Préface – Couplonomics : comment les théories économiques peuvent améliorer votre couple

Michael Ferrari Résumé de livre 20 Commentaires

Les éditions Leduc m’ont demandé d’écrire la préface d’un livre étonnant : Couplonomics.

C’était un grand plaisir de participer à ce livre car il mêle des sujets importants dans nos vies : l’argent et le couple. Plus précisément il vous fera découvrir comment les théories économiques peuvent vous servir pour faire fonctionner de manière harmonieuse votre couple. Les cas d’école racontés dans le livre sont particulièrement intéressants.

Voici donc ma préface que vous pourrez retrouver dans ce livre !

Préface de Couplonomics :

Qu’ont en commun le fait d’avoir horreur de perdre et et celui de ne rien faire si l’on n’y est pas incité ? Ce sont 2 comportements que l’on observe sur le marché économique mais aussi dans le couple… et il y en a bien d’autres. Vous vous souvenez de Lehman Brothers, cette banque que l’on pensait trop importante pour qu’elle fasse faillite ? Faites le parallèle avec ce couple d’amis que vous pensiez si solide et dont tout le monde croyait qu’ils resteraient ensemble à vie.

Voila ce que les amoureux ne veulent souvent pas reconnaître : les comportements dans le couple sont similaires aux comportements dans l’économie parce qu’à chaque fois ce sont des êtres humains qui interagissent et que les biais de raisonnement sont les mêmes.

C’est en étudiant les lois économiques que vous allez être en mesure d’ajouter une corde à votre arc de conjoint et ainsi surprendre celui ou celle qui partage votre vie en lui parlant du choix intertemporel ou la loi de l’offre et de la demande pour expliquer ce que vous ressentez et exprimer vos besoins.

Et si l’on jette un oeil sur un sujet qui me tient à coeur, l’argent, vous remarquerez que là encore, les biais humains font que l’on a tant de mal à préparer notre avenir financier et que la plupart des gens ne font rien pour gérer leur argent : l’inaction est plus facile car nous avons du mal à nous motiver lorsque les bénéfices ne sont pas immédiats. Nous pensons que l’on est meilleur que les autres pour gérer notre pécule alors que nous ne faisons rien et l’on se raconte des histoires pour se justifier ce que l’on ne fait pas.
Pire encore, si l’on perd un peu d’argent nous devenons parfois obnubilé par cela au lieu de passer à autre chose.

A la lecture de Devenez Riche, il y a toujours la même réflexion qui émerge : “je ne savais pas que c’était si simple de gérer son argent”. C’est un autre biais classique : on veut tout faire parfaitement ou nous ne faisons rien alors qu’il suffit de prendre quelques décisions pour avoir fait 85 % du chemin. Et parmi les recommandations folles que je fais, voici celle qui laisse le plus songeur : automatisez vos finances. Programmez tous vos virements pour ne plus avoir à prendre les mêmes décisions chaque mois (et bien entendu oublier régulièrement). Là encore, c’est pour corriger un biais humain.

S’il y a un sujet conflictuel dans le couple (si vous en train de vous dire qu’il y en a bien plus qu’un, sautez l’introduction et lisez directement le livre) c’est celui des tâches ménagères et de l’intendance générale.En tant qu’éternel étudiant de ce qui fonctionne le mieux, j’ai observé comment les couples autour de moi gèrent ce sujet. Chez les uns, il y a un planning fait chaque semaine qui liste les grands thèmes -ménage, lavage du ligne, courses- , qui doit le faire et à quelle date. Je vous le dis tout de suite, cela ne marche pas en plus de rendre le conjoint totalement fou. Chez les autres, rien n’est organisé. Chacun fait un peu en fonction des besoins et de ses envies. Cela marche mais dans ce fonctionnement les membres du couple sont en permanence en train d’évaluer si l’un ne fait pas plus que l’autre. L’équilibre est trop fragile pour tenir durablement.

Alors vous pensez toujours que le couple et l’économie sont si différents ?

Dans ma famille, mes parents ont toujours fonctionné selon un modèle que je qualifie de “traditionnel” simplement parce que je l’ai observé pendant des années.
Mes parents ont ce fonctionnement : à ma mère reviennent toutes les tâches d’intérieur (ménage, cuisine) et à mon père celles de l’extérieur (travaux,jardinage). Lorsque il s’agit de cuisiner à l’extérieur, c’est à dire faire un barbecue, c’est naturellement le rôle de mon père. Lorsqu’il s’agit de peindre l’intérieur, ma mère s’en occupe volontiers. C’est un brin rétro, plutôt simple mais ça marche !Bien des années plus tard, j’ai compris les multiples avantages d’une telle répartition. La première, c’est que chacun possède son domaine d’expertise. Ma mère est une excellente cuisinière et je préfère manger ses repas plutôt que ceux de mon père (désolé papa). D’un autre côté mon père peut construire a peu près n’importe quoi (je soupçonne que ça l’amuse) ce qui n’est pas le cas de ma mère. Imaginez que vous occupez un poste de comptable dans une entreprise, personne ne recommanderait de faire à mi-temps la gestion des ressources humaines et vice-versa avec votre homologue du service RH ! Ce fonctionnement crée donc une “saine dépendance” à l’autre.
Le second intérêt que procure cette organisation : c’est le gain de temps grâce à la spécialisation. Pendant que l’un cuisine, l’autre range le garage. Pendant que l’autre s’occupe de passer l’aspirateur, l’autre s’occupe du jardin. Autrement dit, tout le monde gagne car cela libère du temps pour tous les participants.

Enfin, cela laisse à chacun la possibilité de faire plaisir à l’autre et donc de créer des incitations intelligentes. Chacun sait que préparer un bon repas pour soi est moins motivant que préparer un repas pour des amis ou de la famille tout comme entretenir et rénover est souvent un moyen de rendre fier sa moitié. Ainsi cela crée un écosystème qui s’ajuste en permanence.

Voilà comment Adam Smith va rendre votre couple plus heureux !

Commentaires 20

    1. Post
      Author

      Oui c’est basé sur le même principe d’application des théories économiques à des secteurs où ça ne se fait habituellement pas et le résultat est étonnant 🙂

  1. Hmmmm…. J’vais peut-être demander à ma copine de s’occuper de la cuisine (j’ai horreur de ça) et me laisser donc toute la vaisselle !
    Pas con cette répartition des tâches plutôt que le « partage » des tâches

    HS : quoique pas tant que ça vu que t’en parle, j’ai fini ton livre « devenez riche »… C’est fou ce qu’on peut faire finalement avec un simple smic à 1100€ net par mois, quand on gère bien ses finances :
    2 mois, et déjà 600€ de côté, et sans me priver pour autant puisque du coup avec une bonne répartition j’ai pu me faire plaisir en achetant des choses que je jugeait autrefois « chers » alors qu’avec une bonne répartition des finances, ça passe tout seul et on ne culpabilise pas à se faire plaisir !
    La prochaine étape (enfin c’est déjà en cours) c’est la banque en ligne, même si en général elles n’aiment pas trop les petits salaires !

    1. Post
      Author
  2. Tout à fait d’accord. Personnellement j’irais plus loin. Il faut impliquer les enfants aussi, non seulement dans les tâches ménagères, mais également à la gestion financière.

    L’enfant doit apprendre à faire son petit budget, gérer son compte bancaire, négocier des choses qu’il achète, et s’il est attiré par les affaires, lancer sa petite affaire pour son argent de poche par exemple un blog pour enfants, revente d’objets, soutien scolaire à d’autres enfants etc

    Comme ça il va se responsabiliser en apprennant la valeur des choses et cessera de toujours demander…

    1. Post
      Author

      Bien d’accord sur les enfants. Je prépare tranquillement un cours pour enseigner ces points là aux enfants pour être prêt le moment venu !

  3. Je suis dubitative ! que faire lorsque le couple se séparent ou simplement lorsque l’un des deux est malade…monsieur est tout juste bon à se faire cuire un oeuf dans une maison pleine de poussière et madame est incapable de changer une ampoule avec une tondeuse en panne sèche faute de trouver le réservoir !!!
    Dans le cadre de cette petite entreprise le multitâche me semble plus adapté, monsieur apprenant à madame et vice versa, les lacunes de chacun pouvant rapidement faire l’objet d’un apprentissage partagé, salutaire à la diversification des tâches les rendant par la même moins routinières pour chacun des 2 partenaires et moins handicapantes lorsque l’un des deux vient à manquer. Libre ensuite à chacun d’exercer dans leurs domaines privilégiés en sachant que le relaie peut être assurer en cas de problème ou de changement d’appétence.

    1. Post
      Author

      Forcément si l’image que tu as du couple c’est la séparation ou la maladie 🙂
      Après pourquoi ne pas être polyvalent, ce n’est mal pour se passer le relais. L’important c’est surtout que chacun utilise ses forces la plupart du temps (lorsque personne n’est malade ou lorsque le couple existe encore).

      1. Je ne dis pas que la séparation est la norme, quoique par les temps qui courent…!!
        Seulement je pense que les goûts changent et que madame qui prenait plaisir à concocter de délicieux petits plats peut un jour prendre plaisir, s’y tant est que quelqu’un l’initie, à réparer la machine à laver et que l’on découvre tous les jours des papa poules avec leur baby en pendentif, les sacs de provisions à la main, bombant fièrement le torse!
        Je ne suis pas certaine que vouloir cantonner les uns et les unes à une tâche répétitive, aussi attractive soit elle (surtout passer l’aspirateur, oh oui!!!), ne limite la progression des sources différentes de plaisir de chacun(e), qui soit dit en passant, est encore le meilleur moteur pour la croissance économique de n’importe quelle entreprise.

  4. Répartition un brin machiste il me semble. Je suis plus pour la polyvalence.
    Je ne vois pas le lien entre le couple et l’économie dans cette préface, ou alors je n’ai rien compris ?

    1. Post
      Author
  5. « Qu’on en commun… »
    Attention à la faute (ont) ! Pour le premier mot d’une préface, ça peut faire tâche.

    Pour en revenir au sujet des tâches ménagères, il est vrai qu’il est plutôt sain d’établir des règles pour que chaque conjoint ait une idée claire de ce qu’il doit faire. Avec ma compagne, cela nous aide à maintenir une certaine harmonie sans tomber dans certains trolls (« la vaisselle sale qui traîne… »).

    1. Post
      Author
  6. Et la sous-traitance ?

    Par exemple, plutôt que de passer l’aspirateur, j’estime que pendant ce temps, je peux gagner plus d’argent que le salaire d’une personne qui le passerait pour moi.

    Certaines tâches comme la cuisine, la vaisselle (du moment qu’elle est faite régulièrement) ou le jardin ne me dérange pas.

    Pour le reste, j’estime que si l’un des deux partenaire diminue son temps de travail pour le ménage, c’est normal que l’autre lui donne la partie de son salaire correspondant à ce qu’il devrait faire. Et si les deux veulent travailler à 100%, engager quelqu’un pour certaines tâches.

    Ca se complique, lorsqu’un des deux veut travailler à 100%, ne pas payer quelqu’un d’autre pour le ménage et exige que son conjoint y participe. Mais il me semble qu’un principe à avoir dans un couple et d’éviter d’exiger de l’autre ce qu’il n’a pas envie.

  7. Je pense que cela dépend de l’éducation de chacun.
    Il y a une manière de fonctionner « traditionnelle » comme tu dit (femme-ménage vs homme-bricolage) et une autre ou chacun rentre un peu (voir beaucoup) dans le domaine du conjoint pour donner un coup de main.

    Il me semble que les deux peuvent fonctionner sans se concurrencer.

    Un couple c’est avant tout 2 personnes qui se facilitent la vie pour avancer plus vite et plus loin :
    l’efficacité est bien là : un peu de polyvalence, une bonne dose de spécialisation, une louche d’adaptabilité, un soupçon de tolérance et une bonne rasade de patience….et voilà! : )

  8. Le thème du couple m’intéresse beaucoup, merci pour la référence Michael ! 🙂

    Je n’ai encore jamais lu de livre qui étudie le couple avec cet angle. Ça sent la chronique sur mon blog ! 🙂

  9. Pingback: Réglez vos conflits d’argent dans le couple en 9 étapes | Esprit Riche : Un esprit riche pour une vie riche

  10. Pingback: Couple et argent - comment éviter les conflits ?Esprit Riche

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.