne ne comprend pas que j’essaie de faire du blogging, qui n’est qu’une perte de temps pour elle. C’est vrai qu’elle est enceinte et qu’elle préfère que je passe du temps avec elle, à m’occuper de notre fille de 3 ans et des tâches quotidiennes. J’ai fait le tri parmi mes « amis » , tellement qu’il faut que je reparte de 0, peut être trop, mais avant j’étais trop « gentil » et pas mal de gens ont « profité » de cela et maintenant j’ai du mal à donner ma confiance. J’ai déménagé, changé de vie, pour m’éloigner de personnes trop négatives pour moi. Mais j’ai l’impression de ne pas avancer quand même. Je devrais plus travailler sur moi-même comme le dit si bien la citation de Jim Rohn (reprise par Yable) ; « il faut que nous-même nous changions » …

  3. Bonjour Michaël,

    Je pense que pour réussir c’est important d’être soutenu par les autres car au final, ce que nous essayons de faire c’est apporter de la valeur aux autres.

    Je pense que si on réfléchit comme cela, toutes les personnes à qui ont apporte de la valeur sont des personnes qui nous soutiennent car du moment où vous aider les autres à atteindre leurs propres objectifs, vous devenez une référence pour eux.

    Donc, je réfléchirais plutôt de cette manière car en effet, peu d gens autour de nous nous soutienne vraiment. Pour ma part, je n’ai pas à me plaindre, je peux les compter sur deux mains donc je m’estime chanceux.

    Donner, partager et devenez un support pour les autres. Comme k’explique Steeve Pavlina dans son livre Smart people, d’une manière ou d’une autre nous sommes tous liés. Prenez-en conscience. Je vous invite à lire la chronique pour en savoir plus : http://www.roadtoentrepreneur.com/personal-development-for-smart-people-prendre-sa-vie-en-main

    Merci pour la réflexion,
    Jérémy Goldyn

  4. 1 personne me comprend et me soutient. C’est un ami avec qui nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes rêves. Nous avons une relation d’égal à égal et on peut se soutenir quand l’un de nous est en difficulté.

    Pour le reste, je ne parle plus beaucoup des choses « anticonformistes » que je fais avec mes proches : Je me sens généralement incompris et je ressens qu’ils voient déjà l’échec dans mes projets. La solution a été simple pour moi : je n’en parle plus et je me contente de montrer les résultats. Pour ceux qui ça interpelle et qui sont sincèrement curieux, la conversation devient intéressante. Pour les autres… Tant pis.

    J’ai appris à me détacher du regard et du jugement des autres, même les plus proches.

    Et puis j’ai pris une décision difficile mais salutaire : me séparer de ma compagne. Dur mais efficace. Ce n’était tout simplement pas la bonne personne pour moi.

    Niveau »mentors », j’ai pu par exemple rencontrer Michael et Philippe lors de leur séminaire. Ca change vraiment tout de voir les personnes « en vrai ». Ca m’a sorti de ce monde virtuel où l’on dit plein de belles choses, mais où l’on se retrouve seul après. Ma rencontre avec vous 2 m’a fait prendre consicence que « c’est possible » : un bon coup de pied au c… 🙂

  5. Bonjour Mickaël,

    Pour répondre à ta question, à part ma femme, je n’ai pas trouvé réellement d’autres personnes qui me soutiennent. J’ai remarqué très souvent que l’on « subit » nôtre environnement. Et ceci est encore plus vrai dans le milieu professionnel.
    Pour te parler de moi, depuis 6 mois, j’occupe le même bureau qu’une secrétaire qui est d’un pessimisme extrême. Comme on dit vulgairement, elle fait de la sinistrose! Elle se plaint constamment, elle est persuadée qu’elle n’a pas de chance….. Moi de nature optimiste et joyeuse, j’ai au fil des mois remarqué que je devenais comme elle, je commenças à me plaindre, à être d’accord avec elle sur sa vision des choses…. Et la je me suis remis en question et j’ai compris l’importance de l’environnement. Du coup, j’ai pas pu encore changer de bureau, mais je limite mes échanges avec cette personne, de peur qu’elle me contamine!!!

  6. Réussir sa vie n’est pas pareil pour tout le monde. Nous avons tous un idéal différent. Certaines personnes ne recherchent que la réussite professionnelle, d’autres simplement s’amuser sans se préoccuper de leur vie professionnelle. Certains personnes vivent seulement pour leurs enfants, d’autres veulent voyager etc.
    L’environnement et les personnes qui nous entourent, en général, nous ressembles. Il suffit parfois d’analyser l’environnement social d’une personne pour comprendre le Graal de sa vie.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.