3 compétences clés pour vivre une vie accomplie

Michael Ferrari Développement personnel 6 Commentaires

Cela fait de longues années que j’anime Esprit Riche. Aujourd’hui, la situation est inversée : c’est Esprit Riche qui m’anime. Ce qui était au départ un projet personnel est devenu un art de vivre. Pendant ma recherche j’ai découvert 3 compétences clés que possèdent ceux qui vivent une vie  satisfaisante et je voudrais les partager avec vous. Elles font partie de mon quotidien.

Compétence N°1 : Savoir ce que vous voulez

Il est beaucoup plus facile pour nous de dire ce que l’on ne veut pas. Comment cela se fait-il ?

N’est-ce pas incroyable de passer du temps à définir ce que l’on ne veut pas ?

Nous sommes capable de décrire avec des détails incroyables ce qui nous fait horreur et que l’on veut éviter, n’est-ce pas idiot ?

Pourtant c’est de la que parte la plupart des gens encore faut-il que vous ne vous arrêtiez pas là !

Passez à l’étape suivante nécessite que vous vous appuyez sur un désir puissant. Vous devez vouloir quelque chose si fort que cela vous pousse de l’avant.

Ce désir est capital et pour savoir ce que l’on veut il y a 2 grands chemins.

Le premier, c’est celui du « Plus JAMAIS ça », le ras le bol. On s’appuie sur le premier constat sauf que ce que l’on ne veut pas devient si horrible que l’on veut à tout prix AGIR. C’est un puissant élément de motivation pour agir et se dépasser.

L’autre, c’est le désir d’avancer et de se dépasser. Il est alimenté par une vision du monde.

Compétence N°2 : Savoir poser de bonnes questions

Si vous êtes coincé c’est que vous ne posez pas les bonnes questions et savoir poser de bonnes questions est pourtant la seule solution dont vous ayez besoin. De meilleures questions mènent à de meilleures réponses.

Il y a des questions qui vous enlèvent du pouvoir et il y a des questions qui vous donnent du pouvoir. Quelles questions posez-vous au quotidien ?

  • pourquoi je n’y arrive pas ?
  • comment ça f ait que lui y arrive ?
  • Je n’ai pas les moyens !

Remplacez ces questions par de meilleures questions :

  • Comment faire pour y arriver ?
  • Dis untel, comment as-tu fait pour … ?
  • Comment puis-je me le payer ?

Imaginez la différence dans votre quotidien si vous obtenez les bonnes réponses à vos questions.

Cela vous permettra de savoir si vous êtes bien entouré, si les projets que vous lancez sont fait pour vous ou encore comment vous pouvez obtenir plus d’argent.

Compétence N°3 : Contribuer à quelque chose qui nous dépasse

Enfin la troisième et dernière compétence, c’est celle qui consiste à contribuer. Servir les autres, sous une forme ou une autre, est un excellent moyen de donner du sens à sa vie mais aussi de se dépasser.

J’ai appelé ça une compétence alors qu’il s’agit presque d’une attitude. Ce qui différencie ceux qui vivent une vie épanouissante des autres, c’est leur capacité à focaliser leur attention sur ce qu’il vont faire pour les autres.

Et vous, que faites-vous ? Comment focalisez-vous cette contribution aux autres ? Que pouvez-vous faire pour changer ça ?

 

 

J’ai crée un stage où je vous aide à identifier les croyances qui vous limitent, définir un projet de vie motivant et chiffré et où vous apprendrez des outils puissants pour créez la vie que vous méritez. Il reste 12 places pour la session des 12 et 13 mai : n’attendez pas !

Commentaires 6

  1. Olivier Roland

    Cela fait de longues années que j’anime Esprit Riche. Aujourd’hui, la situation est inversée : c’est Esprit Riche qui m’anime.

    J’aime beaucoup cette phrase… tout comme l’orientation positive de ton article.

    Je suis curieux toutefois de connaître tout ce que tu veux dire par « Esprit Riche », même si je pense que je m’identifierai à la plupart de ses valeurs. As-tu prévu un article, ou mieux un livre pour définir précisément ce qu’est « L’Esprit Riche » et comment le vivre au quotidien ?

    1. Post
      Author
      Michael

      C’est une très bonne question ! C’est un ensemble de valeur que je n’ai pas encore structurée et ce serait un très bon exercice à faire… de quoi alimenter un livre.

  2. Julien Arcin

    Comme tu as raisons sur la compétence n°1….Dans 99% des cas, le problème c’est pas de ne pas y arriver, mais c’est de ne pas savoir où aller.

    Je pense que c’est par là qu’on devrait tous commencer. Qu’est ce que je veux VRAIMENT ? Personnellement, j’ai beaucoup de mal à le définir, même si j’étais tombé sur des articles sympas (sur ton blog d’ailleurs).

    « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne connaît pas son port. » Sénèque

  3. dung

    Merci Michael pour ces 3 conseils qui vaut de l’or.
    J’aime beaucoup aussi cette phrase « cela fait de longues années que j’anime EsprIt Riche. Aujourdh’ui,la situation est inversée: c’est Esprit Riche qui m’anime ».

  4. Fabien de Argent-Pour-La-Vie.com

    Bonjour,
    il est effectivement connu que l’on est amené à exprimer plus facilement ce que l’on ne veut pas plutôt que ce que l’on veut. Partant de ce que l’on ne souhaite pas, s’interroger sur pourquoi on ne souhaite pas ceci ou cela permet aussi de faire ressortir, à l’inverse ce que l’on souhaite.
    J’ai presque envie de faire un parallèle avec le débat politique actuel où certains diront « ah surtout pas lui pour telle ou telle raison » mais vont avoir du mal expliquer pourquoi ils choisissent l’autre de façon réfléchie et objective sans passer par le « il est plus sympa ». Je caricature bien sûr…
    Je rejoins les autres commentateurs pour ta phrase ton tu devrais t’empresser de déposer les droits… 😉

  5. Grégory

    On ne peut qu’être d’accord avec les 2 premières compétences.

    En fait, la première compétence, ce n’est pas vraiment une compétence. C’est plus un pré-requis. Voire une évidence …

    Bon, je chipote, mais je ne peux que te rejoindre sur l’importance d’avoir une vision globale de son monde.

    La deuxième, par contre, est essentielle … Comment obtenir une bonne réponse si on ne pose pas une bonne question ? Si l’interlocuteur est malin et bien disposé, il corrigera la question et amènera une réponse vraiment profitable. Mais si l’interlocuteur, ce n’est que nous … Ou comment stagner toute sa vie durant !

    D’ailleurs, poser une question à une tierce personne, c’est aussi identifier le bon interlocuteur. C’est comme lorsque ma belle-mère me demande des conseils en mécanique uniquement parce que je suis un bonhomme …

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.