Habituel peut-être, normal peut-être pas

Michael Ferrari Psychologie de l'argent 10 Commentaires

Philippe-Geffroy-photoPhilippe est coach et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » : argent et développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Avec Sylvie et Philippe, nous avons créé le séminaire Créez la vie que vous méritez : une expérience unique pour obtenir ce que vous voulez de la vie. Voici Philippe !

De Robert Kiyosaki, outre son quadrant du Cash Flow, j’ai retenu sa définition de l’intelligence, qu’il nous distille à plusieurs reprises dans chacun de ses livres : l’intelligence est la capacité à établir des distinctions subtiles. Alors essayons. Je trouve qu’on confond « habituel » avec « normal ». Le simple fait qu’un grand nombre de personnes aient les mêmes habitudes, fussent-elles désastreuses pour elles et leurs proches, semble être vécu comme si cela avait toujours été. A tel point que l’impact de ces habitudes passe complètement inaperçu ! Elles fonctionnent comme des normes et génèrent une sorte d’asservissement plus ou moins conscient. Personne n’imagine la simple possibilité d’en sortir, et de faire différemment. Quelques exemples.

C’est habituel d’être hyper stressé, entre les contraintes et objectifs personnels et privés, de négliger les temps de repos ou de ressourcement, de se rendre dépendant à la caféine ou autres excitants pour tenir le coup. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel de voir des enfants hyperactifs, qui ne tiennent pas en place, ont des comportements agressifs et des parents dépassés qui les emmènent chez le psychologue ou le médecin (pour leur faire prescrire des calmants). C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel, dans les entreprises, de proclamer que les richesses principales sont les Hommes et les Talents, et que les salariés soient pressés comme des citrons, puis débarqués du jour au lendemain pour des raisons financières. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel, au moindre mal de tête, de passer à la pharmacie pour acheter le médicament salvateur (dont on a vu la publicité en 4mX3m juste avant !) sans se poser une seule fois la question des liens entre ce mal de tête et son mode de vie. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel, outre ses 3 heures de transport par jour et ses 10 heures de boulot, de ramener des dossiers à la maison et de traiter ses mails le dimanche après midi. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel, dans les maisons et appartements, qu’il y ait des écrans débitant des spots de pub et des jeux (où le public hurle sur commande) qui tiennent lieu de « présence » – bonjour la présence ! C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel de rentrer le soir chez soi complètement crevé et de se coller devant la télé pour se vider la tête. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel de s’intéresser à toutes ces stars d’un jour et de suivre leur réussite fabriquée pour l’audimat en oubliant de s’occuper de soi, de sa vie ? C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel qu’un journaliste matraque son invité de questions influencées sans lui laisser le temps de fournir une réponse argumentée. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel d’être abreuvé d’informations sur la crise (tout en voyant des foules se presser dans les magasins et les restaurants !) les guerres, les crimes en passant sous silence les initiatives qui apportent de la valeur. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel que les membres des partis politiques déclarent, après chaque élection, qu’ils vont se réformer pour être plus près des préoccupations des gens, et ensuite se déchirent en interne pour avoir le pouvoir. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel de manger des plats cuisinés bourrés de sucre, de graisses, de colorants et de conservateurs et de se sentir fatigué, sans énergie. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel de regarder des films ou de jouer à des jeux dont le support unique est la violence alors qu’on aspire tous à la paix. C’est habituel, mais est-ce normal ?

C’est habituel de se croire éveillé parce qu’on s’agite dans tous les sens alors qu’on est profondément endormi. C’est habituel, mais est-ce normal ?

Bon, c’est la chronique du 21 décembre 2012. Ce n’est pas la fin du monde, mais, je l’espère, la fin d’un monde. Beaucoup est à reconstruire pour que le progrès profite véritablement à l’homme. Je compte sur vous !

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année.

Commentaires 10

  1. Je comprend ce que tu veux dire, Michael, je suis parfaitement d’accord, il y a un malaise général qui est malsain.

    Ceci dit, l »utilisation du mot « normal » dans cet article est selon moi une erreur. Si je cherche définir la norme, je trouve :
    Normal : Qui est conforme à la règle, à l’ordre. (wikitionnaire)
    La norme c’est ce qui est standard, typique… le général quoi.
    Si plus de la moitié (50+1%) des gens sont pauvres, il est donc normal d’être pauvre. Mais est-ce sain ? non.

    L’habitude est la normalité au niveau individuel, je pense. Il est habituel de voir des gens riche aussi, si son propre entourage est riche, alors que la normalité est de voir des gens pauvres.

    Au final, je pense que tu utilises « normal » dans le sens de « sain ». Et dans ce cas, je suis à 115% d’accord avec toi.

    On peut dire que je chipote, mais je pense que c’est essentiel de choisir ses mots pour acquérir mode de pensée sain. C’est par ce genre de confusion que l’on se bloque et à plusieurs niveaux. (on communique moins bien, par exemple) On se créer des associations d’idées erronées et on pense de travers ensuite. Dire d’un objet qu’il EST là, par exemple, c’est un problème en soit sûr la notion d’être.

    amicalement,
    Clément

  2. Ou bien je pourrai ajouter « c’est la tradition ».

    Ces dernières semaines en séance, il a régulièrement été question de Noël, de la famille, de ses courants souterrains, et de l’utilisation du mot « c »est la tradition ».

    Ben oui, on a toujours fait comme ça dans la famille alors je perpétue cette « tradition », mais « là franchement quand même c’est lourd, je suis fatiguée »…
    Et à la suggestion, peut-être pourriez vous modifier un ou plusieurs éléments de cette « tradition », des résistances sont apparues, « pas le courage » la réponse assez fréquente.

    Alors, dans une séance, dans le but de faire réagir, j’ai poussé fort la comparaison, avec « précaution d’usage’, (que je réitère ici) et ai rappelé qu’au nom de la « tradition » on excise encore des femmes dans certains endroits du globe.

    ben oui quoi, c’est habituel…..tous les autres le font.

    Bon, j’ai poussé fort le bouchon, mais c’est en général ce qu’il faut au début pour faire réagir.

    Merci pour cet article et bonnes fêtes traditionnelles ou non!

  3. Article qui intéressant qui peut remettre en cause nos habitudes, on est surement tous confronté aux mêmes habitudes alors oui cela est important de s’en rendre compte et d’agir.

  4. Ça me fait penser à une autre distinction : besoin et envie.

    Exemple d’une discussion récente, une personne a envie d’une nouvelle pair de chaussure, elle en a déjà beaucoup mais toutes ne sont pas étanches, donc elle en veut une neuve et étanche, elle en a BESOIN ! Pour moi c’est plus une envie liée à vouloir un peu plus de confort… C’est habituel de confondre besoin et envie pour certaines personnes, mais est-ce normal ?!

  5. Génial ton article, il invite à réfléchir sur les défauts de notre société et si tu permet je vais en rajouté un.
    C’est habituel de faire des stages sous payées pendant 2 ans pour sois disant « apprendre » c’est habituel mais est-ce normal ?

  6. Je suis un adepte dans l’art de remettre tout en question, mais une piqure de rappel ne fait pas de mal. On peut pousser la réflexion très loin jusqu’à : « Il est souvent plus facile de rendre les autres coupables de nos petits malheurs, c’est habituel, mais est-ce normal ? » Merci Michael ! Très bel article.

  7. Pas grand chose à ajouter,
    sortons de ce monde de décadence et apprenons à « vivre » vraiment notre vie ….

    Bel article, bonne continuation Michael et longue vie à ton blog…

    Frédéric

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.