Jeûner : petit récit de mon expérience et comment vous pouvez l’utiliser pour mieux vous connaitre

Michael Ferrari Développement personnel 25 Commentaires

365 - 344 - having my cake and eating it

J’ai fait une petite expérience très récemment : j’ai décidé de jeûner. Le rapport avec Esprit Riche ? Mieux se connaitre est capital pour bien gérer son argent, vivre selon ses propres valeurs et donc vivre une vie épanouissante. Jeûner et un moyen de casser la routine quotidienne et donc d’ouvrir une porte rarement ouverte. Rien que ça.

En quelques mots, le jeûne est pratiqué depuis très longtemps par l’homme et de nombreux « guides spirituels » l’ont utilisé. Le jeûne consiste simplement à s’abstenir de manger tout en continuant à boire bien entendu. Le jeûne commence après 6 heures sans alimentation et permet de remettre en marche des mécanismes ancestraux du corps. Les différentes promesses du jeûne sont qu’il permet de ne plus se préoccuper de manger et donc nous pousse à être plus à l’écoute de son corps.

De nombreux relevés scientifiques, notamment réalisés par les Russes dans les années 30, existent sur les maladies qui peuvent être soignées en pratiquant le jeûne et plus récemment sur la diminution des effets néfastes de la chimiothérapie et l’augmentation de son efficacité. Il existe même des cliniques où l’on vous fait jeûner (Sibérie, USA, Allemagne…).

Pourquoi j’ai tenté cette petite expérience

Avant de vous dire pourquoi j’ai voulu en faire l’expérience, je vais commencer pour vous dire pourquoi je n’ai pas fait cette expérience. Il y 2 raisons couramment évoquées pour justifier le jeûne, la première est religieuse, la seconde est thérapeutique. En effet le fait de jeûner est recommandé dans de nombreuses religions et justifié de différentes manières mais je n’ai aucune raison religieuse de le faire. Je n’ai pas non plus de croyances ou de convictions que le jeûne apporte des bienfaits pour le corps et je reconnais d’ailleurs ma relative ignorance en la matière même si quelques études semblent en indiquer les effets positifs et qu’un reportage diffusé sur Arte en faisait une présentation flatteuse (voir plus bas).

Ce que je voulais vérifier en revanche, ce sont les effets psychologiques que provoque un jeûne volontaire qui n’est pas dicté par un dogme ou poussé par une revendication quelconque. J’ai voulu expérimenter le discours intérieur qui allait se passer et ressentir les effets. Pour faire cette première expérience, j’ai réuni ce que j’appelle dans Efficacité Zen des conditions de non-échec c’est à dire des conditions qui rendent l’échec impossible. Un choix probablement stupide aurait été de décider de jeûner pendant plusieurs jours ou à une période pendant laquelle je reçois du monde, rend visite à des amis ou encore durant une période chargée. C’est pourtant ce type de décisions que nous prenons parfois et qui est un très bon moyen de rater son objectif et de se démoraliser.

Mes conditions étaient donc :

  • commencer très petit : le plus long « jeûne » que j’ai eu fait jusqu’alors était de sauter un repas. J’ai juste mis la barre un peu plus haut en arrêtant de manger le vendredi à 21h jusqu’au dimanche à 8h soit un peu plus de 35h
  • ne rien avoir de particulier de prévu sur la période, ma routine quotidienne incluant sport + travail + loisir
  • ne pas sur-préparer et me sur-informer pour jeûner sur une si petite période : il faut juste ne pas aller dans la cuisine et vérifier les contre-indications
  • préparer une récompense en cas de réussite : j’ai choisi tout simplement une bonne brioche de la boulangerie d’à côté et plus tard dans la journée la bière brune que j’adore en ce moment avec des tortillas chips et de la sauce mexicaine. Miam.

Ce à quoi je m’attendais

Je m’attendais à avoir faim mais aussi à être gêné par la faim dans mes activités. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit difficile ou à avoir peur de mourir mais je m’attendais à être fatigué.

Ce que j’ai appris

L’expérience est beaucoup moins gênante que je ne l’imaginais. J’ai eu ce sentiment d’avoir faim mais sans en avoir les symptômes et les heures passant j’ai fini par penser qu’il s’agissait plus d’une faim mentale que réelle : j’avais comme des flash avec mes plats préférés qui défilent 🙂

D’un point de vue mental j’ai trouvé que c’était plus facile que je ne l’avais imaginé dans le sens où je pouvais vaquer à mes activités quotidiennes mais j’ai aussi eu l’impression d’être plus fatigué. J’ai été surpris le lendemain matin de voir que je n’ai pas faim au réveil. En aller chercher la brioche, j’ai évidemment eu envie d’avoir mon petit déjeuner. Plus tard dans la journée j’ai vraiment apprécié de manger. J’ai aussi apprécié de découvrir et de tester le fait que l’on est beaucoup plus résistant que l’on ne le pense. C’est bien évidemment un moyen de pratiquer ce que Sénèque recommandait : faire l’expérience de vivre sans rien pour se rappeler à quel point nous devons être reconnaissant pour ce que l’on a.

J’ai trouvé assez impressionnant le temps que l’on peut gagner dans une journée si l’on retire tous les repas, le côté négatif c’est que la journée perd de sa structure.

En préparant rapidement ce jeûne, j’ai aussi découvert quelques mécanismes du corps face au jeûne. Une personne lambda peut vivre 40 jours sans manger car le corps va puiser dans ses réserves (glucides, lipides puis protéines) pour continuer à fonctionner. Dans le même temps le métabolisme se ralentit. Il est surprenant de voir qu’aucune carence n’apparait durant un jeûne. De nombreux groupes associent des périodes de jeûne et de randonnée (25 km / jour) et personne n’a jamais eu de problème aussi surprenant que cela paraisse. Sur une durée aussi restreinte que la mienne cela reste évidemment très léger. Le cap difficile semble être entre 3 et 5 jours lorsque le fonctionnement du corps bascule vraiment pour qu’il puise dans ses réserves. Il existe aussi des « jeûnes » où l’on consomme 300 calories par jour pour en atténuer les effets négatifs, cela peut être surtout une façon de rassurer son esprit sur le fait que l’on ingère quelque chose. Pour préparer et reprendre une alimentation après un long jeûne, il convient également d’adapter son alimentation en la diminuant progressivement et en la reprenant aussi de manière progressive. Cela dit la pratique n’est pas sans risques et elle peut déclencher de nouvelles maladies si vous n’êtes pas accompagné.

Les réactions des personnes que ne connaissent pas du tout le jeûne sont amusantes : « MAIS TU VAS MOURIR ! », preuve que nous avons quelques croyances au sujet du rythme auquel nous devons nous alimenter alors qu’il semble acquis qu’une restriction calorique permet de vivre plus longtemps.

Et ensuite ?

Il semble que la sensation de faim disparait définitivement avec un jeûne plus long lorsque le corps commence à puiser dans ses propres réserves. J’hésite à mener l’expérience sur une plus longue période mais j’ai noté à qu’il est nécessaire de le faire dans un cadre médicalisé (particulièrement la première fois) pour voir comme son corps réagit.

 

Un reportage d’Arte diffusé en mars fait un tour d’horizon de ce que l’on sait sur le jeûne.

Commentaires 25

  1. Julien @débuter en bourse

    Impressionnant, je ne suis pas sur d’avoir le courage de le faire. Lorsque je saute un repas j’ai déjà l’impression de mourir.
    Une question, tu as bu combien de litre d’eau par jour pour compenser ?

    1. Post
      Author
  2. Fabien de Argent-Pour-La-Vie.com

    C’est je genre d’expérience à laquelle je n’ai vraiment jamais pensé. Non que je la réfute mais bon….j’aime bien manger… 🙂

    As-tu été durant cette expérience plus attentif par exemple au fait de boire plus ? Penses-tu essayer sur une durée plus longue ? Penses-tu que le fait que cela soit une expérience délibérée est plus facile que si tu la subissais sur une même période ?

    1. Post
      Author
      Michael

      J’adore manger aussi. Une de mes habitudes est d’ailleurs de manger dans un bon restaurant chaque mois (menu entre 40 / 60 €).

      Oui j’ai bu plus, ne serait-ce que pour avoir moins faim. Je m’interroge sur le fait de faire ça sur une durée plus longue, ce serait dans un cadre avec un suivi médical en tout cas.

      Si c’est imposé, c’est une autre histoire car psychologiquement tu ne contrôles rien. J’avais le choix de manger à tout moment si j’en avais marre (d’ailleurs la petite voix a tenté de m’en convaincre!).

  3. Guillaume de komment devenir riche

    Effectivement 35h c’est déjà pas mal pour une première je pense.
    Je n’ai jamais fait cette expérience et comme Fabien c’est pour moi un plaisir de manger cela serait donc une privation. Et comme le corps sait quand on va contre ses envies, est ce que cela serait pour autant bénéfique ? Je ne sais pas 🙂

  4. MarkLeNet

    Sachant que « qui dort dîne », tu as bien fait de commencer par un jeûne (pas si court que ça pour un débutant, vu qu’il s’agit d’un jeûne complet) comportant 2 nuits. Du samedi matin au dimanche soir eût été plus difficile (et manger le soir au terme d’un jeûne n’est pas bon pour l’organisme).

    Rien ne remplace l’expérience comme tu dis, surtout si l’on a des a priori (l’ignorance, comme le trop-savoir, en créent). Mais tu sais que l’on peut apprendre de l’expérience des autres, et si un jeûne plus prolongé (plusieurs semaines) te tente, un pasteur protestant (francophone) décrit le cadre dans lequel le faire (évidemment avec un accompagnement médical dans ce cas-là). Dans le cadre du carême 2007 (je suis catholique pour ma part, et c’est un acte de liberté : il n’y a pas de garde suisse qui m’y oblige 😉 ) cela m’avait aidé, même sans aller aussi loin que lui. Je te retrouverai cet article si cela t’intéresse (et que tu ne le trouves pas).

    P.S. Pour KDR: oui, manger est (et devrait rester) un plaisir. S’en abstenir volontairement n’est pas une privation : la privation c’est de ne pas pouvoir agir selon sa volonté dans le plein exercice de sa liberté. Si tu manges par habitude ou par désir gourmand (pas gourmet), tu es en privation… d’autonomie 😉

    Merci pour cet article !
    M.

    1. MarkLeNet

      [à modérer si considéré comme trop « religieux »]

      Dans egliseportneuf.com/download/DocumentsjeuneCPC.pdf vous trouverez un exemple de comment s’y prendre pour jeûner plus longtemps (3 jours, 7 jours, 40 jours).
      Le but ici n’est pas de prôner quelque religion, et on peut remplacer toute référence à la prière dans ce document, par « travail intellectuel » ou « relation à l’autre » (rendre service, créer, …) ou « zapper » ces paragraphes si l’on n’est pas croyant.
      Je veux juste vous partager une lecture, merci de votre bienveillance 🙂
      M.

    2. Post
      Author
      Michael

      « S’en abstenir volontairement n’est pas une privation : la privation c’est de ne pas pouvoir agir selon sa volonté dans le plein exercice de sa liberté. »

      Exactement.
      La liberté c’est de pouvoir choisir.

  5. Olivier Roland

    Cela fait plusieurs mois que je pense à faire un jeûne, avec la même approche que toi : pour faire une expérience personnelle, en satisfaisant ma curiosité d’en savoir plus sur moi-même. Tu livres dans cet article une manière simple de tester le jeûne, il n’y a plus qu’à appliquer, donc merci, je reviendrai peut-être ici pour te donner les conclusions de mon expérience 😉 .

  6. Rach (3dvisionfr)

    Je n’ai jamais fait de jeûne, mais avec mes horaires à la con, il m’arrive aprfois de ne pas pouvoir manger à l’heure à laquele je devrais, en je remarque souvent la même chose :
    Si on début on a l’impression que l’on va mourir de faim, cette sensation fini rapidement par disparaitre.
    De même, rester accrocher à l’ordi me fait parfois oublier qu’il était l’heure de manger il y a déjà… 2-3h facile. Dès que je le quitte la sensation de faim revient directement.
    Comme quoi, avoir une activité bien prenante permet aussi d’oublier la faim.

  7. Bruno de vivre riche

    J’ai fait une dizaine de jeûne de 10 jours et j’en suis à 7 jours de jeûne au moment où j’écris ce message…
    Jeûner est très agréable et permet à l’organisme de se nettoyer.
    Quand je dit organisme, je pense au corps mais aussi à l’esprit…
    Quand au mental, il ressort plus clair et plus déterminé…
    C’est un bon exercice pour s’entraîner à suivre un objectif à court terme.
    Après, il faut aussi apprendre la persévérance à plus long terme…
    Bon, je me suis donné 15 jours de jeûne,mais je pense aller plus loin…
    Des infos au jour le jour sur ma page facebook : http://www.facebook.com/bruno.granger

    1. Post
      Author
  8. marie sans importance

    Je jeûne plusieurs fois par an pour des raisons qui n’ont ni à voir avec la religion (spiritualité ?) ni avec la santé.
    Je n’ai jamais jeûné plus de deux jours. Pour moi, c’est un moyen – comme un autre – de retrouver le goût des choses…
    Par contre, pendant, mon jeûne, je bois beaucoup d’eau, de tisanes et de bouillon de légume. Bien entendu, tout comme toi, je crée les conditions ad hoc (le dimanche ou un autre jour mais surtout quand je n’ai rien de spécial à faire). Je ne saurais pas expliquer pourquoi je le fais mais je sais que ça me fait du bien au corps et à l’esprit… et c’est là l’essentiel.
    PS : je suis une grosse gourmande, j’adore manger (et surtout des bons petits plats du sud-ouest (^_^)).

  9. david86

    Je trouve la video interessante , je ne savait pas que l’on pouvait vivre jusqu’a 40 jours sans manger . Par contre en cas de privation involontaire ça peut vite tourner au cannibalisme , le cerveaux ne réagi pas pareil .

  10. Julien

    Étant pratiquant de musculation et la progression étant difficile à mon niveau, je ne sais pas si je tenterai l’expérience du jeûne. Trop peur de perdre ma masse musculaire durement acquise …

    Mais bravo Michael pour avoir tenté l’expérience, ça devait effectivement être très intéressant 🙂

  11. devenir estheticienne

    Cet article tombe très bien car je viens de regarder un reportage complétement hallucinant….non pas sur le jeûne…..mais sur le niveau du dessus : le respirianisme! Non, non je ne rigole pas , d’ailleurs, voiçi le lien pour les plus curieux :

    http://interobjectif.net/lumiere-est-il-possible-de-ne-vivre-que-de-lumiere/

    Vous allez vraiment être impressionné car le reportage est très bien documenté avec des avis de médecins, de nutritionnistes etc….et bien sur de pratiquants, dont un qui n’a pas mangé depuis 40 ans.

    Ne vivre que de lumière…..!

    Alors Michael, tu t’y met quand? ; )

    1. Post
      Author
  12. Anne

    Bonjour,

    J’ai lu avec attention ton article. Je suis assez d’accord avec toi sur ce que peux t’apporter un jeûne.

    Pour ma part, je suis actuellement une diet afin de maigrir d’une quarantaine de kilos. Je prends cette diet comme un travail « physique » mais surtout psychologique. En effet, la méthode utilisée et pour beaucoup, considéré comme « dangereuse » et est stigmatisée car elle est basé sur la consommation de produit hyperprotéiné. Le plus surprenant est la réaction des personnes quand je raconte que je suis ce régime et la réaction de mes interlocuteur me fait bien rire car dans l’inconscient collectivif les sachets c’est pas naturel et c’est trop chimique. Je me rend compte que l’alimentation à une place capitale dans la culture française avec sa gastronomie mondialement reconnu. Donc je passe mon temps à expliquer ma démarche, sachant que je suis suivi médicalement et les médecins qui « adhère » a cette méthode son généralement des homéopathes qui ont un point de vue différent sur la médecine actuelle.

    Sinon cette diet m’a permis de comprendre mes réactions et mes émotions et de me libérer pas seulement de kgs mais surtout au niveau mentale de faire un gros ménage et de faire un point dans ma vie. C’est comme si je dégageais un gros nuage tout gris de ma tête.

    Je pourrais en parler des heures sur l’approche globale d’une diet ou d’un jeûne et surtout les bienfaits physique et mentale mais surtout le rapport des gens qui ont avec les régimes et surtout les idées bien ancrées dans la tête des gens et qui se conforte dans leurs idées (je lis souvent tes postes sur les croyances car j’ai fait les mmes constats que toi)

    Sinon en 10 semaines j’ai perdu 16kg.

    Au plaisir de te lire

  13. jalal din rumi

    salut à tous
    et merci pour l’article !

    je suis Musulman et le Jeune du ramadan va commencer le 20 juillet au 20 aout environ
    bien sur interdiction= de boire et de manger
    du lever au coucher du soleil
    le 20 juillet exemple
    de 4h55 à 21h15 pour le premier jour….
    c’est très éprouvant surtout l’été…et ca va encore durer 8 ans à peu prés….

    Je m’y retrouve dans cet article et dans vos commentaires :o)

    Je lance un appel à un volontaire qui veut bien faire se coucher le soleil plus tôt …..:o)

    1. Fiso

      Bonjour,
      En solidarité avec une amie, et pour me tester, j’ai fait un jour de jeûne pendant le mois du Ramadan et je confirme que c’est éprouvant (même si sur une seule journée, je n’ai eu qu’un gros coup de barre vers 17h).
      Cette année, en revanche, je suis à 7 jours de la fin de mon premier Carême et je suis totalement convaincue de ses bienfaits et par extension de ce qu’on appelle le jeûne intermittent. Je conseille à tous de faire cette expérience bien plus facile qu’il n’y paraît et dont on sort plus fort et plus libre.

  14. farid

    Bonjours;
    comme vous l’avez constaté jeuner n’est pas fatal; moi même je jeune au moins 30 jours par an successifs (c’est par rapport à ma religion),et comme on a l’habitude de le faire dés notre jeune âge (environ à 10 ans ) c’est bien sûr progressif et pas obligatoire ;on commence avec 2 jours puis 3 jours par ans et ça devient automatique ;quand aux sensation croyez moi qu’on se sent beaucoup mieux point de vu spirituel et physique ;car on se rend compte qu’on se rend dépendant de beaucoup de chose de notre quotidien que dés fois on a l’impression qu’on manque de temps!! Enfin le jeune m’a permis de découvrir une vie scène et tres agréable.

  15. Lauantad

    Moi je viens de commencer un jeune hydrique (avec eau, infusions, chicorée, the léger) afin de maigrir mais aussi pour nettoyer le corps et l’esprit. Je débute dans la l’édition avec le livre de Christophe andre accompagne d’un cd. J’en suis au 3eme jour, je travaille mais pas des journées complètes. Là j’ai un peu faim alors je nous et je médite. Je suis habituée à sauter des repas et j’ai déjà fait un jeune mais seulement 3 jours. Je me fuis donne un minimum d’une semaine et plus si je peux.
    PS: je suis en bonne santé et je le fais sans suivi médical. D’ailleurs les médecins je ne les vois jamais car j’ai la chance d’avoir un bon capital santé.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.