Ces gens avec lesquels on ne veut plus travailler

Michael Ferrari Réussite et succès 5 Commentaires

Mon banquier est prêt à tout...

Lorsqu’ils ont besoin de vous, ils savent où vous trouver. Lorsqu’ils ont un renseignement à vous demander, ils attendent de l’avoir dans l’heure. Dès que vous avez besoin d’eux, ils ne sont plus joignables, ils sont débordés et ils ignorent vos emails.

Ce type de personne existe et peut-être classée dans l’espèce « Homo enfoirus ».

Ce que l’homo enfoirus ne vous dit pas

J’en ai rencontré plus que je ne souhaitais récemment. Il y a eu ce gars qui voulait me proposer un super deal par rapport à mon blog. Appelons-le  » concon N°1 « . Après m’avoir envoyé 3 emails en 1 heure, il s’est mis à chercher mon nom puis mon numéro de téléphone. Je sais bien qu’il est facile de le trouver : j’ai organisé sa mise à disposition. Néanmoins, concon N°1 à découvert que je n’étais derrière ma boite mail toute la journée et cela lui a déplu.

Sans hésité, il m’a téléphoné pour me proposer son offre absolument incroyable. Manque de bol, j’étais sorti et il a donc eu à faire à mon charmant répondeur. Je vous passe la suite de nos échanges mais en somme, concon N°1 voulait que je lui rende un service. Ben oui, promettez un super deal pour arriver à joindre la personne et puis une fois que vous l’avez, demandez lui un service. Pourquoi s’emmerder ?

Assez échaudé par nos premiers échanges avec cet homo enfoirus qui promettait d’être de haut vol, j’acceptais de lui rendre ce service en l’échange d’un service de sa part. Tout ceci était très urgent pour lui. Après avoir rempli ma part, sa part de l’échange n’était pas réalisée. J’attends quelques jours sans aucune illusion et je constate alors que sa part n’est toujours pas réalisée. Amusé, je lui envoyé un email auquel il répond que ma demande est « dans les tuyaux ».

Nous sommes ainsi passé d’une situation où il me demande un service à celle où je dois suivre, demander et faire en sorte que sa part de l’accord soit réalisée. J’ai tout arrêté mais je n’ai pas pris la peine de l’en informé, au pire il sait comment me joindre…

Coconne N°2 est d’une autre espèce. C’est celle dont vous avez besoin. En l’occurrence il s’agit d’une vendeuse de banque (j’ai plusieurs banques, j’espère qu’elle ne se reconnaitra pas!). Voici comment fonctionne notre « relation » : lorsqu’elle a un truc à me vendre, elle sait me joindre. Lorsque j’ai un renseignement ou un service à demander, je ne peux pas la joindre. C’est un petit jeu entre nous et chaque échange me réjouis car je suis toujours impatient de découvrir ce qu’elle aura à me proposer.

Note : pour faire travailler pour vous ce genre de personne, voici une astuce très simple. Vous lui dites que vous être d’accord pour ce qu’elle veut vous vendre mais que vous devez d’abord lire la documentation pour le confirmer. Vous lui demandez alors ce dont vous avez besoin et lui demandez de vous rappeler quelques jours plus tard. Lors du rappel, vous prenez soin de vérifier que votre demande est satisfaite avant de lui annoncer que vous n’êtes pas intéressé. Bien sûr votre demande n’est pas satisfaite, vous lui annoncez que vous êtes déçu et ne souhaitez pas aller plus loin si cela se passe ainsi. Cela fonctionne si la carotte est à l’ouverture d’un service et non à la distribution de documentation par votre vendeur. Si vous pouvez le faire, prenez toujours la main sur la carotte pour obtenir ce que vous souhaitez !

L’homo enfoirus ne vous dit pas qu’il se fout de ce que vous pensez ou de ce que vous avez besoin car il souhaite simplement une chose : prendre ce dont il a besoin, là, maintenant.

J’en ai d’autres qui attendent mais j’ai atteint mon quota de sentiments négatifs aujourd’hui. Quels enseignements peut-on tirer de tout ceci ?

L’homo enfoirus doit-il mourir ?

Pour d’un homo enfoirus puisse s’exprimer, il faut le mettre au contact du client. Il pourra ainsi exercer son pouvoir intriguant et générer du ressentiment parmi vos clients. Véritable orfèvre, il saura modeler une clientèle sauvage et la transformer en consommateur défiant.

L’homo enfoirus n’est pas apparu par hasard. Comme toutes les espèces de nature, il est une évolution logique qui a su s’adapter à son nouvel environnement.

Son nouvel environnement se décline souvent en termes d’objectifs chiffrés. Si l’instinct naturel lui dictait de chasser pour se nourrir, son nouvel objectif est de faire du chiffre pour survivre. Ainsi, tout ce qui est mesuré sera prioritaire. J’avais parlé du danger des primes et des récompenses en soulignant le fait que chaque incitation financière aura des effets malsains.

Ici, l’homo enfoirus n’est pas à blâmer. Il n’a fait que s’adapter comme le fait chaque espèce depuis la nuit des temps. On lui demande d’ouvrir des comptes clients, il ouvre des comptes clients POINT. Renseigner et conseiller ne sont pas des objectifs et par conséquent, il ne s’en préoccupe pas.

Aussi, soyez prudent sur ce que vous demandez à vos équipes, à vos sous-traitants et à ceux qui travaillent avec vous. Ne les transformez pas en homo enfoirus.

Nous pouvons opposer 2 mentalités : celle de la rareté et celle de l’abondance. L’homo enfoirus vit dans la rareté, il doit prendre et ne pas donner. Son temps est compté et ses gestes économisés. Le bon vieil homo sapiens vit dans l’abondance. Il prend mais il donne. Il sait partager et aider parce que ce qui est bon pour l’autre sera bon pour lui… un jour.

Ne vous y trompez pas.

Commentaires 5

  1. Benjamin

    Ah, je partage vos sentiments, rien de plus énervant que de se montrer honnête quand à sa part d’un marché et de voir l’autre traîner des pieds.

    Par contre, l’utilisation du mot « con », ici et dans votre autre article « On ne travaille pas avec les cons » me surprend un peu de votre part. Je ne sais pas trop expliquer pourquoi, disons que ça ne fait pas très ‘développement perso’, pas sérieux. « Imbéciles » marche aussi 😉

  2. tatianna

    Bel article, à propos de libre penseur, et cela va contrarier Benjamin, l’auteur qui a replacé le terme au centre du débat, se nomme « Tonvoisin » Mon conseil, allez bien au delà du titre de cet auteur à succès:

    http://www.travailleravecdescons.com
    http://www.vivreavecdescons.com

    deux best sellers, deux livres d’un auteur étrange que j’ai trouvé en poche cette semaine
    nom : Tonvoisin, qu’il décline : Tonvoisin Debureau / Tonvoisin Depalier, et sur FB je l’ai trouvé sous « Tonvoisin de La Garlée »
    je vous le recommande, il est oxygènant !!!

    Tatianna

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.