L’excellente nouvelle qui va vous rassurer

Michael Ferrari Comment avoir le mindset pour réussir 15 Commentaires

Si vous avez un projet, vous voyez probablement d’autres personnes en train d’essayer d’accomplir la même chose que vous. Vous êtes peut-être inquiété par la concurrence. Vous avez peut-être même des doutes sur votre propre projet.

Peu importe votre projet ou votre rêve, il y a une chose que vous devez toujours garder en tête.

Cette chose va vous rassurer car c’est une réalité que l’on oublie parfois.

90 % des personnes ne vont pas au bout des choses.

Ces personnes commencent pleines d’enthousiasme. Et puis rien. 6 mois plus tard, elles ne sont plus là.

Elles ont disparu de la circulation à la recherche d’une autre opportunité.

Si vous vous accrochez, vous finirez par réussir. Vous finirez par y arriver.

Et si vous êtes un top performer, tôt ou tard, vous ferez appel à un coach pour aller encore plus loin.

Si vous investissez votre énergie au lieu de somnoler sur votre chaise, vous en recueillerez les bénéfices.

Mais attends Michael et la passion dans tout ça ?

La passion n’a rien à voir avec tout ça. Vous pouvez l’être, c’est bien, et tant mieux pour vous. Vous n’avez pas à l’être. C’est du travail. Vous avez simplement à aimer votre travail. Aimer le progrès.

Je vois trop de personnes chercher la passion et n’avoir aucun argent en poche. Ces personnes pensent que si elles sont assez passionnées, l’argent viendra. C’est mignon.

Si votre métier vous passionne, tant mieux, mais dans tous les cas vous devez bosser. La passion ne remplace pas le travail. Les heures investies. Les années à parfaire son talent.

Comme dans le sport vous pouvez aimer la sueur, la douleur après l’effort et les résultats.

Comme dans le sport, celui qui ne travaille pas chaque jour se fera balayer au prochain match. Il se fera éclipser parce qu’il n’a pas fourni sa part du travail.

La seule manière d’échouer, c’est d’abandonner

Vous pensez que c’est une phrase toute faite ?

Réfléchissez-y. L’échec, c’est l’abandon. Tant que vous n’avez pas décidé que c’est fini, ce n’est pas fini. La défaite est temporaire. Qui suis-je pour vous dire que c’est fini pour vous ? Qui a le droit de vous dire ça ?

Personne.

Sauf si vous les laissez faire.

Vous savez la bonne nouvelle ?

Rien de tout ça ne compte.

Ce qui compte, c’est votre liberté. Votre souveraineté. Votre honneur.

C’est le sentiment que vous pouvez être fier de vous. Du travail que vous avez fait.

Et vous n’avez pas à être un connard (ça marche aussi pour vous mesdames) pour réussir. Vous n’avez pas à être un margoulin qui exploite tout ce qu’il trouve sans vergogne.

Vous devez être présent, impliqué, avoir de l’ambition et faire ce que vous avez à faire. Vous devez investir du temps et de l’énergie.

La bonne nouvelle, c’est que personne ne peut vous empêcher de faire ça.

Cela dépend uniquement de vous.

Et si vous avez des excuses, je préfère être honnête : ça n’intéresse personne. Même pas vos proches : ils vous aiment trop pour vous le dire, moi, je peux me le permettre.

Arrêter d’emmerder les autres avec vos excuses. Consacrez du temps aux possibilités.

Nous avons tous des conditions de départ différentes. Ce qui compte, ce sont les décisions que vous allez prendre pour faire au mieux. Gardez vos excuses. Trouvez des raisons d’agir.

 

Commentaires 15

    1. Post
      Author

      C’est mon petit privilège 🙂

      Plus sérieusement, c’est aussi une des choses que je fais en coaching. Mes clients adorent que quelqu’un ne soit pas complaisant avec eux si évidemment c’est justifié.
      Combien de fois aurions-nous fait un bon en avant si quelqu’un nous avait dis « mais tu ne crois pas que tu évites la véritable question qui est …. ? »

  1. Bonjour Mikael,

    Comme je suis heureux de lire cet article. J’ai cette sensation de ne plus être le seul à avoir ce type de pensée.

    Tu fais référence à un sportif et pas besoin d’avoir ou d’être un sportif de haut niveau pour savoir que si l’on effectue pas le travail nécessaire, il y aura toujours une personne qui viendra prendre ta place et cela même si tu es un surdoué dans ton domaine.

    Bravo pour cet article plein de bon sens.

    Christian

    1. Post
      Author
  2. Bonjour, je pense que vous avez raison il ne faut pas abandonner mais le bon choix est quelquefois compliqué et j’aimerai votre avis car je ne trouve pas de réponse à mes questions concernant le meilleur choix de financement de mon investissement locatif et je ne veux pas laisser tomber.

    Actuellement en recherche d’emploi et indemnisée par pole emploi, je souhaite investir dans la location saisonnière à la nuitée avec un petit T1 que je viens de trouver à un prix intéressant de 46000 euros (41000 vendeur et 5000 travaux) auquel je dois ajouter les frais de notaire, d’agence et d’ameublement soit 12000 euros.

    Je possède la somme nécessaire à cet achat et je me demande si dans mon cas il ne serait pas plus intéressant de payer cash, je vous explique ci dessous.

    Les banques refusent le financement sauf une mais à des conditions que je trouve abusives :
    – nantissement d’une assurance vie en garantie du prêt sur 20 ans de la somme empruntée soit 46000 euros bloquée 20 ans sur un placement qui rapporte en ce moment 2,7% environ
    – obligation de prendre une assurance groupe décès invalidité a 100% sur deux tetes qui nous coutera un peu plus de 4000 euros au final auquel s’ajoute les 15000 euros du cout du crédit sur 20 ans des 46000. Cela ferait en tout des mensualités de 277 euros mensuel sur 20 ans.
    – domiciliation de l’intégralité des mouvements bancaires dans leur banque.

    Je leur ai présenté un tableau excel montrant l’intéret de l’investissement en considérant une location classique de 400 euros par mois + 50 euros de charges (en taxe foncière et charges de coproprité le montant est de 460 + 996). Avec un remboursement inférieur à 280 euros, le montant de mon crédit restait de 70% du revenu locatif et dégageait même du cash flow.

    Mais je leur ai présenté ce projet plus classique pour ne pas leur faire peur, notre projet est plutôt de se lancer dans la location à la nuitée. Au niveau des impots dans ce dernier cas il ne sera pas intéressant de déclarer en réel donc je ne pourrai pas déclarer de déficit foncier.

    Au vu des conditions de la banques qui me couteraient très cher avec l’assurance décès sur 2 tetes, qui bloquerait la somme empruntée sur 20 ans et qui est très exigeant sur la domiciliation, je ne suis pas certaine d’avoir intéret à emprunter plutôt que payer cash.

    Qu’en pensez vous, quels conseils pourriez vous me donner ? Je sais que mon profil ne rassure pas les banques mais non seulement c’est provisoire mais surtout je n’ai aucune perte financière, au contraire je gagne plus d’argent au chomage, n’ayant plus à payer les frais de garde et de repas de 3 enfants en bas age.
    Est-ce que cela signifie qu’il vaut mieux attendre une meilleure situation professionnelle pour investire et laisser passer cette superbe affaire (ces biens valent plutôt 65000-70000 euros dans le secteur c’est une vraie opportunitée) ou bien l’acheter cash présente un intérêt ? Franchement je n’ai aucune envie de laisser tomber, je veux acheter ce bien, je cherche juste à faire le bon choix au niveau du financement et c’est la que j’ai besoin de conseil

    Je précise que je suis actuellement locataire de mon logement que je paye 800 euros, que nos revenus au chomage sont de 3000 euros, nous n’avons aucun crédit, et que nous disposons d’un capital non placé de 100OOO euros.

    Je vous remercie de votre avis, je suis perdue et c’est notre premier investissement locatif.

    1. Post
      Author
      1. @Michael

        Tu peux nous détailler pourquoi il faut absolument qu’elle emprunte alors que son profil ne rassure pas le banquier (ie le taux du prêt sera certainement élevé) et qu’elle dispose de la somme (ie pas d’effet levier en empruntant) ?
        En outre je ne pense pas que la banque demande l’une des 3 options mais les 3 cumulées !

        @Lilia

        N’en déplaise à Michael lorsqu’on ne fait pas jouer l’effet de levier (c’est-à-dire qu’on emprunte une somme dont on dispose en cash -en plus de l’épargne de précaution qu’il ne faut évidemment pas prendre en considération-) emprunter est intéressant si et seulement si on peut placer ce cash à taux supérieur à celui de l’emprunt.
        Pour faire le calcul il faut comparer des taux nets fiscalité y comprise. Dans votre cas il faut donc intégrer l’assurance (qui sera élevée dans votre cas). Votre cash sera placé sur une assurance-vie maison donc probalement pas des plus performantes.
        En revanche s’agissant d’un investissement locatif le coût bancaire peut être déduit du revenu généré par cette activité. A ce sujet si la location meublée ne permets pas de faire du décifit foncier une déclaration au réel peut néanmoins s’avérer intéressante (déduction des charges et prise en compte de l’amortissement)
        Il faut donc faire des calculs complet de que les informations de ce message ne permettent pas de faire.

        Cela va sans dire mais cela va mieux en le disant tout cela n’est bien évidemment viable que si votre étude de rentabilité (demande locative tant en location standard qu’en location meublée) est pertinente si cela est le cas il faut sauter le pas y compris s’il faut mettre une partie de votre épargne dans l’opération (il sera toujours possible d’emprunter pour l’opération suivante surtout si vous montrez au banquier que vous avez déjà un bien qui vous rapporte)

  3. Bonjour!

    Le message est clair et direct et reflète très bien la réalité d’aujourd’hui. Tous veulent réussir dans la vie mais très peu sont prêt à y mettre les efforts nécessaires.

    Pour se démarquer dans un domaine précis, il faut en savoir plus , en faire plus et obtenir de meilleurs résultats que la majorité.

    Malheureusement, de nos jours tout le monde est à la recherche de la solution facile, celle qui nous rapportera le plus pour le moins d’effort possible.

    Pourtant la réalité c’est que réussir, se démarquer, est difficile, voire très difficile. Et si ce n’était pas le cas, tous y arriveraient.

    La bonne vieille affirmation «Travail égal succès» est encore plus vrai de nos jours, où la compétitivité est des plus féroce.

    Martin
    http://www.investir-a-la-bourse.com

  4. Salut Michael,

    En effet, je viens juste de lancer mon site et ton article rassure. La persévérance a toujours été pour mois l’une si ce n’est LA qualité des entrepreneurs qui réussissent.

    Non pas qu’il faille s’accrocher coûte que coûte sur des projets qui sont mauvais à la base mais un peu de pugnacité et de détermination sont deux facteurs clés de succès à mon sens.

    Bonne soirée!

  5. Tu as tout à fait raison Michael,
    Les gens échouent parcequ’ils abandonnent. Cela nous est tous arrivé. Soit par un obstacle, soit par une démotivation.
    Cela peut prendre du temps d’arriver à son objectif et même si on est très motivé, les jours et les semaines passent sans forcément de résultats… C’est la traversé du désert…. C’est justement à ce moment là qu’il ne faut pas flancher. C’est la période entre la phase de nouveauté/du début où on est tout excité de se lancer et la phase de résultat concret. Cet « entre deux » est la période d’abandon pour beaucoup de gens.

    ASTUCE 1 : pour aider à surmonter cela : dès le départ, planifier ces 3 phases sans votre projet :
    1/ Le début tout nouveau, excitant et palpitant,
    2/ La traversé du désert,
    3/ Les premiers résultats.

    A partir du moment où vous vous attendez à la phase 2 alors vous devez vous dire que c’est le processus NORMAL de presque chaque projet ou objectif. Dès lors que vous êtes conscient de cela vous y êtes préparé et vous n’avez plus qu’à patienter en vous disant que c’est JUSTEMENT MAINTENANT QUE LES AUTRES ABANDONNENT, c’est donc le moment où presque tout se joue. Et que vous allez êtes celui qui à persévéré là où les autres se découragent et abandonnent.

    ASTUCE 2 : Actuellement je me suis lancé un défit sur plusieurs mois. Partant du constat des trois phases cités ci-dessus je me suis envoyé un message à mon MOI DU FUTUR afin de ne pas me décourager. J’ai créé un événement sur mon agenda en Août 2014 dans lequel je me suis écris que je serait surement en plein désert sur mon projet et que JE M’Y ATTENDAIS au départ. Donc pas de panique c’est NORMAL. Il faut juste que je patiente et persévère.

    Sébastien D

  6. Je trouve cet article très intéressant parce qu’il nous renvoie sans ménagement à notre comportement de recul face aux défis qui se présentent.
    C’est un moyen de passer de l’inconscience (qui nous fait renoncer sans nous poser de question) à la conscience qui amène la peur, mais aussi une possibilité de choix.
    Que se passe-t-il si je ne fais toujours rien pour mon projet après ce que Michael a écrit ?
    Je peux commencer à avoir une petite voix qui me dit « Tu vois, il te l’a dit qu’il fallait y aller et surtout ne pas renoncer!
    Pour moi, cet article représente pour certains le petit coup de pouce (ou le coup de pied au c…) salutaire qui va changer des vies.
    Merci Michael.

  7. Cet article tombe pile dans dans la phase où je suis actuellement. Hyper motivé pour mon blog il y quelques mois, j’ai un peu arrêté par manque de visites. Ca a été mon 1er facteur de démotivation.
    Je n’ai pas envie d’abandonner bien au contraire c’est pourquoi je cherche des sources de removitation et un article comme le tien en fait parti !

    Merci !

    1. Bonjour,
      Je pense que l’obligation et le devoir limitent et diminuent la passion dans le travail.
      Il faut travailler dur parce que on aime beaucoup son travail.
      A partir du moment où ce dernier est une passion, ce n’est plus du travail, mais un plaisir, un amusement, où on s’éclate à le pratiquer.
      On peut être rigoureux pour atteindre ses objectifs ambitieux, mais le travail énorme qui mène au succès est en réalité un amusement, un loisir.
      Cependant, l’obligation seule sans une bonne motivation à la base, fait que l’on aime de moins en moins son travail, car la passion diminue.
      L’idéal est d’avoir la passion, de travailler beaucoup en s’amusant, de persévérer même si les résultats se font attendre, afin que l’obligation de faire les choses se transforme en envie irrésistible.

  8. Bjr à tous.Je cherche des idées pour investir en Afrique ou tout est à faire.Je suis motivé, mais jai pas les finances necessaire.Merci pour vos questions et si possible votre expertise

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.