Efficacité personnelle : pour gagner du temps, soyez plus sélectif

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Devenez plus efficace 7 Commentaires

Au gré de toutes les discussions et les conseils que je donne au sujet de l’efficacité personnelle, il y a un aspect souvent oublié mais ridiculement simple. Pour beaucoup de gens, être efficace veut dire en caser plus dans son planning, en faire plus… jusqu’à l’épuisement. Voici une chose que j’ai identifié chez tous les top-performers : ils ont une capacité exceptionnelle à rester concentré sur un petit nombre d’activités qui font appel à leurs talents.

Je sais qu’a chaque fois que je dis ça mes interlocuteurs me regardent avec un air déçu car l’un des points de départ vers le sentier de l’efficacité consiste simplement à vouloir en faire moins. J’entends tous les glandeurs se réjouir « Michael a dit qu’il fallait en faire moiinnnnsss !!!! ». Pas tout à fait 🙂

En faire cela veut dire travailler sur quelques projets critiques et oublier le reste. Autrement dit, se focaliser sur les actions essentielles que l'on voudra aborder en salle de réunion et donc être sélectif.

Comment en faire moins ?

Commencer simplement : vérifier que chaque activité dans votre emploi du temps est cohérente avec vos objectifs. Pas de miracle, juste une recette qui marche !

Prenez un repas de réseautage qui prend 3 heures entre le repas lui-même (1h30), le transport (1h) et les différents échanges avant (30 minutes). Qu’avez-vous tiré de ces 3 heures ? Pensez-vous que cela soit une bonne utilisation de votre temps ?

La réponse n’est parfois pas évidente mais une chose est sûre : vous ne pouvez n’avoir que des activités dont vous ne savez pas dire si elles correspondent à vos objectifs. Parfois l’on pense qu’un repas va nous apporter le contrat ou l’opportunité que l’on attend et rien ne vient. Dans d’autres situations, tout se fait simplement et rapidement. Ce n’est pas une science exacte (ça s’appelle la vie pour une bonne raison).

Et que dire de ces réunions ?

Si vous ne pouvez pas faire un lien (direct ou indirect) avec vos objectifs, vous devez remettre en cause l’activité en question. Dans l’exemple de mon repas de réseautage, s’il s’agit d’un contact de mon milieu professionnel et que j’ai un objectif de créer une activité indépendante, d’atteindre un certain chiffre d’affaire ou de trouver un certain type de compétences, le lien entre cette activité et mes objectifs est évident.

A contrario si je déjeune chaque midi avec mes collègues de bureau (1h30) et que je n’ai aucun objectif en lien avec cela, je gaspille tout simplement mon temps. Je ne suis pas plus malin que celui qui fait 20 kilomètres pour économiser 3 centimes sur le litre d’essence. Vous n’allez peut-être pas aimer le lire mais reprendre le contrôle sur ses objectifs et ses projets passe par la clarification de ce que l’on veut vraiment.

Notez les activités dans lesquelles on vous entraine, elles sont souvent peu satisfaisantes. Pensez au film que l’on vous emmène voir, le repas qu’on vous propose ou l’aide que l’on vous demande. Ce seul changement peut vous faire gagner une heure par jour.

Que pouvez-vous éliminer ?

Faites-le.

Simple ? Bien sûr. Facile ? Certainement pas. Sinon vous seriez déjà efficace non ?

Vous voulez savoir comment accomplir vos projets et ne plus jamais procrastiner ? Inscrivez-vous ici :
Email :
Prénom :

Commentaires 7

  1. Cet article me fait penser à la loi de Pareto : au final 80% de nos efforts n’apportent que 20% de nos résultats… Autant se concentrer sur les 20% les plus rentables et les développer à fond !
    En se montrant sélectif, on améliore notre productivité. On peut donc abattre une charge de travail en moins de temps, et donc au final générer plus de revenus en travaillant moins !
    Mais pour cela, encore faut-il prendre le temps de réfléchir sérieusement à ce qui nous prend du temps inutilement… Cette remise en question est indispensable, et pas toujours évidente à mettre en place.

    1. Post
      Author

      En effet c’est une application de cette fameuse loi bien souvent survolée 🙂
      Nous prenons rarement le temps de s’arrêter pour se demander si notre scie est bien aiguisée.

  2. Bravo pour le rappel Michael.
    Ce message, j’arrête pas de le marteler. Partout. Tout le temps. Mais l’efficacité, c’est comme la Gaule d’Astérix : il y a des irréductibles qui résistent toujours et encore 🙂

    Une phase en anglais résume magnifiquement la chose (c’est malheureusement moins bon en français)

    « Don’t do the things right, do the right thing »
    (ne faites pas les choses bien, faites les bonnes choses)

    Merci pout l’article 🙂

    1. Post
      Author
  3. C’est bien vrai mais tout dépend du stade où l’on se trouve. Si nous commençons l’activité pour tendre vers notre objectif alors couper dans les tâches qui ne rapportent rien va se résumer à tout supprimer.

    Je fais ce que tu dis chaque semaine, et avec le début de ma première entreprise je me réorganise toutes les 2 semaines… C’est une bonne piqure de rappel ;- ))

  4. C’est tellement vrai mais je suis le premier à ne pas appliquer ses préceptes…

    Je suis le roi de l’égarement. Je passe en effet beaucoup trop de temps sur des taches qui ne me rapportent rien.

    Mais ne pas effectuer ses taches dites « non productive  » provoquent une sorte de déséquilibre.

    La culpabilisation apparaît alors…

  5. Dans un autre registre, j’aime beaucoup l’esprit du judo appliqué à la vie quotidienne : une efficacité maximale pour une dépense d’énergie minimale.
    Comme quoi la question de la meilleure utilisation possible de l’énergie transcende les disciplines.
    Peu de gens se rendent compte que les deux ressources les plus rares dont ils disposent sont le temps et l’énergie.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.