SCOP : Créer une entreprise autrement

Michael Ferrari Démarrer un business 1 Commentaire seulement !

Voici l’article de Christophe Benoit qui nous présente un autre mode de fonctionnement pour créer son entreprise. A côté des SARL et autres Auto-entrepreneur il existe des statuts intermédiaires qui peuvent vous permettre d’être efficace dans la gestion de votre entreprise et donc d’optimiser vos chances de faire du business !
Quelques chiffres (Wikipédia) :
En 2004, la France comptait 1 700 SCOP dans lesquelles travaillaient plus de 36 000 salariés avec parfois de grandes entreprises comme le Groupe Chèque Déjeuner ou le journal Alternatives Economiques. Le mouvement coopératif de production représente plus d’un million de salariés en Europe.

Comment fonctionne une SCOP (Société coopérative de production) ?

Chaque SCOP possède ses propres règles, mais toutes reposent sur le fonctionnement suivant : les salariés sont associés majoritaires au capital. Cela veut dire que la SCOP répond aux mêmes objectifs de rentabilité que n’importe quelle entreprise mais que les salariés décident eux même des objectifs et élisent leurs dirigeants. La pérennité à long terme est privilégiée par rapport à la rémunération du capital.
À Axalp, les activités sont multiples (services, informatique, coaching, industrie, conseil, travaux techniques…)

Avantages d’une SCOP (par rapport aux solutions traditionnelles)

Pour l’entrepreneur, la SCOP est une alternative à la création d’entreprise individuelle (ou à l’auto-entreprenariat). Au lieu d’avoir à gérer toutes les facettes de l’entreprise (comptabilité, urssaf, client mauvais payeur, location de locaux, numéro d’organisme de formation, assurance…), la SCOP Axalp emploie des permanents (comptabilité, secrétariat…) qui s’occupent de tous les aspects administratifs de l’activité de chacun (déclarations, factures, paie…). Mutualisé, ce coût est réparti entre tous les entrepreneurs. Ces mêmes permanents sont aussi de précieux supports lors de la rédaction de contrats ou de questionnement sur des thèmes précis.
Autre facette très intéressante, le réseau développé par les entrepreneurs (une cinquantaine à Axalp) permet de développer les opportunités d’affaires, d’échanger sur les activités de chacun et de proposer des prestations communes pour répondre à des gros contrats.
Enfin, un contrat CAPE (Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise) permet à l’entrepreneur de se lancer sans risque ni investissement au sein de la SCOP. Une fois que l’activité de l’entrepreneur est solide, ce dernier devient salarié en CDI de la SCOP et bénéficie automatiquement des avantages du statut salarié ET du statut d’entrepreneur.
Concernant le CA, la rémunération de l’entrepreneur et les aspects financiers, chaque entrepreneur au sein de la SCOP dispose de sa comptabilité propre et choisit chaque mois (si l’état de son compte le permet) de se faire rembourser ses frais, de se faire un salaire ou de faire des investissements.

Inconvénients d’une SCOP (par rapport aux solutions traditionnelles)

Dans un SCOP, l’entrepreneur n’est pas seul. Il faut donc se plier aux décisions choisis par l’ensemble des salariés de la SCOP. Ceci dit, chaque entrepreneur est entièrement maître de son activité et les décisions de la SCOP ne peuvent influer que sur le fonctionnement général.

Comment en êtes-arrivé à choisir cette solution ?

La simplicité, le côté « tout en un » m’apparait comme l’avantage principal. Ayant réalisé quelques prestations en portage salarial auparavant, j’ai rejoins la SCOP par l’intermédiaire d’un autre entrepreneur-salarié qui su mettre en avant les avantages du réseau que je ne trouvais pas avec le portage.

A qui recommandez-vous cette solution ?

Tout ceux qui veulent se lancer à leur compte devrait jeter un oeil à ce mode d’entreprenariat. L’accompagnement et le service tout en un fournis par la SCOP, la stabilité d’une embauche en CDI, le réseau sont des arguments indéniables que ne propose ni l’auto-entreprenariat ni les structures de portage.

Comment rejoindre et quel rôle avoir au sein d’une SCOP ?

Dans la SCOP Axalp, le porteur de projet entre avec un contrat CAPE qui se transforme en CDI si l’activité est au rendez-vous. Une fois salarié et suivant certaines règles simples (durée minimum en contrat, apport de capital), l’entrepreneur salarié peut devenir associé et accéder aux postes de direction (si les autres l’élisent bien sur).

Ou se renseigner ?

Axalp : http://www.axalp.fr
Association Nationale des coopératives d’activités : http://www.copea.fr/
Union régional des SCOP : http://www.scop.org/
Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Société_coopérative_de_production

Commentaires 1

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.