Fast food, fast death

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Esprit riche 11 Commentaires

The Chariot Race

Aller au fast food est tentant. Tout d’abord le système marketing est puissant mais le procédé pour s’alimenter est rendu très facile. Il n’a jamais été aussi facile de s’alimenter qu’en allant dans un fast food. Lorsque quelque chose est facile, pourquoi résister ? Il y a même des gens qui trouvent ça bon, c’est dire. Nous savons tous que le prix n’est plus vraiment un argument. Un repas quelconque dans un fast-food vous coutera environ 8 €, somme que coûte un sandwich ailleurs ou parfois un plat simple dans une brasserie. Alors pourquoi la tentation est-elle si forte ?

Personne de raisonnable ne peut utiliser l’argument de la facilité pour justifier son choix.

Voici ce que j’ai découvert récemment : le fast food et moi avons 2 objectifs très différents.
Le fast food a pour objectif de me vendre le plus de calories au prix le plus bas alors que ce que je cherche, c’est le meilleur apport nutritionnel au prix le plus bas.

Si le fast food (et l’industrie agro-alimentaire en général) s’attache à nous fournir le plus de calorie au plus bas, c’est pour une raison simple : c’est ce que notre instinct nous pousse à consommer. Pourquoi iraient-ils contre cela ? Il ne faut pas forcément voir de la manipulation là où il n’y en a pas : ils « nous » donnent ce que l’on cherche. Du moins, ce que la majorité cherche.

Fast food, Junk information

Le fast food n’est qu’un exemple de la manière dont notre instinct nous joue des tours mais c’est loin d’être le seul.
Lorsqu’on souhaite se tenir informé, le même phénomène se réalise. Les équivalents fast food dans le monde de l’information sont partout, prêts à vous informer en vous promettant le plus d’information pour chacun de vos euros, une bonne partie est même gratuite.
Certains de ces fast food de l’information se sont même pris au jeu de croire qu’ils étaient importants et notables et donc indispensables. La facilité est grande car leur format et leur disponibilité retirent la plupart des difficultés d’accès à l’information.
Ici encore, le risque c’est de croire que parce qu’ils sont nombreux, ils ont forcément raison. Notre instinct nous pousse à rejoindre le troupeau. On se sent moins seul ainsi. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux avoir tort ensemble que raison seul ?

Le troupeau a-t-il raison ? Rarement. Trouvez moi un troupeau conscient et je vous montrerai un troupeau intelligent.
Si vous voulez des conseils pour investir allez-vous lire et suivre les conseils que l’on trouve dans la plupart des magazines ou allez-vous chercher à vous faire une opinion ?

Je pense que l’un des défis de notre quotidien consiste à reconnaitre ces moments où notre instinct prend le dessus. Lorsque vous remarquez que vous venez de prendre une décision contraire à ce que vous croyez, vous êtes en mesure de corriger le tir. Si vous pensez que le fast food n’améliore pas votre santé, pourquoi aller y manger ?

Cela demande d’avoir « une certaine conscience de soi », autrement dit d’avoir du recul sur soi-même. Si vous voyez en train de prendre vos propres décisions vous pourrez les analyser et éventuellement les corriger.

Pour ce que j’en ai vu, la plupart des gens ne pratiquent pas cette approche soit parce qu’ils ne savent pas que c’est faisable soit parce que même en le sachant c’est impossible à faire (typiquement les personnes egocentriques) car cela demande de reconnaitre ses propres failles et cela fait appel à une injection de volonté – probablement l’un des ressources les plus limitées dont nous disposons.

Avec le fast food, c’est terriblement difficile d’éviter d’y aller car encore une fois tout est pensé et optimisé pour vous faciliter la tâche et surtout endormir tous vos systèmes d’alertes. Désormais, quelqu’un qui n’est pas spécialement sensibilisé peut croire que manger ces repas est sain grâce à la communication « santé » faite autour des menus proposés.

Alors comment ne plus y aller une bonne fois pour toute ? Comment ne pas céder à la facilité dans la plupart des situations ?
Définissez vos 3 « pourquoi » : fixer les 3 meilleures raisons pour vous de ne plus aller manger dans ce genre d’endroit, mémorisez-les. Au moment de prendre la décision, ces 3 pourquoi seront une bouée de secours. Ce sera votre raison pré-machée qui contredira les arguments commerciaux pré-digérés.

Mettez en place une contrepartie. Ok, vous avez le droit d’y aller de temps à autre. Si jamais cela arrive, vous devez faire quelque chose en contrepartie qui fasse appel à votre volonté et qui contre un peu les effets de votre première décision : une séance de sport, passer une heure à vous documenter sur la nutrition, arrêter le soda pendant deux semaines… A vous de choisir comment « repayer » votre écart à vous-même.

Autre idée intéressante : à chaque fois que vous y aller, payez le repas à tout le monde. La simple idée de dépenser autant d’argent pour un si mauvais repas devrait vous freiner dans votre entrain. Mieux encore : parlez-en à tout le monde pour qu’ils vous le rappellent à chaque fois 🙂

Ne laissez pas l’illusion vous endormir comme le coup de la bougie : si je passe mon doigt dans la flamme d’une bougie, je ne vais pas me brûler. Un enfant vous le dira : il faut rester un peu plus longtemps dessus ! Ne soyez pas stupide au point de croire qu’un repas ce n’est rien du tout. C’est un pas en avant ou en arrière ! A vous de voir 🙂

Image par an untrained eye

Commentaires 11

  1. CC

    Salut mic!

    Quel bon article, il restera bien ancré dans ma memoire 🙂

    J’aimerais rajouter ma technique : le matin, souvent dans la douche, je pense rapidement a ce que je vais manger pour mes repas de la journee. Un minimum de planification permet d’eviter les sorties au fast food dues a un manque de planif!

    A+ bonne semaine

    1. Post
      Author
  2. thanor

    Super article,

    Personnellement quand j’ai vraiment envie d’aller dans un fast food je me fais tout simplment un bon hamburger (ou deux^^) chez moi, sa coût moins chère, c’est meilleur et il y a plus a manger.

  3. babar

    Bravo pour cet article ô combien important et même préoccupant, alarmant!

    Toutefois, je voudrais apporter un bémol sur 2 points:
    _ Tu parles d’un prix de 8€: s’il s’agit d’un panier moyen en restauration rapide (et je mets les sandwichs de boulangerie suitant de mayo dans le même sac) mais ce n’est même pas le prix d’une entrée en restauration traditionnelle (surtout si on cherche un minimum de qualités nutritives)
    LE FAST-FOOD A GAGNE D’AVANCE LE COMBAT DE LA COMPETITIVITE!
    _ Tu parles de ne pas y aller, d’opter pour d’autres choix. C’est très difficile car c’est la distribution toute entière qui est organisée pour nous fournir de la merde à ingérer!!
    La seule solution passe donc par une organisation personnelle alternative (et malheureusement, ce n’est pas toujours possible, du fait du lieu, du fait du transport et du stockage du lunch-bag, du fait de la rupture sociale qu’elle engendre…etc)
    LA DISTRIBUTION TOUTE ENTIERE MUE VERS UN SYSTEME D’EMPOISONNEMENT (et le pire, c’est que maintenant, ils nous collent de « fausses étiquettes » marketing pour s’acheter une (pseudo) conscience)…

    En revanche, je te rejoins: nous ne pouvons rien faire à part s’organiser au mieux et ne plus y aller!
    Dans ce sens, merci pour la méthode évoquée 😉

  4. babar

    En me relisant, je ne suis pas forcément hypra clair dans mon second point:
    Je voulais dire que si on peut choisir au supermarché d’acheter des produits frais plutôt que du poison manufacturé, c’est très délicat d’effectuer cet arbitrage dans la restauration (et malheureusement pas QUE dans la restauration rapide…)

    1. Post
      Author
      Michael

      Sur le prix, je ne suis pas aussi catégorique. Il y a des petits restos à ce tarif (repas du type « a la maison ») ou des sandwichs relativement « sain ».

      Effectivement la distribution est extrêmement bien organisée (pour l’avoir vu de l’intérieur!) et pour beaucoup de gens la seule solution c’est la MPO (Moins pire des options) : la salade ou le pan bagnat…

  5. axel

    Mouais bof. Pas très éclairé…. on est loin du psychologique. Et le plaisir? et la praticité? écartés! et c’est dommage si on veut parler du fast-food, non?

  6. Charles

    C’est exactement un de mes objectifs pour 2010 : diminuer les fast food, et donc prendre de bonnes habitudes alimentaires ! C’est pas évident, étant étudiant, et ayant bcp d’amis qui aiment ça (et moi aussi j’aime ça, faut l’avouer…)

    axel : tu peux avoir du plaisir avec bien d’autres aliments moins tueurs : c’est bourré de tout ce qu’il faut pas…
    Ah par contre c’est pratique, ça dépanne quand même de temps en temps, mais en général, il faut essayer de s’arranger pour éviter. A côté de ça, tu as des sandwichs qui sont bien mieux.

  7. Mohamed86

    Faites comme moi
    Quittez la ville et installez vous à la campagne
    Pas de macdo avant 50km
    donc pas de tentation
    un bon potager sans produits pesticides et l’air frais..
    Que du bonheur !

  8. Gentlemad

    Très bon article encore, tu as l’air en forme en ce début d’année :).

    C’est assez marrant car il y a peu, je regardais la page Wiki de macdo. Véritable symbole de la mondialiasation mais pas forcément de l’hégémonie Américaine pour moi.

    Je considère qu’une multinationale comme Macdo n’a plus vraiment d’identité Americaine, c’est un peu plus complexe que ça. En toutcas comme d’habitude ce ne sont pas forcément les inventeurs, les frères Madonald’s, qui s’en sont mis plein les fouilles.

    Du reste, je vois (sur Paris du moins), fleurir bon nombre de fastfoost un peu hype et plus sain.Qui jouent sur la carte bio ou sur une spécialité baggle etc.. pour concurrencer macdo sur le créneau des jeunes cadres/bobos/parents etc…

    Ce que macdo essaye aussi de faire en proposant des salades et des fruits. Alors en route vers un macdo plus sain?

  9. babar

    @Gentlemad:
    _ Tous ces fast-food s’achètent une image en construisant agencement, communication, charte graphique, type de produit de base…etc. Ce n’est qu’un leurre!!
    C’est de la merde en barre, tout comme le hamburger pré-chié de chez McDo (entre 300 et 400 cal pour la salade seule!!!!):
    http://www.mag-nutrition.com/nutrition/table-des-calories-fast-food.htm
    _ Depuis longtemps le métier n°1 de McDo, ce n’est plus la « restauration » mais l’immobilier…

    C’est un problème de santé publique mais le gouvernement, malgré les « Grenelle » & cie ne fait rien alors qu’il serait facile de moduler la taxation des restaurants rapides selon certains indicateurs (aspects diététiques, rapport coût/ qualité nutritives, politique sociale, approvisionnements locaux…etc)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.