Le temps c’est de l’argent

Michael Ferrari Esprit riche, Investir en bourse et dividendes 21 Commentaires

Cette phrase que l’on prêt à Benjamin Franklin est pour moi très importante.

Lorsque j’achète quelque chose d’important, qui pour moi veut dire plus de 100 euros, je me pose souvent la question de l’équivalent temps que cela représente.

Combien de temps ai-je travaillé pour obtenir l’équivalent argent ?

Cet équivalent temps est précieux et doit faire l’objet d’attention, tout comme l’argent l’aurait lui même fait.

Force est de constater que ce n’est pas souvent le cas.

Je m’explique :

Lorsque vous êtes dans votre vie de consommateur, c’est à dire la plupart du temps, il vous arrive peut être de perdre votre temps mais de ne pas vous en rendre compte.

J’ai remarqué que pour bon nombre de personnes, passer une heure à faire la queue à l’entrée (ou à la sortie) d’un magasin est tout à fait acceptable, devoir récupérer un colis dans un point dit « relais », le ramener en cas de problème tout ça pour un coût légèrement inférieur à la livraison à domicile est également tout à fait acceptable. Passer du temps à se rendre dans un centre commercial, y traverser la foule et de nombreuses galeries sont également des activités gourmandes au niveau temps.

Nous sommes plus facilement disposé à gaspiller notre temps plutôt que notre argent. D’un côté se trouve une notion purement subjectif et impalpable et de l’autre du sonnant et du trébuchant.

Pourtant à y penser de plus près, qu’est-ce qui est le plus important ?

Le temps à la caractéristique d’être inéluctable, il défile sans cesse. Est-ce une raison pour s’y résigner et en faire une utilisation regrettable ?

L’argent est, pour la plupart des salariés, gagné sur le temps de travail. C’est là où réside le coeur du problème : 1 heure de travail vous procure 1 heure de salaire.

Bien que ce soit la situation de 95% (chiffre purement pifométrique, mais vous avez saisi l’idée) des gens, cette situation fait que la perception du temps pour la plupart des gens n’est pas quelque chose de lié à l’argent car s’ils ne travaillent pas il n’en gagnent pas.

Le temps n’est pas une monnaie d’échange, mais pour les salariés il peut devenir un moyen de paiement ou de compensation.

Est-ce que je me risquerais à faire un parallèle avec le Mac Donalds ? Oui !

Le repas coûte (à peine) moins cher en contre partie de quoi, on vous demande de mettre la table et de débarrasser.

Bref, le temps est votre bien le plus précieux et l’utilisation que vous en faites est primordiale.

Commentaires 21

  1. Pingback: tapemoi.com

  2. J’irais même plus loin dans l’analyse du temps perdu en prenant l’exemple de celui qui se rend à un magasin moins cher que son magasin habituel pourtant plus proche. Le gain sur le ticket de caisse est souvent une illusion car les frais occasionnés (essence) rendent parfois l’affaire moins évidente. Et encore, je ne parle pas du reste: l’usure de la voiture, la fatigue, l’énervement sur la route ou dans les files d’attente du magasin, le risque (que les assureurs savent mesurer) d’avoir un accident… Tout cela à un cout ! Et il est simple à calculer: c’est ce que demanderait cette personne si elle devait faire tout cela pour les beaux yeux d’un inconnu…

    Toutefois ici il est question de temps et non pas d’autres ressources couteuses, je me contenterais de parler du facteur « temps » en oubliant tous les autres ressources parfois difficiles à quantifier et à convertir en argent.

    Reprenant cet exemple du magasin éloigné mais moins cher : notre client préfère traverser la ville, faire des kilomètres, attendre aux caisses pour économiser quelques euros sur la note, 5 euros, 10 euros, ou plus, ou moins parfois même…

    Mais ce client qui fait tout ça pour « gagner 10 euros » accepterait-il de travailler la même quantité de temps en heures supplémentaires chez son employeur pour la même somme ? Pas sûr, il se sentira peut-être exploité, estimant que son travail (et son temps) coute plus cher !

    Le temps usé « volontairement » à des taches ingrates n’est pas considéré à la même valeur que celui qui est donné professionnellement. Il vaut moins, parfois rien. Et pour s’économiser quelques euros il est fréquent que ce temps « perdus » se mesure sur une autre échelle.

  3. Post
    Author

    Pour aller dans le sens que ce tu dis, il y a 2 grandes perceptions du temps : celle des riches, celles des pauvres (bon je caricature).
    Pour quelqu’un de riche, le prix ne va peu ou pas compter : ce qui compte c’est de passer le moins de temps possible à faire ses achats. Son temps « rapporte » tellement d’argent et à donc une grande valeur qu’il n’a pas intérêt à en passer pour essayer d’économiser quelques euros sur un ticket.
    Pour quelqu’un de pauvre, seul (ou presque) le prix compte : pour économiser quelques euros, il pourra y passer en contrepartie beaucoup de temps (parcours, comparaison, séparer ses achats dans plusieurs magasins,…). Le temps n’a pas beaucoup de valeur et donc vaut la peine de chercher à économiser son équivalent argent. Imaginez donc que vous gagnez 7,5€ de l’heure, il est alors tout à fait compréhensible de passer 30 minutes pour faire quelques euros d’économies…

  4. La question entre temps et argent est une question souvent cruciale, pour beaucoup de monde.
    Mais tout d’abord, il faut pouvoir disposer soit de l’un, soit de l’autre, pour pouvoir faire un choix. Quand il n’y a pas de marge de manœuvre possible, par exemple pour ceux qui savent avant le début du mois qu’ils seront justes voire déficitaires entre salaire et dépenses incompressibles (loyer, nourriture de base, électricité,…), il n’y a en fait pas de choix. Pour nombre de gens, la notion d’argent n’est pas extensible, et il n’est pas possible d’en gagner plus quand ils le souhaiteraient. Ils doivent donc faire avec. Même si les économies qu’ils font hors travail leur coûtent terriblement cher en temps, ils n’ont pas d’autre solution. J’entends bien ceux qui diront qu’il suffit de repenser ses dépenses ou de réviser sa façon de gagner son pain. J’approuve, bien sûr, mais c’est plus facile à dire qu’à faire quand des contraintes familiales ou professionnelles limitent temps et réflexion indispensables à changer une situation.
    Pour ceux qui ont le choix et pour lesquels la dépense à envisager n’est qu’une économie en moins, la problématique est différente. Il faut en fait trouver l’équivalent gain/plaisir du temps gagné. Ont-ils des tâches ou une passion pour laquelle l’économie de temps est essentielle ? Ont-ils un objectif pour lequel l’économie est prépondérante, même si elle peut paraître insignifiante ? Ils peuvent aussi réagir à une sorte de défi en trouvant des pistes pour économiser quelques sous, et y trouver un vrai plaisir même si le ratio temps/gain n’a rien à voir avec ce qu’ils connaissent d’habitude. L’ajustement des paramètres temps – argent – passion/plaisir – contraintes dépend pour eux du sens (ou de l’absence de sens, parfois) qu’ils donnent à leur vie. Il serait intéressant de savoir parmi les environs 32 millions d’actifs et de retraités que compte notre pays, combien en fait vivent avec passion une activité, qu’elle soit ou non rémunérée.

  5. Dans tout ceci, peut-être qu’on oublie le plaisir qu’on a à faire les choses d’une manière ou d’une autre.
    Qui peut mesurer la satisfaction d’avoir acheter un objet 10 euros moins cher, même si les coûts cachés sont supérieurs au gain ? Si les gens vont chez McDonald’s, ce n’est pas uniquement pour le prix mais (je suppose) pour pourvoir aussi manger rapidement, et salement après avoir mis la table non ?
    Et pour rebondir sur l’exemple riches/pauvres (qui effectivement est trop caricatural), peut-être que le plaisir du riche est de dépenser son argent pour éviter de « perdre » son temps et que le plaisir du pauvre est d’éviter de perdre son argent.
    Bref, cette comparaison temps vs argent occulte, selon moi, le plaisir (la joie ?) à faire les choses dans un sens ou dans l’autre.
    Mais je veux bien l’avis d’autres personnes sur ce sujet.

    Xavier

  6. Bernadette a posté son commentaire pendant que j’écrivais le mien, qui fait redite.
    Mais je suis content qu’on se retrouve sur l’importance du plaisir attaché à nos actes.

    Xavier

  7. Post
    Author

    @Bernadette :
    L’un des messages que j’essaie de faire passer est que la marge de manoeuvre à l’instant t n’est que le résultat de l’expérience passée (ce n’est pas nouveau comme concept) : elle ne signifie pas qu’une autre possiblité n’est pas atteignable mais seulement qu’elle ne fait pas partie du champ des possibilités perçues. Cela dit je reconnais qu’il est très difficile d’y parvenir.

    @Xavier :
    McDonalds est un signe d’appartenance sociale. A mon sens les gens ne vont pas là bas pour allez vite mais plus simplement pour faire parti d’une « communauté ».
    Ce que je voulais mettre en valeur c’est que dans ce type d’établissement, le prix est justifié par le temps que le client doit passer à faire ce que ferait un employé de l’établissement.

    Après il est vrai que je n’ai pas du tout pris en compte la composante plaisir.
    Mais ça peut être une piste à creuser : le plaisir se mesure-t-il plutôt en temps ou en argent.
    Est-il dans la dépense ou dans le gain ?
    etc…

  8. oui tu peux dire à peine moins cher car tu as de bons petits restautants à moins de 15 euros où tout est compris même le service.
    bien souvent les magasins discount sont implanté à côté des grandes enseignes. Peut être pas dans toutes les regions de france mais nous dans les BDR oui. D’où un gain de temps.

  9. Pourquoi dire  » le temps c’est de l’argent »

    quelle est la valeur du temps ??? j’ai gagné beaucoup d’argent grâce a cette affirmation !!!!

    ça fait des années que je cherche le sens de cette phrase.

    si le temps c’est de l’argent, ça veut dire que si on a de l’argent on a du temps et si on a du temps on a de l’argent !!!!

    ça peut paraître simple mais ce ne l’est pas du tout !!!

    Au début, lorsque j’étais étudiant, je n’avait pas un euro ( pas d’argent )!!!
    j’avais du temps ( a défaut d’avoir de l’argent ) a consacré pour gagner ma vie .

    comment gagner du temps alors ? ?? pour gagner de l’argent !!!
     » je m’explique » si j’ai un magasin dans une rue ou passe une voiture par heure, au bout d’une journée, j’aurais 24 voitures qui passent devant mon magasin, de ce fait, il y aura la probabilité de vendre mes produits qui est moindre que si, devant mon magasin, il y a 2400 voiture qui passe en une journée. j’ai la probabilité de vendre 100 fois plus dans un laps de temps équivalent.

    Par cet exemple, on peut voir que la théorie du temps s’appuie sur la théorie de l’existentialiste : une chose existe que parce que l’autre SAIS que je l’ai, sinon, cette chose n’existe pas.

    avec cette définition, nous pouvons comprendre que la valeur locative d’un rez commercial ou d’une annonce publicitaie :
    plus de gens savent que j’ai quelque chose en un laps de temps donné, plus ce media vaut de l’argent: on retrouve la relation entre le temps et l’argent.

    Pour ces raisons, il faut faire un maximum de chose en un minimum de temps !!!
    pour ce faire, alors qu’on a gagné de l’argent, on doit l’utilisé pour faire plus, et comment ? en achetant le temps des autres .
    ( engager du personnel)
    donc, si moi seul, je peux générer un bénéfice de 3000 euro en un laps de temps, si j’engage 5 personnes, ils généreront 15000 euro dans le meme laps de temps . alors que moi je n’ai rien fais ( je consacre mon temps a réfléchir). dans notre exemple, si le laps de temsp était un mois, je gagne 3000 X 5 soit 15 000 euro alors que je paye mon pesonnel 1200 X 5 soit 6000 euro , par exemple.
    conclusion, grace aux temps des autres, j’aurais gagné 15000 -6000 = 9000 en un mois soit l’équivalent temps de 3 X la valeur de mon temps ( voir début de l’ennoncé) et ce sans rien faire!!!

    on voit dans cet exemple que si on a de l’argent, on a du temps ( des autres).

    ( je vais arrêté là dans l’analyse du temps, qui a été a mon profit et avec lequel, j’ai gagné plus d’argent qu’une personne qui a 80 ansalors que je n’ai que 36 ans !!) j’ai gagné 80-36 = 44 ans de temps. Je peux considérer que j’ai gagné une seconde vie avec de l’argent .
    par le principe de Lavoisier ( rien ne se perd, rien de se crée, tout se transforme et se conserve) le temps que j’ai acheté de mes employées, je l’ai prix pour moi.

    A bientôt
    lilo

  10. affirmatif il est plus facile de depenser l’argent que de le gagner donc le temps coûte même plus chere en lui même que notre consommation en elle même;

    En tous cas c’est mon ominion sauf si on est rentier…

  11. Pingback: Petit bilan de fin d’année | Argent et entreprenariat

  12. Nous appelons les Etats à porter plainte contre les banques
    pour prise illégitime d’intérêts sur la monnaie.
    Une loi doit garantir le contrôle public des banques, pour une monnaie sans intérêts.

    Autrefois, toute monnaie papier correspondait à une quantité équivalente d’or dans les banques.
    Pour ce service de gardiennage de l’or, les clients donnaient des intérêts au banquier.
    La monnaie n’est plus convertible en or ET POURTANT, les banquiers prennent encore des intérêts.
    Ce faux monnayage provoque des crises mondiales d’endettement.
    Endettés, les Etats réduisent les services publics, les entreprises font faillite

    « Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents.» Maurice Allais, prix Nobel d’économie.
    On ne met pas de timbre sur un courrier électronique, MAIS ALORS…
    Pourquoi payer des intérêts sur la monnaie électronique ?
    Quelque soit le support, la monnaie revêt des chiffres et des lettres réglementant les échanges « acheteurs-vendeurs. »
    Supports et transports virtuels rendent gratuits monnaies et courriers dématérialisés. Or et papier deviennent inutiles.
    La monnaie électronique est une grande invention. Sans elle, nos échanges seraient très difficiles. Pourquoi ?
    Parce que l’or des banques ne correspond qu’à 1 % des biens et services circulant sur la planète sur une année !

    Les banques privées créent 92% de la monnaie en circulation…sur ordinateur
    Cette monnaie est électronique, des chiffres et des lettres créés sur écran, ex nihilo (sans équivalent or).
    Les billets en papier, les pièces en métal vulgaire ne représentent que 8% de la monnaie en circulation.
    .
    Les intérêts ? Un péage illégitime sur les échanges, ce qui élimine massivement les petits producteurs.
    Les banquiers facilitent les crédits pour des gadgets ou des armes très rentables pour leurs actionnaires.
    Mais répondant à des besoins vitaux, des petites productions disparaissent par refus de crédit bancaire.
    En moyenne, 33% d’un prix payé par le consommateur correspond aux intérêts répercutés par les investisseurs.
    En moyenne, nous travaillons, le tiers de notre temps pour des lignes d’écritures sur ordinateur.
    Ce qui coûte cher, c’est le temps perdu à travailler gratuitement pour les banquiers et les financiers.

    D’un côté, on doit travailler pour payer les intérêts, de l’autre, les machines nous libèrent du travail.
    Cette contradiction reflète une crise de civilisation qui exige l’abolition des intérêts sur l’argent.
    Pareils à des fonctionnaires interdits d’enrichissement personnel, les banquiers devraient servir l’intérêt général.
    Ils ne seraient plus payés en fonction d’un pourcentage pris sur les richesses produites par les clients
    Les banquiers seraient payés en fonction de leur travail : création monétaire, ouverture et suivi des dossiers.
    Aux USA, de 1861 à 1865, Lincoln fit chuter la pauvreté en imposant la monnaie sans intérêts.

    Libérées du poids des intérêts (la dette), des régions sortiront de la misère, des productions locales renaîtront
    L’endettement des particuliers, des entreprises et des Etats disparaîtra.
    Les services publics se développeront en fonction du remplacement des hommes par les machines.
    Cette loi pour la fin de l’endettement par les intérêts est une première étape d’une absolue nécessité.
    C’est le point de départ de la construction d’une économie respectueuse des êtres humains et de la planète.
    Libérons La Monnaie (Nantes-Le Pellerin) http://www.liberonslamonnaie.blogspot.com/
    PREMIERS SIGNATAIRES
    Alain Vidal (économiste émancipé), Ernest Barreau (retraité du bâtiment), Rémy Drouet, (ajusteur retraité) Annie Mothes (enseignante), Isabelle Antoine (enseignante), Annette Hamon (éducatrice spécialisée), Claude Ravaud (Auteur compositeur interprète). 23/02/09
    PETITION
    Je soussigné(e), appelle les Etats à porter plainte contre les banques pour prise illégitime d’intérêts sur la monnaie. Une loi doit garantir le contrôle public des banques pour une monnaie sans intérêts, une monnaie d’intérêt général.
    Signature, cliquez sur le lien ci-dessous :
    http://www.petitionduweb.com/PLAINTE_CONTRE_LES_BANQUES__-3283.html

    Pour être informés, inscrivez-vous sur notre liste de diffusion, écrivez nous à: [email protected]
    votre commentaire…

  13. « Le temps c’est de l’argent » repose sur une croyance fausse. Si le temps était de l’argent, comment les hommes auraient-ils pu exister avec un minimum de conscience, avant l’invention de la monnaie qui ne remonte qu’à quelques milliers d’années. Sans repères temporel, pas de repère spatiaux.
    A l’inverse, on démontre aisément que l’argent est du temps.
    Que l’invention de la monnaie pour dépasser les lourdeurs du troc, pour faciliter les échanges, cette invention formidable a introduit le temps dans les échanges.
    Sur le marché, bien avant qu’il soit capitaliste, on vendait, on achetait des produits nommés marchandise.
    Par définition, une marchandise est un produit contenant une certaine quantité de travail. Dans l’abondance, on n’échange plus, on partage, on distribue des produits qu’on ne peut appeler marchandise.
    Dans l’échange marchand, ne circule que de valeurs d’échange qu’on recherche pour l’usage. Dans l’abondance ne circule que des valeurs d’usage.
    « Nous sommes plus facilement disposé à gaspiller notre temps plutôt que notre argent. D’un côté se trouve une notion purement subjectif et impalpable et de l’autre du sonnant et du trébuchant. »
    Là encore, croyance fausse, comment faire sonner et trébucher de la monnaie qui est à 95% électronique ? Reste moins de 5% de billets et de pièces…
    Pour conclure, nous avons à adopter la démarche de Galilée qui a replacé la Terre là où elle a toujours été, dans sa rotation autour du soleil.
    Il en va de même pour l’argent qui n’est pas une richesse mais seulement la mesure des richesses.
    Dans la production, on utilise que matières premières, énergie et main-d’œuvre.
    Par son pouvoir, le banquier peut autoriser ou interdire un production, mais en aucun cas l’argent participe à cette production, d’ailleurs, l’argent n’est qu’information allant d’une banque à l’autre.
    Et ne pas oublier que plus aucune monnaie dans le monde n’est alignée sur un métal précieux, rien que cela devrait nous aider à ne plus utiliser des expressions rabâchées contraires à la réalité.

    Alain Vidal

  14. En tout cas le temps a une valeur ! Et supérieure à l’argent car, contrairement à celui-ci, ce qui est perdu ne peut être regagné.

  15. La première étape est de calculer notre prix de revient à l’heure. Combien est-ce que je gagne de l’heure précisément? Ensuite de réfléchir à chaque fois est-ce que je suis prêt à investir ce temps à faire la queue dans les magasins pour ce prix là? L’astuce aujourd’hui est également de munir d’un livre audio lors de certaines tâches certes qui apporte peu de valeur ajoutée, mais que nous avons pas encore réussi à nous débarasser.

  16. un débat de haut niveau et très instructif en lisant les différents intervenant. la notion du temps est autrement apperçu chez nous en Afrique. merci

  17. bien que le temps aurait existé avant l’argent, le rapport temps/argent reste une donnée économique qui enrichit et appauvrit ses usagés. Sur le plan économique, ce rapport rêvet une grande valeur, car tout est fonction du temps(le rendement,…)

  18. Pingback: Pourquoi déléguer les tâches est un métier à part entière?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.