Arrêtez le transactionnel, visez le relationnel

Michael Ferrari Développement personnel, Esprit riche 2 Commentaires

Quand, pour la dernière fois, quelqu’un vous a rendu un service sans rien attendre en retour ? Je suis certain que vous vous souvenez de cette personne. La raison est simple : cela change des dizaines d’autres qui essaient de tirer quelque chose de vous sans rien vouloir donner.

Les relations humaines sont une source de richesse importante. Elles peuvent améliorer la qualité de votre vie et augmenter le nombre de 0 à votre fortune si vous savez y faire. Pourtant chaque jour on constate que des gens se comportent de manière néfaste pour leur propre avenir lorsqu’il s’agit de la relation aux autres. Pourquoi les compétences et les comportements relationnels sont si peu enseignés ?

On ne vit pas heureux seul et il est impossible de devenir riche par la force de son seul effort. Pour obtenir un effet de levier sur votre travail, vous devez d’une manière ou d’une autre, collaborer et échanger avec les autres.

2 paradigmes pour un monde de fou

Tout dépend du paradigme dans lequel vous vivez : si c’est celui de la majorité des gens, vous avez peur des autres, vous vous en méfiez avant tout, vous préférez faire vous-même, vous préférez prendre avant de laisser l’autre se servir. L’autre paradigme, c’est celui de la coopération, celui où vous aidez l’autre à progresser, à s’accomplir et où en retour il vous aide à atteindre vos objectifs.

Le premier paradigme est transactionnel. A la manière d’une transaction informatique, la relation est établie pour une raison précise, une communication se réalise et la relation est fermée. La seconde est relationnelle. Elle fait le pari du long terme, de la retombée de bénéfices inattendus. Le paradigme transactionnel, c’est celui du « un tiens vaut mieux que tu l’auras ». Autant se servir tout de suite, l’autre n’est pas fiable. L’autre paradigme c’est celui de « l’union fait la force », celui où l’on essaie de se rendre service avant tout.

Alors si évidemment ces 2 fonctionnement sont caricaturaux, essayez de voir comment vous agissez au quotidien avec les autres : cherchez-vous à vous servir en premier ?

Si les 3 dernières fois que vous avez été en contact avec une personne donnée étaient pour lui demander un service, you failed.

Pourquoi sommes-nous transactionnel ?

Lorsqu’on a peur de perdre les 3 cacahuètes que l’on a, il est tentant de vouloir protéger à tout prix ce que l’on possède. La protection passe par l’éloignement de toute personne extérieure à notre tribu. La transaction rassure car elle garantie que l’autre ne mettra pas son nez dans nos affaires. C’est un moyen de nous protéger du jugement de l’autre et de flatter les égos surdimensionnés.

La principale raison pour sortir de ce mode de fonctionnement est simple : c’est ce que tout le monde fait. Agir différemment vous fait sortir du lot. Lorsque vous sortez du lot, on se souvient de vous et l’on vous trouve plus sympathique : les portes s’ouvriront plus facilement et votre vie n’en sera que meilleure.

En transactionnel, nous cherchons avant tout à atteindre nos objectifs. J’avais lu un livre écrit par un milliardaire qui disait qu’entreprendre après 30 ans et devenir très riche était quasiment impossible car on s’accroche à nos petites possessions et l’on cherche surtout à ne pas perdre plutôt que vraiment à gagner.

Comment être (vraiment) relationnel ?

Avoir une relation axée sur le long terme n’est pas facile mais après tout n’est-ce pas une loi de la nature ? Ce qui est difficile paye plus. Comment gagner la confiance et le respect de l’autre ? Pas besoin d’être « le meilleur » ou l’expert du domaine pour cela tout comme un manager n’a pas à connaitre les détails techniques de tout ce que réalise son équipe : il doit avant tout dire ce qu’il fait et faire ce qu’il dit.

Alors être relationnel, c’est sûrement être moins égoïste que la moyenne. Aider sans savoir si l’autre nous repayera un jour en quelque sorte. Donner ce que l’on a.

Un bon moyen d’aller dans cette voix, c’est probablement de faire le contraire de ce que vous faites habituellement : si vous demandez quelque chose et qu’ensuite vous proposez de rendre un service, cherchez d’abord à voir quel service vous pouvez rendre.

Cependant, nous ne vivons pas à Bisounours land . Les relations à sens unique ne sont pas profitables aux 2 parties si la situation perdure, chacun doit y trouver son compte et un équilibre doit exister. La prochaine fois que quelqu’un vous refuse un service, demandez-vous ce que vous avez fait pour lui récemment.

Commentaires 2

  1. Charles

    Donnes avant de recevoir, un principe très vieux, et très vrai.

    Je suis plutôt comme ça, je donne, et j’aime aider. Mais de ma personne. Financièrement moins, c’est donc surtout des services, du temps que je donne, et sans rien attendre en retour. En général, on est vite récompensé.

    En effet, c’est super important. D’ailleurs les relations sont selon moi plus importantes que la richesse financière et peuvent aider pour se constituer un patrimoine, c’est clair.

  2. angelique

    Bonjour,
    En plus de mes activités pro, je suis bénévole dans une association qui met en relation des experts avec des associations qui recherchent des expertises. C’est un moyen « à ma portée » pour donner de mon temps, de mes connaissances et mon appui.
    Cependant, longtemps adepte du relationnel à tout prix, j’ai aussi appris à intégrer le transactionnel dans ma relation à autrui. Car comme tu le dis si bien, un équilibre doit exister.
    Merci pour ton article.
    Bonne journée à tous.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.