De lent à rapide… les 2 temps… du temps !

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Devenez plus efficace 10 Commentaires

Philippe est coach, animateur du séminaire Créez la vie que vous méritez et auteur du livre « Soigner vos problèmes d’argent » dans le domaine de l’argent et du développement personnel. Chaque semaine, il publie sur Esprit Riche un article parlant d’argent et de ses secrets que nous avons parfois du mal à comprendre. Voici Philippe !

 

Je passe souvent pour un extra terrestre lorsque j’explique que mon luxe principal, aujourd’hui, c’est d’avoir du temps. Je n’ai pas la Rolex , certes (mais je m’en fous, ma montre me donne la même heure !), mais j’ai du temps. Que de plaintes et de récriminations sur le sujet : « ça passe trop vite, je cours toujours, je n’arrive pas à tout faire, je suis débordé » ! Et que de stages sur la gestion du temps ! On apprend à gérer son temps en en faisant un adversaire contre lequel on doit se battre, Et tout ça pour faire le maximum de choses dans un minimum de temps, choses qui pour la plupart apporteront au plus un soulagement vite supplanté par une nouvelle échéance, mais pas de vraie satisfaction durable. Ce n’est pas ma conception.

Le temps m’est donné tant que je serais en vie, et chaque jour, en me levant, je prends quelques instants pour me dire : aujourd’hui, tu as tout le temps dont tu as besoin pour l’essentiel ! En posant les choses de cette manière là, j’allège déjà sérieusement « l’emploi » de son temps et je peux alors nouer une relation d’amitié avec lui. Avec « mon ami le temps », nous avons deux formes de relation :

Le temps lent : c’est celui de la méditation, d’un dîner en famille, d’une promenade, d’une rêverie, d’un voyage en TGV, de l’esquisse d’un projet ou d’un séminaire, d’une lecture. Que je choisisse ce temps ou qu’il me soit donné par les circonstances, je ne cherche pas à le remplir outre mesure, à cadrer les horaires ou me donner un objectif de résultat. Je sais que ces temps me permettent de faire advenir ou d’ancrer des décisions, de me régénérer, de me ressourcer, de respirer. Cela s’organise, bien sur, en mettant à distance les voleurs de temps et les distractions. Et cela s’entretient en luttant tranquillement contre l’agitation mentale et la dispersion des idées en se remettant dans l’instant présent.

Le temps rapide : c’est celui du travail, de la concrétisation, des écrits et contacts professionnels, de l’administratif (la France des papiers !), de la mise en œuvre d’une décision, de la recherche de la meilleure productivité (le minimax : minimum d’efforts et maximum de résultats). Il y a quelque chose d’euphorisant dans ces moments, quand « ça dépote », et que la liste des To Do s’allège inexorablement grâce à un niveau de stress optimal. C’est le temps du contrôle, de la focalisation, de la détermination productrice de résultat. Deux principes sont à l’œuvre : une chose à la fois auquel s’ajoute: début milieu fin. Vraiment basique, certes, mais propice à faire cesser ce désagréable sentiment de fin de journée où vous êtes énervé car vous vous êtes échiné toute la journée et avez le sentiment de n’avoir rien fait.

Je rencontre régulièrement des gens qui sur-développent un pôle au détriment de l’autre. Ceux qui vivent exclusivement dans le premier sont en difficulté pour faire face au rythme moderne, notamment celui du travail. Les autres ont souvent un sentiment de vide intérieur que leur suractivité masque, et ils deviennent de très bons candidats au burn-out. Le temps lent et le temps rapide se bonifient l’un l’autre et l’être humain a besoin des deux pour garder ou construire son équilibre.

Commentaires 10

  1. Alors, apprenons à nous ennuyer ! 🙂

  2. tres bel article. Je suis tout à fait en phase avec le contenu et cela fait du bien de le voir écrit noir sur blanc.

    Ce sujet doit etre dans l’air, ou alors il s’agit d’un synchronicité, car j’ai moi meme sorti 2 articles dans le meme esprit cette semaine sur l’art de ne rien faire http://osezlebienetre.com/comment-apprendre-a-ne-rien-faire/ et des astuces pour mener une vie plus simple http://osezlebienetre.com/7-astuces-pour-mener-une-vie-plus-simple/
    c’est donc avec grand plaisir que j’ai pu lire cet article qui fait écho

  3. Bonjour

    Tout à fait d’accord avec cet article. Actuellement, on est en train de nous « voler » notre temps lent avec les smartphones.

    Quand je vois le nombre de personnes qui pianotent sur leur téléphone pour envoyer des messages ou consulter je ne sais quoi, je pense qu’ils feraient mieux de passer ce temps à ne rien faire.

    Aujourd’hui, même quand on a 5 minutes à ne rien faire, on se précipite sur son téléphone.

    Personnellement, j’ai viré mon smartphone pour prendre un téléphone portable tout simple où il n’y a pas internet et où on ne sait pas consulter ses mails.

    Sisi, ça existe encore !

    Je pense d’ailleurs en acheter 2 ou 3 car d’ici quelques années, cela ne se trouvera plus.

    Depuis, je vis beaucoup mieux mes journées et je reste concentré sur des choses essentielles.

    Geoffroy

  4. Tout à fait d’accord avec cet article : se donner à fond tout le temps ou, à l’inverse, être tout le temps passif ne sont pas de bonnes solutions. Tout l’art réside dans la manière de combiner au mieux ces deux notions afin de profiter pleinement de sa vie… et de son temps !

  5. Très bien vu pour les deux temps différents.

    A partir d’un certain seuil de revenus (et pas forcément aussi élevé qu’on le croit !), ce n’est plus l’argent mais le temps qui manque.
    D’où l’intéret d’essayer d’avoir un mode de vie assez simple pour être capable de dégager ce précieux temps sans devoir gagner toujours plus.

  6. Bonjour,

    Il faut savoir s’organiser et ne pas s’attacher aux choses qui ont peu d’importance.
    Je connaît quelqu’un qui passe un temps fou à écrire des emails « haaa ils sont beaux, il n’y a aucun doute » et cette personne râle de ne pas pouvoir finir son travail.

    Alexandre

  7. Bonjour Michael,

    La gestion du temps divisé en deux grandes parties est une excellente idée, félicitations. Effectivement soit les gens sont dans une ou l’autre des parties exagérément. Alors que l’idéal, comme l’a dit Bouddha, c’est la voie du milieu.
    Certes, ce n’est pas facile à mettre en place, mais je pense que c’est un super objectif. L’équilibre des temps productifs avec les temps de développement personnel, beau challenge. Je suis persuadé qu’en équilibrant, on sera encore plus productif sans empiéter sur notre temps »réservé ».
    Amicalement
    Christian

  8. Pingback: Ma revue du web #13 | Deviendra grand

  9. Un bel article et même ….un article audacieux, à contre courant! ; )
    Inimaginable de ne pas courir après le temps dans une société ou vous degrés d’occupation reflète votre niveau d’importance?
    Et pourtant comme Philippe le dit si bien : il a le temps pour l’essentiel et ça ….c’est impor’temps!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.