The king of kong : la compétition dans les jeux vidéos

Michael Ferrari Réussite et succès 1 Commentaire seulement !

Image via Wikipedia

Il y a des jeux qui marquent leur époque.

Donkey Kong fait parti de ceux-là.

Le jeu date de 1981 et même si je ne l’ai pas connu à sa sortie (trop jeune) j’y ai joué plus tard et cela reste l’un des jeux de mon enfance.

Les jeux vidéos ont bercé mon adolescence (ah Street Fighter II…) et c’est un monde envoutant dont je garde un bon souvenir.

A l’époque les machines d’acarde, bien qu’impressionnantes, étaient ridiculement cadencées (en MegaHertz) :

Z80 cpu @ 3.072 Mhz (Pour le non geek, on parle de 3 Mhz alors qu’actuellement on en est à 3000 Mhz, ajoutons à cela que la puissance d’une machine ne s’exprime pas uniquement en Mégahertz et qu’un Mégahertz de 1981 vaut beaucoup moins qu’un Mégahertz de 2008).

Il est même possible de jouer au premier niveau sur Internet, ça serait dommage de s’en priver 😉

Mais pourquoi je vous parle de tout ça ?

En fait, j’ai découvert l’existence d’un reportage sur la compétition dans les jeux vidéos. Lorsqu’on pense « compétition » et « jeux vidéos » la plupart d’entre vous imaginent de bons gros FPS (si vous savez ce que c’est !) où des jeunes ados s’étripent en écoutant du death métal et en buvant du champomy.

Et bien que nenni ! Le reportage en question parle de compétition autour du jeu Donkey Kong (bon ça vous aviez compris).

The King of Kong: A Fistful of Quarters

Borne arcade

Il montre à quel point la ténacité des joueurs autour du record a créé un engouement autour du jeu et a révélé des rivalités.

Ça se passe aux États-Unis et l’histoire raconte l’histoire opposant le détenteur du record de Donkey Kong avec ses challengers et là, tous les coups sont permis !

Au départ il y a Steve sanders auteur d’un livre sur Donkey Kong. Puis vient Billy Mitchell détenteur du record à 874,300 points en 1982 et longtemps reconnu comme une légende du jeu vidéo d’arcade tant il a établi des records.

Et là un challenger, sous le nom de Steve Wiebe, bat le record en s’entrainant pendant de longues heures dans son garage. Il enregistre le tout avec son caméscope et demande la validation auprès de Twin Galaxies.

Twin Galaxies est une association de passionnés qui sert d’arbitre officiel dans le monde du jeu vidéo d’arcade à laquelle appartient Billy Mitchell, le détenteur du record en cours.

Billy Mitchell demande à vérifier la machine sur laquelle le record a été établi et découvre un paquet envoyé par un certain Roy « Mr. Awesome » Shildt.

Ce Roy a fourni la carte électronique de la machine et connait Billy Mitchell pour avoir eu des différents avec lui sur des records concernant d’autres jeux. Pour Twin Galaxies c’est un signe que Roy veut prendre sa revanche et instrumentalise Steve Wiebe. Le record est refusé car la vidéo n’a pas été tournée en public.

Steve Wiebe devient une sorte de paria du jeu vidéo d’arcade et décide de laver son nom en allant à une compétition annuelle. C’est un gros effort car il doit traverser une bonne partie des États-Unis et amener toute sa famille à Funspot.. Il établit un nouveau record mondial incontestable à985,600 points.
Dès l’annonce de ce record, Billy Mitchell fournit une vidéo de très mauvaise qualité montrant un record à 1,047,200 points. Le record de Steve Wiebe n’est alors donc pas retenu comme étant le record mondial !

9 mois plus tard, le Guinness Book accorde le record officiel à Billy Mitchell et on voit qu’à la fin du reportage Steve Wiebe établi en direct, le 3 aout 2006, un record à 1,049,100 points devenant ainsi le détenteur du record en direct et enregistré.

Ce qui m’a fasciné ce n’est pas l’espèce de combat autour d’un record à la c** mais la passion avec laquelle ces gens se battent pour être reconnus. Ils consacrent du temps et beaucoup d’énergie pour être reconnus de leurs pairs.

La persévérance des différents joueurs est impressionnante.

S’il y a plusieurs choses qui sont frappantes dans ce reportage c’est tout d’abord le style vestimentaire des sujets ! Je ne sais pas si c’est parce qu’ils sont geek ou Américains (ou les 2!) mais ça vaut le détour. J’ai parfois eu l’impression d’être dans les années 70. Ensuite la ténacité est une qualité indispensable pour atteindre vos objectifs et c’est ce que je retiendrai de ce reportage.

Alors, quel type de record voulez-vous établir ?

Commentaires 1

  1. C’est marrant cette histoire de rivalité.
    A mon avis leur petite guerre devait pas mal les aider dans
    leur « business. »

    « Alors, quel type de record voulez-vous établir ? »
    ben si tu me trouves la version originale de Bubble bobble je veux bien m’entrainer un peu mais c’est pour la bonne cause seulement.

    :-p

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.