Comment ne plus jamais se laisser démoraliser

Michael Ferrari Démarrer un business, Psychologie de l'argent, Réussite et succès 3 Commentaires

pas-le-moral

Quelqu'un a mangé mon dessert et j'en suis tout décoiffé...

Le quotidien est rempli d’évènements qui poussent les gens à se plaindre : le bébé du voisin qui pleure, une amende à 11 € parce que vous avez dépassé le temps de stationnement, quelqu’un qui vous bouscule dans la rue…

Ces choses arrivent tous les jours et pour certains d’entre nous, elles arrivent chaque jour. Un matin vous vous levez de bonne humeur et 15 minutes après vous êtes démoralisé car vous constatez qu’il n’y a plus de jus d’orange ou que votre jean préféré n’est pas lavé.

Face à chaque évènement, nous réagissons comme nous le pouvons à l’instant donné. Si nous sommes affecté par un sentiment particulier, celui-ci va influencer notre réaction.

Lorsque vous êtes démoralisé voici ce qui se passe :

Vous vous faites du mal

La seule personne qui va subir les conséquences négatives c’est vous. Vous allez perdre votre journée de travail, perdre des années de vie en pétant les plombs (les stressés et nerveux vivent moins longtemps que les autres), vous allez remettre en question vos décisions, vous allez baisser votre confiance en vous, vous allez quitter des yeux la balle et vos objectifs pour trouvez un responsable à votre malheur ou chercher un moyen de vous venger.

Tout ceci cause une seule chose : au bout du compte vous aurez passé une sale journée.

Si quelqu’un vous bouscule intentionnellement dans la rue , c’est peut-être dans le but de vous énerver. Si vous le faites, la personne a atteint son objectif car elle vous a fait réagir de la manière dont elle souhaitait. Idem lorsque un parent utilise des mots ou des expressions dont il sait que cela vous énerve. Que ce soit intentionnel ou non, vous allez réagir de la manière qu’il attends : vous devenez son instrument. Vous êtes réactif et prévisible.

Dans ce processus, le seul qui souffre des conséquences, c’est vous. Je ne sais pas si vous avez déjà fait l’expérience d’énerver quelqu’un avec quelques paroles mais c’est assez fascinant et ridicule à la fois : quelques mots suffisent pour que l’autre perde les pédales. En faisant ceci, ce n’est pas celui qui provoque qui subira les conéquences négatives mais bien celui qui réagit.

Vous montrez aux gens que l’on ne peux pas vous faire confiance

Je ne sais pas s’il existe une manière politiquement correcte de dire ceci mais comme le politiquement correct n’est pas un critère pour moi voici un effet négatif conséquent d’une sur-réaction : personne ne vous le dira mais tout le monde pensera que vous n’êtes pas fiable. Si vous pétez les plombs parce que l’on vous a fait une queue de poisson ou que votre supérieur a eu un mot désobligeant, tout le monde se demandera si vous êtes fou ou au bout du rouleau. Personne ne vous dira rien mais l’on se gardera de vous confier des choses sensibles ou faisant appel à vos émotions.

Ils ne seront pas désolés pour vous et ne se demanderont pas comment vous aider. Ils se diront surtout que tant que vous n’êtes pas capable de prendre soin de vous, il n’est pas envisageable de vous confier des tâches importantes. Vous n’êtes pas fiable.

J’ai observé de nombreux pétages de plombs tant d’un point de vue personnel que professionnel et parfois de gens que j’estimais beaucoup. Il est toujours surprenant de voir lorsque cela arrive et il n’y a aucun effet positif à ce genre de réaction. Une fois, un haut responsable chez l’un de mes clients est devenu à moitié fou en réunion et à commencer à tenir des propos irrationnels sur la situation (il pensait qu’il y avait un complot) autant dire que tout le monde s’est montré discret durant la réunion mais qu’après sa réputation était tombé si bas que personne ne pouvait se baisser pour la ramasser. Il n’était plus fiable, il était ridicule. Il n’avait pas d’excuse : il avait réagit à un évènement et s’en était fait une montagne.

De toute façon, je n'avais plus faim !

De toute façon, je n'avais plus faim et il fait beau 🙂

Conclusion

Stephen Covey en parle dans « Les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent » : entre le stimuli et la réponse, vous pouvez choisir votre réaction. C’est pour cela que vous êtes un humain et non un animal. Les animaux réagissent toujours de la même manière à un évènement particulier, c’est pour cela qu’ils sont étudiés et classés mais vous avez le choix (bien que chez de nombreuses personnes, on se demande parfois où est la frontière…). Vous pouvez choisir l’effet que va procurer un évènement sur votre personne et votre humeur : vous pouvez être pro actif au lieu d’être réactif.

Les gens qui réussissent sont pro actifs et ceux qui échouent sont réactifs. Il y a ceux qui savent où ils vont et prennent du recul et ceux qui ont la tête dans le guidon et qui sont à fleur de peau. Les gens qui réussissent ont une mission qui les dépassent et les évènements sur le chemin ne sont que des aléas de la vie. Les aléas arrivent. Les gens qui échouent pensent que chacun évènement LEUR arrive. Ils pensent qu’ILS ont fait quelque chose pour le mériter. Ils pense être des victimes à qui quelqu’un s’attaque personnellement.

Soyez contre-intuitif : souriez lorsque vous vous seriez énervé, rigolez de la situation lorsque vous avez envie de pleurer, ne soyez pas prévisible. Les gens prévisibles ne sont pas intéressants car ils ne possèdent aucun mystère.

Vous pouvez aussi être reconnaissant pour ce que vous avez, ce que vous êtes et ce qui fait de vous quelqu’un de bien. La reconnaissance est un sentiment puissant pour lutter contre les aléas de la vie.

Ne laissez pas les nécessaires aléas de la vie foutre en l’air votre réputation, votre moral et votre mission. Un jour de perdu n’est jamais retrouvé. Admettez que confier le pouvoir de faire la pluie et le beau temps sur vos émotions à quelqu’un d’autre est fou et contre-productif.

Commentaires 3

  1. seonovice

    un ptit conseil pour commencer
    lisez un livre ou deux sur la programmation neuro linguistique
    regardez quelques vidéos des pionniers de ce domaine
    et vous voila guéri 🙂

  2. magicman

    Un jour j’ai vu un prof qui a pété un plomb simplement parce que je suis resté impassible face à une de ces remarques. Le prof était prétentieux, imbus de lui même et lorsqu’il a sentit que j’étais vraiment le contraire de ce qu’il voulait faire de ces élèves il a radicalement pété un plomb. Comme quoi l’on arrive à énerver les gens en jouant les indifférents, je crois même que c’est la pire des offenses que l’on peut faire à des gens colériques..

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.